Fanni pour remplacer César

Rod Fanni a rejoint la ville de Marcel Pagnol. Un transfert logique, qui a mis cependant du temps à se concrétiser. Heureusement, pour la présentation du joueur, Deschamps, Anigo et leur nouvelle recrue semblaient beaucoup plus détendus que lors des négociations.

Modififié
0 3
L'OM disposera bien d'un cinquième défenseur dans son effectif pour affronter Lyon dimanche. Comme prévu, Rod Fanni a rejoint le club marseillais pour deux ans et demi. On pourra toujours chipoter sur les quatre millions d'euros déboursés sur un joueur dont le départ de Rennes arrangeait toute la Bretagne. On pourra même s'étonner de la longueur des négociations, tant l'union semblait idéale pour les deux parties. José Anigo, en polo à la présentation du joueur, n'a pas voulu porter le chapeau pour les prolongations : « C'était le choix de Rod. Mais c'est logique. Dans les transferts, il y a toujours une période où on a tout en main et on réfléchit » . Après ça, on s'en doute, le joueur n'avait d'autre choix que de verser, devant le pupitre de la salle de presse, dans le couplet classique du « J'ai le sang bleu et blanc » . « Ma priorité, c'était l'étranger. C'est pourquoi ça aurait été un autre club que Marseille, je n'aurais même pas pris la peine de discuter » . L'OM, pour Rod Fanni, qui vient de Martigues, où il a fait ses débuts en 1999, c'est forcément différent. Outre des souvenirs d'expéditions au Vélodrome, il se rappelle surtout « le nombre de fois avec mes potes où nous sommes allés au bar pour voir les matchs » . De quoi permettre à José Anigo de bomber le torse. Rod, c'est une recrue qui fait du bien à ses stats. Comme Gignac, il est du coin et pour le directeur sportif, « le rêve de tous les clubs, c'est d'avoir une identité forte » . Et même si on est très loin des records de la Masia, avec l'ancien Rennais, l'OM possède dans ses rangs six joueurs du groupe France (groupe au sens large, soyons honnête). Pour Anigo, « ça montre que les internationaux n'ont plus peur de passer par l'OM. On est redevenus une belle vitrine » .


Pourtant, on s'en doute, Didier Deschamps n'a pas fait venir Fanni pour la photo. S'il l'a préféré à Chrétien par exemple (pourtant poulain de Bernès), c'est parce que celui qui a cinq sélections en équipe de France représente une solution pour le moyen terme. « Si on m'a pris, c'est pour mes capacités physiques et ma vitesse » admet d'ailleurs Fanni. Sûrement. Et aussi pour ne pas avoir à titulariser Leyti N'Diaye pour “l'Olimpico”. A ce sujet, l'entraîneur olympien ne s'en cache pas, Fanni sera titulaire pour le prochain match. A quel poste coach ? « Derrière » . En fait, s'il ne fait guère de doute que Rod fera son baptême dans l'axe, à terme, il glissera sur le côté. « Je lui ai dit, je le considère avant tout comme un latéral droit » souffle DD. En attendant le rétablissement d'Azpi, qui lui avait été préféré l'été dernier. Ce que le nouveau Phocéen n'a pas pris comme une humiliation. « Franchement sur le coup, je n'avais pas été déçu parce qu'il n'y avait pas de discussion avec l'OM. Je m'étais juste dit que c'était une solution de moins » se remémore-t-il, alors que rien ne semble le perturber, ou presque. « Quand même, je suis conscient qu'ici, on change de dimension. Rien que l'accueil des médias hier à l'aéroport, c'était quelque chose » . Il pourrait connaître un accueil bien plus impressionnant au Vélodrome. Mais pour avoir pris place dans ces tribunes étant plus jeune, il sait bien que la plus belle manière de se mettre le public dans la poche, c'est une victoire face à Lyon.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Oui mais bon, pour les puristes, la ville de Marcel Pagnol, c'est Aubagne.

Un Aubagnais.
tiens un titre que j'ai mis toute la journée sur twitter hier
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 3