Fabrice Olszewski : « Ce rêve, c'était un cauchemar »

Arrivé en L1 comme un sombre inconnu, il en est reparti comme une légende. Avec sa dégaine bien à lui, cheveux longs et casquette vissée sur la tête, Fabrice Olszewski, ancien traducteur de Marcelo Bielsa à l'OM, a animé la saison médiatique de Ligue 1 en 2015-2016 grâce à des conférences de presse pour le moins originales. Aujourd'hui loin de tout ça, il a accepté de revenir sur son expérience marseillaise, entre rêve éveillé et énormes désillusions.

Modififié
2k 16
Comment tu t'es retrouvé à l'OM ?
Diego Reyes, l'adjoint de Bielsa, que j'avais déjà rencontré dans le cadre du Tournoi de Toulon pour lequel j'étais bénévole, m'a contacté afin que je traduise la présentation que le coach devait faire à Vincent Labrune. Dans ma tête, c'était juste un truc ponctuel histoire de leur rendre service, rien de plus. Mais finalement, le club a proposé à Bielsa de lui payer un traducteur, et Diego Reyes m'a contacté pour me dire que Bielsa était chaud pour que ce soit moi. Au début, je n'y croyais pas trop, je ne voyais pas pourquoi ça me tomberait dessus. Mais quand tu réfléchis, tu te dis que tu ne peux pas refuser ça, c'est impossible.

Et te voilà propulsé en pleine lumière en conférence de presse... Et avec un coup dans le nez !
Oui, on m'avait demandé d'accompagner Baptiste Aloé en loges. Je n'y avais jamais mis les pieds, du coup j'ai profité de l'instant. T'as l'hôtesse qui vient et qui te demande si tu veux boire un truc. Ben oui ! Finalement, t'es dans ton match, elle te remplit les verres, tu ne t'en rends même pas compte. À la fin, je descends dans le vestiaire avec Baptiste, et là, t'as l'attachée de presse qui m'attrape et qui me dit : « Fabrice, la conf', c'est toi qui t'y colles. » Et comme je ne suis pas du genre à refuser un défi...


Et comment se passe le truc dans ta tête ?
En fait, la première question, ça va, j'écoute, je traduis, point. Mais après, je me rends compte que je n'ai pas écouté la réponse de Bielsa, j'étais en train d'essayer de réaliser où j'étais. Et à un moment, le silence. « Ah ouais merde, c'est à moi de parler ! » J'ai répondu ce que j'ai pu. Comme je connaissais bien le coach et sa manière de voir les choses, j'arrivais à retranscrire plus ou moins son message. Ce n'était pas de la traduction pure, j'essayais d'expliquer ce qu'il voulait dire tout en adaptant à ma sauce.

T'as vite remarqué qu'on parlait beaucoup de toi dans les médias ?
On travaillait tellement avec Bielsa que je ne regardais pas la télé et j'utilisais rarement les réseaux sociaux, donc j'étais carrément en dehors de tout ce cirque, je ne me suis pas rendu compte de l'ampleur que ça a pris après mes premières conf'. Pendant un mois ou deux, je pensais que tout se passait super bien, mais les joueurs ont commencé à me chambrer en me disant : « Hé Fabrice t'étais à J+1 ! » Quand j'ai pris conscience du truc, je me suis dit : « Mais c'est quoi ce bordel ? »

Ça fait quoi de se retrouver dans ce cas de figure ?
J'avais l'impression que je ne m'appartenais même plus. C'est compliqué, surtout quand tu ne t'y attends pas.

Quelles étaient tes relations avec les joueurs ?
« Quand je suis arrivé pour la première fois dans le vestiaire, j'ai fait un peu le lascar et je n'ai serré la main à personne. »
Ça passait bien, je n'ai jamais eu de... Enfin si, quand je suis arrivé pour la première fois dans le vestiaire, j'ai fait un peu le lascar et je n'ai serré la main à personne. Et là, t'as Dédé (Gignac) qui m'attrape et qui me dit que ça ne se fait pas. En gros, je voulais un peu marquer mon territoire, histoire de leur montrer que je n'allais pas me laisser marcher dessus parce que je venais de l'extérieur. Après, ça a été, on délirait bien, mais je n'ai jamais franchi la ligne rouge en sortant avec eux, sauf un peu avec le staff. Là, c'était n'importe quoi, en boîte t'avais des canons qui venaient me parler alors qu'avant, jamais elles ne seraient venues me voir.

Sur le coup, tu penses quoi du monde du foot ? T'as vite été dégoûté ?
Oui. Au bout de deux mois, j'ai dit au coach : « Si vous restez un an de plus au club, ça sera sans moi, ça suffit. » T'imagines le truc ? C'était presque un rêve qui se réalisait pour moi et je me suis rendu compte que ce rêve, c'était un cauchemar. J'ai été déçu par tous les gens du milieu. Les journalistes, les gens qui ont du blé et qui gravitent autour, même les parents qui venaient au centre de formation avec leurs gamins. À la limite, tu te demandes si le gamin aime jouer au foot, s'il n'a pas été poussé par la famille pour ramener du blé...

Concernant Bielsa, a-t-il trouvé dur le traitement médiatique français qui a été fait à son égard ?
« Ce n'est pas parce que je galérais que je soufflais lors des conf', mais parce que je me rendais compte de la débilité de certaines questions. »
Non, ça ne l'a pas choqué. En revanche, je crois qu'il a été un peu déçu du niveau des journalistes français. Moi aussi, j'ai fini par comprendre le truc avec les journalistes. La plupart sont des intermittents qui sont payés au rendement (sic). Et qu'est-ce qui fait du rendement, qu'est-ce qui fait vendre ? Ce n'est pas le foot en lui-même. C'est aussi pour ça que je soufflais lors des conf'. Ce n'est pas parce que je galérais, mais parce que je me rendais compte de la débilité de certaines questions.

Bielsa a pensé à toi à un moment donné pour le poste de directeur sportif de l'OM ?
Ouais.

C'est dingue !
Non, quand tu le connais, tu ne trouves même pas ça choquant. Il voulait quelqu'un de confiance à ce poste-là puisqu'il ne trouvait pas le niveau de la cellule de recrutement terrible. Il voulait quelqu'un à ce poste qui soit dans son camp. Mais qu'est-ce que tu veux que je fasse, moi, en tant que directeur sportif de l'OM (rires) ?

Malgré vos bonnes relations, t'as eu une embrouille avec Bielsa, non ?
C'est de ma faute, j'ai un peu oublié que je devais être un robot (rires) ! Il essayait de faire comprendre un truc à un joueur, mais il n'arrivait pas. Du coup, je suis allé vers le joueur et j'ai voulu lui parler, et là il m'a dit : « Non non, toi tu n'es là que pour traduire. » Je lui ai répondu que ça ne servait à rien, que le mec ne pigeait pas ce qu'il essayait de lui dire. Mais je l'ai fait comme ça, devant tout le monde, un peu fort. D'une certaine manière, je remettais en doute son autorité devant le groupe. C'est pour ça que ça a dégénéré. Mais j'ai assumé ma connerie. Finalement, après un mois de froid, les choses sont rentrées dans l'ordre.

Il t'a proposé de régler ça à l'ancienne, avec une bonne baston ?
Pour lui, c'était la seule manière de régler la question. Il a dû se dire : « Les menaces, ça ne fait rien sur lui, l'argent non plus, c'est un gars qui vient de la rue, et ben on va régler ça comme dans la rue. » T'imagines, si on règle ça comme ça ? Il a soixante-cinq ans, j'en ai quarante... Si je lui tape dessus, après t'as tout Marseille qui veut ma peau, vu que rien ne reste secret bien longtemps dans cette ville.

À Marseille, tout se sait...
Oui, en un mois, j'avais compris ça. Dès qu'il se passe un truc dans le club, ça se sait direct, c'est un truc de fou. Un jour, on était au petit-déjeuner avec deux kinés de l'équipe et je leur dis, en lisant le canard : « Vous avez vu ce qui sort dans le journal ? » Ils me répondent : « Ici Fabrice, les journalistes achètent les informations. Si tu veux te faire 10 000 euros, c'est pas compliqué. » Mais je ne l'ai jamais fait. Pourquoi trahir des gens avec lesquels tu travailles, qui sont à tes côtés au quotidien ?

Il y a un problème de confiance entre les gens dans ce milieu ?
Personne n'a confiance en personne (rires).

C'est ça qui t'a dégoûté ?
Oui. Moi, je suis quelqu'un qui va accorder sa confiance aux gens. Du point de vue des relations humaines, si tu commences à ne pas avoir confiance en l'autre, où est-ce qu'on va ? Après, tu deviens parano comme le coach. Lui, il n'a plus confiance en personne. Du coup, t'es obligé de sortir du milieu du foot au plus vite, sinon tu sais que tu vas finir comme eux... Je me souviens d'Éric Carrière qui disait que j'étais grillé dans le monde du foot après mon interview à J+1. Et c'est vrai. Je me suis grillé parce que je suis une personne honnête. Franchement, ça m'a fait du bien d'entendre ça venant de quelqu'un comme Carrière. Je me suis dit que le foot, ce n'était pas pour moi.

Youtube

T'avais une clause de confidentialité quand tu étais au club ?
Ouais. D'ailleurs, j'ai cru qu'ils allaient me faire quelque chose quand j'ai parlé à J+1. Depuis, tous les mecs du milieu me détestent. Ils me disent : « Ça ne se fait pas ce que tu as fait, ce qu'il se passe dans le foot, ça reste dans le foot. » Alors que pour moi, c'est presque un devoir de dire : « Attendez, le foot, ce n'est pas ce que vous croyez, on vous vend du vent. » Et puis c'est un business. S'il y a quelqu'un qui commence à parler, ça tue le business.

Et aujourd'hui, ça se passe comment pour toi ?
« J'essaye de trouver du boulot, mais c'est la merde. En fait, ça a été un peu une malédiction d'avoir bossé à Marseille pour moi. »
C'est la galère. J'essaye de trouver du boulot, mais c'est la merde. J'ai essayé d'en trouver au Chili, mais je n'ai rien trouvé, du coup je suis revenu en France et j'en cherche ici. En fait, ça a été un peu une malédiction d'avoir bossé à Marseille pour moi.

Ça t'a plombé ?
Après tout ça, c'est difficile d'aller à un entretien d'embauche. Les gens se foutent de ce que je peux leur dire, ils veulent juste que je leur parle de l'OM et de Bielsa. Je suis marqué à vie au fer rouge.

Propos recueillis par Aymeric Le Gall
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Master of footix Niveau : Loisir
Mon dieu, comment il se la raconte ce mec. Il fait surtout pitié à essayer de capitaliser sur sa minable expérience à l'OM.
Juge du canapé Niveau : District
En quoi il se la raconte ? En quoi essayes-t-il de capitaliser sur sa minable expérience à l'OM ? Il a sortit un bouquin ? Il vend des Tee shirt à son effigie ?
Vraies question je ne connais pas le mec. En tout cas dans l'interview ça ne saute pas aux yeux.
Note : 3
il se la raconte rien du tout...il est meme humble...
Note : -3
Humble, je ne sais pas. J'ai une sensation curieuse en lisant cette interview, selon les passages, ça me fait "le pauvre, il a pris cher" mais aussi "quel con quand même". L'impression qu'il lui a manqué deux trois infos et neurones pour faire ce job, même si c'est très facile de dire ça derrière un écran.
Note : 2
ben oui et il ne le nie pas...il est le premier à se demander ce qu'il foutait là
Pourquoi 2-3 neurones?? Je le trouve un peu au dessus de tout ça au contraire...
Le pseudo colle parfaitement avec le commentaire si je peux me permettre. J'ose espérer que t'as lu l'interview en diagonale
Master of footix Niveau : Loisir
Allez y mes salopes faites pleuvoir les -1 !
7 réponses à ce commentaire.
Interview déroutante, mais le garçon est un peu naïf.
Ici nous sommes tous passionnés par la beauté du jeu et par la passion que le football génère, mais je pense que si nous étions propulsés de la même manière au sein d'un organigramme tel que celui de l'OM, nous ne nous attendrions à rien d'autre qu'à du superficiel, du conflit et de l'égoïsme.

Je le vois tellement en train de faire les vendanges dans le Luberon le Fabrice, un sécateur dans une main et une grappe de raisin dans l'autre
Condescendance de base, c'est moche et injustifié...
Funky_samurai Niveau : CFA2
sérieusement si tu représentes le public de sofoot, vous êtes à vomir.
3 réponses à ce commentaire.
Mon ressenti c'est que le mec s'est bercé de nombreuses illusions quand même. Il débarque dans un des plus gros clubs de football de l'Hexagone, qui est aussi une marque, une entreprise. Donc forcément, quand on est dans son canap' ou qu'on va au stade c'est sexy chocolat de voir des mecs qui déconnent et qui écoutent du rap dans le vestiaire, des mecs qui rentrent sur un terrain avec un public chaud bouillant, etc...

Mais c'est évident que c'est différent, la sécurité, la com, le marketing, la compta...

Mais loin de moi d'émettre un avis négatif sur le bonhomme qui m'avait l'air plutôt sympa, et le traitement médiatique qu'il a subi était globalement injuste même s'il faisait un peu caliméro parfois.
Note : 1
je crois surtout qu'il s'en battait les couilles...il a juste été déçu par la réalité, conséquence de ça naiveté et de son je m'en foutisme
1 réponse à ce commentaire.
"J'ai été déçu par tous les gens du milieu. Les journalistes, les gens qui ont du blé et qui gravitent autour, même les parents qui venaient au centre de formation avec leurs gamins. À la limite tu te demandes si le gamin aime jouer au foot, s'il n'a pas été poussé par la famille pour ramener du blé..."

"Enfin si, quand je suis arrivé pour la première fois dans le vestiaire, j'ai fait un peu le lascar et je n'ai serré la main à personne."

Bizarre de lire ça de la même personne...
Note : 1
euh non...
1 réponse à ce commentaire.
très bonne itw.
le gars est honnête et sans concession...mais très naïf.
il me plaît bien.
Loulou Nic au Lin Niveau : District
C'est surréaliste son interview.
Le mec débarque en disant bonjour à personne, "pour marquer son territoire"...
Ensuite il va en loge pour accompagner un joueur, il se prend limite une cuite et derrière il va traduire n'importe quoi.
Bielsa qui le propose comme directeur sportif...
Bielsa qui veut régler les trucs en mode baston

Y'a du ménage à faire dans ce club, parce que non seulement ça a l'air malsain mais aussi gangréné par l'incompétence.
Georgesleserpent 2.0 Niveau : Ligue 2
C'est quand même étonnant la façon dont il prend tout ça à coeur.
Quand tu entends son interview, t'as l'impression qu'il a été traumatisé à vie, qu'il se faisait harceler par tout le monde, alors qu'il est juste traducteur quoi...
Il a appris que le foot était un business qui comprend tout ce qui y touche, journalistes, entourages de joueurs de toutes catégories compris. Sacrée découverte.
Note : 2
et que le mec se prend des entretiens d'embauche qui sont des diners de cons déguisés, pause détente pour les recruteurs, tiens t es là? Hop Marseille-Biesla au revoir et merci pour le sourire ! Limite ca pourrait l'aider en fait, du genre tu te prépares à ce qu'on aborde ce sujet
ThomasDandy Niveau : Ligue 2
Note : 1
En même temps il avait un poste méchamment exposé.
Ca arrive souvent que des "sous-fifres" deviennent des hommes de confiance, tant ils sont proches et dévoués à leur supérieur direct.
En ce qui concerne le monde du foot, il ne s'y attendait peut-être pas à ce point.
Moi ça me choque pas du tout.
2 réponses à ce commentaire.
clement6628 Niveau : CFA2
Ce qui me marque dans cette interview, outre le milieu mais ça ne m'étonne pas vraiment, c'est Bielsa ! On sait tous qu'on ne le surnomme pas El Loco pour rien, mais à chaque fois que je lis de nouvelles choses, j'ai l'impression qu'il est encore plus barré que ce que j'imaginais. Vouloir se battre à 65 ans avec son traducteur qui en a 40 ou proposer à son traducteur qu'il a rencontré par hasard le poste de directeur sportif ?! Même lui dit qu'il aurait été incapable d'occuper un tel poste. C'est dingue ! Que ce soit à Marseille ou à la Lazio, ce qu'il s'est passé. Il a beau être un excellent coach, prendre un tel entraîneur, c'est prendre un risque de malade !
Bald&bearded Niveau : CFA2
Incroyable interview, certains passages paraissent surréalistes, à voir si il en rajoute pas un peu, notamment pour l'histoire du poste de directeur sportif.
ThomasDandy Niveau : Ligue 2
Note : 1
En même temps, s'il a pas dit bonjour, il devait s'y attendre !
https://www.youtube.com/watch?v=x-VYdBKwSLc
Bon vanne éculée, ok.

Plus sérieusement, super interview, le gars a l'air vraiment cool.
J'ai lu çà et là "mec naïf" ou "il aurait dû s'y attendre", ouais ok, mais un mec qui pense que c'est son devoir de dire ces choses là, bah je trouve ça bien qu'il les dise.
Si le monde du foot est moisi jusqu'à la moelle, c'est pas lui qui est naïf, c'est juste le monde du foot qui est moisi jusqu'à la moelle.
Et bien que ce soit su, c'est bien aussi que ce soit dit.
1 réponse à ce commentaire.
@clément, quoi un type de 65 ans ne peut pas boxer un autre de 40 ?
Bukowski avait une droite assez agile même à 70 ans !
mackallaway Niveau : CFA2
Mouais, encore une fois, ça montre que l'OM n'est pas forcément super structuré. Ils prennent un mec "de la rue" pour faire le traducteur...je veux bien que l'Om soit en période de finance sèche mais tu peux quand même te payer un traducteur qui ressemble pas au clochard du coin.

Après, je vais rejoindre certaines personnes, il est quand même bien naif surtout dans un club aussi populaire et "espionné" que l'OM. Bien sur qu'il va attirer toutes les nanas en boite (et pas que les meilleures) et qu'il ne pourra jamais avoir d'amis dans un milieu aussi jalousé que celui du foot de haut niveau. Et le côté, je suis en loge, je bois comme un soulard, c'est limite surtout quand tu sais que tu peux potentiellement être appelé pour une traduction.

Et la mention spéciale pour Bielsa, c'est vraiment un sac à m*, le mec n'a aucun respect pour les gens autour de lui. Si la consigne passe pas car le footballeur pige que dalle, le traducteur peut quand même venir aider. Bielsa, on a tellement l'impression qu'il a un boulot hyper compliqué, il s'occupe d'envoyer des fusées dans l'espace...
Je ne comprends pas certains commentaires, les rares fois qu'un mec expose les dérives en interne du foot, il passe pour un naïf ou un incapable. On lui a proposé un job sorti de nul part et il l'a accepté, son tort aura été (ou pas) de prendre le truc à légère, avec une vision un peu idéaliste du monde footballistique, et un déficit en maîtrise de langue de bois, mais comme il ne voulait pas s'éterniser, autant balancer ce qu'il avait sur le cœur, et puis il est conscient qu'il aurait pu juste fermer sa gueule et se faire de l'oseille, ça reste quand même louable de voir des gars mettre certains principes au dessus d’un intérêt pécuniaire.
Le Baldé Vampire Niveau : Ligue 2
Je crois que les commentaires ne se rendent pas compte à quel point le monde du foot est à la fois pourri, incompétent, et dans un amateurisme total. Et pas juste l'OM.

Je crois qu'on a beau le savoir, ce n'est pas la même chose que de le vivre.

Les seuls milieux qui me paraissent comparables en terme de pourriture, d'incompétence et d'amateurisme ce sont le journalisme et la politique.

Bref, forza Fabrice t'es un bon.
Tu as oublié le fonctionnariat !
1 réponse à ce commentaire.
On peut m'expliquer pourquoi il cherchait à "marquer son territoire" dans le vestiaire ...? Oh mec, t'es traducteur, pas Entraineur, DS ou président !!
Il faudra tout de même m'expliquer pourquoi l'intégrité et la sincérité sont rebaptisés ici naïveté dans nombre de posts !
Sans ces 2 vertus,Fabrice Olzewski n'aurait jamais eu le poste.
Si un autre monde est possible,Bielsa le rend réel avec cette proposition de poste de Directeur sportif.
Regrets éternels.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Chapecoense, fin tragique
2k 16