1. //
  2. // Inter/Palerme (3-1)

Eto'o s'offre la Coupe d'Italie

Hier, il y avait Messi. Ce soir, c'était Eto'o. Oui, le Barça avait les deux avant. Mais aujourd'hui, c'est l'Inter Milan qui profite du talent du Camerounais, qui a offert la Coupe d'Italie aux siens. L'heure est aux vacances.

Modififié
0 10
Inter 3 - Palerme 1


Buts : Eto'o (x2) et Milito pour l'Inter. Munoz pour Palerme



Les Palermitains n'y arriveront donc jamais. Enfants illégitimes issus d'une rencontre entre un chat noir et la panthère rose, les Siciliens sont ce qu'on fait de plus poissard dans le football haut de gamme de l'autre côté des Alpes. Souvent placé, jamais gagnant, le cheval de Mauricio Zamparini avait l'occasion, ce soir, à Rome, de briser le signe indien. Jamais titré depuis sa création, Palerme a déjà connu la défaite en finale de Coupe d'Italie par deux fois, en 1974 et 1979. Et si Mauricio Zamparini qualifiait cette rencontre « d'aussi importante qu'un Scudetto » , c'est jamais sans se rappeler cet affreux proverbe : jamais deux sans trois. Pour cette première finale à Rome depuis neuf ans, où aucune équipe de la capitale de foule la pelouse, la logique a été respectée, le complexe sicilien confirmé, le génie de Samuel Eto'o salué. L'Inter se console. En attendant la saison prochaine.

La Roma a beau être en vacances, le fantôme de Francesco Totti hante toujours les surfaces de réparations du Stadio Olimpico. Si Palerme s'était imposé ce soir, la Roma devait jouer le tour préliminaire de l'Europa League, en juillet. Royal, Samuel Eto'o leur a offert trois précieuses semaines de vacances. Le Camerounais, buteur à la 26ème minute d'une frappe enroulée, après un caviar de Sneijder, régale. Pourtant, l'affaire était loin d'être dans le sac. Dominateurs d'entrée de jeu, les Palermitains, emmenés par leur duo de virtuoses Ilicic-Pastore, vont rapidement se procurer des occasions sérieuses. Dès la première minute, Hernandez, bien lancé par le Slovène, décoche une frappe qui meurt dans le petit filet de Julio Cesar. Malheureusement pour les Siciliens, le talent a ses limites. Les occasions sont franches, les inspirations remarquables, mais les approximations a répétition plombent les ambitions palermitaines. Si Pastore se fait plaisir en humiliant Nagatomo d'un magnifique grand pont, il manque l'occasion d'ouvrir le score sur un mauvais contrôle à la 20ème minute de jeu. Et quand ce ne sont pas les génies du milieu qui bafouillent la finition, c'est un excellent Lucio qui empêche les hommes du Sud de valider leur domination. La mi-temps pointe le bout de son nez, les joueurs de Leonardo viennent d'offrir une véritable leçon de réalisme à ceux de Delio Rossi.

La pause fait du bien aux organismes. Et aux organisations. Costauds, les militants ritals de Greenpeace ont trouvé le moyen d'accrocher une banderole « stoppons le nucléaire » sur le toit du stade. Pastore, lui, s'en fout. Le classieux argentin continue de scintiller au milieu de terrain. Les gestes techniques s'accumulent, les tribunes frissonnent. Ce type a vraiment quelque chose de spécial. Bien décidé à briser la spirale de lose, Delio Rossi donne tout dès la 54ème minute : Miccoli remplace Acquah, les quatre fantastiques sont là. Paradoxalement, l'arrivée de l'heure de jeu marque la fin du règne de la technique sur ce match. Les esprits s'échauffent, Thiago Motta prend une balle dans la tête, mais se relève. C'est dans ce genre de moment que l'Inter aime marquer des buts. 75ème minute, Sneijder offre un nouveau caviar à Eto'o. Le cœur sur la main, l'arbitre offre un but à Munoz, suite à un corner imaginaire de Miccoli. A peine le temps de râler que Milito enfonce le clou et se rachète un peu d'honneur après une saison manquée. Palerme a un duo qui fait rêver, l'Inter a un duo qui fait gagner. L'Inter s'offre un trophée, Eto'o un doublé, Leonardo s'offre un peu de répit. C'est les vacances en Italie.

Swann Borsellino

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Grave!!
Le triso de yaoundé n'a fait que bénéficier de deux passes géniales de Sneijder.
Dire que eto'o gagne la coupe d'italie ne fait que prouver que vous n'avez pas maté le match.
Eto'o est attardé, heureusement que Sneijder était là, passes décisives de folie!
????Mais t'est un grand malade toi? c'est qui que tu traite de triso? C'est juste l'un des 3 plus grands attaquant de la planète et classieux en plus de ça!

@Modérateurs: les gars du style Ronaldo qui insulte tous le monde et Feodalorer faudrait peut être penser a les éjecter, ils pourrissent les débat et limite raciste pour le second, je veu bien qu'il y est la liberté d'expression mais quand même....
Pourquoi raciste?
C'est toi qui fais le rapport entre sa bêtise et sa couleur de peau, c'est donc toi le raciste!
Merci Swann pour cet article encore une fois bien écrit (ça manque cruellement sur le site ouéb ces derniers temps...)
Eto'o aura quand même fait une grosse saison encore une fois :)
feodalorer, sois pas jaloux de Eto'o comme ca... voir qu'un attardé a tout reussi mieux que toi, ca doit etre genant mais bon y'a pire! Dis toi que s'il avait toute sa tete, tu serais son larbin.
@pr0ver: "où aucune équipe de la capitale de foule la pelouse", premier paragraphe.

Par contre, finir sur une citation de Laurie, ça c'est la classe, mozarella peperroni ^^
@ clemölösö

bah, une faute de frappe, "de foule" au lieu de "ne foule", ça va, c'est loin des fautes de grammaire / conjugaison de la génération SMS qui écrit les brèves et autres articles sur le site :)

Et j'aime bien l'intro sur les Parmelitains ;)
feodalorer, la haine rend aveugle, et tu as maté le match haineusement, ça s'entend. Ca va faire bientôt 10ans que certains jurent que Eto'o "bénéficie" du "génie" des autres. MDR! Que sont devenus Ronaldhino, Deco, "Giuly", etc tandis que Eto'o gagnait sa 2è puis sa 3è champion's League??? Qu'est devenu leur génie aussitôt que "l'attardé" n'était plus là pour "recevoir" leur caviar? ...MDRRRR!

Regarde comment Eto'o se rend disponible et gère le hors-jeu sur son 2è but, et apprends.

Mets un monstre comme Eto'o à la place de l'inexpérimenté Chicherito Hernandez, avant-hier en finale de C1, et Manchester plante un "minimum" de 2 buts au Barça dans le premier quart d'heure de jeu. Et là, bye bye le trophée pour l'ogre barcelonais... douche froide façon Fils.

Eto'o est si efficace que ça parait facile, mais détrompes-toi. De très grands joueurs comme Thierry Henry au Barça, Diego Milito à l'Inter, ou Irahimovic au Barça ont passé l'année hors-jeu ou là-même où Eto'o aligne les buts, mais à part ça c'est facile hein. Sur le premier but, Eto'o est comme à son habitude "un pilote de rally sur la trajectoire idéale", Sneider n'a qu'à envoyer la balle à sa rencontre ( dans un couloir de 4m... largement la place pour ajuster un dosage parfait ). Si tu as un doute, regarde l'appel de balle du Samuel face à chelsea l'année dernière (C1).

A part ça: 1 transversale sur coup-franc, et un caviar offert à Sneijder que Sneider à loupé (...eh oui). Que voulais-tu de plus?!?

ça fait râler mais "cette année" l'Inter doit TOUT à Eto'o; et toi tu oses encore l'ouvrir???... MDR!!!

P.S.: Ronaldinho est un authentique et inégalable génie, là n'est pas la question. On prétendait qu'à sa séparation d'avec Eto'o, c'est Eto'o qui disparaitrait et... il s'est passé le contraire, lol
bah le barça na pas besoin d'Eto'o pour gagner sa CL cette année, non.?
et l'an passé, c'est Sneijder et Milito qui la gagnent la Cl, eto'o devait etre remplaçant si ce n'était un autre imbécile, Ballotelli!
Crois moi, c'est pas une histoire de couleur de peau, juste deux imbéciles qui se sont trouvés dans le même club.
Bref, je ne dis pas que Eto'o ne sait pas jouer au foot, il est extraordinaire mais son bleme, il est très con!

Il ne passe jamais au bon moment, s'empale quand il faut pas dribbler, tire quand il faut passer, passe quand il faut tirer.
@Prover, j'ai mon bac+6 donc, il aurait pas eu ses jambes, il aurait été mon larbon comme toi.
@Ramdam, Preuve que tu n'as pas vu le match contre Chelsea, Sneijder lui a fait 3 ou 4 passes décisives que Eto'o rate lamentablement avant le but que lui offre Sneijder du gauche avec des yeux dans le dos.
regarde l'interview d'après match, Eto'o remercie WES et s'excuse des occasions ratées.
Je crois que c'est sur youtube
L'Inter perd le championnat et la CL à cause d'Eto'o
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 10