Famalicao, tribune football club

Ce pourrait bien être le prochain club à la mode, à moins qu'il ne s'agisse d'une simple hype. Famalicao, en passe d'accéder à la deuxième division portugaise, fait parler de lui depuis plusieurs mois grâce à son projet et ses supporters, capables de remplir un stade de D3 dans un pays où un match médiocre de Liga peut aller en dessous du millier de spectateurs. Portrait d'une anomalie du football portugais.

Modififié
3k 14
Si le Portugal est une terre de football, le Nord-Ouest du pays est l'un de ses plus précieux sanctuaires. Porto, Guimarães, Braga, Vila do Conde (Rio Ave) et Barcelos (Gil Vicente), entre autres, sont autant de villes qui font honneur à cette partie du territoire lusitanien. Bientôt, il faudra sans doute compter avec un nouveau venu (pas si nouveau d'ailleurs) : Famalicao. Leader du championnat de promotion du Nord, dont le vainqueur accède à la deuxième division portugaise, ce petit club historique de la région de Braga est au football ce que Vila Nova de Famalicao (sa ville) est au pays : une anomalie, dans le bon sens du terme. La ville et ses 134 000 habitants en sont d'ailleurs très fiers. Il faut dire que les Famalicenses ont de quoi bomber le torse. Troisième exportateur national, référence dans le domaine du textile et la fabrication de machines en tous genres – dont les fameux appareils photos Leica -, la ville peut également se targuer d'avoir un taux de chômage inférieur à la moyenne nationale et surtout plus de trois fois inférieur à la catastrophique moyenne du Nord (qui culminait à 42% en 2013). Bref, Famalicao va bien et ça se voit dans les gradins. Le Campo dos Bargos et ses 8000 places affichent souvent complet et l'ambiance est garantie par les ultras du coin : les Fama Boys 1990. Voir une équipe évoluer dans un championnat semi-professionnel avec un public aussi actif et assidu est une bénédiction pour le football national qui pâtit d'un dégorgement massif de ses tribunes depuis une dizaine d'années (en 2015, un Setúbal-Boavista pèse à peine 1000 spectateurs). « Les Famalicenses ont soif de beau football, ce sont des connaisseurs. Ils n'hésitent pas à faire des sacrifices pour aller voir un bon match de football » , explique José Pina Ferreira, président de « cette grande institution » depuis février 2014.

Un train affrété pour aller chez le Sporting


Cette passion a poussé plusieurs centaines de supporters à faire le déplacement chez le voisin et rival de Varzim et remplir son stade (avec l'aide des ultras locaux) en mars dernier. Mais surtout, elle a donné lieu à une folie en quarts de finale de Coupe du Portugal qui opposait le Sporting à Famalicao. 48 heures après l'ouverture de la vente de billets pour le match, les quelque 1100 places réservées aux visiteurs avaient déjà été toutes vendues. « Le match se jouait un mercredi soir à 21h, veille de jour de travail, sachant que plus de 300 kilomètres séparent les deux villes et qu'il faisait cinq degrés à tout casser ce soir-là. On a même affrété un train uniquement pour nos supporters. Il était plein à craquer, c'était surréaliste » , raconte l'entraîneur Daniel Ramos. L'euphorie minhota n'ira pas plus loin - le Sporting a gagné 4-0 -, mais le message est passé. Il faudra compter sur Famalicao et ses supporters lors des prochaines années.

Si le club prospère cette saison, il sort d'une traversée du désert entamée à la fin des années 90, décennie glorieuse au cours de laquelle il accède à l'élite où il restera trois saisons (jusqu'en 1993/1994). « Quand je suis arrivé dans l'organigramme du club il y a sept ans, plus personne ne s'y intéressait. C'était tout juste si on avait de quoi acheter des ballons » , se souvient le président. Les dettes atteignent le million et demi d'euros et force Famalicao 1901 à mettre la clé sous la porte et à renaître sous le nom de Famalicao 2010, comme beaucoup d'autres clubs historiques frappés par la crise au Portugal. Conséquence, l'équipe repart du niveau district et entreprend une timide remontée jusqu'au troisième échelon national. Quand Daniel Ramos débarque sur le banc juste après l'élection de José Pina Ferreira, l'équipe est avant-dernière. Elle parvient néanmoins à se maintenir. Un an plus tard, Famalicao est en passe d'accéder à la D2 portugaise. Une progression exponentielle expliquée par « les ambitions de la direction » qui ont offert à Daniel Ramos de quoi « recruter intelligemment » sur le terrain et en dehors. « On a recruté un directeur sportif, Rui Borges, un ancien joueur professionnel expérimenté qui a su apporter organisation et discipline, mais aussi un staff technique très compétent » , renchérit l'entraîneur. João Paulo, attaquant du club qui a notamment évolué du côté de l'Olympiakos et Estoril, souligne la qualité des infrastructures de haut niveau. « On a un beau gymnase et un poste médical de pointe. D'autre part, le stade et le terrain ont été refaits, ce qui nous permet d'avoir des conditions de travail optimales. »

Un abonnement à cinq euros mensuels


L'embellie de Famalicao coïncide donc grandement avec l'élection de Pina Ferreira en 2014. Présent dans l'équipe du précédent président, il en est le seul rescapé. « Les autres étaient fatigués, ils avaient besoin de repos. » Lui, non. Une fois en poste, il s'active pour convaincre la municipalité d'aider un club au faible passif - 26 000 euros à l'époque - et met en place une série de campagnes pour attirer des supporters qui ne sont alors pas tous revenus. L'une d'entre elles concerne le prix de la cotisation de chaque socio. « C'est cinq euros par mois et moitié moins pour les femmes et personnes âgées » , explique un président qui n'hésite pas à se mêler à ses supporters. « Il n'y a pas longtemps, le président d'un club contre qui on jouait me demandait de venir assister au match avec lui en tribune présidentielle et moi, je lui ai dit "Désolé, je ne peux pas, je reste avec mon peuple." » D'après José Pina Ferreira, cette proximité a poussé les socios à revenir et remplir le stade. En retour, le boss veut offrir à ce peuple un club de notoriété supérieure. Cela passe par les résultats, avec « la montée en première division sur le court-moyen terme » , mais aussi par une certaine qualité de jeu. Une mission pour le moment parfaitement remplie par les troupes de Ramos. Ce dernier accorde d'ailleurs lui aussi beaucoup d'importance au beau jeu. « Il faut satisfaire le public parce que le football est aussi un spectacle. Sans public, le club n'est rien. Les équipes qui se soucient de leurs supporters en leur offrant du beau jeu sont tôt ou tard récompensées en termes économiques, mais je pense qu'elles devraient être un peu plus soutenues par les instances du football portugais parce que les clubs qui remplissent leur stade sont très peu nombreux au Portugal et c'est un réel problème » . C'est donc peu dire que Famalicao apporterait un souffle de vent frais sur un football des tribunes en berne en cas d'accès à l'élite du foot lusitanien…


Par William Pereira
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Après avoir composé pour moitié une équipe de lusophone, les dirigeants monégasques envisagent de passer à la 2de phase de leur plan, la saison prochaine: racheter Famalicao, et faire venir ses supporters en principauté pour mettre de l'ambiance au Louis 2.

Sinon ,j'ai pas bien compris comment la liga et cette terre de foot qu'est le Portugal en étaient arrivés à voir des matchs de l'élite se jouer devant 1000 gusses. Un niveau de jeu peu attractif? des places trop chères? les conséquences de la crise économique? ou un peu des 3 tout simplement?

Si quelqu'un pouvait éclairer ma lanterne.
La crise économique est un élément majeur de la très faible affluence dans les stades portugais.
L'Euro 2004 a été l'occasion de construire de nouveaux stades ou d'en rénover certains mais derrière certains clubs se sont ruinés. C'est après l'Euro que Boavista, pourtant brillant quelques saisons auparavant s'est lamentablement planté jusqu'à déposer le bilan et se voir relégué dans les divisions semi-pro.
Les finances des clubs portugais, si on excepte Porto, Benfica et le Sporting, étaient et sont toujours assez fragiles. Le peu de sérieux des dirigeants de certains clubs n'a fait qu'aggraver la situation, comme ce fut le cas à Leiria par exemple.

PS: sympa que Famalicão puisse retrouver le professionnalisme, maintenant ce qui serait cool c'est d'avoir des nouvelles de l'Estrela Amadora, ce club de la banlieue populaire de Lisbonne qui a joué des années durant en 1ère Div et qui a complètement disparu.
@jugnaldo. C'est surtout une question de moyens car les places sont assez chères au Portugal par rapports aux niveaux de salaires. Le problème est également que nous avons 4-5 clubs qui se partagent la très grande majorité des supporters (Porto, Benfica, Sporting, Guimaraes et Braga), les autres clubs intéressent peu de monde d'où la faible affluence. Dernière explication, beaucoup de monde suit les matchs des "petites équipes" depuis les cafés (il y'en a à chaque coin de rue) plutôt que d'aller au stade. Idem pour les matchs de D2. Mais 1000 spectateurs c'est quand même très rare, généralement c'est dans les 3000
Message posté par jugnaldo
Après avoir composé pour moitié une équipe de lusophone, les dirigeants monégasques envisagent de passer à la 2de phase de leur plan, la saison prochaine: racheter Famalicao, et faire venir ses supporters en principauté pour mettre de l'ambiance au Louis 2.

Sinon ,j'ai pas bien compris comment la liga et cette terre de foot qu'est le Portugal en étaient arrivés à voir des matchs de l'élite se jouer devant 1000 gusses. Un niveau de jeu peu attractif? des places trop chères? les conséquences de la crise économique? ou un peu des 3 tout simplement?

Si quelqu'un pouvait éclairer ma lanterne.


En gros 90% des portugais supportent un des 3 grands FC Porto, SL Benfica ou le Sporting, c est institutionel et culturel.

Apres certers certains supporteront un deuxieme club, plus local, un club de leur ville voire de leur region

qd Benfica et Porto jouent a l exterieur y a plus de gens qui viennent les supporter que de supporters de l equipe qui recoit...


De plus le pays etant compose de 11 mio d habitants, donc avoir un championat de 18 equipes forcement ca sonne creux dans certains stades

Imagine un championat de 18 equipes en Ile de France, (PSG, Paris FC, Red Star...puis les 15 autres) ca risquerait de sonner vide pour bcp de matchs...
valeureux liégeois 74 Niveau : National
Message posté par Sebastien18
La crise économique est un élément majeur de la très faible affluence dans les stades portugais.
L'Euro 2004 a été l'occasion de construire de nouveaux stades ou d'en rénover certains mais derrière certains clubs se sont ruinés. C'est après l'Euro que Boavista, pourtant brillant quelques saisons auparavant s'est lamentablement planté jusqu'à déposer le bilan et se voir relégué dans les divisions semi-pro.
Les finances des clubs portugais, si on excepte Porto, Benfica et le Sporting, étaient et sont toujours assez fragiles. Le peu de sérieux des dirigeants de certains clubs n'a fait qu'aggraver la situation, comme ce fut le cas à Leiria par exemple.

PS: sympa que Famalicão puisse retrouver le professionnalisme, maintenant ce qui serait cool c'est d'avoir des nouvelles de l'Estrela Amadora, ce club de la banlieue populaire de Lisbonne qui a joué des années durant en 1ère Div et qui a complètement disparu.


Je me souviens d'Amadora, le 2e club de ma ville, le FC Liège, les a joué en Coupe d'Europe en 1990. Sinon, des clubs historiques comme Boavista, Belenenses, Guimaeres ou Setubal, ça attire combien de personnes plus ou moins?
Kiko, Alessio et Seb vos réponses furent aussi rapides qu'instrucitves. Obrigado
Jugnaldo les 3 oui mais principalement la flambée des prix des places qui évidemment n'a pas été suivi par le revenu moyen du portugais ..
Beleneneses pas grand chose, c'est le 3ème club de Lisbonne je crois bien, déjà que le sporting pâtit de la présence du Benfica ..
valeureux liégeois 74 Niveau : National
Message posté par Baygon
Beleneneses pas grand chose, c'est le 3ème club de Lisbonne je crois bien, déjà que le sporting pâtit de la présence du Benfica ..


Oui, je me doute bien. Pas facile de vivre à l'ombre du Benfica & du Sporting. Mais ds les années 80 (je pense), qd Depireux entraînait ce club, je crois que la ferveur y était qd mm beaucoup + présente (souvenir d'un reportage RTBF)?
Les clubs de première division sont tous dans la région de Porto ou Lisbonne, du coup il n'y en a que pour Benfica, le Sporting et Porto (dans cet ordre). Les autres ont les miettes, et dans un pays moins peuplé que l'agglomération Parisienne, ça ne représente pas grand chose. Il y a quelques exceptions et c'est justement pour les grandes villes qui ne se trouvent pas dans ces régions : Coïmbra, Braga et les clubs des îles.

Ensuite le Portugal ne transpire pas le foot à ce point là. Plus que la France c'est certain, ça se voit en particulier chez la gent féminine, mais pas non plus comme en Amérique du sud. Enormément de portugais n'en ont vraiment rien à battre.

A cela évidemment s'ajoute la crise, l'exode des jeunes (pays le plus âgé d'Europe), et que le niveau du match n'est pas dantesque. Setubal n'a jamais fait partie des clubs qui ont pu faire peur aux gros, et Boavista joue le maintien.
Famalicao... J'ai cru que c'était le nouveau surnom de Falcao.
AdrianoTheFat Niveau : Loisir
Un arricle sur Famalicao et meme pas un mot sur Thierry Pauk ! Un des rares si ce n'ets le seul francais a y avoir évolué en premiere division !
mixmaster Niveau : DHR
Agoria, le Portugal ne transpire pas le foot ? Quand tu rencontres quelqu'un là-bas, la première chose qu'on te demande c'est ton prénom et la deuxième, quel club tu supportes ?
Trois journaux quotidiens (presque) réservés au foot, au moins 5 minutes consacrées au foot dans le JT chaque jour, même quand il se passe rien. Tout le monde suit de près ou de loin le foot, de ton arrière-petits fils à ton arrière grand-mère.
Les stades vides, c'est parce que les gens supportent surtout l'un des 3 grands clubs et parce que les billets sont trop chers.
Dance Crasher Niveau : CFA
Message posté par Agoria
Les clubs de première division sont tous dans la région de Porto ou Lisbonne, du coup il n'y en a que pour Benfica, le Sporting et Porto (dans cet ordre). Les autres ont les miettes, et dans un pays moins peuplé que l'agglomération Parisienne, ça ne représente pas grand chose. Il y a quelques exceptions et c'est justement pour les grandes villes qui ne se trouvent pas dans ces régions : Coïmbra, Braga et les clubs des îles.

Ensuite le Portugal ne transpire pas le foot à ce point là. Plus que la France c'est certain, ça se voit en particulier chez la gent féminine, mais pas non plus comme en Amérique du sud. Enormément de portugais n'en ont vraiment rien à battre.

A cela évidemment s'ajoute la crise, l'exode des jeunes (pays le plus âgé d'Europe), et que le niveau du match n'est pas dantesque. Setubal n'a jamais fait partie des clubs qui ont pu faire peur aux gros, et Boavista joue le maintien.



Ouais, bizarre ton com : pour ma part, je pense plutôt comme Mixmaster... Après, c'est normal que certaines personnes n'en aient rien à battre, mais les 3F, c'est pas non plus un mythe, si?

L'autre truc que je trouve bizarre, c'est que tu parles des régions de Porto et Lisbonne : bien entendu, à l'échelle du pays, oa se tient, mais bon, y'a à peine 300kms (si c'est pas 250, je me souviens plus et je n'y vais plus tous les ans) entre les deux villes : pour moi, Braga se trouve bien dans la région de Porto, bien que tu m'auras compris, pas au sens administratif. La même pour Guimarães, Gil Vicente à Barcelos... Y'a 20 bornes entre chacune de ces villes et 50 à 70 de chacune d'entre elles à Porto! Même en France, beaucoup des gens qui suivent le foot hors supps rapportent leur intérêt sur une équipe qui représente bien, il me semble... Bref, rien de bien nouveau, si?
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
3k 14