Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. // Les pelouses du Tour
  2. // Étape 13 : Saint-Girons > Foix

Fabien Tout Terrain

En sillonnant les routes de l’Ariège en ce jour de Fête nationale, le peloton pénètre sur les terres du Divin Chauve. Non, il n’est pas question ici de Marco Pantani. Mais voir Fabien Barthez sur un vélo aurait pu être totalement imaginable, tant ce touche-à-tout s’est essayé à diverses disciplines. Retour sur le palmarès UNSS d’un champion du monde.

Modififié

Arrière au rugby


Dimanche dernier, le stade Ernest-Wallon a pu admirer le french flair de Fabien Barthez, à l’occasion d’une rencontre caritative foot-rugby entre France 98 et le Stade toulousain. Chandelle tapée au-dessus de Pascal Chimbonda, longue passe sautée pour Bernard Mendy sur l’aile : l’Ariégeois ne pouvait plus cacher son ascendance rugbystique. « Le rugby, j’ai ça dans les gènes » , confie Barthez dans les vestiaires au Stade toulousain TV. Normal pour un gamin de Lavelanet, où le rugby est la deuxième langue courante. Un héritage impossible à refuser quand on a une figure de l’ovalie locale comme grand-père, ainsi qu'un demi d’ouverture du RC Narbonne (dont Fabien est devenu en 2015 membre de l’association de supporters) et éphémère international comme paternel.

Vidéo

Tout pour pousser le petit Fab à prendre sa première licence le 4 mai 1979 à l’Étoile sportive de Laroques d’Olmes. « C’était un garçon rapide, habile et extrêmement courageux » , racontait son éducateur Félix Picon au Guardian en 2001. Des qualités qui donneront l’idée à Aimé Goudon de l’essayer dans les cages du Stade lavelanétien. Arrière avec le XV ou gardien avec le XI, il aime avoir le jeu face à lui. Barthez assouvira de front ses deux passions jusqu’à ses quinze ans, quand l’appel du foot se fera trop fort, au moment de rejoindre le centre de formation du TFC. Mais ses antécédents lui serviront dans le futur, comme le notait Pierre Berbizier. «  Fabien propose autre chose que les footballeurs classiques, observait l’ancien sélectionneur du XV de France, toujours dans les colonnes du Guardian. Il a gardé du rugby un état d’esprit et une touche nécessaire de folie. » Sans oublier l’amour des troisièmes mi-temps.


Pilote automobile


Quelques jours après avoir soulevé la Coupe du monde, Fabulous Fab fait la Une des magazines people au guidon d’un jet-ski, le mannequin Linda Evangelista solidement cramponné à son gilet de sauvetage. Mais pas de quoi marcher sur les plates-bandes de Vincent Lagaf', du moins sur un terrain autre que la calvitie. Après sa calamiteuse expérience nantaise, qui marque la fin de sa carrière sur pelouse, c’est sur asphalte que Fabien Barthez va trouver en 2007 du réconfort et du plaisir. « Je savais qu'après le foot, je ferais de la compétition automobile, racontait-il à L’Équipe. Quand je jouais à Monaco, je traînais tout le temps dans le paddock la semaine du Grand Prix. »

Vidéo

Un circuit sur lequel il a rencontré un certain Olivier Panis, qui va lui transmettre le virus et devenir son mentor motorisé. « On est construits pareils tous les deux. Il est nature, dit ce qu'il pense, ne cherche pas à plaire pour épater la galerie » , diagnostiquait l’ex-footeux. Pour Barthez, ce sera l’enduro et les voitures de tourisme. De quoi squatter les dimanches matin sur TF1 en enchaînant ses passages à Automoto et Téléfoot, mais surtout de quoi se lancer de nouveaux défis et retrouver l’adrénaline de la compétition. Il se retrouve alors rapidement sur les grilles de départ des Porsche Carrera Cup France, du GT Tour et participe à trois reprises aux 24 Heures du Mans sur Ferrari 458 Italia GT2 puis sur Ligier avec la Team Panis-Barthez Compétition qu’il a créée en 2016. Et souvent avec pas mal de réussite. Ses arguments : un grand professionnalisme et la gestion de la pression, malgré un côté tête brûlée qui ne date pas d’hier.



Un bon cycliste ?


Le plongeon, la gymnastique, le saut à ski, tant de sports pour lesquels les caractéristiques de Barthez lui auraient permis de briller. Comme la compétition du cracher de noyau de cerise de Saint-Pons-la-Calm ou de bigorneaux de Sibiril. Mais pour combiner amour de la route, de la mécanique, du défi physique et de la compétition en équipe, la course cycliste pourrait lui aller comme un gant. « Bon soldat » , pour reprendre les mots de son ami Bernard Lama (cf. So Foot #144), il ferait un vaillant équipier. Un homme qui saurait gérer la solitude dans une échappée pendant que ses collègues s’amusent dans le peloton. Un mec qui n’aurait pas peur d’aller au mastic quand ça frotte dans la dernière ligne droite vu son expérience dans les sorties aériennes, qui saurait négocier des virages à pleine vitesse en descente, bitcher sur les copains du circuit pro, s’arrêter au beau milieu de l’action pour satisfaire des besoins naturels, remonter les Champs-Élysées et même gérer la situation après avoir été contrôlé positif à des substances illicites. Pas de quoi lorgner un maillot distinctif de prime abord, mais suffisant pour aller chercher un joli prix de la combativité. Et puis rien de tel qu’un bon casque pour éviter les bisous de Lolo.

Vidéo


Par Mathieu Rollinger
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 10:02 350€ offerts EN CASH pour parier sans risque sur la Coupe du monde
Hier à 16:59 Froger vers l’USM Alger
Partenaires
Olive & Tom Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi
Hier à 12:15 Un supporter mexicain fait sa demande en mariage après la victoire 9 Podcast Football Recall Épisode 27 : Neymar boit la tasse, l'Allemagne KO et Thauvin à terre dimanche 17 juin Zuber égalise d'un coup de crâne pour la Suisse 3 dimanche 17 juin Le sublime but de Coutinho face à la Suisse 2 dimanche 17 juin Lozano climatise l'Allemagne 5 dimanche 17 juin Maradona, le cigare et les yeux tirés 62 dimanche 17 juin La liesse des supporters mexicains à Moscou 2 dimanche 17 juin Un fan égyptien en fauteuil porté dans une fan zone 4 dimanche 17 juin Sept personnes blessées par un taxi à Moscou 15 dimanche 17 juin Le clapping solide des Islandais avant le match face à l'Argentine 10 dimanche 17 juin Bonus Coupe du monde : 1900€ offerts pour parier sur le Mondial 3