Evra : « On ne va pas au safari »

Après Raymond hier, place aux joueurs face aux journalistes. Evra, en taulier de vestiaire, a ouvert le bal. Croyance, confiance et tacle, les deux pieds décollés sur l'annonce du prochain sélectionneur. Faut pas le chauffer...

Modififié
0 2
Bon, la Coupe du Monde, elle commence à devenir palpable maintenant ?


C'est parti depuis le deuxième match contre l'Irlande. Après, c'est clair que, quand on a fini avec nos clubs respectifs, la première chose à laquelle j'ai pensé, c'était même pas de récupérer mais de rejoindre le groupe ici parce que c'est un privilège de jouer cette coupe du monde, c'est vraiment un honneur. Là c'est plus important que tout, plus qu'une Champion's League, qu'un championnat. Là, tu représentes ton pays. Après c'est pas tout de le dire avec les mots, le plus dur reste à venir, c'est-à-dire bosser. Là on va bien travailler, on a un mois pour repartir de zéro. Je pense qu'il n'y a plus de certitudes ou quoi que ce soit, il faudra faire les efforts pour connaître un peu tout le monde. C'est pas le tout de passer un stage ensemble et de parler juste avec quelques-uns.

Le désamour du public français vis-à-vis des Bleus, ça vous inquiète ?


Mais les vrais supporters français, je pense qu'ils “croivent” en cette équipe. Et moi, quand je rentre en club, je me fais pas chambrer. On me pose juste cette question : « Mais comment ça se fait que vous ne battez pas tout le monde avec l'équipe que vous avez ? » . Aucune équipe à la Coupe du Monde, quand elle va rencontrer la France, va dire « Ah, c'est bon c'est fait » . Moi, je vous dis que toutes les équipes nous respectent. C'est l'opinion publique qui dit qu'on va aller faire un safari, mais n'importe quel joueur de Manchester par exemple respecte cette équipe de France et n'a pas envie de la rencontrer au Mondial. Et ça j'en suis persuadé.

Quelle réponse donnes-tu alors à tes collègues de Manchester des mauvaises perfs des Bleus ?


Je leur dis tout simplement que pour l'instant, on a presque à chaque poste les meilleures individualités au monde et on n'a pas encore la meilleure équipe du monde, et ça c'est vrai, faut l'accepter. Je ne veux pas dire qu'en un mois, on peut faire des miracles, mais au moins d'être solides et après on verra. Il faut régler tout ce qui a à régler. Pour moi cette équipe, elle va vraiment à la Coupe du Monde pour la gagner. Moi je suis confiant, je le dis pas ici pour faire plaisir aux gens sinon ça sert à rien de la commencer. Moi, je ne vends pas du rêve aux gens. Je n'en ai pas besoin. On va vraiment là-bas pour la gagner. Maintenant, c'est facile de parler, on verra bien sur le terrain.

Vous êtes passés ric-rac en barrages tout de même...


Comme je le dis, tout le monde croit qu'on va aller faire un safari là-bas donc tant mieux. On sait qu'on ne part pas favoris. Donc c'est bien, ça peut réveiller certaines personnes, l'orgueil. On a vraiment faim. Le match retour contre l'Irlande, ça ne s'est pas très bien passé, mais à l'arrivée, on est là, je suis fier d'être là et j'ai pas honte d'être là. Cette pression qu'il y a eue, énorme, et tout ce qui s'est passé après, ça peut nous servir pour, par exemple, un premier match de Coupe du Monde. Tu dois débuter avec une victoire parce qu'après ; tu commences à rentrer dans des problèmes, la pression monte un peu plus et là tu ne pourras plus te libérer.

La défense, c'est le gros chantier, non ?


Notre défense, on doit la travailler dès maintenant avec tous les défenseurs disponibles. C'est court un mois mais pour moi c'est juste une question de volonté. Comme quand on enterre un joueur, qui est touché dans son amour-propre, il peut faire un gros Mondial. Pour notre défense, c'est pareil : une question de volonté.

Laurent Blanc, futur sélectionneur, t'en penses quoi ?


Pour moi, c'est de l'incompétence de parler de cette question. Parce que c'est grave, parce que j'ai l'impression que cette Coupe du Monde, elle n'est pas importante. Quand on parle de ça, j'ai vraiment l'impression que les gens “croivent” qu'on va au safari. Ils ne parlent pas du Mondial, ils parlent du prochain sélectionneur. Autant parler du prochain magasinier, autant parler du prochain chef qui fera à manger. Pour moi, il n'y a pas de réponses. Maintenant je suis informé, ce sera peut-être Laurent Blanc, mais ça s'arrête là. Pour moi les gens ne respectent pas cette Coupe du Monde à tout simplement parler de ça. Parce que ce n'est pas le présent, c'est le futur et le présent, c'est d'aller en Coupe du Monde avec Raymond Domenech.


Noémie Pennacino et Ronan Boscher, à Tignes

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Gallas "out", Henry "nervous breakdown"... quelque chose me dit que l'ami Evra aimerait récupérer le brassard, nan ??
Transcrire mot pour mot les paroles de l'interviewé pourquoi pas. c'est plutôt marrant. Mais j'ai l'impression que vous n'en faites pas autant pour vos questions, qui forcément sont bien écrites.
La bise quand même.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 2