1. //
  2. //
  3. // Départ de Zlatan Ibrahimović

Faites place

« Je suis arrivé en roi, je repars en légende. » Jusqu’au bout, Zlatan Ibrahimović aura eu les bons mots, ceux qui marquent. Le Suédois va donc quitter le PSG après quatre saisons dans la capitale. Il y avait une histoire avant lui, il y’en aura encore une après lui, mais l’histoire de Zlatan Ibrahimović au PSG est unique et éternelle. C’est tout simplement le meilleur joueur de l’histoire du club qui s’en va. Au sommet.

Modififié
2k 59
178 matchs, 152 buts, 53 passes décisives et une gueule. Voilà, avant les deux derniers matchs de la saison (Nantes et la finale de la Coupe de France contre l’OM), ce que va laisser Zlatan Ibrahimović dans la capitale. Des chiffres qui auront aidé à garnir le palmarès du club (quatre titres de champions, trois coupes de la Ligue, une Coupe de France, trois trophées des Champions), mais aussi a donné une certaine crédibilité à un projet qui fête seulement sa cinquième année d’existence. À l’aube de fêter les 45 ans du club de la capitale, la place de Zlatan Ibrahimović dans l’histoire du club peut donner lieu à débattre. D’un point de vue émotionnel, des joueurs comme Pauleta, Raí ou encore Safet Sušić occupent une place à part. Surtout parce qu’ils renvoient à une autre époque. Celle d’un Parc des Princes avec une âme, celle d’un club sans autant de moyens financiers, celle d’un club qui ne gagnait pas grand-chose, aussi, pour prendre la période du Portugais par exemple. Mais minimiser l’apport de Zlatan au club de la capitale aux millions de QSI serait lui faire offense. Offense à son talent, à ce qu’il a montré, dit, fait, donné aux gens qui aiment le club ou tout simplement au football français. Qu’on le veuille ou non, Ibrahimović aura crédibilisé le PSG de QSI, mais aussi, un peu, la Ligue 1. D’aucuns avanceront qu’il n’a jamais daigné parler en Français publiquement, qu’il s’amusait avec les défenses de Ligue 1 comme un père avec ses enfants, qu’il méprisait à tout va, qu’il jouait avant tout pour lui. Oui, c’est vrai. Mais c’était un leader. Un homme qui adorait se construire dans l’adversité. Dans la rage. Alors qu’on le disait sur la fin, cramé, usé, Ibrahimović termine la saison de Ligue 1 avec des chiffres stratosphériques : 36 buts, 13 passes. Sur le site officiel du club, l’homme – qui ne prend que trop rarement la parole – a fait sa communication : « Le PSG est devenu ces dernières années un club star à l’éclat international et j’aurai pris une part majeure dans cette métamorphose. Le temps est venu pour moi d’emprunter un nouveau chemin » .


Comme toujours, tout est ramené à sa personne. Il est comme ça, le Roi Ibra, mégalo. On se demandera toujours où se situe la frontière entre son personnage et l’homme qui se cache derrière. En tout cas, Ibrahimović ne pouvait partir du PSG - club où il sera resté le plus longtemps dans sa carrière - qu’au sommet. Il sort de sa saison la plus réussie en club et achèvera son aventure parisienne par une finale de Coupe de France contre l’OM. Une porte de sortie à son image. Le hasard fait souvent bien les choses, surtout s’il part sur un titre. Dans un club qui aura vu défiler George Weah, Ronaldinho ou encore David Ginola, Ibrahimović restera le plus grand, car il ne s’est pas « fait » à Paris. Quand il débarque, au cœur de l’été 2012, c’est déjà une star. Un mec qui a joué à l’Ajax, la Juventus, l’Inter, le Barça et l’AC Milan. Son CV parle pour lui. Il aura eu le mérite d’être encore plus fort au PSG.

Intimidant et dominateur



La France a découvert une force de la nature, un type dont le premier but en Ligue 1 résume à lui tout seul sa domination. Contrôle de la poitrine au-dessus du crâne de Bourillon et reprise dans la foulée. Physiquement, il se dégageait du Suédois une bestialité rarement vue au PSG. Peut-être chez Weah, mais par intermittence. Ibra, lui, aura été régulier. Dominateur. Intimidant pour ses adversaires, mais aussi ses partenaires. Récemment, un ancien intime du vestiaire parisien racontait cette scène : « À l’entraînement, lors des oppositions, il ne voulait prendre que les jeunes avec lui. Et se frotter aux titulaires. Il avait cette envie de gagner. Moralité, son équipe gagnait systématiquement. » C’est aussi ça que le PSG et Leonardo étaient venus chercher avec le Suédois. Un état d’esprit de conquérant. Un winner. Avant son arrivée, le PSG courrait après un titre de champion depuis 1994. En quatre ans, Ibrahimović et sa bande auront triplé le palmarès du club. Mais celui de 2013 était le plus important. C’était le premier. Celui qui complexait tant les dirigeants Qataris. Au fond de lui, Zlatan Ibrahimović s’est senti chez lui au PSG, car il en était le roi. Personne au-dessus de lui. Que ce soit financièrement ou sportivement. Son rêve de gagner la Ligue des champions s’est envolé à l’endroit où ses limites se voient le plus : dans les gros matchs à enjeux. Alors oui, il aura fait le boulot sur certaines confrontations (Barcelone 2013, Chelsea cette saison), mais l’histoire retiendra que le PSG d’Ibrahimović s’est arrêté quatre fois de suite en quart de finale et que le grand Suédois a raté sa dernière sortie contre Manchester City. Zlatan Ibrahimović n’était pas parfait. Son arrogance et son sens de la formule en auront choqué certains, mais le PSG vient de perdre un joueur capable de changer le cours d’un match où il ne se passe rien sur un tir. Un dribble. Une passe. Une inspiration. Le PSG se sépare d’un compétiteur rare. Unique. Mythique. Il ne faut pas chercher à le remplacer, il est irremplaçable, mais apprendre à vivre sans lui. Grandir, quoi. C’est une étape importante dans l’histoire du club. C’est un fait, le PSG fera sans doute moins peur. Mais que la France en profite, car une fois sa carrière terminée, le joueur reviendra au club dans un rôle d’ambassadeur : « Ce ne sont pas des adieux, simplement un au revoir. Je suis venu ici en roi et j’en repas comme une légende. Mais je reviendrai ! » Au fond, savoir si Zlatan Ibrahimović est le plus grand joueur de l’histoire du club, c’est une question sans intérêt. Les époques sont différentes. Le football est différent. Le PSG est différent. Zlatan Ibrahimović aura évolué quatre ans au PSG et en France. Et on en aura bien profité. Vraiment. Alors pour tout ça, Ibra, merci. Merci encore. Et bon vent.

Par Mathieu Faure
Modifié

Dans cet article

Cette intro, je dis OUI, l'article je dis OUI dans l'ensemble sauf sur le passage de la c1.

Et le meilleur morceau, que je partage à 200% est là:

" Dans un club qui aura vu défiler George Weah, Ronaldinho ou encore David Ginola, Ibrahimović restera le plus grand, car il ne s’est pas « fait » à Paris. "

Rien n'est plus vrai dans mon cœur de supporter, Ibra ne s'est pas servi de notre club pour être convoité, il n'était pas prêt à cirer des bancs pour attirer la Juve, les Milan...

Très bon article, je ne suis pas ok avec tout, mais très bon article.
Sidney G'Ovule Niveau : Loisir
Note : 1
"Je suis venu en roi (de la serie A), je repars en légende (du 6ème championnat au ranking UEFA)"
Verrattinho Niveau : DHR
Bon article Matthieu Faure, pour pinailler je noterais juste mon désaccord avec cette phrase: "Un homme qui adorait se construire dans l’adversité."
L'adversité, culturelle, médiatique peut-être, mais footballistique, jamais - et c'est bien là le plus grand regret des supporters comme moi.
Note : 1
Mais n'importe quel joueur payé à ce prix là aurait rendu le PSG champion de France!
Putain mais contextualisé un peu les chances ça rend fou de lire les 5-6 groupies du site (dans le sens propre).
Oui Ibra est un grand joueur (personne ne le nie ici) mais c'est juste un grand joueur, un mec qui est dnas les 10-20 meilleurs joueurs au monde...Des mecs de son niveau il y en déjà eu pas mal en L1 et il y en a d'autres dans tous les championnats...
Mais après c'est un mec qui a planté dans une équipe qui marche sur son championnat ou chaque joueur est le meilleur (et le mieux payé) du championnat à son poste! Il est où l'exploit? Même Cavani qui est traité comme un malpropre plante énormément de buts!

La seule chose où l'on peut juger le côté "exploit" de ce PSG c'est sur les matchs où en face il y a une opposition de même calibre et sur ce point, le psg est plutôt décevant et en grande partie de sa faute! Il a empêché au joueur offensif le plus talentueux de brillé (pastore) et a surement eu un rendement moindre qu'un cavani mis en confiance...
La Jonquaille Niveau : DHR
Bon article. Je lui en voudrai toujours un peu pour sa pitoyable sortie du "PSG est né avec les qataris" mais pour le reste, il nous a régalés comme personne avant lui. Ronnie aussi était un génie pur mais choisissait ses matches et n'en branlait pas une (il faut dire que l'effectif n'avait pas grand-chose à voir avec celui du moment) alors que le Z a envoyé du lourd non stop (on dit bien "zlatané" non ?), sans jamais connaitre de passage à vide.
Mesurons la chance qu'on a eu et espérons que les dirigeants sauront lui trouver un digne successeur.
Sidney G'Ovule Niveau : Loisir
Note : 1
Au demeurant le gars a été un artisan essentiel des qualifications successives (et systématiques désormais, sauf catastrophe industrielle) du PSG en Ligue des Champions, hypothèse qui relevait quasiment de la science-fiction avant l'arrivée de QSI. Il a également joué un rôle primordial dans les sorties de poules en C1. Mais y'a comme un fossé entre l'aura du mec et ce qu'il a accompli: au final, ce n'est qu'un skipper extrêmement expérimenté à qui on a confié la barre d'un catamaran pour faire la course contre dix-neuf coques de noix. Pas de doute sur la compétence du mec mais son mérite demeure tout relatif. La Ligue 1 c'est du baby-foot pour les joueurs de son calibre, ce n'est qu'une ligue européenneeuropéenne mineure.
C'est vrai qu'il a fait le boulot avec style. En même temps, face à Daniel Congré ou François Modesto...
Coach Kévinovitch Niveau : Ligue 1
Note : 1
Message posté par La Jonquaille
Bah tu vas nous la dresser ta liste des joueurs du niveau de Zlatan qui ont déjà évolué en L1, comme ça histoire de voir...


Cette liste compte tous les postes ou seulement les attaquants parce dans le premier cas, pas besoin de se fouler.
VinnieCasseTibia Niveau : CFA
Note : -1
Message posté par ruicosta10
Mais n'importe quel joueur payé à ce prix là aurait rendu le PSG champion de France!
Putain mais contextualisé un peu les chances ça rend fou de lire les 5-6 groupies du site (dans le sens propre).
Oui Ibra est un grand joueur (personne ne le nie ici) mais c'est juste un grand joueur, un mec qui est dnas les 10-20 meilleurs joueurs au monde...Des mecs de son niveau il y en déjà eu pas mal en L1 et il y en a d'autres dans tous les championnats...
Mais après c'est un mec qui a planté dans une équipe qui marche sur son championnat ou chaque joueur est le meilleur (et le mieux payé) du championnat à son poste! Il est où l'exploit? Même Cavani qui est traité comme un malpropre plante énormément de buts!

La seule chose où l'on peut juger le côté "exploit" de ce PSG c'est sur les matchs où en face il y a une opposition de même calibre et sur ce point, le psg est plutôt décevant et en grande partie de sa faute! Il a empêché au joueur offensif le plus talentueux de brillé (pastore) et a surement eu un rendement moindre qu'un cavani mis en confiance...


Ta malhonnêteté intellectuelle n'a vraiment d'égal que ton orthographe douteuse.
Note : 1
En fait en voyant se débat absurde on a l'impression que les gens ont perdu leur capacité à comprendre et a communiquer.
Tous les reproches fait à Zlatan peuvent être vrai, fort avec les faibles, absent dans les gros matches, non respect de l'histoire du club etc.
Mais pourquoi nier que 1) C'était un leader charismatique: Tous ses coéquipiers le disaient, il a sa statut, son verbe et une indéniable aura internationale, c'est un demi dieu en Suède. Que vous trouviez ça mérité ou non, on s'en bat les couilles, c'est juste un fait.
2) C'est un des joueurs qui a le plus marqué le championnat de France et le PSG. Les arguments qui consistent à dire "oui mais le PSG marche sur la L1, la L1 c'est pété de toute façon, etc" n'enlève rien à ce qui est encore une fois, un fait. Le mec arrive au top de sa forme, tout le monde ne parlait que de lui, il est devenu le meilleur buteur du club, a planté des buts somptueux, humilié les défenses du championnat en marchant. Que vous trouviez l'exploit faible n'enlève rien à la réalité matérielle de cet accomplissement et vous confondez jugement de valeur avec réalité objective, tant statistique que médiatique ou historique. C'est idiot. Il faut parfois arrêter de voir le monde sous un angle j'aime/j'aime pas, et analyser les faits à froid. Putain de culture du like.
VinnieCasseTibia Niveau : CFA
Message posté par Richter
En fait en voyant se débat absurde on a l'impression que les gens ont perdu leur capacité à comprendre et a communiquer.
Tous les reproches fait à Zlatan peuvent être vrai, fort avec les faibles, absent dans les gros matches, non respect de l'histoire du club etc.
Mais pourquoi nier que 1) C'était un leader charismatique: Tous ses coéquipiers le disaient, il a sa statut, son verbe et une indéniable aura internationale, c'est un demi dieu en Suède. Que vous trouviez ça mérité ou non, on s'en bat les couilles, c'est juste un fait.
2) C'est un des joueurs qui a le plus marqué le championnat de France et le PSG. Les arguments qui consistent à dire "oui mais le PSG marche sur la L1, la L1 c'est pété de toute façon, etc" n'enlève rien à ce qui est encore une fois, un fait. Le mec arrive au top de sa forme, tout le monde ne parlait que de lui, il est devenu le meilleur buteur du club, a planté des buts somptueux, humilié les défenses du championnat en marchant. Que vous trouviez l'exploit faible n'enlève rien à la réalité matérielle de cet accomplissement et vous confondez jugement de valeur avec réalité objective, tant statistique que médiatique ou historique. C'est idiot. Il faut parfois arrêter de voir le monde sous un angle j'aime/j'aime pas, et analyser les faits à froid. Putain de culture du like.


Merci, franchement merci d'avoir remis un peu de contexte objectif dans la déferlante. Zlatan, c'était costaud, qu'on le veuille ou non.

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
2k 59