Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Euro 2016
  2. // 8es
  3. // Angleterre-Islande (1-2)

Eyjafjallajökull !

Extraordinaires d’envie et d’intelligence tactique, les Islandais sont parvenus à bouter de faibles Anglais hors de l’Euro. Une explosion volcanique ressentie à Nice comme à Reykjavik. La France est prévenue, les hommes du Nord arrivent.

Modififié

Angleterre 1-2 Islande

Buts : Rooney (5e) pour les Anglais / R.Sigurdsson (6e), Sigthorsson (18e) pour les Islandais

Roy sans couronne

Icelandair avait affrété des avions spéciaux Reykjavik-Nice pour permettre aux Islandais de vivre un exploit historique. Une impossibilité statistique, disait même l’écrivain Hallgrimur Helgason. Sauf que ce qu’Helgason savait aussi, c’est que Lars Lagerbäck avait préparé soigneusement son coup. Et au terme d’un match incroyable d’intensité, de solidarité, de détermination, mais aussi de rigueur tactique, les Islandais l'ont fait. Ils ont forcé les Anglais à marcher sur un champ de lave en fusion. Un champ où Rooney, Kane et Joe Hart se sont brûlé les pieds. Les Nordiques majuscules tiennent le plus bel exploit de leur histoire et la plus grosse sensation depuis le début de l’Euro.

Joe la main molle


Au coup d’envoi, dans un stade aux deux tiers anglais, les Three lions se sentent chez eux et s’installent rapidement dans le camp islandais. Très vite, trop vite même, au bout de 3 minutes de jeu, les Bleus concèdent un penalty largement évitable après une mauvaise sortie d’Halldorsson, pas rassurant pour un sou, alors que Sterling ne pouvait plus faire grand-chose. Rooney transforme et met l'Angleterre sur les bons rails. On croit alors que les Vikings vont s’en prendre une belle. Mais voilà, cette Islande a une foi inébranlable. Gunnarsson et ses bras de handballeur jouent une touche longue, Bodvarsson prolonge et Sigurdsson se jette de toute sa détermination pour égaliser. Lars Lagerbäck réagit à peine, il sait que son équipe prépare un match de tâcherons.

Tiens, d’ailleurs, sur leur deuxième frappe cadrée, ils doublent la mise sur une magnifique action collective. Bien servi par une belle remise de Bodvarsson, le fils de Sightor envoie une frappe écrasée comme la Beaujoire en a vu quelques-unes cette année. Sauf que cette fois, il tombe sur Joe « la main molle » Hart, qui se troue, et déclenche involontairement une éruption volcanique. Les journalistes islandais tapent à tout rompre sur leur pupitre. L'Islande mène 2-1 à la pause.

Masterclass tactique


Les Islandais se préparent alors à une deuxième période de souffrance. Sur une attaque placée, Sturridge trouve Kane, dont la très belle volée est détournée par Halldorsson, qui se rachète. Et le siège continue. Le problème islandais, c’est la faiblesse des latéraux. Sturridge et Sterling font souvent la différence en vitesse. Heureusement que les Sigurdsson sont partout pour compenser : Gylfi à la baguette, Ragnar qui tente même le retourné avant de priver Jamie Vardy, tout juste entré, d'un face-à-face avec le gardien.

Les Islandais souffrent, mais ils ont l’habitude. Ils donnent une masterclass de courage, de solidarité et même de tactique à des Anglais sans ressource. Wayne Rooney erre, perdu, au milieu du terrain et se fait dévorer par les Vikings. Les riffs de Bjarnason sur le flanc tabassent, le capitaine Gunnarsson est partout. Harry Kane envoie des coups francs en sortie de but. Et sur des contres magistralement menés, ils manquent même d’inscrire le troisième. La France est prévenue, l’hiver arrive.



Par Arthur Jeanne, à l'Allianz Riviera (Nice)
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


il y a 1 heure Tuto Panini Adrenalyn XL : Préparer son équipe 3 il y a 4 heures L'avocat de Mogi Bayat ne comprend pas pourquoi son client est toujours en prison 31
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall
il y a 8 heures Le magnifique coup franc de Rooney avec DC United 10