1. // Les restes du monde

Europe mineure : c’est le money time

Partout sur le continent, et pas seulement dans les grands championnats, c’est l’emballage de fin de saison, avec son lot de surprises, de suspense, de déjà vu et de belles histoires. De Glasgow à Nicosie en passant par Kiev, Salzbourg, Istanbul, Varsovie, Belgrade, Copenhague, Prague ou Amsterdam, grand tour d’Europe du money time, pour connaître avant tout le monde les prochains participants aux premiers tours des coupes d’Europe.

0 1
Là où c’est déjà joué

Première étape en Écosse, avec le 43e championnat décroché par le Celtic Glasgow, le premier depuis 2008. C’est officiel depuis peu, mais à vrai dire, ça fait longtemps qu’il n’y avait plus de suspense, étant donné que les Rangers, seul rival, sont plongés depuis cet hiver dans la plus grave crise de leur histoire. Sanctionnés de 10 points et placés en redressement judiciaire, les Gers sont en attente d’un éventuel repreneur et ont été empêchés de participer aux coupes européennes la saison prochaine. L’hégémonie du Celtic n’est cependant pas totale, puisque Kilmarnock s’est imposé en League Cup, tandis que la finale de la Coupe d'Écosse verra s’opposer Heart et Hibernian. En Croatie maintenant, pas de suspense avec un 7e titre consécutif empoché par le Dinamo Zagreb devant Hajduk Split. A noter que le champion n’a encaissé que 9 buts en 26 journées, soit seulement 2 de plus qu’en 90 minutes de C1 face à l’OL…

En Grèce, le marasme actuel n’épargne pas le monde du football, avec un championnat perturbé par les affaires en début de saison et un triste épilogue, avec les sanctions infligées au Panathinaïkos (points de suspension, matchs à huis clos) suite aux graves incidents qui ont troublé le choc avec l’Olympiakos le 18 mars dernier. C’est ce dernier club qui conserve son titre, grâce à sa colonie d’ex de L1 (Modesto, Makoun, Mirallas) et d’internationaux algériens (Abdoun et Djebbour). Enfin en Israël, la victoire surprise de l’Hapoël Kiryat met fin à 29 ans de domination des clubs des trois villes principales du pays, Tel Aviv, Jérusalem et Haïfa.

Là où c’est quasi fait

Sans concurrence en Suisse, le FC Bâle, l’une des attractions de la C1 cette saison (tombeur de MU en phase de poules) va empocher le 15e titre de son histoire, le 3e consécutif. Les 19 buts d’Alex Frei le placent encore comme large meilleur buteur. Derrière, Lucerne, Berne, Thoune et le Servette sont à la lutte pour les places d’honneur et les qualifications européennes. Au Danemark, le FC Copenhague devance l’étonnante équipe de Nordsjaelland de 6 points à 7 journées de la fin. Ça devrait donc le faire pour son 10e titre. Grosse galère en revanche pour Bernard Mendy à Odense, outsider en début de saison et aujourd’hui toujours pas à l’abri d’une relégation. En Serbie, comme d’hab, le Partizan Belgrade devance encore l’Etoile Rouge au classement. L’équipe d’Avram Grant compte 10 points d’avance à 6 journées de la fin. Dans un sale climat de violence et d’affaires louches, la saison de football en Serbie a néanmoins permis de voir éclore un grand talent, un de plus : Lazar Marković, qui vient de fêter ses 18 ans et d’honorer sa première sélection. Aux dernières nouvelles, il était dragué avec insistance par l’Inter Milan.

Aux Pays-Bas, l’Ajax d’Amsterdam a réussi le tour de force de reconquérir la première place, grâce à une impressionnante série en cours de 9 victoires consécutives. L’équipe de Frank de Boer compte désormais une confortable avance de 6 points à 4 journées de la fin. Longtemps leader, l’AZ Alkmaar est clairement dans le dur actuellement, avec une récente défaite 2-3 face à un autre rival de haut de tableau, le PSV. Feyenoord, à l’affut, pourrait en profiter. Twente et Heerenveen restent également en embuscade pour les places d’honneur. Enfin en Russie, l’interminable saison de transition vers un rythme de championnat à l’occidentale va très bientôt prendre fin, 14 mois après ses débuts. Le Zénith Saint-Pétersbourg est en passe de conserver son titre, devançant les quatre de Moscou, le Spartak, le Dynamo, le CSKA et le Lokomotiv. A noter que l’Anzhi Makhachkala de Guus Hiddink est en toute petite forme, avec un Samuel Eto’o muet depuis le début de l’année.

Là où le suspense demeure

De nombreux championnats d’Europe de l’Est tardent à livrer leur verdict. A commencer par l’Ukraine qui, en attendant de se tourner vers l’organisation de son Euro, tarde à livrer un club vainqueur cette saison. Le 7 avril, le Shakhtar s’est imposé 2-0 à Donetsk face au Dynamo Kiev, reprenant du même coup la tête du classement à la différence de buts. Avantage donc au Shakhtar, d’autant qu’ils reçoivent deux fois lors des trois dernières journées, à l’inverse du Dynamo. Il leur faudra néanmoins être vigilant jusqu’au bout, avec un dernier déplacement périlleux à Kharkov, face à la solide formation du Metalist. Chez les compères de Pologne, le Legia Varsovie de Danijel Ljuboja tente de conquérir un premier titre depuis 2006. Si le Wisla, tenant, est largué, il reste encore la concurrence de Šlask Wroclaw et de Ruch Chórzow. Belle baston aussi en Gambrinus Liga, le championnat de République-Tchèque : le Slovan Liberec ne compte qu’un point d’avance sur le Sparta Prague et cinq sur le Viktoria Plzen. Les cousins de Slovaquie sont tout autant dans l’indécision, avec Zilina (adversaire de l’OM en C1 la saison dernière) à la lutte avec le Spartak Trnava, une ex-gloire de Tchécoslovaquie qui avait atteint les demi-finales de la C1 en 1969. A l’Est toujours, la Roumanie passe de sales moments, entre suspicions de matchs arrangés, arbitres mis à pied et entraîneurs virés. 8e championnat d’Europe il y a encore peu, la Liga I a récemment plongé au 22e rang ! Actuellement en tête, le CFR Cluj tourne au ralenti et reste sous la menace du Steaua et du Rapid Bucarest, avec encore huit journées à disputer.

Indécision toujours en Bulgarie, un championnat squatté par de nombreux Français. Le CSKA Sofia occupe le fauteuil de leader, mais reste sous la menace de Ludogorets et de Chernomorets. Même scénario en Hongrie, avec Debrecen en tête devant Győri ETO et Videoton, champion sortant. Deux Français se distinguent chez l’actuel leader : le buteur Adamo Coulibaly et l’ex-milieu havrais Selim Bouadla. En Autriche, le puissant Red Bull Salzbourg aborde les dernières journées en tête, mais les deux clubs de Vienne, le Rapid et l’Austria, peuvent encore tenter de prendre l’aspi. A Chypre, le titre va se jouer entre l’AEL Limassol, l’APOEL Nicosie, l’Omonia Nicosie et l’Anorthosis Famagouste. Après son remarquable parcours en C1, l’APOEL va devoir se reconcentrer pour espérer décrocher la première place et se qualifier de nouveau pour foutre le boxon dans la plus prestigieuse des compétitions. En Turquie, Galatasaray garde un bon avantage pour enlever un 18e trophée en Süper Lig, mais le tenant Fenerbahçe, cinq points derrière, peut encore y croire, d’autant que les deux s’affrontent ce week-end. Dernière étape de ce tour d’Europe avec la BelgiqueAnderlecht, qui évoluait clairement au-dessus du lot lors de la saison régulière, est désormais sous la menace directe du Club Bruges de Christoph Daum. Comme en Turquie, les deux clubs de tête s’opposent ce week-end dans un choc au sommet. La saison est encore loin de se terminer.



Par Régis Delanoë
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Feyenoord qui rejoue les premières places en Hollande ça fait plaisir pour ce club mythique après pas mal d'années de galères !
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 1