1. //
  2. // 3e tour
  3. // Everton/West Ham

Everton, la crise de croissance

Une des grosses affiches de ce troisième tour de Cup met aux prises Everton avec West Ham. Si les Hammers surprennent toujours, les hommes de Roberto Martínez, très ambitieux en début de saison, sont pour l'instant en souffrance, voire en début de crise. Tour d'horizon.

Modififié
5 15
En Angleterre, la période charnière de fin décembre permet généralement aux dirigeants de corriger le tir en cas de résultats décevants. Cette saison, deux têtes - celles de Neil Warnock à Crystal Palace, et d'Alan Irvine à West Bromwich Albion - ont ainsi sauté lors de la période des fêtes. Comme dans toute entreprise, la raison principale de ces renvois concerne principalement les mauvais résultats obtenus par l'équipe. Rien de plus logique. Sauf qu'à ce petit jeu-là, Roberto Martínez s'en sort plutôt bien, au regard des scores récents des Toffees en championnat. En effet, hyper séduisante l'an passé, l'équipe du manager espagnol est méconnaissable en cette première partie de saison, pointant à une 13e place bien en-deçà des ambitions formulées cet été. Pire encore, les Toffees restent sur une terrible série d'une victoire et d'un nul sur les huit derniers matchs, soit 4 points pris sur 24 possibles, et trois revers d'affilée pendant les fêtes. Pénible donc, voire incompréhensible pour une équipe qui avait agréablement surpris la saison passée par son jeu offensif, réussissant à se qualifier en Ligue Europa au nez et à la barbe de Tottenham ou de Manchester United, pourtant mieux armés sur le papier.

Blessures et portes ouvertes


Mais alors, comment « l'autre club de la Mersey » en est-il arrivé là ? Tout d'abord, et à la décharge du manager espagnol, l'effectif n'a pas été ménagé par les blessures depuis le coup d'envoi de la Premier League, et ce, à tous les postes. Comme Jürgen Klopp au Borussia Dortmund, Martinez a dû bricoler son équipe type tout au long de la première phase de championnat en fonction des absences. Actuellement, c'est ainsi le jeune Robles qui doit par exemple garder les bois en raison de la longue absence, estimée à six semaines, de Tim Howard. Or, sans remettre en cause les qualités de l'Espagnol, il est évidemment plus simple à ce poste de débarquer dans une équipe qui tourne bien, plutôt que dans un groupe en cruel manque de confiance. En défense, la jeune pépite John Stones a également loupé une quinzaine de matchs toutes compétitions confondues, l'excellent Coleman a eu du mal à lancer sa saison, et a manqué les chocs face à Manchester United et Liverpool sur blessure, alors que le remplaçant Alcaraz a lui aussi été sur le flanc pendant quelques matchs. Au milieu, la pourtant très prometteuse recrue Bešić confirme, malgré lui, en ce début de saison, le gouffre qui sépare la première division hongroise, où il évoluait l'an passé, et la Premier League. Résultat, l'équipe a encaissé 33 pions en championnat, soit 14 de plus que l'an passé après le même nombre de journées.

Lukaku-Eto'o : super-héros en grève


Sur les postes offensifs, le casse-tête est similaire. Subissant peut-être le contre-coup d'une saison 2013/2014 éprouvante, où il aura fallu assimiler les principes de jeu de Martinez, et le pressing intense demandé, pour terminer la saison fin juin au Brésil, les détonateurs Barkley et Mirallas sont également passés à côté de leur début de saison, la faute aux blessures, et à une fatigue évidente. Et puis, comment ne pas mentionner le problème en attaque ? En effet, dans l'optique de passer un palier qui permettrait au club de se battre à armes égales avec ses concurrents directs pour le top 5, les actionnaires n'ont pas lésiné sur les moyens pour donner du poids à l'attaque l'été dernier. Premier visé par les critiques, Romelu Lukaku. Auteur d'une belle saison ponctuée de quinze buts et huit passes décisives l'an passé lors de son prêt, le Belge avait montré l'étendue de son potentiel, tout en vitesse, puissance et altruisme. Si ses statistiques ne sont pourtant pas infâmes, l'attaquant est aujourd'hui pointé du doigt pour sa lenteur et ses mauvais choix. Le retour de bâton, en quelque sorte.

Pire encore, il semble souffrir de l'étiquette de son prix d'achat, 35 millions d'euros, à peu de choses près ce que Chelsea a ensuite déboursé pour s'attacher les services de Diego Costa. Pénible. Surtout que celui qui était censé le soulager en période de creux n'est pas non plus au niveau escompté. Arrivé lui aussi de Chelsea, également avec une étiquette de star, Samuel Eto'o donne plutôt raison à ses détracteurs, qui ne voient en lui qu'une vieille gloire en bout de course. Du coup, Martinez doit compter sur Naismith, et plus récemment Koné, sorti du placard avec un but face à Newcastle durant les fêtes, pour animer le front de l'attaque. Comme si Bahebeck devait suppléer Ibrahimović et Cavani pour cause de méforme. Alors, au fond, ce match de FA Cup arrive à pic. Vainqueur de la compétition avec Wigan il y a deux ans au terme d'une saison folle qui avait vu les Latics relégués, Martinez est un spécialiste de ces fameux matchs couperets, au parfum si particulier. Ces matchs qui peuvent offrir une bouffée d'air en cas de victoire, et relancer une saison pour l'instant bien morose. Après le relâchement des fêtes, place aux bonnes résolutions.


Par Paul Piquard
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Henryroidupointu Niveau : District
Everton s'est vu trop beau. On ne passe pas du statut d'outsider / poil à gratter à valeur sûre du championnat en une seule saison en première league.
Le recrutement ne correspond en plus de ça pas tout à leur philosophie
Trilaterale Niveau : Loisir
Plutôt d'accord avec l'article sauf pour Mirallas qui a fait un très bon début de saison, mais qui coince ces 3-4 dernier match à l'image de Lukaku et toute l'équipe en fait.
You'll never walk without gerrard Niveau : CFA2
Au moins, eux ne peuvent pas se moquer de nous!
Jemincruste1 Niveau : CFA
19è défense de PL alors que l'année dernière, l'équipe alignait les clean-sheets...
Le quatuor pourtant sexy Coleman-Jagielka-Distin-Baines a du mal à être dans la continuité..

Au milieu - plus que Mirallas qui a toujours été plus ou moins inconstant - je pense que Barkley est la principale déception cette année puisqu'il n'a toujours pas retrouvé son niveau et sa constance de la saison 2013-2014. En plus, la fonction qu'il est censé assurer est essentielle pour l'équipe puisqu'elle permet d'animer ses offensives.
Reste Barry qui malgré son âge fait le job.

Quant à l'attaque, comme vous le dites très bien, Eto'o / Lukaku, c'est très très décevant par rapport aux attentes... Seul Naismith surnage devant, il a fait une très bonne première moitié de saison malgré une blessure fin novembre.

Reste plus qu'à ajouter le fait qu'à présent, ils sont attendus avec sérieux un peu de partout, et vous obtenez une demi-saison ratée...

Et quand on voit leur parcours (facile) en EL, on se rend que compte que - même si ce n'est pas le meilleur championnat dans l'absolu - la PL est sans doute la compétition la plus exigeante.
Cela souligne surtout l'incroyable complexite de la PL.
Ce championnat ne pardonne pas, la qualite des effectifs ne garantit aucun repit et punit comptablement quiconque n'est pas, pour quelques raisons que ce soit, a 100% pendant 90 minutes et 38 matchs.
Que Distin soit toujours titulaire dans cette équipe, ça veut tout dire. C'est comme Rami à Milan, ce sont des bons joueurs capable de gros matchs contre des grosses équipes, mais sur le long terme ça tient pas! Et pour l'équipe de France, n'en parlons pas!
Martinez à juste profité du travail de Moyes l'année dernière il était évident que la deuxième année serai beaucoup plus compliqué pour martinez
Note : 5
Message posté par A.Iniesta8
Que Distin soit toujours titulaire dans cette équipe, ça veut tout dire. C'est comme Rami à Milan, ce sont des bons joueurs capable de gros matchs contre des grosses équipes, mais sur le long terme ça tient pas! Et pour l'équipe de France, n'en parlons pas!


tu es sûr de connaître Distin ? Pour le comparer à Rami... Distin, c'est treize saisons titulaire en PL, sans compter l'Europe de temps en temps.
c'est la première saison où Distin baisse de forme, à 37 ans ! L'année dernière, comme le souligne Jemincruste1, la défense était imprenable et il y était pour beaucoup.

Or cette année Jagielka, à l'instar de Cahill, peine à revenir de la coupe du monde, Distin accuse donc le coup et Barry est en-dessous de son rendement habituel - sachant que le système compte beaucoup sur lui pour l'équilibre, vu que les latéraux sont toujours devant.

Si on ajoute à ça les blessures (Barkley, Stones en tête) et les méformes offensives (José ne lâche que rarement un joueur par hasard, Lukaku jouant enfin titulaire pour le club auquel il appartient, il se laisse totalement vivre), c'est compliqué mais pas insurmontable. Le fond de jeu, lui, n'a pas disparu, et sur la durée c'est ça qui fait la différence (souvent - j'espère, puisque ça voudrait dire que les merveilleux Leicester se maintiendraient alors que les affreux QPR redescendraient illico emmerder le Championship).
Note : 9
Message posté par russell westbrick
Martinez à juste profité du travail de Moyes l'année dernière il était évident que la deuxième année serai beaucoup plus compliqué pour martinez


nan mais vous regardez les matches parfois les gars ? c'est hallucinant. D'abord Rami comparé à Distin, ensuite ça : Martinez a tout changé depuis son arrivée. Il a bénéficié d'un effectif stable, de qualité mais aussi d'investissements dont était privé Moyes : c'est certain qu'il a construit là-dessus.

Mais il a directement amené sa patte, le jeu de possession en déséquilibre qu'il avait développé à Swansea puis Wigan (l'exemple-type ce sont les latéraux qui attaquent ensemble), la micro-tactique chère aux nouveaux entraîneurs (les courses de compensation de Baines vers l'axe, où il prend le rôle de Barry, c'est Martinez, pas Moyes), la variété dans les offensives... l'équipe a énormé progressé depuis qu'il est arrivé, est moins conservatrice et stéréotypée qu'avec Moyes (qui avait fait du bon boulot, hein, ne nous méprenons pas), commence à avoir une densité d'effectif et une identité suffisante pour jouer plusieurs tableaux et éviter de subir face aux gros : bref, Everton a passé un cap.

S'ils ont du mal à confirmer cette année, c'est davantage dû à un recrutement mal ciblé (à l'instar de Liverpool, des doublures peu convaincantes et des titulaires mal positionnés) et une succession de blessures mal tombées qu'à un effet "deuxième année" prétendument prévisible...
Chapeau Ouam, encore un bien joli poste...
Note : 2
Message posté par AriGold
Chapeau Ouam, encore un bien joli poste...


tu es trop aimable... :)
d'autant que j'ai oublié un truc qui joue beaucoup, c'est le retour de Deulofeu à Barcelone (qui l'a re-prêté, mais à Séville) : il servait vraiment de détonateur dans les matches un peu fermés, et le prêt de Atsu n'a pas donné le même résultat, hélas pour eux !
C'est toujours une équipe sympa à voir jouer.
Je suis assez fan de Distin, une telle régularité, ça mérite un coup de chapeau (et le comparer à Rami mon dieu...).
Par contre, un recrutement bizarre (trop d'argent sur Lukaku, Eto'o que j'admire pourtant), des blessures et un Ross Barkley qui a du mal à revenir.
Pas d'Europe cette année pour eux, j'espère qu'ils vont redresser la barre rapidement.

Un petit mot aussi pour les journalistes de so foot: arrêtez avec les brèves genre balotelli s'amuse sur Instagram, Messi abonné au compte Instagram de Chelsea, Balotelli et ses deux chiens etc... ça fait vraiment baisser la qualité du site
Une absence importante aussi à noter, c'était celle de McCarthy. Ce gars presse, harcèle et récupère un grand nombre de ballons. Je suis fan de ce gars là pcq il soulage Barry qui n'a plus qu'à se concentrer sur son travail de relance et il permet à un Barkley de rester assez haut et prêt de la pointe afin de distribuer le jeu.


Il a été absent plusieurs mois si je ne me trompe pas et force est de constater que Besic n'a pas su remplir ce rôle.
JustinBieber Niveau : Loisir
Lukaku c'était pas le Drogba 2.0 déjà ? Je demande juste, je viens de découvrir le foot^^
dexterstrife Niveau : DHR
Message posté par You'll never walk without gerrard
Au moins, eux ne peuvent pas se moquer de nous!


Oh si ils peuvent, un de mes collègues scouser adore se foutre de la gueule des français qui supportent Liverpool. Faut le voir quand il a quelques pintes dans le nez provoquer les frenchies au pub.

Et je valide avec Lille.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
5 15