En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 7 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Nice-Monaco

Falcao et son cousin Germain

Monaco est à la fête, avec la tête du championnat et le retour en force de deux de ses attaquants anciennement exilés, Valère Germain et Radamel Falcao. Un binôme qui devrait vite se stabiliser en pointe du système de Jardim et qui a, a priori, tout pour carburer.

Modififié
« Êtes-vous revanchard ? » Valère Germain se penche sur le côté droit, se gratte un peu l'oreille, puis soupire. « Euuuuuuh... Hmmmmmmm... Oui, ouais, la revanche, oui, parce que j'ai envie de rejouer titulaire avec Monaco. » Après une conférence de presse maîtrisée et une volée de réponses pleines d'assurance sur son début de saison avec Monaco, Valère Germain a donc fini par hésiter. Un brin désorienté, l'attaquant monégasque s'autorise quelques secondes pour trouver ses mots, et répondre aux journalistes en plantant à nouveau son regard bleu dans le leur. Oui, Valère Germain est revanchard. Un an après avoir quitté Monaco, son club formateur, la mort dans l'âme pour rejoindre en prêt le voisin et ennemi niçois, il serait même étrange qu'il en soit autrement. Pièce maîtresse du Monaco de Claudio Ranieri, fidèle au poste même lors des années en Ligue 2, Valère Germain avait été l'un des oubliés de Jardim. Une seule saison sous les ordres du Portugais suffira à le pousser à bout. Après avoir trouvé le réconfort dans les bras de Nice, il rembobine dans les colonnes de L'Équipe : « À Monaco, je ne servais plus à rien. J'ai continué jusqu'à la limite, mais je n'en pouvais plus. » Alors oui, après avoir connu ces heures noires, Valère Germain peut être revanchard, mais dans le bon sens du terme et pour mettre son envie au service d'une équipe qui pourrait faire une grande saison. Car il partage désormais l'attaque avec Falcao, l'un des plus beaux revenants du championnat. Une association bien partie pour faire des étincelles.

Le retour des coups de griffe


Et pourtant, après une saison à quatorze buts et six passes avec les Aiglons, le blond ne s'imaginait pas s'envoler : « Je ne pensais jamais rencontrer autant de bons mecs, être aussi épanoui dans une vie de groupe. Je me vois mal partir au bout d'un an et laisser toute cette amitié. » Mais la logique des prêts est implacable, et cet été, Valère Germain a dû refaire la vingtaine de kilomètres qui séparent Nice de Monaco pour retrouver le Rocher. Presque au même moment, un autre attaquant parcourait plus de 1000 bornes pour revenir à la Turbie et enfiler à nouveau le maillot du club auquel il appartient toujours malgré son exil, Radamel Falcao. Lessivé par des aventures anglaises ratées, le Colombien n'a convaincu personne de lui donner une nouvelle chance, et a préféré la Ligue 1 à l'émigration un peu honteuse en Chine. Un choix raisonnable mais courageux, et qui ne demandait qu'à être bénéfique aux deux partis. La sauce prend dès les matchs amicaux de l'été, puis lors du troisième tour de barrage de Ligue des champions remporté par Monaco avec deux buts de Falcao. Le Tigre se blessera au match retour, et se paiera un petit mois d'arrêt avant de goûter à nouveau à la Ligue 1. Mais les premiers matchs disputés aux côtés de Valère Germain en pointe du 4-4-2 de Jardim sont prometteurs, et l'animation offensive proposée par Bernardo Silva et Benjamin Mendy devrait les fournir en bons ballons toute la saison. « Avec les retours de Valère et de Falcao, le niveau de notre équipe a augmenté » , assurait Jardim au début de la saison, fier de ses deux terreurs.

Le yin et le yang


L'année dernière, l'attaque de Monaco manquait à la fois de saveur, de stabilité et de saignant. Traoré, Cavaleiro, Carrillo, El Shaarawy, aucun d'entre eux n'aura réussi à s'imposer, et la doublette Germain-Falcao paraît aujourd'hui évidente. « Je reviens avec un statut différent. Au club, les regards sur moi ont changé » , assure Germain, conscient que c'est son tour et qu'il aura sa chance cette année. Contre Lille, match du retour de Falcao sur la feuille de match, Germain était d'ailleurs titulaire. Une semaine plus tard, pour le retour de Falcao dans le onze, c'est le Colombien qui gratte le brassard et qui se permet même de marquer, son premier but en Ligue 1 depuis plus de deux ans. « Je travaille beaucoup physiquement, je me sens très bien » , prévenait Falcao après la rencontre, même s'il n'est pas encore prêt à jouer 90 minutes. Valère Germain, lui, revenait sur leur entente, et sur les réflexes qu'ils sont en train de mettre en place : « J’aime bien évoluer avec lui. Nous avons bien démarré ensemble. On s’attend bien sur et en dehors du terrain. » Falcao en finisseur, Germain capable de tourner autour de lui, de lui donner des ballons mais aussi de marquer, et voilà le tandem qui pourrait maintenir Monaco en tête du championnat. Surtout quand en face, le rival parisien en est encore au stade des ajustements, entre Cavani sur courant alternatif, Di María au rendement insuffisant, Lucas mystérieux et les lourds dossiers Ben Arfa et Jesé à gérer. Pas effrayé, Germain martèle ses ambitions : « Je pense qu'on pourra faire de grandes choses cette année. » Le rocher dans la chaussure parisienne, en somme.




Par Alexandre Doskov
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 23:00 L2 : Les résultats de la 21e journée 3
Hier à 15:55 L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20 Hier à 13:45 Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 33 Hier à 11:55 Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 81
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
lundi 15 janvier La Fondation Lionel Messi pas très utile selon les Football Leaks 40
À lire ensuite
Ronaldo en 40 photos