En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 1 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 32e journée
  3. // Milan AC/Napoli

Être suspendu pour un tel match, c'est Balo!

Ce soir, le Milan AC et le Napoli s'affrontent pour le match au sommet de la Serie A. Cela aurait pu être le duel entre les buteurs, Balotelli et Cavani. Mais le match se jouera sans SuperMario, suspendu trois matchs pour avoir insulté l'arbitre. C'est couillon.

Modififié
Cavani d'un côté, Balotelli de l'autre. Le Matador contre SuperMario. Les cheveux longs contre la crête. L'Uruguayen contre l'Italien. Tout était prêt pour le grand affrontement entre deux des plus grands attaquants de la Serie A. Et puis, Mario a tout foutu en l'air. À la 71e minute du match contre la Fiorentina, dimanche dernier, le joueur milanais empêche un joueur florentin de jouer vite un coup franc en mettant son pied devant le ballon. Un geste complètement idiot, qui lui vaut un carton jaune. Déjà averti contre le Genoa le 8 mars, et contre le Chievo le 30, Balo écope de la sanction maximale : un match de suspension. Manque de bol, ce match, c'est justement celui qu'il ne fallait pas louper, contre le Napoli. Et comme Mario ne fait jamais les choses à moitié, il ne s'est pas arrêté là. À la fin de la rencontre, il aurait traité le quatrième arbitre, M. Doveri, de « crétin » . Le juge sportif ne lui pardonne rien : le match de suspension se transforme en trois matchs de suspension. Quelques jours plus tard, la presse italienne explique que le joueur a été victime d'insultes racistes de la part des supporters de la Fiorentina, et qu'il aurait failli quitter la pelouse. C'est de là qu'est parti son énervement, puis son pétage de plomb à la fin de la rencontre. Pas une excuse, certes, mais une circonstance légèrement atténuante.

Voilà qui fait les affaire du Pharaon

Circonstance atténuante ou pas, Milan va devoir affronter le match au sommet contre le Napoli sans sa nouvelle star. Hop, c'est l'heure de sortir les calculatrices. Et de constater, inévitablement, qu'il y a un Milan AC avec et un Milan AC sans Balotelli. Sans lui, Milan, c'est 40 points engrangés en 23 rencontres, soit 1,74 point par match. Avec Balotelli sur la pelouse, l'équipe rossonera a en revanche récolté 18 points en 8 matchs, soit une moyenne de 2,25. Qui plus est, depuis que Mario est arrivé de Manchester, le Milan AC n'a plus perdu le moindre match de Serie A. Et le buteur a claqué 7 buts en 8 apparitions. De quoi vous changer radicalement une équipe. Voilà peut-être pourquoi Adriano Galliani, l'administrateur délégué du Milan AC, s'est passablement énervé contre son joueur après le match de Florence. Un joueur qui, juste avant la rencontre, s'était déjà fait choper dans les toilettes du train par le même Galliani en train de fumer. Il a fallu l'intervention de son pote Niang pour que Balo accepte de jeter sa clope. On le pensait calmé et assagi depuis son arrivée à Milan. Oui. Mais chassez le naturel, il revient au galop.

Alors, forcément, du côté du Milan AC, on s'interroge. L'équipe va-t-elle être suffisamment compétitive ? Certes, c'est un Milan sans Balotelli qui a été capable de battre 2-0 le Barça. Mais c'est aussi un Milan sans Balotelli qui a été capable d'en prendre 4 au retour au Camp Nou. L'histoire du verre à moitié plein ou à moitié vide. Allegri, lui, préfère voir le verre à moitié plein. Le coach a confiance en ses joueurs, et a la chance de retrouver Giampaolo Pazzini, blessé depuis le déplacement à Gênes. L'ancien buteur de la Sampdoria devrait être aligné à la pointe de l'attaque et soutenu par Boateng le blond et El Shaarawy. El Shaarawy, tiens. L'attaquant a effectué un début de saison extraordinaire, mais il marque le pas. Coïncidence ou non, c'est justement depuis que Balotelli est arrivé que le Pharaon marque moins. Un seul but, très précisément, inscrit lors du derby milanais. Un ratio certainement dû à sa position sur le terrain, plus excentré par rapport à la période où Balo n'était pas là. L'absence de Balotelli contre Naples pourrait lui permettre de retrouver le chemin des filets. D'autant que le Napoli demeure pour lui un bon souvenir.

Tabou San Siro pour Naples


En effet, le match aller, disputé au San Paolo, a été le véritable tournant de la saison du Milan AC. Les deux équipes s'affrontent le 17 novembre. Naples est déjà au sommet, Milan se dépêtre dans les bas fonds du classement. À chaque nouvelle défaite, la tête d'Allegri peut tomber. Et c'est d'ailleurs ce qui se profile lors de ce déplacement napolitain : au bout d'une demi-heure, les locaux mènent déjà 2-0 et ont la main mise sur la rencontre. C'est alors que le petit diable sort de sa boîte. Juste avant la pause, El Shaarawy inscrit un but exceptionnel qui relance le suspense. Puis, en toute fin de rencontre, il égalise, bien servi par Robinho. 2-2, Milan sort indemne du San Paolo. C'est le déclic. La semaine suivante, les Rossoneri battent la Juve et lancent définitivement leur saison. Quatre mois plus tard, tout juste, Milan est revenu à quatre longueurs de Naples et a, ce soir, la possibilité de revenir à un point.

Car au-delà d'être un vrai choc du football italien, ce Milan-Napoli compte dans la course à la Ligue des champions. En venant s'imposer à San Siro, Naples prendrait 7 points d'avance et s'assurerait quasi définitivement la deuxième place, directement qualificative pour la C1. Oui, mais en plus de battre la formation rossonera, il va falloir battre l'histoire. De fait, le Napoli n'a plus gagné à San Siro contre le Milan AC depuis le 13 avril 1986, 27 ans, quasiment jour pour jour. Tu parles d'un tabou. À l'inverse, un succès milanais permettrait à Balo et ses potes de revenir à un point de Naples et de relancer encore plus cette course à la deuxième place. Et même s'il ne sera pas sur la pelouse ce soir, SuperMario a déjà réussi à allumer la mèche de la rencontre. Le 17 mars dernier, juste après une victoire contre Palerme, il demande à un journaliste le résultat de Naples. Ce dernier lui répond que Naples a gagné aussi. Mario : « Pas grave, nous passerons devant eux la semaine prochaine. » Depuis, Naples a gagné tous ses matchs. La provocation, toujours.

Par Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 3 heures Barton : « 50% des joueurs parient sur les matchs » 18
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 15:40 Une ex-formatrice défonce la goal-line technology (via Brut Sport) Hier à 14:28 Quand Ronaldo planquait de la bière 51 Hier à 12:50 Dupraz quitte le TFC 128 Hier à 11:55 Robinho en route vers Sivasspor 59 Hier à 08:57 Un supporter arrêté après avoir uriné dans la bouteille du gardien adverse 18 dimanche 21 janvier La double fracture de McCarthy 4 dimanche 21 janvier Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 10 dimanche 21 janvier Un gardien espagnol marque de 60 mètres 7
À lire ensuite
Gênes O’Lantern