1. // Foot & politique
  2. // Présidentielles 2017

Fabien Cool : « Guy Roux ? Il était Sarkozy à fond »

Après avoir raccroché ses gants en 2007, Fabien Cool a pu se consacrer un peu plus à une autre passion : la politique. Après avoir adhéré à l’UDF en 2002, il rejoint le Nouveau Centre en 2007, avec lequel il est élu conseiller municipal d’Auxerre l’année suivante. Aujourd’hui à l’UDI, le parti de Jean-Louis Borloo et Jean-Christophe Lagarde, il revient sur son engagement, ses désaccords avec Guy Roux et sa crainte des extrêmes.

Modififié
C’est en 2002, pour combattre l’extrême droite, que vous vous êtes investi en politique. Vous pouvez nous décrire le moment où vous avez vu le visage de Jean-Marie Le Pen arriver sur votre télé ?
J’étais devant ma télévision, à attendre que les deux visages apparaissent. Je crois même que j’étais avec un ordinateur sur les genoux pour essayer de voir sur des sites étrangers s’il n’y avait pas moyen d’avoir les résultats plus tôt. C’était un choc. Assez surréaliste. Je pense que les socialistes étaient encore plus déçus, parce qu’ils ne voyaient pas leur favori à l’écran. D'autant que c’était Lionel Jospin à l’époque.

J’imagine que vous aviez quand même une conscience politique avant ça ? Ça n’est pas arrivé du jour au lendemain ?
Oui, la conscience politique était bien présente. Sauf que c’est très compliqué dans la profession de footballeur de pouvoir afficher ses opinions. Mais au moins, à cette époque, les réseaux sociaux n’existaient pas. C’était donc plus facile qu’aujourd’hui.


Aujourd’hui, vous pensez vraiment qu’il y a une sorte de tabou qui entoure la pensée politique des footballeurs ?
(Il réfléchit) Tabou s’ils cherchent à l’exprimer, à la mettre en avant. Aujourd’hui, on s’aperçoit que dès que les sportifs de haut niveau essaient simplement de donner leur avis, on voit des envolées lyriques sur les réseaux sociaux du genre : « Mais qu’est-ce qu’il donne son avis, "çuilà ?" » , «  Qu’il reste dans son monde à taper dans un ballon » , « Il est blindé de pognon, qu’est ce qu’il en a à foutre ? »

À l’AJA, ça avait été perçu comment, Le Pen au second tour ?
(Il souffle) C’était difficilement compréhensible. À l’époque, nous avions une équipe multiculturelle, multi-race, avec des joueurs venant d’horizons complètement différents. Ça nous semblait assez surréaliste. Certains étaient plus portés sur ces discussions que d’autres. Fadiga, Philippe Violeau. Ils essayaient de comprendre. Tainio était très curieux, mais ça lui semblait loin, tout ça. Et il était jeune à l’époque. Notre équipe était très jeune, ce n’était pas leur souci principal. Mais avec Philippe Violeau, c’était relativement fréquent qu’on ait des discussions sur ces sujets-là. Sur le fond, on était d’accord. Sans savoir réellement ses choix dans l’isoloir.


Guy Roux en a parlé dans les vestiaires, du second tour ?
Du tout. La politique était pour lui quelque chose de tabou qui ne devait pas exister dans le vestiaire. Il pensait que ça n’avait rien à faire là. Que c’étaient des discussions qu’on pouvait avoir en privé, mais pas sur notre lieu de travail. Mon engagement, par la suite, n’a pas été particulièrement bien vu.

Ça avait surpris ?
Oui, ça a surpris. Et même si on me disait « c’est bien, tu t’intéresses, tu te sens concerné » on me disait finalement derrière « non, mais ça va te perturber, tu ne vas plus être concentré, tu vas avoir la tête ailleurs » . C’étaient des réflexions qui revenaient régulièrement.

C’est Guy Roux qui disait ça ?
Oui.

Et avec lui, vous n’avez donc jamais échangé d’idées au niveau politique ?
Non, parce que je savais que lui était Sarkozy à fond. Même s’il ne le disait pas ouvertement. Parce que dans ce milieu-là, il faut gérer les sensibilités. Parce que les subventions n’ont pas de couleur. On n’était pas forcément d’accord.

Et en définitive, c’était difficile à concilier, le foot et la politique ?
Pas spécialement parce que je n’étais pas réellement acteur, j’étais plus militant. C’était pas mon métier. Que ce soit les régionales ou les municipales, pendant la campagne, j’allais montrer ma trogne avec les personnes que je soutenais. Mais ça restait relativement discret. Je réussissais à le faire sans trop fâcher mon club. Ça ne m’a pas du tout perturbé.


Pourquoi avoir choisi l’UDF ?
Je votais déjà pour eux avant. Parce que c’est un parti qui allait bien avec mon caractère, avec ce que je pense. D’une façon un peu simpliste : une économie rigoureuse et un contexte social à continuer à soutenir. C’était le parti qui était capable d’opérer une bonne gestion du pays tout en continuant à soutenir les plus défavorisés. C’est une vision simpliste, mais c’est un peu celle des centristes. La façon dont j’ai été élevée rejoignait ça. C’était plutôt : attention, on ne peut pas être entièrement d’un côté ou de l’autre, il y a des avantages et des inconvénients. Essayer toujours de trouver l’équilibre. Alors certains diront qu’on était ni d’un côté ni de l’autre et que c’est un moyen faible et lâche. Mais aujourd’hui, peut-être qu’on va prouver le contraire...

Comment ça s’est passé, votre transfert à l’UDF ?
En 2002, il y a aussi eu la création de l’UMP. Bon nombre de membre de l’UDF sont partis à la soupe là-bas, pensant conserver leur poste en rejoignant ce grand parti. Dans l’Yonne, on s’est retrouvés avec des strapontins vides à l’UDF. Et avec deux autres, on s’est dit : pourquoi pas nous. Ça s’est fait. Moi plutôt dans l’ombre. Parce que même si je faisais partie du bureau, je n’étais pas acteur principal.

C’est étonnant. Habituellement, on met justement les sportifs en avant. On ne les laisse pas dans l’ombre.
Oui, mais montrer son visage, ça veut dire être récupéré. Et finalement, sur le fond, il n’y a pas vraiment d’intérêt. Quand il n’y a pas de travail, il n’y a pas d’intérêt. Ce n’était pas vraiment ce qui m’intéressait.

En campagne, vous ne deviez pourtant pas toujours être dans l’ombre. C’était comment, pour un ancien joueur de l’AJ Auxerre ?
Au moins, le contact est facilité. En revanche (il rit), il était difficile d’amener les gens sur le sujet politique. Ils préféraient parler d’un arrêt que j’avais fait. Je ne crois pas qu’ils pensaient que je n’avais rien à faire en politique. J’ai la chance d’avoir localement une image assez sympathique, les gens viennent me parler sans préjugés.


Aviez-vous rencontré François Bayrou, à l’époque ?
Ouais ! Je crois que c’était Jean-Pierre Soisson, un des fondateurs de l’UDF, qui nous avait invités à l’Assemblée nationale. On avait rencontré Debré, qui était le président. Dans la journée était organisée une rencontre avec François Bayrou. On l’avait renseigné, mais ça m’étonnerait qu’il ait su qui j’étais. Debré s’intéressait beaucoup plus au football, donc je crois que lui me connaissait. Bayrou, je l’ai soutenu en 2007. Après que l’UDF est devenu le MODEM. Mais à partir du moment où il n’a pas gardé la neutralité, qu’il a choisi un camp entre Hollande et Sarkozy, j’ai fait partie de ceux qui ont amené la création du Nouveau Centre. Qui était un peu plus à droite que le MODEM. C’est quand même quelqu’un que j’aime écouter, notamment à la radio. Je trouve qu’il a souvent un point de vue très juste et très mesuré quant à la situation du pays.

Vous regrettez qu’il n’y ait que peu d’anciens footballeurs actifs en politique ?
On ne peut pas. Je crois qu’on est trop francs, de manière générale. Éric Di Meco, par exemple, il a été adjoint aux sports à la ville de Marseille. Et il n'est pas resté non plus en politique. Ce n’est pas réellement un milieu où notre franc-parler est apprécié. Et nous, on ne va pas apprécier ceux qui se mettent sur le devant de la scène.

Qu’avez-vous pensé du ralliement de François Bayrou à Emmanuel Macron ?
Pour moi, c’est d’une grande logique. Dans la mesure où Macron est en train de réussir ce que Bayrou n’a pas réussi en 2007. Après, pourquoi il ne l’a pas réussi, c’est parce qu’il y avait des candidats beaucoup plus forts qu’aujourd’hui. Là, on s’aperçoit que le candidat de droite a des difficultés et qu’à gauche il y a des (il appuie sur le mot) difficultés. Donc il y a un espace pour une réunification des idées de centre droit et de centre gauche qu’il n’y avait pas à l’époque.

Il ferait un bon président, Emmanuel Macron ?
Alors ça, je ne n’en ai aucune idée. Mais sincèrement, je n’ai pas vraiment l’impression qu’on puisse dire qu’un autre ferait un bon président. Vu les têtes d’affiche qu’on a aujourd’hui. C’est pour cette raison qu’il y a énormément d’indécis, dont je fais partie. Un jour, je me dis : « Allez, ce sera Macron !  » Un jour je me dis : « Ça sera Fillon ! » Puis je me dis : « Ben non, je ne peux pas voter Fillon quand même... » Le problème, c’est que l’humain prend énormément d’espace et les programmes sont laissés au second plan. Connaissant la perfidie dont sont capables les hommes politiques, on peut aussi se dire que ceux qui se rallient à Macron sont juste là pour essayer de gagner encore.


Cette campagne, globalement, vous l’avez vécue comment ?
(Il souffle) Il y a des éléments extérieurs qui sont venus fausser la donne. Je ne regrette pas que soit apparu ce qui pourrait être une vérité. Mais j’aurais aimé que ce soit avant les primaires. Fillon ne serait pas sorti premier, et au moins, on aurait pu avoir un candidat qui peut réellement défendre son programme. Aujourd’hui, ça n’est pas le cas.

Vous avez un pronostic pour le second tour ?
Là aussi, on est super influencés par les sondages. Je vais vous dire Macron – Le Pen. Parce que ce sont les sondages qu’on nous martèle depuis deux mois. Mais ce n’est pas moi qui le dis, ce sont les sondages qui ont réussi à conditionner mon esprit. La seule chose que j’espère sincèrement c’est qu’il n’y ait pas les deux extrêmes au second tour. Si c’est le cas, je ne vais même pas voter.

Propos recueillis par Thomas Andrei
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article

Il évoque le piège des sondages qui nous matraquent du Macron-Le Pen pour tomber ensuite dans le cliché des extrêmes, qui inclue donc Mélanchon (si j'ai bien compris). C'est dommage.
L'itw est par ailleurs intéressante, le gars semble sincère et est aussi perplexe que beaucoup à la veille du premier tour.
Et c'était un sacré gardien quand même, avec cette tete de fou échappé de l'asile qui le caractérisait.
donc toi non plus tu n'as pas lu le programme de Mélenchon...

http://www.lemonde.fr/election-presiden … 54003.html
Ce commentaire a été modifié.
Si mon bachounet. Mais on ne sera pas d'accord sur la classification extrême.
En ce qui me concerne Mélanchon est un homme de gauche.
je suppose que tu associes extrême à racisme et/ou fascisme...
donc dans ce cadre tu peux estimer que Mélenchon n'est pas concerné, mais sinon il me semble que son programme est bien d'inspiration de ce que l'on appelle d'ordinaire l'extrême gauche...
non ?
Extrême n'est pas synonyme de racisme mais plutôt d'excès. C'est là dessus que je vois une évolution favorable de Mélanchon.
Son programme et ses propositions, si ils' ne sont pas parfait, me semble les plus aboutis et progressistes parmi tous les candidats.
Je te rejoints pour dire que son programme est d'inspiration de l'extrême gauche.
Pour ma part j'ai un vrai problème sur la partie économique...mais bon ce n'est pas le lieu d'en débattre...

Et donc bon vote à toi pour Mélenchon...car Mélanchon ne se présente pas lui !!!
Ce commentaire a été modifié.
Dommage, j'aurai aimé connaître, même succinctement, ton désaccord sur le programme politique. (Il y'a toujours eu de gros disgressions dans les échanges sous les articles à sofoot, y compris en matière politique).
Mélenchon s'est quand même drôlement départi du discours traditionnel d'extreme gauche, que ce soit dans le discours ou le programme.
Ses déclarations sur le rôle de l'état et de la nation par exemple, on est très très loin du discours "classique" internationaliste trotskiste.

D'ailleurs et même si le terme est galvaudé aujourd'hui (et que De Gaulle devient parfois le nouveau point Godwin^^), le programme de Mélenchon me sembe mille fois plus proche des principes fondateurs du gaullisme que ceux de Macron ou Fillon.
Le recours a une politique volontariste de l'état, la volonté de rapprocher capital et travail, le refus d'adhérer ou la volonté de sortir des organismes supranationaux. C'était quand même des principes clés du gaullisme, qu'on retrouve aujourd'hui chez Mélenchon.

Les français ont surtout tellement tourné à droite en 20-30ans sur le plan économique, qu'on nous présente aujourd'hui Macron le nouveau Madelin comme un type de gauche ou du centre, ou Hamon comme presque à l'extrême gauche..
il y a une chose qui m'exaspère par exemple, c'est le discours sur les petites entreprises qui vont sauver la France et celui contre les grandes entreprises qui sont méchantes...alors c'est pas spécifique à Mélenchon, c'est très tendance chez la plupart de nos politiques...
Aujourd'hui en France 1 emploi sur 2 dans le privé est le fait d'une multinationale (2/3 française et 1/3 étrangère), si tu rajoutes les sous traitants et les emplois induits je te laisse imaginer ce que cela représente...
Tu as les 5 000 plus grandes entreprises qui font 30 % de notre PIB alors que 3,6 millions de petites n'en font que 20 %...

Alors il ne faut pas opposer les petites aux grandes, il faut trouver un juste équilibre et surtout arrêter de cracher sur celles qui font tourner notre économie...aujourd'hui celles qui créent le plus d'emplois ce sont les ETI pas les petites comme on le dit à tort et à travers..
Ce commentaire a été modifié.
mara donna des frissons Niveau : CFA
@Boulaouane

Oui, il y a une super tradition de disgression ici, qui va d'un échange de liste de films à un coup de main fraternel pour les photos de femmes de joueurs.

Donc mes deux gênes sur Mélénchon:
Je n'ai pas compris l'idée qu'il démissionne une fois élu pour une nouvelle constitution.
Sa position trop anti-européenne
Citer "le monde" en source pour parler de Mélenchon fallait oser ^^

Avant de citer les canards faut savoir a qui appartiennent-ils?
Les liens de P.Drahi, Perdiel, Dassault etc... avec Macron font que nombres de médias sont (très) partisans.

Et le "decodex" qui nous donne la "bonne" information !!
En d'autres temps on appelait ça de la propagande mais bon.
J'ai plusieurs question qui me viennent en tête en vous lisant les copains. Libre à vous d'enrichir le débat.

Premièrement, il m'apparait important de définir le périmètre du pouvoir du président de la République française. Mes souvenirs lointains des cours d'"institutions européennes" m'ont conduit à penser que notre chef d'Etat a les mains liées sur l'essentiel des sujets évoquées lors de cette campagne présidentielle (économique, social, défense, agriculture, etc...).

Certes celui-ci dispose d'une place au sein du Conseil Européen, qui est un léger contre-pouvoir de la Commission Européenne, laquelle concentre l'essentiel des pouvoirs législatif et exécutif (adieu Montesquieu).

Ne parlons pas du Parlement Européen qui n'a aucun pouvoir réel, si ce n'est afficher une démocratie de façade.

Bref, les désormais 27 Etats de l'UE doivent grosso modo suivre la politique fixée par la Commission, selon des normes plus ou moins contraignante. Les "moins contraignantes" étant les directives, lesquelles doivent être retranscrites dans notre législation dans un délai fixé, qui s'il est dépassé entraine de lourdes sanctions de la CJUE. Le moins contraignant est contraignant.

Bref, je ne cherche pas à faire un pavé indigeste : pour faire court, quelque soit le chef d'Etat ou de gouvernement d'un pays membre de l'UE, il devra suivre les GOPE (greande orientations politiques et économiques).

Les candidats en sont parfaitement informés, et cela me fait rire de voir A dire blanc, B dire noir, et Macron dire gris.

Ce qui me dérange en tant que citoyen, c'est qu'on nous demande d'élir ni plus ni moins qu'un homme de paille.

Le vainqueur de la Star Academy 2.0, en somme.

Et cela ne me dérangerait pas tant que ça si la politique de l'UE n'était pas basée sur des dogmes d'une autre époque, mais dans une recherche de l’intérêt général.

Selon moi l'intérêt général dicterait à ce qu'on harmonise la fiscalité et les droits sociaux. Or, tout est harmonisé sauf ça, sous couvert que pour modifier les traités il faut l'unanimité des 27 Etats + des 27 parlements nationaux.

Question : alors pourquoi ne l'a-t-on pas prévu de base ?

La réponse me parait évidente. L'UE est construite par et pour les multinationales. Sinon pourquoi favoriser le dumping fiscal et social ?

Bref, en faisant fi du léger détail évoqué ci-dessus, et pour revenir à l'élection présidentielle, je suis chagriné que deux sujets étroitement liés ne soient (quasiment) jamais évoqués :

- la dette publique.
Le système de l'argent dette post-accords de Bretton Woods est un jeu de dupe.

Tout le monde sait que les sommes prêtées doivent être remboursées -ce qui semble logique- plus des intérêts, lesquels ne peuvent être payés qu'en période de croissance économique (peut être développé).

Ce qui fait une transition toute trouvée pour le problème numéro un, toujours selon moi, bien sûr uniquement si on considère que l'avenir de nos descendants est notre problème.

- le développement durable.
Désolé mais la COP21 est un échec phénoménal -et je pèse mes mots- contrairement à ce qui a pu être dit. Les décisions prises ne nous permettront pas, selon moi, d'éviter le scénario catastrophe d'un réchauffement tendant vers +4° (au dessus de +2° la situation étant déjà critique mais contrôlable). Je laisse les plus curieux d'entre vous se renseigner sur le niveau de la montée des eaux à +2°, +3°, et +4°. Je parie que certains vont être plus que surpris.
@bachounet
Désolé de te répondre aussi tard, et merci de ta réponse.

Y'a longtemps que j'ai décroché de ces modes de calcul : PIB, PNB etc...
Le pb des des multinationales est qu'elles ont phagocyté le système économique via la financiarisation à outrance, avec des conséquences dramatiques quel l'on continue d'écoper.
Ajoute à celà les milliards d'aides reçus sous forme diverses, et notamment en exonération de charges sociales, sans qu'il n'y ait eu d'impact positif significatif sur la création d'emploi.
Ces exonérations offertes durant plusieurs années et différentes mandatures ont dangereusement creusé le trou de la sécu.
Le fossé s'est creusé au point que l'intérêt collectif ne rejoint plus du tout l'intérêt de ces dites entreprises.
sequane77 Niveau : CFA2
Il me semble que c'est le rapport à la violence qui définit les extrêmes . Ca ne veut plus dire grand chose puisque le fn a été complétement dédiabolisé et que Mélenchon ( qui est un réformiste issu du PS) a mis beaucoup d' eau dans le vin du pcf. Surtout que le pcf n' a jamais appelé aux armes les communistes de Françe. On peut les attaquer par rapport aux crimes commis dans les dictatures communistes dans le monde mais c'est clairement de la mauvaise foi, voire de la malhonnêteté pure et simple. Les anarchistes peuvent rentrer dans cette case puisqu ils appellent à l' insurrection et ont utilisés en Françe la violence au XIXes.
C'est bien possible que le programme de Mélenchon ressemble plus à du Gaullisme que celui des prétendus héritiers mais c'est aussi parcequ' à l' époque les communistes comptaient et que ce n' était pas possible ni souhaitable pour la nation de faire sans eux, le CNR a pris énormément de décisions sociales d' inspiration communistes.
Il est très pratique de mettre dans le panier les deux extremes .
Cette tête de fou échappé de l'asile, comme tu dis, explique peut-être qu'en tapant son nom sur google images, la recherche associée qui sort est "Bernard Lama malade" ^^
LesSeinsDeRomaneBohringer Niveau : CFA
Le pire c'est que c'est vrai... ce délire!!
15 réponses à ce commentaire.
Cet entretien est-ce un message de So foot pour dire que la montée des extrêmes, c'est pas Cool ?
Et cette opposition roux-cool, on nous prendrait pas pour des pigeons ?
Le tout étant de ne pas finir sans un Radet !
Et s'appeler JUL Bose est une hérésie sans nom.
Note : 1
Bravo les gas ! La journée commence bien !
bévue_absolument_incroyable_de_jerzy_dudek Niveau : DHR
On a eu un rap " sois Modeste comme Antony", je veux la version bourguignonne " sois cool comme Fabien"
6 réponses à ce commentaire.
Le Fabulous Fab de l'Abbé-Deschamps !

Sinon Fabien, la politique c'est cool mais on a besoin de toi à l'AJA !
Et puis entre la marionnette Lagarde et l'arlequin Cotret, dur de savoir qui est la plus grosse girouette !
C'est Macron la plus grosse girouette !
(Élevons le débat que diantre !!)
Oh que oui !

Mais le N'golo Macron en est tellement au dessus qu'il est hors catégorie. Même le Sarkonaldo que je prenais à l'époque pour la girouette 3.0 me paraîtrait presque fade aujourd'hui.
mara donna des frissons Niveau : CFA
Oui mais Macron c'est Kennedy qu'on nous dit !
3 réponses à ce commentaire.
U'Marranzanu Niveau : CFA
Il a l'air encore remonté Dupraz sur la première photo.
mara donna des frissons Niveau : CFA
Chers contributeurs So Foot:

Vous ferez un Live pour le premier tour de l'élection ?

Parce qu'avec les potes on a décidé de se la faire à la moyenâgeuse , avec télé en noir en blanc et résultat en pixel comme au siècle dernier.
En gros, on va couper tous les réseaux sociaux, les radios, les sondages suisses et belges etc...
Mais si jamais vous faites un Live...
LesSeinsDeRomaneBohringer Niveau : CFA
Comment vous allez faire pour Sainté - Rennes?
mara donna des frissons Niveau : CFA
J'ai pas dit qu'on fera nos nonnes.
Y a Lyon Monaco et Madrid Barça pour se rafraîchir la caboche après l overdose politique.
LesSeinsDeRomaneBohringer Niveau : CFA
Faites-vous un "X" ou un "W" (enfin ça dépend du nombre), ça détend bien entre potes.
3 réponses à ce commentaire.
Speedstar Niveau : CFA2
"Je crois même que j’étais avec un ordinateur sur les genoux pour essayer de voir sur des sites étrangers s’il n’y avait pas moyen d’avoir les résultats plus tôt."

Vous allez pas me faire croire que les ordinateurs portables étaient démocratisés dès 2002 ? Parce que je l'imagine mal avec un bon gros Packard Bell sur le genou droit, la tour sur le genou gauche, la souris à la main droite et la gauche disponible s'il a envie de sa racler le nez...
Don Chalimont Niveau : DHR
Ben, un peu mon neveu qu'ils étaient démocratisés !

2002, mec, pas 1902, hein.
Guy Roux 2 :le retour Niveau : District
de toute façon il était sur la pelouse de Louis Dugauguez pendant le résultat de 2002. donc à moins d'utiliser l'ordi avec des gants, ça me ferai mal !
2 réponses à ce commentaire.
Guy Roux 2 :le retour Niveau : District
Il est trop fort Fabien Cool : le 21 avril 2002, il ne pouvait pas regarder le résultat puisqu'auxerre était en déplacement à Sedan, match à 18h30 et je crois que Fadiga tire un péno à 20h pile http://www.lfp.fr/ligue1/feuille_match/46673
Bon étant d'Auxerre je m'en rappelle, comme je me rappelle des Cuites de Cool :p
Lassina Diabaté putain ! Si il y en a un que j'avais oublié c'est bien lui.

Sinon le nom que ça me fait toujours plaisir de revoir c'est Vandenbossche. Je ne sait pas pourquoi mais j'ai toujours aimé ce joueur, on sentait vraiment l'ADN AJA chez lui.
En plus il est revenu aider la CFA alors qu'il avait des touches plus haut et entraîne maintenant les U15.

Grande David !
1 réponse à ce commentaire.
Hier à 12:36 NOUVEAU : 100€ offerts pour miser chez BetStars !
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Hier à 14:54 Un match arrêté par des jets d'œufs 11 Hier à 10:30 Des lions sur les murs d'un vestiaire 30 mardi 15 août La belle ouverture du score de Liverpool 16
mardi 15 août Macron s'est invité à la Commanderie 30 mardi 15 août Un mercato raccourci en Premier League ? 26 mardi 15 août Gignac donne son nom à un tigre 22 mardi 15 août Déjà un doublé pour Gomis en Turquie 6 lundi 14 août Ribéry défait les lacets de l'arbitre en plein match 42 dimanche 13 août Le premier but de Neymar avec Paris 10 dimanche 13 août La banderole guingampaise pour Neymar 33 dimanche 13 août Gignac claque son premier pion de la saison dimanche 13 août La douceur de Bendtner 11 dimanche 13 août L'expulsion invraisemblable de Kaká 29 samedi 12 août Un joueur expulsé après 39 secondes 3 samedi 12 août Les Farc veulent une équipe professionnelle 23 vendredi 11 août Sneijder présenté à l'Allianz Riviera 11 vendredi 11 août 340€ à gagner avec Bordeaux & Caen-Saint-Etienne vendredi 11 août Watford annonce une recrue via Football Manager 13 vendredi 11 août L'énorme raté de Van Wolfswinkel 6 vendredi 11 août Burnley s'intéresse à De Préville 25 vendredi 11 août Botafogo et le Club Nacional voient rouge en Libertadores 5 vendredi 11 août La photo de Fellaini en street-art à Melbourne 11 jeudi 10 août Un club estonien marque sans avoir touché le ballon 7 mercredi 9 août La drôle de vidéo de présentation de Boudebouz au Betis 9 mercredi 9 août Taye Taiwo s'exile en Suède 23 mercredi 9 août Peux-tu résoudre l'énigme de Geoffrey Jourdren ? (via BRUT SPORT) mercredi 9 août Il se blesse en enjambant un panneau publicitaire 36 mercredi 9 août La mine exceptionnelle de Tierney pour le Celtic 7 mercredi 9 août Et si c'était la saison d'Arsenal ? (via BRUT SPORT) mardi 8 août Patrick Montel s'indigne du transfert de Neymar (via BRUT SPORT) mardi 8 août Maradona est prêt à se battre pour Maduro 61 lundi 7 août Nainggolan, Strootman et Cafu s'essayent au drone challenge 12 lundi 7 août Djourou finalement à Antalyaspor 13 lundi 7 août Ils remboursent leurs supporters après une défaite 8-2 18 lundi 7 août Bricomarché partenaire de la Coupe de la Ligue 83 lundi 7 août David Villa plante un triplé dans le derby new yorkais 4 dimanche 6 août Le PSG aurait dépensé 50 000€ pour illuminer la Tour Eiffel 28 dimanche 6 août Une reprise de volée monumentale en Russie 9 dimanche 6 août Aboubakar Kamara : appelez-le "AK 47" 9 dimanche 6 août Quand Buffon rend hommage à Bolt 32 dimanche 6 août La praline de Drogba 5 samedi 5 août La merveille de Graziano Pellè 28 vendredi 4 août 400€ à gagner avec Neymar meilleur buteur de la Ligue 1 ! 1 vendredi 4 août Le vrai salaire de Neymar au PSG (via BRUT SPORT) jeudi 3 août En direct devant l'hôtel de Neymar à Paris (via BRUT SPORT) jeudi 3 août Comment accueillir Neymar à Paris ? (via BRUT SPORT) jeudi 3 août L'ouverture du score du Videoton contre Bordeaux 2 jeudi 3 août La Premier League interdit les dessins sur ses pelouses 10 jeudi 3 août L'ancien boss de Disney s'offre Portsmouth 14 jeudi 3 août Le Real Madrid accroché par les All-Stars MLS 16 jeudi 3 août Domenech : « Les entraîneurs français ont un déficit d'image » 88 jeudi 3 août La lettre du maire d'Ostende aux supporters de l'OM 69 jeudi 3 août Un tifo du Legia revient sur la révolte de Varsovie 53 jeudi 3 août La franchise MLS de Beckham prend forme 35 jeudi 3 août 200€ à gagner avec PSG & FC Bâle jeudi 3 août Lampard embrasse la carrière de consultant 11 jeudi 3 août Aly Cissokho rejoint un promu turc 18 mercredi 2 août Kylian Mbappé souhaiterait quitter l'AS Monaco 114 mercredi 2 août Le super but collectif qui libère Nice 15 mercredi 2 août Le tifo en l'honneur de Nouri 2 mercredi 2 août Un joueur rémunéré en huile d'olive 39 mercredi 2 août Dundee met en vente son gardien sur Twitter 6 mardi 1er août Schweinsteiger trolle la presse US 7 mardi 1er août Les supporters bâlois s'invitent en conférence de presse 3 mardi 1er août Un cycliste parodie le tweet de Piqué 6 mardi 1er août Nainggolan met un coup de tondeuse à des supporters 5 mardi 1er août Excuse-toi comme Echouafni ! (via BRUT SPORT) mardi 1er août La formule « ABBA » lancée pour les TAB 33 mardi 1er août Klopp répare le micro de Simeone 22 lundi 31 juillet Adu testé en Pologne 26 lundi 31 juillet Les joueurs de Colo-Colo rentrent sur la pelouse avec des chiens 30 lundi 31 juillet "On peut te tuer dans la rue pour un téléphone portable" (via BRUT SPORT) lundi 31 juillet Giovinco claque encore un coup franc 16 lundi 31 juillet Dybala ridiculise Nainggolan 38 dimanche 30 juillet Le plus vieux derby du monde (via BRUT SPORT) dimanche 30 juillet La jolie praline de Kaká 16 dimanche 30 juillet Griezmann en saucisse sur Twitter 15 dimanche 30 juillet L'énorme boulette de la gardienne danoise 19 dimanche 30 juillet Un gardien égalise en dégageant 7 samedi 29 juillet Le derby de Soweto endeuillé 2 samedi 29 juillet Podolski débute par un doublé 5 samedi 29 juillet Laszlo Bölöni oublie le nom d'un joueur recruté la veille 15 samedi 29 juillet Kondogbia inscrit un superbe but... contre son camp 23 vendredi 28 juillet Les frangins dos Santos réunis aux Los Angeles Galaxy 23 vendredi 28 juillet Jermaine Pennant va signer en septième division anglaise 20 vendredi 28 juillet Le fils de Rivaldo claque une mine devant les yeux de son père 8 vendredi 28 juillet Metz veut rapatrier Emmanuel Rivière 27 vendredi 28 juillet Ángel María Villar démissionne de ses postes à la FIFA et l'UEFA 25 vendredi 28 juillet Brandão retrouve Anigo en Grèce 15 jeudi 27 juillet Le triplé de Valère Germain 20 jeudi 27 juillet La boulette de la gardienne portugaise 29 jeudi 27 juillet Bob Bradley va revenir en MLS à Los Angeles FC 2 jeudi 27 juillet Leroy Sané se tatoue son portrait dans le dos 103 mercredi 26 juillet Le Dynamo Kiev et Astana rigolent, Ludogorets et le Celtic font la moue 30 mercredi 26 juillet Les supporters niçois déjà bouillants 2 mercredi 26 juillet Un joueur quitte son club à cause de la croix catholique sur l'écusson 139 mercredi 26 juillet Siniša Mihajlović enquille les lucarnes à l'entraînement 22 mercredi 26 juillet Les fans de San Lorenzo reprennent Despacito (via Brut Sport) mardi 25 juillet Ederson atteint d'un cancer des testicules 67 mardi 25 juillet Marca annonce un accord pour Mbappé au Real Madrid 164 mardi 25 juillet Droit de réponse "Mistral Gagnant" 33 mardi 25 juillet La praline de Castillo au Mexique 4
À lire ensuite
Le Lyon est fort ce soir