1. //
  2. // 8es
  3. // Italie-Espagne (2-0)

Fàbregas, l'instant zéro

Rarement l'Espagnol se sera montré aussi invisible que contre l'Italie. Un rendement qui découle d'une saison ratée. Problème : quand Cesc joue ainsi, c'est tous ses collègues qui en pâtissent. Un constat davantage valable pour la Roja que pour d'autres équipes.

Modififié
1k 19
Il est le symbole de cette Roja qu’on peine à reconnaître. Et surtout de ce milieu de terrain autrefois si intraitable. Lui, il s’appelle Cesc Fàbregas, il a 29 ans et il joue à Chelsea. Autrefois, il était l’un des meilleurs meneurs de jeu du monde. Mais ça, c’était avant. Car depuis un an, Cesc n’est plus. Incapable de retrouver son talent, Cesc ne voit plus le jour, que ce soit avec Chelsea ou son pays. Pourtant, rien ne laissait présager une telle descente aux enfers. Lorsqu’il quitte le Barça pour la Premier League durant l’été 2014, Fàbregas sort une saison mémorable, avec 23 passes décisives toutes compétitions confondues et un championnat d’Angleterre glané sous les ordres d’un tuteur nommé José Mourinho. Depuis, plus rien, donc.

Le Conte bon


Et sa prestation lors de cette triste élimination face à la Squadra Azzurra est à l’image de ce qu’est devenu Fàbregas : un fantôme. Un gars pétri de qualités à qui on fait inlassablement confiance et qui déçoit (presque) tout le temps. Opposé dans le cœur du jeu à des Italiens qui crevaient la dalle, le Londonien n’a pas existé. Aucune influence, aucune passe clé, aucune présence physique, aucun repli défensif décisif, aucune inspiration offensive, aucun mouvement gênant pour l’adversaire… C’est peu dire que Fàbregas a loupé son match. Et qu’il a loupé du même coup son Euro, tant ses deux premières rencontres avaient été du même acabit, avant de hausser un minimum son niveau devant la Croatie.

Rendez-leur Xavi


Le problème, c’est que l’Espagne et son tiki-taka se repose essentiellement sur son milieu à trois, hyper performant lors de la période 2008-2012, pour maîtriser son sujet, dominer la bataille de l’entrejeu et faire vivre sa possession de balle. Or, si l’un des trois n’est pas performant ou ne s’acclimate pas à cette homogénéité typiquement catalane, la Roja ne marche plus et perd ses moyens. Exactement ce qui s’est passé contre l’Italie. Alors oui, le talent individuel fait la différence face à des nations bien inférieures. Mais contre la justesse croate ou la tactique italienne, ça ne passe pas. La Roja ne peut que déjouer, malgré les coups géniaux toujours possibles d’Andrès Iniesta. Conséquence : le trio Busquets-Iniesta-Fàbregas s’est fait bouffer par la triplette De Rossi-Parolo-Giaccherini. Avec un Busquets moyen, les espaces laissés par les hommes de Vicente del Bosque ont été intelligemment exploités par ceux d’Antonio Conte, alors que Cesc n'en a trouvé aucun. Chaque contre-attaque était un supplice, et les doubles champions d’Europe en titre ont dû compter sur un David de Gea en feu pour ne pas récolter une défaite beaucoup plus sévère.

Koke au placard


Dès lors, comment expliquer le choix du sélectionneur, qui préfère laisser Fàbregas sur le pré quatre matchs d’affilée et se passer des services d’un Koke, sous-utilisé pendant la compétition ? Non, le joueur de Chelsea n'est pas le principal responsable (loin de là), mais la réponse reste tout de même un mystère. Forcément, ce débat va gonfler en terre espagnole. Et si son avenir chez les Blues n’est pas menacé avec cet échec, son statut de titulaire sera logiquement remis en question lorsque la saison reprendra. D’autant que pour ce huitième de finale, son futur entraîneur, Conte, était aux premières loges pour voir le désastre du bonhomme. « J’ai un peu parlé avec Antonio Conte, déclarait Fàbregas dans les colonnes de la Gazzetta dello Sport avant la rencontre. C’est un grand entraîneur, un gagnant. Il m’a dit ce qu’il voulait faire avec moi, ce qu’il voulait faire à Chelsea, et plusieurs autres choses qui resteront privées. J’ai une grande envie de travailler avec lui. Maintenant, j’aimerais qu’il commence à s’occuper de Chelsea le plus tôt possible. Je voudrais qu’il se concentre dès mardi sur son nouveau travail. » Raté. Le milieu continuait : « Il m’a fait une très bonne impression. » Le contraire n’est sûrement pas vrai.



Par Florian Cadu
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Zimedine Zimdane Niveau : CFA2
A l'image de saison avec Chelsea, en dessous de tout

Cesc a perdu la flamme depuis qu'il est parti d' Arsenal

Pas une saison complète de qualité depuis, il est devenu tellement commun et limité c'est à en pleurer
 //  21:23  //  Amateur de Dijon
C'était presque gênant de le voir jouer. Le type n'a jamais fait moins de 5 touches de balle sur chaque transmission. Comment espérer prendre de vitesse la défense italienne avec un jeu si lent?
Message posté par Zimedine Zimdane
A l'image de saison avec Chelsea, en dessous de tout

Cesc a perdu la flamme depuis qu'il est parti d' Arsenal

Pas une saison complète de qualité depuis, il est devenu tellement commun et limité c'est à en pleurer


Faut pas abuser non plus. Au Barça il n'était pas titulaire mais lorsqu'il jouait il performait. A Chelsea il a fait une saison stratosphérique en 2014-2015. La suivante est toute pourrie mais on ne peut pas dire que depuis qu'il a quitté Arsenal, il n'a rien fait si ce n'est remporter la Liga, la Supercoupe d'Espagne deux fois, la Coupe d'Espagne, la Supercoupe de l'UEFA, la Coupe du Monde des clubs, la Coupe de la Ligue anglaise, sans oublier la Premier League, enfin !

Il faut être supporter d'Arsenal et n'avoir toujours pas digéré son départ pour dire qu'il n'a rien fait depuis les Gunners
insane in my brain Niveau : Loisir
la déception ne vient pas de Fabregas. Elle vient de l'équipe espagnole, dans son ensemble. Attaque placée, stérile. face a des Italiens rigoureux dans leur trente derniers mètres.Et BAM, ça devient explosif et létal.
insane in my brain Niveau : Loisir
je reste persuadé que cette équipe d'Italie est faible. Son point fort: être une équipe soudée, qui refuse le jeu durant 90 minutes.
insane in my brain Niveau : Loisir
les Italiens sont impressionnants, dans le déploiement rapide et le marquage.
insane in my brain Niveau : Loisir
si nous gagnons contre l'Islande, conditionnel de fragiles. Quand nous gagnerons contre ce pays à la con, faudra trouver une osmose tactique avec cette équipe de France.
Rejeter la faute sur Fabregas c'est très dur quand meme. Il est loin d'etre le plus mauvais Espagnol ce soir.
Il a fait une merveille de centre sur Morata, qui rate complétement sa tete alors qu'il était seul (ça aurait du etre une passe D, et là il serait passé de looser à sauveur).
Il a fait quelques replis défensif, surtout en 2ème période, où il a bien aidé sa défense à plusieurs reprises.

Après il était comme toute son équipe, il était cramé.
Del Bosque a très mal gérer son équipe je trouve, en alignant 4 fois d'affilée la meme équipe, alors que sur le match de la Turquie par exemple il aurait pu faire reposer 1 ou 2 cadres.
Les Italiens eux ont fait tourner toute l'équipe sur le dernier match, et ça a fait la différence. On a bien vu qu'ils étaient beaucoup plus frais que les Espagnols (que j'ai rarement vu aussi "mou" d'ailleurs).

Bref pour en revenir à Fabregas, pour moi il était pas si dégueu que ça. Dommage que certaines de ses passes n'aient pas été décisives. Je suis persuadé qu'avec un Suarez en pointe, il aurait claqué au moins une passe D sur ce match.

En tout cas quel gachis ce joueur. Je l'adorais du temps d'Arsenal, il aurait pu devenir une légende là bas ! Quitter les Gunners fut sans doute la plus grosse erreur de sa carrière. Bien qu'au Barça il fut énorme aussi, en prenant en compte le contexte. Grosse 1ère saison à Chelsea aussi. Mais là on voit bien que c'est plus le meme joueur, quelque chose a changé, et c'est bien dommage.
Retrouver le Fabregas d'Arsenal ferait un bien fou à l'Espagne, la BPL et à tous les fans de foot !

Que le Dieu du foot m'entende et lui rende ses jambes d'antan !
Fabregas, c'est pas Xavi, c'est certain. Il n'était pas assez bon pour jouer au Barça et donc il est parti faire le cador en PL parce que là-bas c'est plus facile. Il est revenu au Barça avec un statut de star et on s'y est assez vite rendu compte qu'il n'était toujours pas au niveau (sans être vraiment mauvais, il ne bonifiait pas l'équipe et il avait un gros salaire).
Au milieu de terrain, l'Espagne a perdu de la qualité. Et en attaque aussi. Bref, on ne remplace pas Villa et Xavi (et Xabi Alonso) aussi facilement... Ce qui vient derrière ne permettra sans doute plus d'atteindre le niveau stratosphérique d'il y a quelques années. Le cycle est fini.
Zimedine Zimdane Niveau : CFA2
Message posté par twan6273
Faut pas abuser non plus. Au Barça il n'était pas titulaire mais lorsqu'il jouait il performait. A Chelsea il a fait une saison stratosphérique en 2014-2015. La suivante est toute pourrie mais on ne peut pas dire que depuis qu'il a quitté Arsenal, il n'a rien fait si ce n'est remporter la Liga, la Supercoupe d'Espagne deux fois, la Coupe d'Espagne, la Supercoupe de l'UEFA, la Coupe du Monde des clubs, la Coupe de la Ligue anglaise, sans oublier la Premier League, enfin !

Il faut être supporter d'Arsenal et n'avoir toujours pas digéré son départ pour dire qu'il n'a rien fait depuis les Gunners


Je m'en branle des titres

Je parle du jeu, il pourrait être devenu roi de l'univers que ça changerai rien

Il apporte rien, il est lent dans les déplacements et il ralenti le jeu

Un putain de poids mort pour son équipe parce qu'en plus il défend mal voir pas du tout
Message posté par insane in my brain
je reste persuadé que cette équipe d'Italie est faible. Son point fort: être une équipe soudée, qui refuse le jeu durant 90 minutes.


rageux de base, t'es un sacré connaisseur toi dis donc, l'Italie a littéralement souillé l'Espagne dans tous les secteurs du jeu, un score juste aurait été 4-0 car 2 buts de plus au vu des 10 occaz nettes créées auraient été totalement normales.
Je pense que tu n'as pas bien regardé leur match alors car ils ont justement été précis non seulement dans leurs animations offensives avec une efficacité redoutable mais également très solides en défense comme à leur habitude avec le trio infranchissable de la Juve. Certes ils sont très solidaires et soudés mais cette Squadra a aussi une âme de gagnante et hier elle allait beaucoup plus de l'avant que la Roja !
Message posté par Paul10FPM
Je pense que tu n'as pas bien regardé leur match alors car ils ont justement été précis non seulement dans leurs animations offensives avec une efficacité redoutable mais également très solides en défense comme à leur habitude avec le trio infranchissable de la Juve. Certes ils sont très solidaires et soudés mais cette Squadra a aussi une âme de gagnante et hier elle allait beaucoup plus de l'avant que la Roja !


Tout à fait. Ils ont haussé le niveau par rapport au match contre la Belgique, où il jouaient clairement le contre. Peut-être parce que finalement les Belges avaient plus de qualité? En tous cas ici, même en possession de balle, ils ont rivalisé. Et leur possession de balle était autrement plus dangereuse que celle des espagnols. Cette Italie c'est l'Atletico des bons jours. Les allemands vont en baver pour la battre, si tant est qu'ils y arrivent.
Message posté par insane in my brain
je reste persuadé que cette équipe d'Italie est faible. Son point fort: être une équipe soudée, qui refuse le jeu durant 90 minutes.


Mec, t'as regardé le match ou pas?

L'Italie refuse le jeu... t'es pas sérieux... Ils ont envoyé 10 fois plus de jeu que les espagnols!!!
Bien défendre ça veut pas dire refuser le jeu hein!

Fallait voir la vitesse avec laquelle ils se projettent dans le camp adverse... Avec une justesse technique, de la fluidité, vitesse et impact physique impressionnant.
L'histoire du mec qui a tellement profité de la hype Masia des années 2000. Mais au final, un joueur moyen, qui n'a rien à faire en équipe d'Espagne, et mérite son rôle dans un club de milieu de tableau d'un championnat correct. Fabregas, l'instant zéro dure depuis une dizaine d'années.
Message posté par fuzat
Mec, t'as regardé le match ou pas?

L'Italie refuse le jeu... t'es pas sérieux... Ils ont envoyé 10 fois plus de jeu que les espagnols!!!
Bien défendre ça veut pas dire refuser le jeu hein!

Fallait voir la vitesse avec laquelle ils se projettent dans le camp adverse... Avec une justesse technique, de la fluidité, vitesse et impact physique impressionnant.


carrément ! insane in my brain confond avec le Portugal, qui ne fait rien.
Message posté par Dedebant
L'histoire du mec qui a tellement profité de la hype Masia des années 2000. Mais au final, un joueur moyen, qui n'a rien à faire en équipe d'Espagne, et mérite son rôle dans un club de milieu de tableau d'un championnat correct. Fabregas, l'instant zéro dure depuis une dizaine d'années.


Totalement d'accord avec toi. Rien à rajouter
insane in my brain Niveau : Loisir
les Italiens sont impressionnants, dans le déploiement rapide et le marquage.
insane in my brain Niveau : Loisir
Oh, Dedebant, je te le remet une troisième fois si tu n'a pas compris. L'Italie a réussi a battre le jeu stérile de l'Espagne, grâce à des fulgurances
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Le Conte bon
1k 19