Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 11 Résultats Classements Options

Falcao, le dindon de la farce

Alors que partout, le football s'est mis en pause Merry Christmas. La dinde, le foie gras et le saumon ont remplacé le ballon rond. Radamel Falcao, le Colombien de MU en a profité pour retrouver un peu de temps de jeu lors du Boxing Day. Mais sa dernière sortie médiatique montre que c'est lui qui est en train d'être dégusté tout cru par un système beaucoup trop fort pour lui.

Modififié
« Un joueur n'est pas maître de son destin. Parfois, cela me fait sourire quand les gens me demandent pourquoi je n'ai pas été dans ce club ou pourquoi je ne suis pas resté dans un autre, comme si le footballeur pouvait décider où il allait travailler. Je demanderais bien à certains journalistes : "Et toi, pourquoi tu ne travailles pas à CNN ou chez ESPN ?" C'est la même chose dans le football. Peu de fois, tu as la possibilité de signer dans un club ou un autre. J'ai vécu beaucoup de situations où je n'ai pas pu vivre ce que je voulais… Je veux aller à un endroit et, au final, je dois partir ailleurs. »

Tous les cris les S.O.S.
Partent dans les airs
Dans l'eau laissent une trace
Dont les écumes font la beauté

Pris dans leur vaisseau de verre
Les messages luttent
Mais les vagues les ramènent
En pierres d'étoile sur les rochers

Sound Of Silence


À l'aide, help, aiuto : voilà le cri lancé par Radamel Falcao lors de son dernier entretien. Tout sourire, toujours parfait, nickel chrome dans son costard 3 pièces, Radamel fait croire qu'il est heureux de sa vie, de ses choix, des villes où il atterrit, à Madrid, Monaco ou Manchester. Oui, mais son beau sourire et ses cheveux gominés cachent un certain mal-être et un aveu cinglant : le footballeur colombien ne s'appartient plus. Il n'a pas choisi, ne choisit et ne choisira pas ses destinations. Utilisé, échangé, prêté, revendu, le Radamel est transféré sans jamais être consulté, comme un vulgaire pion du marché mondial, du capitalisme. On comprend enfin pourquoi le beau Colombien n'a toujours pas joué la Ligue des champions.


Avant, le footballeur appartenait à son club formateur. À vie. Puis, à force de combat, soutenu par l'UNFP, il s'est libéré de ses chaînes et obtient un bon de sortie tardif, en cas de services rendus après 4 années de contrat (+ 1 due au club s'il joue plus de 120 matchs officiels pendant ces 4 ans). Cet énorme progrès protégeait le club et le joueur, mais restait quand même une purge pour le joueur talentueux, suspendu au bon vouloir de son président. Le footeux allait ensuite, grâce ou à cause de Bosman et son célèbre arrêt, rentrer dans Schengen : Bosman, au prix de sa carrière, s'est battu pour l'intérêt général. c'est la libre circulation du footballeur avec un contrat à durée déterminée. Le joueur peut alors bouger de club et rompre ce CDD à tout moment contre un échange d'argent entre les 2 clubs devenus entreprises. Entre-temps, les agents sont entrés dans la danse pour jouer le rôle de copain du joueur, de confident, de conseiller, sans oublier au passage de s'en mettre un peu dans les poches. Aujourd'hui, même cette corporation tient sa star : Jorge Mendès, roi des agents, un ultra puissant dictant aujourd'hui la météo du marché des transferts.

Tout ça pour ça


Oui, le système a été pensé pour libérer le footballeur, mais finalement, l'enchaîne toujours. Radamel Falcao, ouvrier privilégié, riche et célèbre, mais ouvrier quand même, participe allègrement à ce système économique. Quel constat d'échec ! Tout ça pour ça ! On aimerait savoir si Hazard a choisi de jouer à Chelsea ou si Zlatan savait que Paris avait une équipe de football. On aimerait savoir si Messi décide vraiment de rester au Barça. Pourquoi Ángel Di María a été contraint de quitter le Real pour MU, après une saison formidable et une Coupe du monde de haut niveau ? Pourquoi Bafétimbi Gomis est devenu un paria à l'OL car il voulait aller au bout de son contrat ? Certainement pour ne pas mettre en péril l'équilibre de cette machine à fric. Peut-être parce que le monde du football marche sur la tête, en échappant à toute régulation, où la FIFA et son patron Don Sepp Blatter sème la terreur. On s'amuse de ce monde du football où, aujourd'hui, on fait voyager de l'humain pour faire circuler de l'argent, souvent fictif d'ailleurs.

Radamel, va falloir se réveiller et venir te sauver pour qu'enfin tu puisses choisir ta future destination et qu'on puisse te voir le mardi ou le mercredi soir. Toi aussi, tu as le droit d'entendre cette jolie musique d'avant-match qui fait rêver tous les footballeurs de la planète. Radamel Falcao fait partie des meilleurs. Et dans beaucoup de métiers, les meilleurs, au moins, eux, ont le choix, sont libres, même libres de niquer le système. Radamel, brise tes chaînes, sinon tu risques de finir au Havre avec tes copains Simão et Adriano, dans le 11 de rêve de Christophe Mariol. Ou Maillol. Et au Havre, sûr qu'on te verra jamais jouer la Champions ! LH76, the place to be. Remarque, ce n'est pas pire que les docks de Manchester.


Par Vikash Dhorasoo
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 14:36 Euro Millions : 138 millions d'€ + 1 millionnaire garanti
Hier à 16:58 Neymar lance son propre jeu de foot 72 Hier à 14:14 La statue de Falcao 29 Hier à 14:13 Un Ballon d'or créé pour les femmes 44
Partenaires
Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible
Hier à 10:52 Zlatan aide le LA Galaxy à stopper sa mauvaise série 5