Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 8es
  3. // Man. United-Rostov

Fallait-il donner une banane à Rojo ?

Jeudi dernier, Marcos Rojo a réclamé une petite banane à José Mourinho vingt minutes avant la fin de la rencontre. Une scène rare qui peut interroger : est-ce normal que le défenseur ait faim en plein match ? Et manger un fruit à ce moment-là est-il conseillé ?

Modififié
La scène peut sembler cocasse. Alors que son équipe mène 1-0 après 70 minutes de jeu, José Mourinho se balade près de son banc avec une banane épluchée dans la main. Comme un passage de témoin, l’entraîneur donne le fruit à Ashley Young, qui s’échauffe sur le bord du terrain. Lequel transmet le précieux quelques instants plus tard à son partenaire Marcos Rojo, sans même attendre un arrêt de jeu. Le défenseur argentin ingurgite la chose en trois crocs et deux coups de langue, puis adresse ses remerciements les plus sincères à son papa portugais. La petite faim est passée, et Rojo peut continuer à aider ses potes dans leur quête de qualification pour les quarts de finale de Ligue Europa.


Interrogé sur l’épisode, le Special One a expliqué son geste de manière simple et logique face à la presse : « J'ai souvent été fatigué dans ma vie, et je sais ce que le corps réclame. Il peut avoir besoin de plein de choses. Là, le joueur a demandé une banane. Ce n'était pas pour se moquer de lui, mais pour le respecter qu'on la lui a donnée.  » OK, la justification se tient. Mais si l’on s’amuse à plonger un peu plus en profondeur sur cette thématique, des questions surviennent rapidement.

Un fruit qui donne la banane


D’abord, dans le cas d’une petite fringale, opter pour une banane est-il un bon choix ? Oui, très clairement, selon Thomas Rozé, kinésithérapeute du sport et diplômé d'une formation sur la nutrition, la santé et l'exercice : « Énormément de sportifs, comme les tennismans et les runners, mangent des bananes. Ce n’est pas pour rien. La banane possède en effet pas mal de glucides par rapport à d’autres fruits comme les pommes ou les poires. Il n’y a que les fruits séchés qui apportent davantage de glucides. Elle va donc apporter de l’énergie directement utilisable par l’organisme. Elle amène aussi du potassium et des antioxydants. » Qu’elle vienne d’Inde, de Chine, des Philippines, du Brésil ou de Gwada, la banane représente ainsi un aliment cohérent pour l’effort physique. Bien plus en tout cas qu’un morceau de sucre, qui n'offrira qu’un bref coup de fouet pour une dizaine de minutes maximum. Insuffisant pour une mi-temps de football, en somme. Mais pourquoi ne pas faire comme tout le monde et se contenter d’une boisson de l’effort toujours mise à disposition du sportif ? « C’est vrai qu’une boisson de l’effort comporte tout ce dont ton corps a besoin pour une activité physique, reprend Thomas Rozé. Mais certains athlètes aiment bien consommer quelque chose de solide, quelque chose à mastiquer. Sinon, ils peuvent avoir l’impression de ne pas s’alimenter. » Rojo serait donc de ceux qui préfèrent croquer plutôt que boire.

Un peu de sérieux, Marcos


Tout va bien, donc. Mais une interrogation demeure : comment se fait-il que ce genre de péripéties n’interviennent pas plus souvent ? Bah tout simplement parce que les joueurs prennent leur précaution en se servant de l’avant-match et de la mi-temps pour éviter d’avoir un creux en plein milieu d’une partie. « Réclamer à manger à ce moment-là du match, ça reste quand même un peu bizarre. Normalement, ça n’arrive pas pour un effort de deux fois 45 minutes, confirme notre spécialiste. Si tu as bu ta boisson ou mangé ta banane à la mi-temps, ça ne se produit pas. On peut dès lors considérer ça comme une petite faute de la part de Rojo. » Si Mourinho va laisser passer, les nutritionnistes de Manchester United vont donc sans doute adresser quelques remarques à l’arrière argentin.


Digestion vs hypoglycémie


Et puis, sur le plan de la digestion, est-ce vraiment conseillé d’engloutir une banane entière en quelques secondes entre deux accélérations ? « La banane, qui est très bonne pour la flore intestinale, se digère très bien. Bon, une banane entière, ce n’est pas l’idéal, c’est peut-être un peu beaucoup, concède l’expert en nutrition. Tu peux la sentir un peu sur l’estomac, d’autant qu’il n’a pas eu trop de temps pour bien la mâcher et a dû la mastiquer n’importe comment. » Raison pour laquelle la banane est coupée en petites tranches avant d’être proposée dans les stands de ravitaillement durant les marathons ou autres courses à pied. Toujours est-il que si Rojo a demandé un petit en-cas, c’est qu’il sentait le besoin de se requinquer, comme l’a souligné son coach. Et que s’il avait « vraiment faim, qu’il faisait une petite crise d’hypoglycémie, bah autant s’autoriser une banane. Il sera toujours plus performant sur le terrain » . Donc oui, Mourinho a eu raison de donner une banane à Rojo. Le titulariser, c'est une autre histoire.



Par Florian Cadu
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Podcast Football Recall Épisode 32 : La France gagne 11-0, le miracle suisse et notre interview de Thomas Meunier
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Podcast Football Recall Olive & Tom
Podcast Football Recall Épisode 31: La France fait le boulot, le naufrage argentin et les votes WTF suisses jeudi 21 juin Pourquoi c’est largement mieux de regarder un match AuBureau plutôt qu’au bureau ? 1 jeudi 21 juin Des bourses d'échanges Panini près de Nantes 8