1. //
  2. // Billet d'humeur

Être Wayne Rooney

Tôt dans sa vie, il a été adulé à cause d’un talent différent, d’une envie différente, mais aussi d’une gueule différente. Non, Wayne Rooney n’a jamais été comme les autres et, depuis samedi, encore un peu moins. Tout simplement car en inscrivant un coup franc superbe à Stoke-on-Trent, l’ancien gamin de Croxteth est devenu le meilleur buteur de l’histoire de Manchester United devant Sir Bobby Charlton. Un exploit qui interroge désormais la carrière d’un héros souvent oublié et qui pose, surtout, la question suivante : comment devient-on une légende ?

Modififié

Il faut l’imaginer, il y a un peu plus de vingt ans. Maigre, les genoux abîmés, mais le sourire sincère, Wayne Rooney, onze ans, porte là un short trop court, et surtout trop remonté, surmonté d’un maillot bleu. C’est celui d’Everton, le club pour qui chante Thomas Wayne Rooney, le père, entre sa vie d’ouvrier et son autre passion, la boxe. Le fils joue au foot et ne fait quasiment que ça depuis qu’il a ouvert les yeux dans le quartier de Croxteth, à Liverpool. L’école, il n’a jamais aimé ça et a toujours fait en sorte d’y passer le moins de temps possible. Au point d’arriver souvent en retard en cours, mais aussi de se faire parfois expulser, comme ce jour où il se lève et fait un trou dans le mur du laboratoire de science parce qu’un prof a l'audace de lui confisquer son ballon. L’enfance de Wayne est simple : boxer, jouer au foot, se démerder pour tuer le temps, mais surtout faire plus que les autres sur un terrain pour s’en sortir. Ce soir de novembre 1996, le voilà pourtant à Anfield, avec ses tâches de rousseur et ses oreilles décollées. Il est la mascotte du soir, celle des Toffees pour le premier derby de la saison et compte bien marquer le coup. Alors, quelques minutes avant le coup d’envoi, il fait des frappes à Neville Southall, le gardien légendaire d’Everton. Logiquement, un gamin de son âge peine à atteindre le but. Wayne Rooney, lui, cale sa frappe au-dessus de la tête du portier. L’histoire vient de commencer. Aujourd’hui, l’enfant est devenu un homme. Depuis samedi, il est même devenu une légende. Le maillot a changé, le visage un petit peu aussi, mais l’envie n’a pas vrillé : si Rooney en est là, c’est avant tout parce qu’il aime le foot plus que tout et qu’au fond, ce dernier se devait de lui garder une place de choix. Son destin était écrit ainsi, seule la route aurait pu être différente. Plus belle ? Impossible, sinon Wayne Rooney n’aurait pas été Wayne Rooney.

Vidéo

Se sentir privilégié


L’histoire de Wayne Rooney, prodige fabriqué pour devenir le nouvel espoir d’un pays maudit avec son football, est ainsi faite. Cela fait maintenant plus de quatorze ans qu’elle a débuté par une lucarne avec Everton contre Arsenal en octobre 2002. Cela fait désormais deux jours qu’elle a changé de dimension par une autre lucarne, la droite plutôt que la gauche, avec Manchester United lors d'un déplacement à Stoke. Depuis le 21 janvier 2017, Wayne Rooney est donc le meilleur buteur de l’histoire de l’institution United. Un nouveau record, le plus beau aussi, certainement. Deux cent cinquante buts, en cinq cent quarante-six matchs. Soit une réalisation de plus que Sir Bobby Charlton en deux cent douze rencontres de moins. Rooney a aujourd’hui trente et un ans et il est temps de se poser pour prendre la mesure d’un homme qui est donc le meilleur buteur de l’histoire du club le plus riche du monde – et le plus titré d’Angleterre –, le meilleur buteur de sa sélection nationale, le meilleur buteur anglais en C1, le meilleur buteur de l’histoire de Manchester United sur la scène européenne, le troisième meilleur passeur de l'histoire de la Premier League, le meilleur buteur de l'histoire du championnat à l'extérieur et qui n’est plus qu’à dix cacahuètes du record d’Alan Shearer, meilleur buteur de l’histoire de l'ère PL. Si l’on s’installe et que l’on se rappelle, il y a plus de dix ans, certains observateurs expliquaient que trois joueurs avaient le potentiel pour devenir les meilleurs joueurs du monde. Les noms ? Cristiano Ronaldo, Lionel Messi et Wayne Rooney. Aujourd’hui, chacun d’entre eux est devenu le meilleur buteur de l’histoire de son club. En faut-il plus pour se sentir privilégié ?

Vidéo

Il n'y aura plus de Wayne Rooney


Oui, chacun d’entre nous doit se sentir privilégié de vivre à une époque où Wayne Rooney joue au foot. Ce qu’il se passe sous nos yeux depuis le début des années 2000 avec lui est unique, indescriptible et probablement plus intense car moins lisse qu’avec les deux autres. Oui, le suivre, c'est accepter que tout aurait pu être différent avec une meilleure hygiène de vie et plus d'individualisme. Puis, Rooney, c’est aussi ça : une grande gueule, un état d’esprit souvent limite, un homme qui aime l’argent au point d’avoir au cours de son histoire avec Manchester United fait plier l’institution pour ses intérêts, mais aussi une haine de la défaite. Rooney, c’est surtout des buts, des succès, des titres et un sens du sacrifice au moment où son club en avait besoin. Sa romance avec Manchester United avait commencé en 2004 sur des millions et cette justification de Sir Alex Ferguson : « Il faut se rendre compte qu’il a dix-huit ans et qu’il pourrait passer toute sa carrière au club. » Près de treize ans plus tard, Wazza n’a pas bougé.


Alors oui, aimer Wayne Rooney n’est pas simple, mais est surtout soumis à la condition d’accepter de ne pas être un gendre idéal. Car on peut aussi le détester. Car il a rencontré sa femme après avoir cassé la raquette de tennis du frère de cette dernière. Car il peut dégoupiller en un déclic. Car il agace parce qu’il discute chaque décision. Car il est plus Gascoigne que Beckham. Mais qu’est-il aujourd’hui avant tout ? Un vestige du Manchester United qui riait et gagnait avec autorité. Son football se joue aujourd’hui davantage en apparitions qu’en titularisations, mais peu importe, il reste décisif car il maîtrise l’instant. Cet instant, c’était hier, c’est aujourd’hui et ce sera demain, mais c’est surtout un moment où il faut profiter de ce qu’il se passe sous nos yeux. Car demain, il n’y aura plus de Wayne Rooney malgré les souvenirs de ce mec qui a débarqué dans le foot à dix-huit ans avec la même gueule qu’il aura quand il en sortira. C’est dur, mais c’est ainsi. C’est aussi ça le football. Savoir dire au revoir, mais pas pour le moment. Alors, profitons de Wayne, de sa vieille barbe et de son sourire d’enfant. Tout simplement car, au fond, face à lui, c’est peut-être nous les gosses. Le même qu’il était il y a vingt ans.

Vidéo


Par Maxime Brigand
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article

Un attaquant aux transversales delicieuses, rien que ca me suffit a aimer le bonhomme.

Coeur avec mes bierres.
gerrard1892 Niveau : CFA2
la vie tient a pas grand chose parfois.

Imaginons par exemple que le cher daron de Wayne n'aie pas été daltonien...

Sinon bel article, plein de passion.
raconte, je suis pas au parfum.
1 réponse à ce commentaire.
Est-ce que Rooney n'aurait considérablement calmé des sauts d'humeur ces dernières années ?
Je me souviens de ses coups de sang durant l'Euro 2004 mais après c'est le désert...
Théo Ribblébette Niveau : District
Qu'est ce que je l'aime lui!!!!
Il a toujours été dans mes préférés. Avec Gerrard il représentait mieux que quiconque cet archétype du joueur anglais talentueux, un mix savant entre un bourrin et un artiste délicat. Un régal de l'avoir vu jouer. (Même s'il est pas encore vraiment parti le bougre)
Ripaillons Niveau : CFA
Rooney, c'est un délire, je crois qu'il a joué presque tous les potes en club (sauf en défense centrale, mais il me semble qu'il a eu l'occasion d'être gardien de but lors d'un match).
Il me semble que tu confonds deux anecdotes.

C'est Rio Ferdinand qui a déjà joué gardien pendant 10 minutes face à Porstmouth, il ne réussi pas à arrêter le penalty on perd 1-0.

Concernant Rooney, il adore jouer gardien à l’entrainement, dans sa biographie Sir Alex disait que Rooney était très fort en tant que gardien.

Puis il y avait eu cette pub Nike Jogabonito, ou il enchaine les arrêts dans les buts puis remonte le terrain pour marquer.
2 réponses à ce commentaire.
jenculeoski Niveau : CFA2
Une légende bien sûr!
Quelque peu sous-médiatisé car il ne rentre pas dans le moule CristianoRonaldo/Messi, mais quel joueur!
Le mec sait tout faire sur un terrain, a une polyvalence folle (ce qui lui a couté ces dernières années), mais je reste persuadé qu'il n'a jamais été apprécié à sa juste valeur.
Sympathisant d'Everton en PL ça m'a fait chier de le voir partir mais sa carrière est immense et merci à United d'en avoir fait un tel joueur.
Le seul bémol restera sa carrière internationale.
Il y a quelques années, pour comparer Messi et Ronaldo s'était posée la question de savoir entre deux équipes formées de 11 Messi et de 11 CR7, laquelle s'imposerait. A ce petit jeu, on était tous unanimes. Une équipe de 11 Wayne serait imbattable.
1 réponse à ce commentaire.
De loin mon joueur préféré. Il est pas tout le temps élégant mais quelle rage !
Je plains d'ailleurs mes voisins qui ont pu entendre mon explosion de joie sur son coup franc
Note : 3
Super article, tout est cité, donc ça m'évitera un commentaire à rallonge.

vous avez très bien résumé le passage sur ces fans, qui admire Wayne Rooney, mais qui ont tout de même des regrets dû à son hygiène de vie. On ne peut s’empêcher de penser qu'il aurait pu être bien plus fort.

Mais c'est aussi cela qui fait sont charme, un joueur précoce et pétrie de talent, mais qui malgré les années, les titres et les distinctions individuelle est toujours resté ce garçon bourru de 16 ans aimant faire la fête, boire de la bière et fumer des clopes.

Finalement, Rooney c'est ce pote que l'on connait tous, On en a tous eu un dans notre club lorsqu'on jouait au foot.

Tout le monde était unanime à son sujet :
"Franchement, s'il arrêtait de boire, fumer et de faire n'importe quoi, il pourrait jouer bien plus haut."

Ripaillons Niveau : CFA
Aucun regret...

Vraiment aucun. Putain d'émotions, putain de carrière, putain de joueur.
" mais qui ont tout de même des regrets dû à son hygiène de vie. On ne peut s’empêcher de penser qu'il aurait pu être bien plus fort"
ou pas.
c'est un peu ce que dit l'article: ce qui fait rooney, c'est rooney, et donc son hygiène de vie.
cette remarque vaut pour plein de joueur, maradona, gascoigne, gutti, etc...
a contrario, on ne peut pas savoir si un messi plus folklo et un brin dépravé aurait été champion du monde.
2 réponses à ce commentaire.
Note : 2
Un article teinté de nostalgie, PES 6 à 14 ans, avec Torres Ronaldo Messi et Rooney. C'était beau, une époque qui me manque vraiment. Un football d'avant déjà. Avec des vrais bons gars et des maillots un peu trop larges.
Note : 1
C'est quand même fou cette palanquée de records pour un joueur qui n'a jamais eu la réputation d'une machine à marquer. Son seul tort, c'est d'être tombé dans une époque où deux extraterrestres banalisent les saisons à 60 buts, là ou lui n'a jamais semblé être lancé dans cette course aux stats. Au lieu de ça, il se retrouve à être un peu avant centre, un peu milieu relayeur, un peu meneur de jeu... Il est l'héritier des Gascoigne et Scholes, ces joueurs bien plus techniques qu'il n'y paraît, capables d'illuminer un match sur une frappe, une transversale ou même un tacle.
Par contre, quand je pense à Rooney, la première chose qui me vient à l'esprit, c'est un match en CL contre Fenerbahce, ou il a encore son numéro 8 et ou il claque un triplé je crois. Je ne sais pas pourquoi, mais ce match m'a marqué.
Son premier match avec United, oui c'est bien un triplé ! jolie entrée en matière !

Son numéro 8 sur le dos, les taches de rousseur, cette dégaine de rebelle ...
Je m'en délecte encore !!!
2 réponses à ce commentaire.
fairplay is the game Niveau : DHR
La définition DU joueur de foot ultime . Il sait tout faire: attaquer, défendre, orienter le jeu, marquer, dribbler, faire des passes millimétrées. Jé suis sûr que le bougre était même le meilleur gardien dans son équipe de jeunes ...
Mais il a toujours été trop altruiste, comme dit dans l'article . Jouer pour Ronaldo, ok, ça peut se comprendre, mais se mettre au service de Van Persie, argh,j'ai beaucoup plus de mal avec même si ça a marché la première année.
S'il avait eu plus d'ego, il aurait peut-être un ballon d'or aussi.
Ses meilleures saisons sur le plan statistique (puisque ça compte beaucoup de nos jours) sont justement entre de 2010 et 2012, et ce malgré une équipe de Man I globalement moins forte.
L'article parle de la prédiction que Rooney, CR7 et Messi seraient les meilleurs joueurs du monde à l'avenir. Ils ont tous confirmé. C'était prévisible.
A t-on déjà vu deux gamins de 18 ans titulaires en même temps dans des grands clubs comme Man U? Leur potentiel était tout simplement trop grand.
J'ajouterai juste Cesc Fabregas, qui je pensais, ferait la 4eme roue de la carrosse.
Je sais pas si c'est de l'altruisme, perso, je dirais que c'est Fergie qui a fait ces choix la, de faire de Rooney, un joueur jouant pour les autres. Van Nistelrooy, Tevez, Ronaldo, berbatov, Van Persie et même Chicharito.
Georginho23 Niveau : DHR
Berbatov Rooney techniquement c'était un kiff. Rien que dans cette vidéo Berbatov enchaine les passes à une touche et les deux ensemble ça donnait un bel attelage !
Après comme tu dis Rooney en soutien d'un autre attaquant c'est des choix de Fergie mais ça a souvent marché ! Avec Ruud, avec Tevez, avec CR7, avec Berbatov, avec Van Persie et même un peu avec Hernandez Rooney s'est toujours bien entendu sur le terrain avec l'autre attaquant et ça a donné un grand Manchester durant toutes ces années.
2 réponses à ce commentaire.
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 1
Note : 1
Encore un excellent article signé Maxime Brigand, un grand merci à toi.

Merci de replacer enfin la trajectoire de Rooney dans une perspective historique. Merci de tordre le cou aux avis si peu éclairés de ceux qui ne le jugent qu'à l'aune d'une (contre)performance, allant jusqu'à remettre en cause le poids historique de ce joueur.

Pour mieux comprendre pourquoi il est si difficile d'appréhender Rooney dans toute son envergure, il convient aussi de rappeler sa formidable polyvalence, son sens du devoir et du sacrifice collectif, autant de qualités qui l'ont parfois empêché de scintiller comme d'autres cracks abonnés aux projecteurs des grands soirs.

Rooney a marqué l'histoire de son sport sans jamais chercher à tirer la couverture à lui. Il a explosé des records personnels légendaires sans pour autant jamais demander à ses coéquipiers d'oeuvrer spécifiquement pour sa pomme. Il aurait pu être bien plus constant, ses stats et records encore plus dantesques, mais il a préféré sacrifier ces considérations pour le bien de ses équipes, de l'équilibre général de ses équipes.

Ce qui est beau chez Rooney, c'est que c'est un joueur d'exception comme tout le monde.
Ripaillons Niveau : CFA
J'insiste, je crois d'ailleurs qu'il a eu l'occasion de jouer goalkepper, à vérifier.
MaximeBrigand Niveau : District
Il avait expliqué dans un entretien il y a quelques années qu'il s'y était essayé oui. Avec succès, bien sûr. Après, l'un de ses véritables tournants, c'est quand il a joué pendant plusieurs semaines avec les défenseurs chez les jeunes à Everton.
Si tu insistes, c'est que tu as vérifié un minimum, non?
3 réponses à ce commentaire.
C'est le joueur qu'on voudrait tous voir signer dans notre club. Quelle carrière c'est dingue ! Les médias nous font bouffer du Messi/Ronaldo (Qui sont des joueurs immenses évidemment) mais les amateurs de foot aime Rooney au moins autant que ces deux là, parce qu'il est moins lisse, il est pas très beau, et c'est un "putain de rosbeef".

Je lui souhaite de réussir au moins une belle compétition avec les three lions quand même, parce que ca manque un peu.

Wayne je t'aime ! (même son prénom est grave classe, ca me fait toujours penser à Batman !)
J'arrive après la bataille mais magnifique article qui explique à lui seul pourquoi j'aime ce joueur


Rooney sur un terrain c'était unique. Il n'y en pas deux des comme lui car il savait vraiment tout faire et très bien.

Le duo qu'il formait avec CR7 est pour moi un des tous meilleurs de ces dernières années tant ils étaient complémentaires et efficaces à la fois.

Son but en 2005/06 face à Newcastle je crois le représente totalement. Il s'engueule avec l'arbitre puis 3 secondes plus tard, il te claque une putain de volée en pleine lucarne. L'instinct tout simplement.
Lelouch
Super article sur un joueur qui m'a donné envie de jouer à mes débuts. Il résume bien toute la philosophie que nous a inculqué le coach : "avoir la gnaque !".
et donc, pour passer en CFa ,il faut écrire des comm ?
ben oui mec, c'est facile, tu ne savais pas ?
3 réponses à ce commentaire.
Hier à 15:21 Nouveau : 300€ offerts en CASH pour parier le cœur léger ! Hier à 22:00 Callejón calme les Niçois 2
Hier à 14:21 Le retour de la rumeur Messi à Manchester City 101 Hier à 13:55 Le rap des ultras de Genk 7 Hier à 13:51 Il entre en jeu et doit arrêter le live tweet du match 4
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Hier à 12:08 Gillet chante du Maître Gims pour son bizutage à l'Olympiakos 17 Hier à 11:25 Blaise Matuidi va nous manquer (via BRUT SPORT) lundi 21 août Le 200e but en Premier League de Rooney 16
lundi 21 août Un lob de soixante mètres en Angleterre 4 lundi 21 août Le CSC gênant de Wycombe 12 lundi 21 août Anigo s'embrouille sur le bord de la touche 39 lundi 21 août Quand Bailly envoyait un kick à Zlatan 13 dimanche 20 août L'hommage du Camp Nou aux victimes de l'attentat 2 dimanche 20 août Kembo Ekoko à Bursaspor 3 dimanche 20 août La bastos de Marcos Alonso 3 dimanche 20 août Il foire sa panenka à la 96e minute 23 dimanche 20 août La grosse mine de Bruno Fernandes avec le Sporting 4 dimanche 20 août Müller se blesse pour sept mois en célébrant son but 59 dimanche 20 août Alec Georgen régale sous les yeux d'Emery 8 dimanche 20 août Les pieds en l'air pour fêter le but de Jesé 8 dimanche 20 août La demi-volée de Gignac 10 dimanche 20 août Suspendu, Kaká regarde un match avec ses supporters 6 samedi 19 août Le bonbon de Malcom 12 samedi 19 août Le lob fou de Fekir 32 samedi 19 août Le cadeau de Cissé à l'un de ses coéquipiers 11 samedi 19 août Les ultras allemands répondent à la DFB 15 samedi 19 août Trezeguet bouscule Beşiktaş 25 vendredi 18 août Nantes, la mascotte et le plagiat 26 vendredi 18 août Brian Fernández arrive à Metz 9 vendredi 18 août 202€ à gagner avec le Real Madrid & l'OM jeudi 17 août Valdés lance sa société de production 8 jeudi 17 août Zlatan à l'affiche d'un jeu vidéo 15 mercredi 16 août Un match arrêté par des jets d'œufs 11 mercredi 16 août NOUVEAU : 100€ offerts pour miser chez BetStars ! 1 mercredi 16 août Des lions sur les murs d'un vestiaire 30 mardi 15 août La belle ouverture du score de Liverpool 16 mardi 15 août Macron s'est invité à la Commanderie 31 mardi 15 août Un mercato raccourci en Premier League ? 26 mardi 15 août Gignac donne son nom à un tigre 22 mardi 15 août Déjà un doublé pour Gomis en Turquie 6 lundi 14 août Ribéry défait les lacets de l'arbitre en plein match 42 dimanche 13 août Le premier but de Neymar avec Paris 10 dimanche 13 août La banderole guingampaise pour Neymar 34 dimanche 13 août Gignac claque son premier pion de la saison dimanche 13 août La douceur de Bendtner 11 dimanche 13 août L'expulsion invraisemblable de Kaká 29 samedi 12 août Un joueur expulsé après 39 secondes 3 samedi 12 août Les Farc veulent une équipe professionnelle 23 vendredi 11 août Sneijder présenté à l'Allianz Riviera 11 vendredi 11 août 340€ à gagner avec Bordeaux & Caen-Saint-Etienne vendredi 11 août Watford annonce une recrue via Football Manager 13 vendredi 11 août L'énorme raté de Van Wolfswinkel 6 vendredi 11 août Burnley s'intéresse à De Préville 25 vendredi 11 août Botafogo et le Club Nacional voient rouge en Libertadores 5 vendredi 11 août La photo de Fellaini en street-art à Melbourne 11 jeudi 10 août Un club estonien marque sans avoir touché le ballon 7 mercredi 9 août La drôle de vidéo de présentation de Boudebouz au Betis 9 mercredi 9 août Taye Taiwo s'exile en Suède 23 mercredi 9 août Peux-tu résoudre l'énigme de Geoffrey Jourdren ? (via BRUT SPORT) mercredi 9 août Il se blesse en enjambant un panneau publicitaire 36 mercredi 9 août La mine exceptionnelle de Tierney pour le Celtic 7 mercredi 9 août Et si c'était la saison d'Arsenal ? (via BRUT SPORT) mardi 8 août Patrick Montel s'indigne du transfert de Neymar (via BRUT SPORT) mardi 8 août Maradona est prêt à se battre pour Maduro 61 lundi 7 août Nainggolan, Strootman et Cafu s'essayent au drone challenge 12 lundi 7 août Djourou finalement à Antalyaspor 13 lundi 7 août Ils remboursent leurs supporters après une défaite 8-2 18 lundi 7 août Bricomarché partenaire de la Coupe de la Ligue 83 lundi 7 août David Villa plante un triplé dans le derby new yorkais 4 dimanche 6 août Le PSG aurait dépensé 50 000€ pour illuminer la Tour Eiffel 28 dimanche 6 août Une reprise de volée monumentale en Russie 9 dimanche 6 août Aboubakar Kamara : appelez-le "AK 47" 9 dimanche 6 août Quand Buffon rend hommage à Bolt 32 dimanche 6 août La praline de Drogba 5 samedi 5 août La merveille de Graziano Pellè 28 vendredi 4 août 400€ à gagner avec Neymar meilleur buteur de la Ligue 1 ! 1 vendredi 4 août Le vrai salaire de Neymar au PSG (via BRUT SPORT) jeudi 3 août En direct devant l'hôtel de Neymar à Paris (via BRUT SPORT) jeudi 3 août Comment accueillir Neymar à Paris ? (via BRUT SPORT) jeudi 3 août L'ouverture du score du Videoton contre Bordeaux 2 jeudi 3 août La Premier League interdit les dessins sur ses pelouses 10 jeudi 3 août L'ancien boss de Disney s'offre Portsmouth 14 jeudi 3 août Le Real Madrid accroché par les All-Stars MLS 16 jeudi 3 août Domenech : « Les entraîneurs français ont un déficit d'image » 88 jeudi 3 août La lettre du maire d'Ostende aux supporters de l'OM 69 jeudi 3 août Un tifo du Legia revient sur la révolte de Varsovie 54 jeudi 3 août La franchise MLS de Beckham prend forme 35 jeudi 3 août 200€ à gagner avec PSG & FC Bâle jeudi 3 août Lampard embrasse la carrière de consultant 11 jeudi 3 août Aly Cissokho rejoint un promu turc 18 mercredi 2 août Kylian Mbappé souhaiterait quitter l'AS Monaco 114 mercredi 2 août Le super but collectif qui libère Nice 15 mercredi 2 août Le tifo en l'honneur de Nouri 2 mercredi 2 août Un joueur rémunéré en huile d'olive 39 mercredi 2 août Dundee met en vente son gardien sur Twitter 6 mardi 1er août Schweinsteiger trolle la presse US 7 mardi 1er août Les supporters bâlois s'invitent en conférence de presse 3 mardi 1er août Un cycliste parodie le tweet de Piqué 6 mardi 1er août Nainggolan met un coup de tondeuse à des supporters 5 mardi 1er août Excuse-toi comme Echouafni ! (via BRUT SPORT) mardi 1er août La formule « ABBA » lancée pour les TAB 33 mardi 1er août Klopp répare le micro de Simeone 22 lundi 31 juillet Adu testé en Pologne 26 lundi 31 juillet Les joueurs de Colo-Colo rentrent sur la pelouse avec des chiens 30 lundi 31 juillet "On peut te tuer dans la rue pour un téléphone portable" (via BRUT SPORT) lundi 31 juillet Giovinco claque encore un coup franc 16 lundi 31 juillet Dybala ridiculise Nainggolan 38 dimanche 30 juillet Le plus vieux derby du monde (via BRUT SPORT) dimanche 30 juillet La jolie praline de Kaká 16