En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 19 Résultats Classements Options
  1. // Euro 2016
  2. // Éliminatoires
  3. // Résumé

Euro 2016 : ce qu'il faut retenir de la 1re journée d'éliminatoires

Une journée, des enseignements. Entre la défaite surprise du Portugal, les victoires rassurantes de l'Angleterre et de l'Italie et le rôle de sparring-partner des Bleus, la première journée des éliminatoires pour l'Euro 2016 a presque réussi à faire oublier la Ligue 1. Quoique.

Modififié
  • Que c'est bien beau d'être mondialiste si c'est pour faire n'importe quoi après

    L'amical contre l'Italie avait déjà prévenu : après le coup d'éclat du Mondial, les Pays-Bas allaient galérer. Pliés en 8 minutes à Bari (2-0), les Bataves de Guus Hiddink, successeur de Van Gaal sur le banc, ont récidivé dans leur médiocrité face à la République tchèque hier (2-1). À 4 derrière contre les Transalpins, les Oranje se sont pourtant présentés avec une défense à 5, celle-là même qui avait fait leur succès au Brésil. Mais un but assassin de Pilar dans les derniers instants sur une bourde exemplaire de Janmaat plonge désormais les Pays-Bas dans le doute. D'autant que devant, hormis Memphis Depay, le danger s'est fait quasi inexistant. Robben, absent hier, et Strootman détiennent peut-être la clé.

  • Qu'avoir un galactique dans son équipe, ça peut servir

    Sans Cristiano Ronaldo, le Portugal est un stylo sans encre, un punk sans son chien, une Nabila sans ses seins. Face à l'Albanie, l'importance du joueur du Real s'est encore vérifiée. Privée de sa flèche viveldopée, l'équipe de Paulo Bento s'est offert une magnifique chute à domicile face à un adversaire accrocheur, mais pas génial non plus. Le trio d'attaque Eder-Nani-Vieirinha à la ramasse, les Portugais ont déjà lâché 3 points précieux dans un groupe I où les Albanais apparaissent pourtant comme les concurrents les plus faibles. Mais à l'avenir, ils pourront compter sur CR7, qui pourrait bien s'inspirer de Gareth Bale. Sans le pendant gauche de Cristiano au Real, le pays de Galles aurait pu se taper une sacrée honte en Andorre après avoir été mené 1-0 dès la 6e minute. Mais Gareth a sauvé les meubles en inscrivant un doublé, dont un superbe coup franc à 10 minutes de la fin. L'importance d'un top player


  • Qu'Antonio Conte n'est pas fan de Verratti

    Deux matchs, deux victoires. Pour ses débuts, le nouveau sélectionneur italien n'a pas beaucoup tremblé, mais a assuré. En revanche, il a envoyé un signe clair au petit Italien du PSG : son avènement avec la Squadra n'est pas encore venu. Pour preuve, Marco, déjà remplaçant lors du succès face aux Pays-Bas en amical, a encore une fois pris place sur le banc contre la Norvège (2-0). Des décisions inquiétantes pour le milieu de terrain et qui, conjuguées au fait que Conte a fait des pieds et des mains pour ramener Pirlo en sélection, obscurcissent son horizon à court terme. Petit Marco deviendra grand. Mais plus tard.

  • Que l'Angleterre s'est trouvé un buteur

    Danny Welbeck. En Angleterre, le nom a souvent fait sourire. Pourtant, hier face à la Suisse, le nouvel attaquant des Gunners est venu pallier les soucis offensifs de Three Lions. Sterling n'étant pas un finisseur, Rooney portant au-dessus de son crâne dégarni sa malédiction en sélection, c'est bien à Danny que revenait la charge de planter les pions. Par deux fois, et d'un tibia incertain, l'ancien Red Devil a rempli sa mission et enfin concrétisé les séquences offensives anglaises. Peut-être pas le plus doué, ni le plus beau, mais Danny est là. Et ça, Roy Hodgson le garde en tête, Arsène aussi.

  • Que l'équipe de France a lâché deux points précieux en Serbie

    On pensait que les Bleus tenaient la rencontre sur gazon pourri organisée à Belgrade grâce à un but sur corner de Pogba. Mais c'était sans compter sur Kolářov, planteur de mines serbe, qui s'est décidé à exploser les filets français sur coup franc. Dommage, d'autant que dans ce groupe I, le Portugal, l'autre favori du groupe, a abandonné la victoire à l'Albanie. Quoi ? Cette purge n'était qu'un amical organisé grâce au système savamment pensé par l'UEFA qui va nous obliger à disputer des rencontres sans intérêt durant 2 ans sur des terrains horribles et contre des adversaires qui distribuent plus de coups que Liam Neeson dans Taken ? Au moins, lui, son voyage dans l'Est était divertissant.

  • Que Pologne-Gibraltar, c'était un match de Coupe de France

    Robert Lewandowski peut sourire. En inscrivant un quadruplé face à Gibraltar hier soir (7-0), le Polonais est d'ores et déjà le meilleur buteur de ces éliminatoires à l'Euro 2016. En même temps, Robert n'avait qu'une opposition très limitée. Pour le premier match de qualification de son histoire, Gibraltar se présentait avec 9 titulaires non professionnels. Et malgré ses deux policiers, son pompier, son électricien, son greffier, son douanier, son agent maritime, son vendeur, son dirigeant d'académie, l'équipe n'a pu éviter le naufrage. Mais le plus grand regret de cette team d'amateurs, c'est encore de ne pas avoir pris la branlée devant son public, mais à Faro, son enceinte n'étant aux normes pour accueillir des rencontres de grande importance. L'histoire ne dit pas en revanche si les recettes du match lui ont été reversées.

    Par Raphaël Gaftarnik
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié



    Partenaires
    Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
    Hier à 09:00 Coentrão casse le banc des remplaçants 9 vendredi 19 janvier L2 : Les résultats de la 22e journée 4 vendredi 19 janvier Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 3
    À lire ensuite
    Ahmed Yahiaoui, mais non