1. // Légende
  2. // Eusebio

Eusébio, 50 ans plus tard

Modififié
23 8
Avant-hier, Florian Albert nous a quitté. Il y a tout juste 50 ans aujourd’hui, l’un de ses plus grands rivaux disputait pour la première fois un match de coupe des clubs champions (aujourd’hui ligue des champions). Ce jeune homme de même pas 20 ans à l’époque, c’est Eusébio, le plus grand joueur portugais de l’histoire, et l’un des meilleurs toutes générations confondues.

Le 1er novembre 1961, la panthère noire a débuté la rencontre FK Austria-Benfica à Vienne à la place de Santana, pourtant une grande figure de l’équipe à l’époque. Moins d’un an plus tard, Eusébio conduit les Lisboètes à mettre un terme au règne du tout puissant Real Madrid (5-3 pour Benfica) en marquant deux buts et en délivrant une passe décisive. A ce jour, il demeure le huitième meilleur buteur de l’histoire de la C1 avec 57 buts en 75 matchs, soit le meilleur ratio de tous les temps dans cette compétition.

Cristiano Ronaldo a encore du boulot pour faire mieux.

WP
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Miles Morales Niveau : DHR
La classe, la tres grande classe.

A l'epoque ou on brulait des Noirs aux USA, Eusebio etait le heros de tout un peuple. Le Portugal etant le seul pays europeen de l'epoque a jouer avec des joueurs noirs...

Pas de racisme dans les stades portugais, contrairement a la France, l'Espagne, l'Italie, etc...
bien sur, le racisme n'existe pas au portugal ça doit être le seul pays au monde...
Excellent joueur certes, mais ça restera surtout une icône pour les lampiões du SLB plus que pour les portugais en général (à la différence de Figo), même si en fait c'est vrai que les portugais sont majoritairement lampiões (plus gros recensement de socios à travers le monde, devant ManU et le FCB). Pour les autres, il est celui qui a corrompu beaucoup de nordistes ou de lisboètes (n'oublions pas le Sporting) qui supportent aujourd'hui ce club de vélo parce que leur père ou grand-père a vécu la grande époque européenne du club des lampiões.
Le racisme existe évidemment au portugal, mais Miles n'a pas tord de souligner que ce pays a été un précurseur à ce niveau. D'ailleurs, rien qu'aujourd'hui ça pose encore des problèmes à certain, citons-le : platini, qu'il y ait trop de sud-américains au FC Porto quand lui même a joué à la juve...
Un club de vélo qui compte quand même 33 titres nationaux à son actif...
Sinon ça a été le match contre Apoel hier soir ?
Je salue l'auteur du petit article. Eusebio restera très certainement une des plus belles histoire du football.

Pour aller dans le sens de Miles Morales, n'oublions pas Guttmann : http://en.wikipedia.org/wiki/Béla_Guttmann
Larbi Ben Barek a joué pour la France bien avant Eusebio !
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
23 8