Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Euro 2016
  2. // Tirage au sort

Euro 2016 : l'Espagne et l'Italie pas vernies

Les deux groupes de la mort sont pour l'Italie et l'Espagne. Comme au Mondial 2014, en fait. Un joli Angleterre-Pays de Galles en perspective.

Modififié

Groupe A

France, Roumanie, Suisse, Albanie

Groupe B

Angleterre, Russie, Pays de Galles, Slovaquie

Pas évident, ce groupe pour l'Angleterre. Les Anglais se retrouvent avec leurs voisins du pays de Galles, la Russie et la Slovaquie, qui a fait très bonne figure dans le groupe de l'Espagne. Les Anglais ont réalisé un parcours parfait lors des éliminatoires, avec 10 victoires en autant de rencontres et seulement trois petits buts encaissés. Mais là, les adversaires sont d'un tout autre niveau. Russes, Gallois et Slovaques ont tous terminé deuxièmes de leur poule, mais ont donné du fil à retordre aux favoris qu'ils ont rencontrés. La Slovaquie, par exemple, est parvenue à infliger sa seule défaite à l'Espagne lors des qualifs (2-1). Le pays de Galles, deuxième du groupe de la Belgique, a pris quatre points sur six face aux Diables rouges. Quant à la Russie, elle a disposé de la Suède dans sa poule. Les Anglais sont donc prévenus : leurs adversaires adorent se payer les gros poissons.

Groupe C

Allemagne, Ukraine, Pologne, Irlande du Nord

La voie est libre pour l'Allemagne. Clairement, ce n'est ni l'Ukraine actuelle (obligée de passer par les barrages) ni la sympathique Irlande du Nord qui empêcheront les champions du monde en titre de se qualifier pour les huitièmes de finale. Le seul potentiel danger vient de la Pologne, déjà adversaire des Allemands lors de la phase de qualification, dans ce qui s'annonce comme un nouvel épisode du « Lewandowskico » . L'attaquant du Bayern, meilleur buteur des qualifs et déjà auteur d'un but face à l'Allemagne en septembre 2015, affrontera à nouveau tous ses petits potes bavarois, et ne compte pas leur faire de cadeaux. Si ces deux formations font office de favorites dans ce groupe (elles ont terminé respectivement première et deuxième de leur poule de qualification), l'Ukraine et l'Irlande tenteront de se battre pour obtenir une place de meilleur troisième. À moins que Yarmolenko et Konoplyanka ne soient en feu en juin prochain, et ne fassent mentir les pronostics.

Groupe D

Espagne, Croatie, République tchèque, Turquie

Oh le groupe piège pour l'Espagne ! Le double champion en titre n'a pas bénéficié de la même clémence que les Français au tirage. Il tombe avec la Croatie, deuxième du groupe de l'Italie, la République tchèque, première du groupe A, et la Turquie, troisième de ce même groupe A, mais surtout tombeur des Pays-Bas. La Croatie aura forcément une revanche à prendre face à l'Espagne. Les deux équipes s'étaient déjà affrontées en poules lors de l'Euro 2012, avec ce fameux miracle de Casillas face à Rakitić, qui aurait pu entraîner l'élimination des Espagnols dès le premier tour. Quatre ans plus tard, la Croatie s'est encore renforcée, avec notamment un duo d'attaquant Mandžukić-Kalinić qui peut faire des ravages. Moins sexy que par le passé, la République tchèque peut aussi faire figure d'épouvantail. Et ce ne sont pas les Pays-Bas, battus à l'aller (2-1) comme au retour (2-3) qui diront le contraire.

Groupe E

Belgique, Italie, Suède, Irlande

Douze ans après sa fabuleuse aile de pigeon aérienne, Zlatan Ibrahimović retrouve l'Italie lors d'une poule de l'Euro. C'était en 2004, et les Suédois avaient, par la suite, éliminé les Italiens dès le premier tour. Cette fois-ci, dans la poule, pas de Danemark ni de Bulgarie, mais bien la Belgique, actuel leader du ranking UEFA, et l'Irlande. Belgique et Italie : deux équipes qui ont terminé en tête de leur poule de qualif (ce qui ne les a pas empêchés de se retrouver ensemble), tandis que l'Irlande et la Suède sont toutes les deux passées par les barrages. L'Italie commence à avoir l'habitude de se retrouver avec des gros poissons dès le premier tour, après avoir tiré l'Uruguay et l'Angleterre lors du Mondial 2014. Elle retrouve également l'Irlande, qu'elle avait déjà affrontée (et éliminée) lors de l'Euro 2012. Beaucoup de retrouvailles, donc, et pas franchement de grand favori. En gros, un groupe où tout le monde peut se qualifier, mais où personne n'est à l'abri d'un faux pas.

Groupe F

Portugal, Autriche, Hongrie, Islande

A priori, la route est libre pour le Portugal. Cristiano Ronaldo et ses potes, qui, pour une fois, ont réalisé des éliminatoires quasi parfaits, font figure de favoris dans cette poule F. Il faut dire que leurs futurs adversaires sont quasiment les moins connus de la compétition : l'Autriche, la Hongrie et l'Islande. Mais à y regarder de plus près, certains d'entre eux ont flambé lors des qualifications. L'Autriche, d'abord. L'équipe de David Alaba a roulé sur sa poule, terminant en tête avec neuf victoires en dix matchs, une sacrée perf. L'Islande, de son côté, s'est payé le luxe, avec une équipe composée pratiquement d'inconnus, de terminer devant la Turquie et les Pays-Bas dans le groupe A. Quant à la Hongrie, elle a dû passer par les barrages, après avoir galéré dans un groupe pourtant composé de la Roumanie, l'Irlande du Nord, la Finlande, les îles Féroé et la Grèce. En résumé, le Portugal et l'Autriche devraient passer haut la main, avec l'Islande en embuscade pour une place de meilleur troisième.

Par Éric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 15:53 La moitié des clubs anglais n'a plus besoin des spectateurs pour engendrer des profits 93
Partenaires
Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Olive & Tom
Hier à 12:43 La Liga gratuitement en direct sur Facebook en Asie du Sud 8 Hier à 12:34 River Plate devrait quitter El Monumental 14 Hier à 11:41 Les nouvelles clauses inquiétantes du code éthique de la FIFA 15 lundi 13 août Rooney, héros de la 95e minute 18 lundi 13 août Record de buts en Ligue 1 pour une première journée 27
À lire ensuite
La France tire et gagne