Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options

Falcao ne mérite-t-il pas mieux ?

Vendredi soir, contre Chelsea, Falcao a de nouveau prouvé qu’il était actuellement le meilleur numéro 9 en circulation. Le Colombien est monstrueux, et il paraît étonnant qu’aucun club du gotha européen n’ait souhaité casser sa tirelire pour lui.

Modififié
La planète football en est restée bouche-bée. Un triplé en finale de la Supercoupe d’Europe, depuis que le trophée se dispute sur un seul match, on n’avait jamais vu ça. Et un triplé en l’espace de 45 minutes, encore moins. Falcao a semblé inarrêtable, très loin au-dessus des autres, à tel point qu’en face, Fernando Torres, qui a lui aussi fait les beaux jours de l’Atlético Madrid, avait l’air d’un attaquant de province. Pour résumer Radamel Falcao, il faut peut-être commencer par les statistiques. Depuis qu’il a posé les pieds en Europe, lors de l’été 2009, l’attaquant colombien a disputé 138 matches officiels, toutes compétitions confondues, avec les maillots du FC Porto et de l’Atlético Madrid. Son bilan ? 114 buts. Cette saison, il en est déjà à 6 pions en 3 matches, deux triplés inscrits contre l’Athletic Bilbao et Chelsea. En plus de ses stats personnelles folles, Falcao est le genre de gars qui vous transcende une équipe vers la victoire. En effet, il en est déjà à 9 trophées depuis son arrivée sur le continent européen. Des trophées auxquels il a grandement contribué, puisqu’il a marqué dans toutes les finales qu’il a disputées : Coupe du Portugal 2010, Supercoupe du Portugal 2010, Europa League 2011, Coupe du Portugal 2011, Europa League 2012 et Supercoupe d’Europe 2012. Il y a les joueurs décisifs, et ceux qui ne le sont pas. A-t-on vraiment besoin de préciser à quelle catégorie ce gaillard appartient ?

Du gauche, du droit, de la tête

Évidemment, une question se pose : Falcao ne mérite-t-il pas mieux ? Certes, l’Atlético Madrid est un grand club. Les Colchoneros ont remporté deux fois l’Europa League lors des trois dernières saisons, et deux fois la Supercoupe d’Europe, en battant à chaque fois le champion d’Europe en titre. L’Atlético Madrid a une tradition, neuf titres de champion (le dernier en 1996, quand même), neuf Coupes du Roi, six trophées européens. Bref, un vrai club. Toutefois, il s’agit là d’une équipe qui a du mal en championnat d’Espagne, incapable de se qualifier pour la Ligue des champions lors des trois dernières saisons. L’Atlético a surtout eu la chance d’avoir dans ses rangs un certain Sergio Agüero, acheté 20 millions d’euros à Independiente et revendu 45 millions l’été dernier à Manchester City. C’est avec ce pactole que les Matelassiers ont pu se payer Falcao, en déboursant 42 millions et en convaincant Porto de laisser partir son buteur. Bien vu. Le joueur est aujourd’hui à un niveau monumental, à tel point que les quotidiens espagnols, au lendemain de la victoire contre Chelsea, l’ont littéralement proclamé meilleur avant-centre en circulation.

Chelsea, d’ailleurs, a jeté son dévolu sur lui. Les Blues en ont d’ores et déjà fait leur priorité pour le mois de janvier. Mais il va falloir sortir un très, très gros chèque. Si Falcao a coûté 42 millions, il en vaut, au minimum, 15 de plus aujourd’hui. Il faut dire qu’il n’est âgé que de 26 ans, et que l’on peut difficilement faire plus complet, en matière de buteur. Face à Chelsea, il a inscrit trois buts du pied gauche. Pour info, il est droitier. Le joueur ne semble avoir aucune limite : il est même bon de la tête, il a un sens du placement incroyable et, surtout, il cadre pratiquement toutes ses frappes. Voilà désormais trois saisons que Falcao ne dispute que l’Europa League. C’est tellement dommage, bordel ! Ce mec-là doit disputer la Ligue des champions, et rien d’autre. Il doit affronter Manchester City, le Bayern Munich, la Juventus et non pas l’Hapoël Tel-Aviv ou Académica.

Quoi ? Personne n’a 60 millions ?


En fait, l’Atlético Madrid a certainement réalisé le plus beau coup du mercato 2012 en parvenant à conserver son joueur. Van Persie a changé de tunique, Zlatan aussi, mais lui, non. Diego Simeone, le coach madrilène, entretient, depuis son arrivée, une relation toute particulière avec El Tigre. Voilà aussi l’une des raisons qui ont « poussé » le joueur à rester. Mais ce qui est étrange, c’est que personne n’a vraiment fait le forcing pour le faire venir. Pendant les deux mois d’été, aucune véritable offre n’est arrivée sur la table des dirigeants. La Juve et Manchester City avaient bien tenté une approche au mois de juin, mais c’est tout. Difficilement compréhensible. Et si, en fait, c’était le signe de la crise ? Le plus gros transfert de l’été, c’est Thiago Silva au PSG, pour 42 millions d'euros. Pour Falcao, il aurait forcément fallu plus. Au moins 60. Tout comme pour Hulk. Tout comme pour Cavani.

Ces deux-là ont été convoités par Chelsea et Manchester City, mais n’ont finalement pas bougé, préférant rester à Porto et à Naples. Peut-être, tout simplement, parce que personne n’était en mesure de dépenser une telle somme. Alors du coup, Falcao reste dans un club dont il fait le bonheur, dont il est l’idole et dont il est aussi le joueur indispensable. Même si les Colchoneros ont dans leurs rangs quelques joueurs talentueux, on n’ose imaginer ce que deviendrait l’Atlético si le Colombien venait à partir, ou même à se blesser. Pour le moment, ce n’est pas le cas. Falcao va, encore, porter l’Atlético Madrid, et l’Europe toute entière va continuer de se demander pourquoi il n’est pas l’avant-centre du Real Madrid ou de Chelsea. Ce sera peut-être le cas l’été prochain. Après avoir gagné une troisième Europa League.

Éric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Podcast Football Recall