1. //
  2. // 6e journée
  3. // Résumé

Évian cartonne, Sochaux s'enfonce

Après une semaine de trêve, la Ligue 2 a repris ses droits. Quatre victoires à l'extérieur, quatre cartons rouges, quatre buts d'Évian, la soirée fut riche en rebondissements. Si Metz reste leader, Sochaux s'enlise clairement dans la crise.

Modififié
10 7

Laval 0 – 1 Metz

Buts : Emmanuel Mayuka (73e) pour Metz

Le FC Metz nous a sorti sa classique. Bousculés par leurs adversaires du soir, les Messins ont finalement réussi à décrocher la victoire, comme contre Évian, comme contre Sochaux. En face, même si Laval fait un très bon début de saison, le club se trimbale la réputation d'une équipe au jeu efficace mais ennuyant. Alors, pour soigner la forme, les Lavallois entament le match tambour battant contre le leader messin et se créent trois grosses occasions dans les dix première minutes. D'ailleurs, toute la première période, très animée, est à l'avantage des Tangos, qui monopolisent le ballon. En seconde période, Laval ne lève pas le pied et permet au portier messin, Thomas Didillon, de briller, lui qui était incertain. À un quart d'heure du terme, Emmanuel Mayuka, recruté dans les derniers instants du mercato, donne la victoire à Metz. Les Lorrains restent leaders, en tremblant jusqu'au bout.

Le Havre 0 – 2 Red Star

Buts : Hameur Bouazza (24e) et Anat Ngamukol (61e) pour le Red Star

Le Red Star a décidé de privilégier l'aspect comptable au détriment de l'aspect spectacle. En cinq journées, le club de Saint-Ouen n'avait toujours pas décroché une seule victoire, malgré des prestations très encourageantes dans le jeu. Alors cette fois-ci, l'Étoile rouge se concentre sur le fait de bien défendre, sûrement encore un peu marqué par le 5-1 encaissé contre Valenciennes. Forcément, le match est vite cadenassé. Le Red Star se contente de bloquer complètement les Havrais et s'en remet à un exploit de Bouazza pour ouvrir le score. Le piège est tendu. Au retour des vestiaires, les Havrais n'y sont plus du tout et encaissent un deuxième but gag. Quelques minutes plus tard, Chebake prend un rouge direct amplement mérité. Le piège s'est refermé. L'Étoile rouge sort de la zone rouge. L'effet François Hollande ?

Nancy 1 – 1 Niort

Buts : Youssouf Hadji (72e) pour Nancy // Kévin Rocheteau (83e) pour Niort

L'AS Nancy Lorraine a été leader provisoire pendant quelques minutes ce soir, après un but de l'éternel Youssouf Hadji. Mais ça n'a pas suffi. Nancy accueillait Niort dans la peau du dauphin au classement. Très vite, les Niortais font comprendre aux Nancéiens qu'ils sont venus pour lancer leur saison. Bilel Omrani en tête, qui se procure plusieurs occasions franches. Si Nancy entame le match comme d'habitude, en essayant de mettre une grosse pression d'entrée, Niort défend trop bien pour être inquiété. Ce sont même eux les plus dangereux, grâce à des contres fulgurants. Mais en deuxième période, Niort se laisse enfermer dans son schéma, et sort de moins en moins. Résultat, Hadji le punit d'un enchaînement redoutable. C'était sans compter la force de caractère des Niortais, qui viennent décrocher un nul important à l'extérieur dans la course au maintien.

Sochaux 0 – 3 Créteil

Buts : Florian Mollet (4e), Faneva Ima Andriatsima (42e) et Sacha Clémence (78e) pour Créteil

Rien ne va pour le FC Sochaux-Montbéliard, et la trêve internationale n'a rien arrangé. Ce soir, après chaque temps fort non converti, les Sochaliens se sont fait sanctionner. Pourtant, les hommes d'Olivier Echouafni étaient pleins de bonnes intentions, avec un onze de départ très offensif. D'ailleurs, ils rentrent très bien dans le match et se procurent des occasions, avant de vite se faire refroidir par l'ouverture du score cristolienne. Peu à peu, les Sochaliens se remettent de ce gros coup sur la tête. Et rebelote, but de Créteil juste après avoir concédé un poteau. En seconde période, les Sochaliens, conspués par leur public, perdent totalement leurs moyens et finissent par encaisser un troisième but de la part de Cristoliens visiblement pas atteints du tout par l'affaire Thierry Froger. Pas sûr qu'Olivier Echouafni fasse de vieux os sur le banc de Sochaux.

Nîmes 0 – 0 Ajaccio


Le match de la tristesse entre deux équipes qui n'ont toujours pas trouvé la recette de la victoire cette saison. La pelouse de Nîmes est toujours aussi dégueulasse. Les deux équipes n'ont pas enchaîné une passe, mais ont échangé énormément de coups. Le tout sous des sifflets presque compréhensibles du public nîmois. Une belle ambiance de merde, quoi. Finalement, aucune équipe ne méritait de marquer, et le 0-0 est on ne peut plus logique. Sinon, Nîmes est toujours bloqué à -5 points.

Tours 0 – 1 Bourg-en-Bresse

But : Lakdar Boussaha (46e) pour Bourg-en-Bresse

Ce soir, justice a été rendue. Bourg-en-Bresse commence à engranger un capital sympathie assez incroyable. Tout le contraire de Tours. La première équipe, petit poucet de la Ligue 2, enchaîne les matchs de qualité et les performances intéressantes. La seconde, coachée par Marco Simone, est l'assurance d'un ennui mortel tous les vendredis soir (déjà deux 0-0) malgré les points engrangés. Et encore une fois, les Tourangeaux sont inoffensifs lors de cette sixième journée face à des Bressans un peu moins inspirés que d'habitude, mais plein de bonne volonté. Les Brugiens finissent par trouver la faille au retour des vestiaires, assez logiquement. Ensuite, Bourg-Péronnas, même réduit à dix, ne sera jamais inquiété par Tours. Bourg-en-Bresse est cinquième. Il serait pas là, le Gazélec Ajaccio de 2015-2016 ?

Clermont 1 – 1 Paris FC

Buts : Famara Diedhiou (60e) pour Clermont // Richard Socrier (40e) pour Paris

Clermont ne doit son salut qu'à un seul homme : Famara Diedhiou. À l'heure de jeu, l'attaquant clermontois inscrit son sixième but de la saison, soit 100% des buts de son club cette saison, offrant ainsi l'égalisation aux Clermontois. Pourtant, tout ne commence pas comme dans un rêve pour Clermont. Dans un match cantonné au milieu de terrain, les hommes de Corinne Diacre prennent peu à peu le dessus en passant par les ailes, mais le manque de présence au centre les empêche d'être réellement dangereux. Juste avant la mi-temps, les Parisiens ouvrent le score sur corner et croient avoir fait le plus dur. Sauf que Diedhiou porte trop bien le costume de Superman. Sinon, cela fait 14 matchs de championnat, National et Ligue 2 confondus, que le PFC n'a pas perdu.

Évian 4 – 0 Auxerre

Buts : Kevin Hoggas (40e), Aldo Angoula (63e) et Gianni Bruno (78e et 88e) pour Évian

La saison de l'ETG de Safet Sušić est enfin lancée, et les Hauts-Savoyards n'ont pas fait dans la dentelle. Pourtant, le début de match est peu rythmé. Les deux équipes, candidates à la montée, semblent en manque de confiance après leur début de saison poussif. Aucune des deux n'a l'air en mesure d'accélérer. Il faut attendre un coup de pied arrêté pour que le compteur but s'ouvre côté évianais. Quand les Auxerrois encaisse le deuxième but de la même manière, ils dégoupillent. Seck est expulsé dans la foulée pour protestation, et les vannes sont ouvertes. À tel point que même Gianni Bruno peut y aller de son doublé. L'ETG n'avait plus gagné un match de championnat depuis le 21 mars dernier.

Par Kevin Charnay
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Kit Fisteur Niveau : Loisir
Y a pas moyen de recycler le gif avec Homer Simpson qui se planque dans le buisson là ? C'est la dernière étape avant l'ouverture des veines pour Sochaux là.
benoit-tango Niveau : District
Mais que c'est cruel pour nous. J'ai rarement vu les joueurs autant se faire applaudir après une défaite.
On a l'habitude de se chier dessus dès qu'il y a de l'enjeu, mais là on a fait le match qu'il fallait. Ce soir ça voulait pas, mais on devrait être le nouveau leader !
Espérons qu'on garde cet état d'esprit et on arrêtera de nous voir comme une équipe qui joue le maintien ou le ventre mou !
Rocheteau is back !! Et il plante en plus.
Doublé de Bruno. Pincez moi, je rêve.
"Le club de Laval se trimbale la réputation d'une équipe au jeu efficace mais ennuyant"
Tu as vu ça où camarade ?
En plus, tu nous ressort la vanne toutes les semaines, faut arrêter de déconner. On a mangé notre pain noir pendant dix bonnes années mais depuis deux ans, ça envoie du jeu à Le Basser.
Et que je te vois pas leur lécher les bottes quand on mettra le feu dans cinq mois. Parce que, c'est dit, 2015/16 c'est l'année tango.
Hôtel avec Beauvue Niveau : DHR
Surtout que ennuyant, bah, c'est un mot qui existe pas (en tout cas pas dans le sens du rédacteur en tout cas).

Ennuyeux, si, ça existe.

Mais je ne suis pas journaliste.
Hôtel avec Beauvue Niveau : DHR
Tiens, ça m'a permis de lire des articles de linguistiques traitant de la différence entre ennuyant et ennuyeux.

Là je me suis dit que ma vie c'était de la m. et que je préférais celle du roi du Maroc.

Pardon.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
10 7