Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 0 Résultats Classements Options

Eto'o règle ses comptes avec Guardiola

Modififié
Invité de beIN Sports dimanche soir, Samuel Eto'o (112 sélections, 55 buts) a fait du Samuel Eto'o, en se chargeant du cas Guardiola lors de son passage à Barcelone : « Je lui ai d'abord rappelé qu'il n'avait jamais été un grand joueur, mais un bon joueur. À son arrivée au Barça, je lui ai rappelé au passage que, surtout comme entraîneur, il n’avait rien démontré. Ce qui me faisait le plus mal, c’est qu’il inventait des choses que la presse relayait.  »

Fils a surtout eu du mal à digérer le respect qu'a manqué de lui témoigner coach Pep : «  J’avais eu une très très belle offre de 6 mois en Ouzbékistan où on me payait 26 millions de dollars. Dans son bureau, Pep me dit "Oh Samuel, ça peut te faire du bien, vas-y." Et je lui ai dit "Celui qui va te faire gagner, c’est Eto’o." Et je suis resté à ma place. J’ai continué à m’entraîner et nous sommes allés aux États-Unis. Nous étions à Houston, dans le vestiaire, avant le match, il dit "Ok, nous allons changer de dossards. Titi (Henry), tu vas prendre le numéro 9 de Samuel – et Titi était bien content - et Eto’o portera le 14." Tout le monde était surpris. C’était un manque de respect total. Je ne pouvais pas l’admettre. »

Les deux ont pourtant eu l'occasion de se rabibocher. Samuel raconte : «  Un jour, on me dit "Viens, j’ai une surprise pour toi." Moi, j’étais pressé de savoir. Peut-être c’était Beyoncé qui m’attendait. Dans cette suite d'hôtel, je vois Puyol, Leo Messi, Iniesta, Xavi et Valdés, un de mes meilleurs amis. Et je vois Pep au fond. Mon visage change parce que j’étais très agressif quand je le voyais. Xavi prend la parole : "Bon, il faut que tu trouves un terrain d’entente avec Pep." Moi, je parle pas à Pep, il faut qu’il me présente ses excuses parce qu’il m’a manqué de respect ouvertement à plusieurs reprises. »

Les excuses tant attendues arriveront finalement en fin de saison, avec un Samuel Eto'o à 35 buts. Lors du dîner de fin de saison, Pep prend la parole. Eto'o détaille : « Pep se lève et porte un toast : "Voilà, il faut qu’on dise merci à Samuel parce que c’était une saison difficile pour lui et il a montré le grand joueur qu’il est." Un beau discours. C’était la première fois que je faisais confiance à Guardiola. »


Guardiola et Eto'o ont depuis enterré la hache de guerre : «  On s’est retrouvés, on a fait la paix et je suis content. Mais la vraie histoire, c’est celle-là : Pep, peut-être dans son envie de gagner, n’a pas respecté certaines choses dans le football et heureusement pour lui, j’ai réussi à marquer 35 buts cette saison-là et gagner tous ces titres. Et il en était bien content. Parce que c’étaient ses premiers trophées.
 » Voilà AD
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 10:19 Le drôle de penalty pour le Real Madrid en finale de Ligue des champions 1960 83
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Olive & Tom
samedi 19 mai Joueurs et supporters de l'Atlético demandent à Griezmann de rester 20 samedi 19 mai Parme est de retour en Serie A ! 48
À lire ensuite
Origi veut être du Mondial