Fabinho, Wallace et l'ASM : l'amour est dans le prêt

Ils ont été accueillis par le regard sceptique des observateurs. Aujourd'hui, il ne sont pas loin de faire l'unanimité. Fabinho et Wallace, les deux ex-inconnus, font partie des gagnants de la belle série que traverse Monaco, à qui ils n'appartiennent toujours pas. Récit de deux prêts pas comme les autres.

17 20
Fabinho et Wallace ont plusieurs points communs. Ils sont brésiliens, sont issus de clubs portugais, ont tous deux débarqué à Monaco avec le statut d'inconnu, jouent de mieux en mieux et sont prêtés à l'ASM. Une petite anomalie dans le marché, puisque la coutume veut plutôt que les petits empruntent aux plus puissants. Or, à moins de vivre sur une autre planète, Rio Ave et le Sporting Clube de Braga ne peuvent pas se targuer d'être meilleurs ni plus riches que le club du Rocher. Il convient donc de se demander pourquoi ces deux joueurs, qui n'avaient même pas été réclamés par les entraîneurs en place à leur arrivée – Jardim aurait carrément pris connaissance des négociations pour Wallace quelques jours avant que le prêt ne prenne acte - ont atterri à Monaco dans de telles circonstances.

Jorge Mendes, évidemment


Pour comprendre les arrivées de Fabinho, Wallace et, dans une moindre mesure, celle de Bernardo Silva – qui a lui déjà signé à l'ASM -, il faut remonter le temps jusqu'en novembre 2008 et se rendre à Vila do Conde, bastion du Rio Ave FC, à quelques kilomètres au nord de Porto. Antonio Campos vient d'être fraîchement élu à la présidence d'un club ruiné par la crise. « À ce moment-là, je dois rapidement trouver un moyen de stabiliser la situation financière. Dans mon entourage, on ne me parle que d'un homme. C'est Jorge Mendes par-ci, Jorge Mendes par-là... J'ai fini par craquer, j'ai frappé à sa porte pour lui demander de l'aide. » Jorge est doux. Jorge est frais. Donc il accepte d'aider le jeune boss de Rio Ave, en plaçant dans un premier temps des joueurs de la Gestifute à Rio Ave, puis en vendant Julio Alves (petit frère de Bruno) à l'Atlético Madrid pour un montant de 2 millions d'euros (une fortune pour un club dont le budget culmine aujourd'hui à 4 millions).

Puis, Jorge Mendes a une idée, et il décide de la tester sur deux joueurs : Filipe Augusto et un certain Fabinho. Le premier part en prêt à Valence, et le second file au Real Madrid sans avoir disputé le moindre match en Liga Sagres. Si Valence décide de garder le premier, le Real Madrid ne renouvelle pas son prêt. Mais Jorge a un nouveau terrain de chasse : Monaco. C'est là qu'il envoie le latéral droit. Cette fois-ci, Fabinho a du temps de jeu, et le plan se met en marche. « L'idée est de faire en sorte que l'on prête ces joueurs pour nous donner accès aux marchés français et espagnol et surtout pour les valoriser à un point qui nous aurait été impossible d'imaginer en les gardant sur le sol portugais. C'est le seul moyen pour nous de réaliser des gros transferts dans le futur, parce qu'il n'y a aucun scout de clubs étrangers majeurs qui vienne prospecter du côté de Rio Ave » , explique Campos. Effectivement, le mieux que le club pouvait espérer avant ça était un coup de fil des trois gros portugais. Et encore.

Tout le monde est heureux


La perspective d'un gros transfert n'est pas la seule garantie offerte par Jorge Mendes à Antonio Campos. « Les prêts sont payants » , et c'est là tout l'intérêt de la manœuvre. Rio Ave - comme Braga avec Wallace - touche une somme (inconnue) qui l'aide à atteindre ses objectifs économiques (en 2014, le petit club a affiché un léger bénéfice pour la sixième année consécutive), tandis que Mendes attend les transferts définitifs pour toucher ses commissions. De son côté, Monaco bénéficie d'un joueur de bonne qualité sans avoir à aligner les gros sous tout de suite. Bien utile, surtout dans un contexte où la menace du fair-play financier plane au-dessus de Louis-II. L'arrivée de Wallace prend donc ici tout son sens. Certes, la manœuvre était risquée, car personne ne connaissait Fabinho et Wallace en Europe à part la Gestifute, mais Jorge Mendes reste un homme de confiance. De plus, le prêt permet d'obtenir un « oui » des potentiels emprunteurs plus facilement. Car en cas d'arnaque, le retour à l'envoyeur est envisageable (jurisprudence Real Madrid avec Fabinho), et on évite ainsi un nouveau « cas Bebé » . Bref, la nouvelle méthode Mendes est rodée. Est-elle efficace ? Les dirigeants de Rio Ave et Braga diront « oui » le jour où l'ASM achètera Fabinho et Wallace pour 10 millions d'euros chacun. Mais pour le moment, et en regardant les récentes prestations des deux Brésiliens, c'est bien Leonardo Jardim et Monaco qui trinquent.

Par William Pereira
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Le principe de la SSII applique au foot au final, l'indemnité de transfert en plus...
Réduire les risques encore et toujours
"Il n'y a aucun scout de clubs étrangers majeurs qui vienne prospecter du côté de Rio Ave"
Dommage parce que ça permettrait à certains clubs français de découvrir des talents plutôt que de récupérer du Nolan Roux, Alou Diarra ou autre Mathieu Bodmer.
 //  13:49  //  Supporter de Lyon
Note : 12
Message posté par KDurant
"Il n'y a aucun scout de clubs étrangers majeurs qui vienne prospecter du côté de Rio Ave"
Dommage parce que ça permettrait à certains clubs français de découvrir des talents plutôt que de récupérer du Nolan Roux, Alou Diarra ou autre Mathieu Bodmer.


Pas convaincu par tes exemples, Bodmer et Diarra au sommet de leur "art" c'était des bons joueurs de foot
Super Dupont Niveau : CFA2
Quand tu dois nommer des chevres de Ligue 1 tu penses a Roux, Diarra et Bodmer? Ben putain j'aimerais bien qu'ils soient les plus mauvais joueurs qu'on ait vu passer!
Bayer Leverkusec Niveau : DHR
Message posté par nikooo
Le principe de la SSII applique au foot au final, l'indemnité de transfert en plus...
Réduire les risques encore et toujours


Le foot est devenu un investissement pour certains, ni plus ni moins. Et comme tout investisseur, le souhait ultime est d'optimiser les profits tout en minimisant les risques. Par contre, sur l'application du modèle SS2I au foot, c'est pas si sûr vu que l'UEFA tente justement de supprimer le TPO.
Sinon, la technique est pas si déconnante, surtout pour le projet monégasque. Si le PSG essaye de minimiser les risques en reprenant des joueurs affirmés (mais coûteux), Monaco peut toujours tenter les coups par des jeunots en POA.
Message posté par KDurant
"Il n'y a aucun scout de clubs étrangers majeurs qui vienne prospecter du côté de Rio Ave"
Dommage parce que ça permettrait à certains clubs français de découvrir des talents plutôt que de récupérer du Nolan Roux, Alou Diarra ou autre Mathieu Bodmer.


Bodmer a quand même été un très beau joueur...
tacle_tibia Niveau : Ligue 1
prend de la graine Marseille.
avec cette combine de pret , Jardim n'est jamais en manque de joueur.
bel article.
Note : 1
Très intéressant comme article, ça aide bien à visualiser combien Mendes est pas seulement le "diable personnifié" mais bien quelqu'un qui dans le milieu du foot connais des clés et a des idée/méthodes/réseaux qui sont de vraies valeurs ajoutées pour tous types d'interlocuteurs.

Quand aux gamins en question, faut bien avouer qu'ils sont largement au niveau. Wallace m'a bien bluffé sur les dernières journées (oublions l'incident Unmtiti).

ça pose aussi la question du scoutisme qui est fait aujourd'hui: si le Portugale Scoute bien le brésil, pour quoi ne pas mieux scouter les clubs portugais qui auraient déjà écrémé "l'offre" de joueurs brésiliens plutôt que scouter soi même en Amsud? Du moins en partie.
jesse pinkman Niveau : Loisir
il est vraiment fort ce Jorge Mendes, d ailleurs le so foot qui lui etait consacré etait excellent et vraiment interessant!
Message posté par Phil...
Très intéressant comme article, ça aide bien à visualiser combien Mendes est pas seulement le "diable personnifié" mais bien quelqu'un qui dans le milieu du foot connais des clés et a des idée/méthodes/réseaux qui sont de vraies valeurs ajoutées pour tous types d'interlocuteurs.

Quand aux gamins en question, faut bien avouer qu'ils sont largement au niveau. Wallace m'a bien bluffé sur les dernières journées (oublions l'incident Unmtiti).

ça pose aussi la question du scoutisme qui est fait aujourd'hui: si le Portugale Scoute bien le brésil, pour quoi ne pas mieux scouter les clubs portugais qui auraient déjà écrémé "l'offre" de joueurs brésiliens plutôt que scouter soi même en Amsud? Du moins en partie.


L'intérêt du scoutisme est d'être le 1er (ou presque) à découvrir un joueur pour supprimer les intermédiaires, faciliter les tractations, et le payer le moins cher possible.

Aujourd'hui,il paraît compliqué de dénicher un joueur au Portugal que Mendes n'ait pas repéré avant.Et avec Fabinho et Wallace,les dirigeants ont 2 exemples concluants de la qualité de son réseau.

Et je vois pas un dirigeant français se risquer à mettre en place un réseau au Portugal qui ne donnerait pas forcément de résultat dans l'immédiat,alors qu'il semble plus efficace de s'adresser à Mendes.

Il semble plus judicieux de mettre en place des réseaux à la source, en Amsud pour avoir une chance de repérer un joueur avant les autres.Ce qu'ont bien fait par le passé Lyon, Monaco justement, ou Bordeaux.Ca prend plus de temps ça coûte plus d'argent,sans garantie de retour sur investissement rapide.

Et vu que l'Asm est plus dans une logique de plus-value à court terme,on comprend mieux le rôle de Mendes.
Wallace... l'incarnation de la petite pupute mais qui assume totalement, j'adore ce genre de joueur.
Message posté par jugnaldo


L'intérêt du scoutisme ....


Tout à fait ok avec toi sur l'importance d'être le premier. Toutefois, l'autre question qui se pose et c'est surtout pour ça que je pose la question, c'est la concurrence. Scouter le Brésil c'est être en concurrence avec 40 clubs dont un certains nombre seront mieux équipés/plus attractifs que toi. D'où ma question sur la pertinence potentielle de scouter des clubs tels Rio Ave.

Bon, je ne doute pas que ces questions, les dirigeants des 3/4 des clubs se les sont déjà posées et se les reposent régulièrement. Ton point sur l'efficacité est surement la clé de la réponse.
Article très instructif, merci.

Après, je ne suis que partiellement convaincu du rôle "gagnant" de Monaco dans l'histoire. Je m'étais justement posé la question de la situation contractuelle de Wallace et Fabinho après les deux matchs contre Arsenal et Paris. Pour Wallace, je n'ai trouvé aucune indication concernant une option d'achat, pour Fabinho il semble que le deuxième prêt en soit assorti mais on peut s'attendre à un montant à la Bernardo Silva. En gros les garanties de Monaco pour acquérir la propriété définitive
de ces joueurs dans des conditions intéressantes me semblent incertaines. Le risque, c'est d'être dans la situation du club qui fait fructifier le joueur pour le payer lui-même au prix fort ou en faire profiter le prêteur dans une vente à un tiers...

Bref, les côtes de Fabinho et Wallace sont en train de grimper, et j'espère que l'ASM a "prévu le coup" pour ne pas trop subir la situation. Dans le pire des cas, on pourra toujours se dire que ça n'a pas coûté grand chose, mais le gain ne sera pas énorme non plus.
Pascal Pierre Niveau : Loisir
Message posté par TheFifthBeatle
Article très instructif, merci.

Après, je ne suis que partiellement convaincu du rôle "gagnant" de Monaco dans l'histoire. Je m'étais justement posé la question de la situation contractuelle de Wallace et Fabinho après les deux matchs contre Arsenal et Paris. Pour Wallace, je n'ai trouvé aucune indication concernant une option d'achat, pour Fabinho il semble que le deuxième prêt en soit assorti mais on peut s'attendre à un montant à la Bernardo Silva. En gros les garanties de Monaco pour acquérir la propriété définitive
de ces joueurs dans des conditions intéressantes me semblent incertaines. Le risque, c'est d'être dans la situation du club qui fait fructifier le joueur pour le payer lui-même au prix fort ou en faire profiter le prêteur dans une vente à un tiers...

Bref, les côtes de Fabinho et Wallace sont en train de grimper, et j'espère que l'ASM a "prévu le coup" pour ne pas trop subir la situation. Dans le pire des cas, on pourra toujours se dire que ça n'a pas coûté grand chose, mais le gain ne sera pas énorme non plus.


Le gain pas énorme ? Pas si certain. Je trouve que ça évite la désillusion d'aligner dès le départ une somme supérieure à 5 millions pour un jeune joueur qui n'arrivera pas à s'adapter ou progresser.

Je trouve que l'option d'achat dans ce cas apparaît très ici comme un principe méritocratique. On te fait confiance, on te fera jouer pour aider ta progression, en échange de cela, tu signes chez nous.

Au final, la prise de risque est moindre et quand tu t'alignes, tu sais que le joueur est bon, adapté au championnat français et peut être revendu avec une jolie plus-value.
Pascal Pierre Niveau : Loisir
Message posté par TheFifthBeatle
Article très instructif, merci.

Après, je ne suis que partiellement convaincu du rôle "gagnant" de Monaco dans l'histoire. Je m'étais justement posé la question de la situation contractuelle de Wallace et Fabinho après les deux matchs contre Arsenal et Paris. Pour Wallace, je n'ai trouvé aucune indication concernant une option d'achat, pour Fabinho il semble que le deuxième prêt en soit assorti mais on peut s'attendre à un montant à la Bernardo Silva. En gros les garanties de Monaco pour acquérir la propriété définitive
de ces joueurs dans des conditions intéressantes me semblent incertaines. Le risque, c'est d'être dans la situation du club qui fait fructifier le joueur pour le payer lui-même au prix fort ou en faire profiter le prêteur dans une vente à un tiers...

Bref, les côtes de Fabinho et Wallace sont en train de grimper, et j'espère que l'ASM a "prévu le coup" pour ne pas trop subir la situation. Dans le pire des cas, on pourra toujours se dire que ça n'a pas coûté grand chose, mais le gain ne sera pas énorme non plus.


Le gain pas énorme ? Pas si certain. Je trouve que ça évite la désillusion d'aligner dès le départ une somme supérieure à 5 millions pour un jeune joueur qui n'arrivera pas à s'adapter ou progresser.

Je trouve que l'option d'achat dans ce cas apparaît très ici comme un principe méritocratique. On te fait confiance, on te fera jouer pour aider ta progression, en échange de cela, tu signes chez nous.

Au final, la prise de risque est moindre et quand tu t'alignes, tu sais que le joueur est bon, adapté au championnat français et peut être revendu avec une jolie plus-value.
Message posté par Pascal Pierre


Le gain pas énorme ? Pas si certain. Je trouve que ça évite la désillusion d'aligner dès le départ une somme supérieure à 5 millions pour un jeune joueur qui n'arrivera pas à s'adapter ou progresser.


C'est ce dont je parlais en disant que dans le pire des cas, ça n'aura pas coûté grand chose. Pour ce qui est du gain, je ne sais pas si je me suis bien fait comprendre. Je parle d'une situation où le joueur, après avoir pris beaucoup de valeur grâce à son expérience monégasque, rentrerait dans son club qui ferait une grosse plus-value en le revendant. Ou d'une situation où Monaco serait ce club qui achète le joueur au prix fort après l'avoir fait progresser et augmenter sa valeur. C'est comme si un pote te prêtais une voiture pourrave et que tu la retapais pour en faire un bolide, puis que ton pote te revendait la voiture au prix du bolide qu'elle est devenue.

Le gain, en fin de compte, ce serait quoi ? D'avoir profité du joueur à faible coût pendant un ou deux ans (en ayant tout de même payé le prêt), mais à un moment où le joueur n'offrait aucune garantie en terme de niveau de jeu. Et dans le deuxième cas, la même chose en ayant la primeur sur le joueur à la fin de son prêt.

Bref, pour que ça devienne vraiment intéressant, il faudrait que Monaco ait négocié une option d'achat abordable (ou un truc tacite dans ce genre) et puisse l'acquérir en pouvant profiter par la suite de la valeur qu'il lui a ajouté. Sinon, on en revient à mon postulat : faible prise de risque pour faible bénéfice (le joueur rentre chez lui ou tu le payes au prix d'un joueur confirmé).
Message posté par TheFifthBeatle


C'est ce dont je parlais en disant que dans le pire des cas, ça n'aura pas coûté grand chose. Pour ce qui est du gain, je ne sais pas si je me suis bien fait comprendre. Je parle d'une situation où le joueur, après avoir pris beaucoup de valeur grâce à son expérience monégasque, rentrerait dans son club qui ferait une grosse plus-value en le revendant. Ou d'une situation où Monaco serait ce club qui achète le joueur au prix fort après l'avoir fait progresser et augmenter sa valeur. C'est comme si un pote te prêtais une voiture pourrave et que tu la retapais pour en faire un bolide, puis que ton pote te revendait la voiture au prix du bolide qu'elle est devenue.

Le gain, en fin de compte, ce serait quoi ? D'avoir profité du joueur à faible coût pendant un ou deux ans (en ayant tout de même payé le prêt), mais à un moment où le joueur n'offrait aucune garantie en terme de niveau de jeu. Et dans le deuxième cas, la même chose en ayant la primeur sur le joueur à la fin de son prêt.

Bref, pour que ça devienne vraiment intéressant, il faudrait que Monaco ait négocié une option d'achat abordable (ou un truc tacite dans ce genre) et puisse l'acquérir en pouvant profiter par la suite de la valeur qu'il lui a ajouté. Sinon, on en revient à mon postulat : faible prise de risque pour faible bénéfice (le joueur rentre chez lui ou tu le payes au prix d'un joueur confirmé).


Monaco est prioritaire s'il désire acheter ces joueurs.Et le prix est fixé à l'avance ou une fourchette du moins (en fonction du nombre match en championnat ,en ldc.
Message posté par Bayer Leverkusec


Le foot est devenu un investissement pour certains, ni plus ni moins. Et comme tout investisseur, le souhait ultime est d'optimiser les profits tout en minimisant les risques. Par contre, sur l'application du modèle SS2I au foot, c'est pas si sûr vu que l'UEFA tente justement de supprimer le TPO.
Sinon, la technique est pas si déconnante, surtout pour le projet monégasque. Si le PSG essaye de minimiser les risques en reprenant des joueurs affirmés (mais coûteux), Monaco peut toujours tenter les coups par des jeunots en POA.




Justement, le modèle du prêt payant, c'est pas interdit par le TPO, vu que c'est un club de foot, et ça peut être un moyen pour un fond type TPO de continuer son business.
Tu prends un petit club qui te coûte pas cher, type Braga ou Rio Ave, t'investis un peu et tu fais circuler les joueurs par la, en retirant les benefs au lieu de les claquer dans ton club. La FIFA ne peut rien dire v que c'est le business model de tous les petits clubs.

Il est dans le futur Mendes, l'interdiction du TPO ne servira pas a grand chose a part rendre son biz un poil moins fluide
Red Devil Niveau : CFA2
+10000 pour le titre :P Mendes c'est un putain de génie visionnaire.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
17 20