Eto'o super Tsar

Les tifosi de l'Inter Milan pleurent : Samuel Eto'o s'en va. L'attaquant camerounais a choisi l'Anzhi Makhachkala, club russe capable de lui offrir un salaire annuel de 20 millions d'euros. Non, l'argent ne fait pas le bonheur. Mais il aide à réaliser quelques rêves.

Modififié
0 36
Alors lui aussi, il s'en va. Comme si les départs de Sanchez et Pastore n'avaient pas suffi, Samuel Eto'o choisit, à son tour, de dire "ciao" à l'Italie. Aussi improbable que cela puisse paraître, Fils devra désormais se faire appeler "сын". Traduction littérale en russe. L'attaquant camerounais a dit oui à l'Anzhi Makhachkala, dont le nom est fatalement plus difficile à prononcer qu'Inter Milan. Eto'o s'en va, dans un championnat russe qui, depuis quelques années, connaît un véritable essor. De talentueux Brésiliens y mettent les pieds, certainement pour autre chose que pour ses plages, tandis que de jeunes joueurs locaux émergent chaque année. Mais visiblement, ce n'est pas cela qui a convaincu l'un des meilleurs attaquants au monde. Non. Que l'on soit clair : à 30 ans, Samuel, qui a pratiquement tout gagné dans sa carrière, ne pouvait pas refuser un tel salaire. Non pas 10, ni 15, mais bien 20,5 millions d'euros annuels, sur une durée de trois ans. En 2008, alors qu'il était au top avec le Barça, il avait dit non au club ouzbek de Kuruvchi Tachkent (désormais Bunyodkor), qui lui avait proposé un salaire de 40 millions. A 27 ans, Sam avait dit non, après avoir hésité. Cette fois-ci, il a craqué et va devenir, de loin, le joueur le mieux payé au monde. Presque le double de ce que gagne Messi. A ce stade-là, on ne peut même plus parler de pont d'or. Plutôt d'une autoroute à cinq voies.

Magomedov et Kerimov sur un batov

L'Anzhi Makhachkala, dit plus simplement "Anzhi", n'est pas le plus connu des clubs russes. Il nait en 1991, dans l'ombre des plus illustres Spartak Moscou, Lokomotiv ou, plus tard, Zénith Saint-Pétersbourg. Mais tout semble prédire qu'un jour, l'Anzhi fera parler de lui. Déjà, le club est situé au Daguestan, une République rattachée à la Russie, dont le président se nomme Magomedsalam Magomedov. Tout sauf commun. En janvier 2011, le club est racheté par le milliardaire russe Suleyman Kerimov. L'homme, 136ème au classement des individus les plus riches de la planète, promet de bâtir une équipe qui dominera sous peu la Russie. Son premier gros coup : la signature, en février 2011, de Roberto Carlos. Le Brésilien est rapidement suivi par Boussoufa (Anderlecht) et Dzsudzsak (PSV Eindhoven). Il y a quelques jours, c'est Yuri Zhirkov, le défenseur de Chelsea, qui dit oui à l'Anzhi. Les résultats ne se font pas attendre : au bout de dix-neuf journées de championnat, l'Anzhi pointe déjà à la 5ème place du classement. Pourtant, Kerimov n'est pas rassasié. Loin de là.

Tout en haut avec Mou

Début août, le magnat russe fait une offre à Sam Eto'o. L'avant-centre de l'Inter, convoité par City, en sourit, et décline. En Italie, on trouve presque indécent que ce club russe, qui s'est déjà pris un râteau par Gattuso, ose faire ce genre de proposition. Surtout que le joueur, depuis la fin de la saison dernière, a déclaré son allégeance au club nerazzurro. Une équipe avec laquelle, en deux ans, il a tout remporté. Le Scudetto, la Coupe d'Italie (deux fois), la Supercoupe, la Ligue des Champions et le Mondial des Clubs, tout ça en jouant les rôles principaux. Pourtant, lorsqu'il débarque à Milan, en août 2009, le feeling entre le Camerounais et sa nouvelle formation peine à se créer. Lui vient d'une saison exceptionnelle avec le Barça, et digère mal le fait que les Catalans aient voulu se séparer de lui. Mais Fils remballe sa fierté et remet sa confiance entre les mains de José Mourinho, qui passe un pacte secret avec lui. En quelques mois, il épouse l'Inter. Le “Mou” le chouchoute, mais n'hésite pas non plus à le sacrifier. Comme lors de ce fameux match de Ligue des Champions face au Barça, où Samuel termine arrière-droit, pour le bien de l'équipe. L'Inter triomphe. Puis Mourinho s'en va.

Coup de boule, coup de génie

Avec l'arrivée de Benitez, Eto'o retrouve sa place à la pointe de l'attaque. A ce poste plus avancé, Samuel flambe à nouveau et score pratiquement à tous les matches. Mais l'Inter est en phase descendante, et Eto'o ne parvient pas toujours à sauver les meubles. Le 21 novembre 2010, le trop de pression sur ses épaules lui fait péter un câble. Il flanque un coup de boule "made in Zizou" au défenseur du Chievo César et écope de trois matches de suspension. Malgré l'arrivée de Leonardo en janvier, il connaît alors une période de doute, et ne retrouve ses sensations que sur la fin de saison. Ponctuel, d'ailleurs, pour la finale de la Coupe d'Italie, où il claque un doublé qui offre le trophée à l'équipe de Moratti. Le premier de l'ère Leonardo, se dit-on alors. Le soir du triomphe, Eto'o est euphorique. « Bien sûr que je reste. Avec Leonardo, on ouvre un nouveau cycle pour une Inter encore plus forte » assure-t-il aux micros de la Rai. Sauf que Leo va subrepticement prendre un autre chemin, direction Paris. L'Inter est confiée à Gasperini, un coach qui compte bien faire du buteur son leader. Une rumeur folle l'envoie du côté du PSG. Balayée. Le natif de Nkon reste à l'Inter, croix de bois, croix de fer.

Une offre « cohérente »

Et puis l'Anzhi revient à la charge. Vexé que son offre ait été traitée comme celle d'un club de province, Kerimov sort l'artillerie lourde. Le 9 août, il envoie ses émissaires à Milan pour montrer qu'il n'est pas un rigolo. Les Russes débarquent avec des contrats. Au terme des réunions, le discours des dirigeants interistes change radicalement. Ce n'est plus : « Eto'o reste à l'Inter » mais « nous avons écouté leur proposition, ce n'est pas une transaction qui peut être bouclée en un jour » , dixit Marco Branca, directeur technique de l'Inter. Dans la foulée, Massimo Moratti ouvre une brèche jamais ouverte jusque-là. « L'offre russe est cohérente et intelligente » assure-t-il. Tout s'enchaîne alors très vite. Le lendemain, l'agent du joueur, Claudio Vigorelli, affirme que « l'accord avec les Russes est pratiquement conclu » et que « les deux clubs devraient rapidement se mettre d'accord » . La chaîne Bloomberg lâche le morceau quant aux chiffres : un coquet chèque, entre 25 et 27 millions d'euros pour l'Inter, et un tout aussi coquet salaire annuel de 20,5 millions pour le joueur. La transaction prend un peu de retard, même le joueur tente de brouiller les pistes - « Il y a aussi une offre anglaise » -. Mais face à une telle offre, tout tombe. Les projets, l'amour du maillot et des tifosi, les rêves de renouveau. Celui de l'Inter se fera sans Fils. Car Fils s'en va en Russie. C'est la dure loi des dollars.

Eric Maggiori

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Je pense que ceux qui blâment Nasri sur l'article d'à côté pourront insulter Eto'O... car là... le challenge sportif et l'éthique me semblent carrément injustifiables. City devient un vrai bon club dans un vrai bon championnat. Que là, c'est le Qatar en plus glauque...
Que répond un multimillionnaire célèbre quand on lui demande ce qu'il désire encore de la vie ? Il dit :"Encore plus !" Mon cher Samuel,n'oublie pas que la cupidité est l'un des sept péchés capitaux.J'ai bien d'la peine pour toi.Si,si vraiment .
tout a fait d'accord avec toi luckystar, mais je me suis déja défoulé sur nasri alors ...

que dire sur éto'o : ce que tout le monde dit, il n'a pas choisi le sportif mais le fric.

A t'il tort ou raison ??? il a deja tout gagné au niveau européen avec les clubs, alors il va maintenant se la couler douce au fin fond de la russie. A préciser que les joueurs de l'Anzhi n'habite pas dans cette région mais a moscou (+ de 1660km) car le daguestan est une région très dangereuse
Ça va en faire des quads avec lecteur DVD...
Quel panache, pour ce joueur que j'adore tant sur le terrain.
le mec a tt gagné: 3 ligues des champions,quelques championnat des coupes,là il s'assure une bonne retraite pourquoi le comparer a nasri qui n'a jamais rien gagner
L'Inter se seront bien gavé avec Etoo, entre son arrivée casi gratuite pourrait-on dire, et là un gros chèque pour laisser filer un joueur de 30 ans, il y a pire...
ça donne un salaire intéressant... presque équivalent à la somme de ceux de Messi ET Ronaldo, nan ?
Au moins il cherche pas à dire que c'est son club de coeur. Bon, c'est sur qu'il aurait du mal tu me diras.
Et dire que malgré ça, bientot, tout le monde aura déja oublié le Anzhi Ma ... le quoi déja ?
Dondarkos 23 août 2011 19:06

Et moi j'ai bien de la peine pour toi avec ton post , déjà pour ton info la cupidité n'a jamais été l'un des 7 péchés capitaux ,tant qu'à citer d'aussi grandes références (!) essaye au moins déjà de savoir de quoi tu parles ,bref..

Et ensuite,en quoi c'est un problème que le type veuille gagner plus ?se gaver?hein? 30 piges le mec ok , mais à mon bon souvenir pas des plus fainéants sur un terrain , il a donné non?on lui propose maintenant un poste plus tranquille et mieux payé ? Tu refuses toi si ton patron ou un autre patron te propose un poste avec moins de pression ,mieux payé ?Une promotion quoi . Attention faut avoir bien travaillé pour ça,Eto'o a bossé non ? Palmares ? Nombre de buts ?
Qu'il aille assurer sa retraite,il a rien a prouver a personne,et l'argent appelle l'argent,c'est notre société qu'est comme ça,qui le ferait pas ? quand tu sais que tu pourras arranger un bon nombre de personnes autour de toi!et Eto'o n'est pas des plus radins apparemment,alors tous ceux qui lui crachent dessus aujourd'hui et qui le revaient avec le Barça et l'Inter ,vous êtes des Gros Nazes,à sa place,avec le contrat sous les yeux vous signeriez,et les yeux fermés.

Et après ,Champagne pour fêter le contrat.
C'est vrai on pourra dire, "L'argent, il pense pas aux supporters...etc le challenge..."
La vraie question c'est : Est ce que le foot, c'est un travail? quand je pense aux nombreux footballers qui se couperaient une jambe juste pour avoir un contrat a 1100€ par mois et qui savent rien faire d'autre... la reponse est "c'est un travail!"

Perso je pense pas qu'il ait tort... l'occasion fait le larron comme on dit!

On le verra plus par contre...

Et vaudrait mieux qu'il fasse gaffe car a la moindre non satisfaction sur le terrain, il va virer! lol
c'est clair Lioter !

moi je m'appelerais Samuel Eto'o, footballeur professionnel de 30 ans, presqu'en fin de carrière, qui a tout gagné, qui est déjà multimillionaire, qui joue dans un des meilleurs clubs du monde et dans une superbe ville de foot et un des plus beau pays du monde, qu'est ce que je ferais ??

ben, j'irai au grand club d'Anzhi dans la superbe république du Daguestan-limite-en-guerre-civile, pour gagner plus de thunes, c'est sûr Lioter, j'hésiterai pas une seconde. La thune on en a jamais assez ! Vous feriez tous le choix de la thune car avoir déjà plusieurs dizaines de millions d'euros sur son compte à 30 ans, ben çà suffit pas, non...
Loin de moi l'idée d'être désagréable, mais comme je vois partout autour de moi que les gens sortent la même remarque, j'ai envie de demander : vous y croyez vraiment à la comparaison "et toi si t'avais la possibilité de tripler ton salaire, tu dirais quoi ?" ?

Il n'y a que moi qui trouve ça complètement absurde ? On parle de mecs qui gagnent 400 000 euros par moi... Si un employé qui gagne 1500 euros a l'opportunité de gagner le double, j'imagine bien qu'il ne va pas se priver. Mais quelqu'un comme Eto'o franchement, il va faire quoi de plus ? S'acheter une autre Porsche Cayenne ? C'est pas comme si les footeux faisaient la collection de toiles de maîtres.
Je comprends vraiment pas. Quand tu deviens joueur de haut niveau, c'est pas pour jouer au plus haut niveau justement, être compétitif ?

Je rejoins Bunk.
la même !
Sa famille est déjà à l'abri pour 5 générations. Sauf à me prouver qu'il restitue l'intégralité de son salaire à des ONG et se contente des substantiels revenus des sponsors (certains joueurs de poker le font) pour assumer son train de vie show-off, je ne vois pas non plus l'intérêt.

Prendre l'avion pour chaque rencontre à domicile... ^^
c'est vraiment se faire c.h.i.e.r pour pas grand-chose... où comment être richissime avec des conditions de vie déplorables
D'accord avec le général... ce n'est pas comparable. Si j'étais déjà riche comme Eto'o, je ne vois pas pourquoi j'irais me faire chier au Daguestan... Et puis, ce n'est pas un métier comme un autre. Quel plaisir va-t-il prendre à jouer là-bas ?

Mais après tout, effectivement il y a peut-être 2 types de gagnants du loto. Ceux qui vont racheter une boîte, essayer d'amasser encore + de frics... et ceux qui vont juste le placer, être rentier et profiter de la vie. Moi je serais plutôt dans la 2ème. Quel intérêt d'avoir + de fric quand tu ne sais déjà plus quoi en faire ?
Il faut aussi se rendre compte d'un truc, que les sportifs de haut-niveau ne cherchent pas forcément à atteindre un plus haut niveau sportif encore, Il y en a pour qui le sport est leur métier et pas leur passion.

Ils se sont lancés là-dedans parce qu'ils étaient doués et que ça pouvait les faire vivre, mais pas forcément parce que c'est leur passion !

Donc le challenge sportif, ça leur passe au-dessus de la tête !

Ce qu'ils veulent c'est toujours plus (cf. Pyramide de MASLOW => l'homme ne se satisfait jamais de ce qu'il a et en veux toujours plus, c'est dans sa nature et tant mieux)
Trois remarques:

En 2009, l'Inter s'est fait paye 46 millions d'euro pour bien vouloir accueillir Samuel Eto'o, et céder Zlatan Ibrahimovic, pour le résultat que l'on sait. Aujourd'hui il reçoivent 25 a 27 millions pour le laisser partir. Si on estime que la valeur sportive d'Eto'o est au moins équivalente a celle d'Ibrahimovic, Fils a rapporte 71 millions d'euro a l'Inter. Pas mal.

Eto'o a 30 ans et un palmarès complet, Nasri a 24 ans et un palmarès vierge. Il reste encore 2 ou 3 ans de carrière au camerounais, mais vu son palmarès peut on vraiment lui reprocher de prendre un retraite anticipée a 20 millions d'euro annuels? Qu'a-t-il a prouver?, que lui reste t il a gagner? Steve Wozniak a bien cesser de bosser a 37 ans...

Enfin, le départ de Leonardo a sûrement du peser dans la balance...
Nasri a plus de chance de gagner un titre cette année avec City qu'avec Arsenal. Son transfert n'est pas la preuve d'un manque d'ambition sportive.
flash info vocabulaire pour Lioter:
avarice: Ne penser qu'à amasser des richesses
cupidité: désir excessif de l'argent
la frontière est bien mince pour endosser le rôle du moralisateur

+1 @Bunk pour le "débat"
le championnant de russie c'est bien toujours qualificatif pour la champion's non?
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Petite Europe, gros clients
0 36