1. //
  2. //
  3. // Milan/Juventus (1-1)

Eternelle Juventus, mais Milan crie au scandale

Les Turinois repartent de San Siro avec un match nul inespéré, grâce à un but de Matri inscrit à sept minutes du terme. Milan avait ouvert le score en début de match par Nocerino. Une décision arbitrale va faire jaser : en première période, Milan a doublé la mise, mais le juge de ligne n'a pas validé le but, alors que le ballon était largement rentré.

Modififié
16 23
La nuit est turinoise. Follement turinoise. Non : le Milan AC ne parvient pas à faire tomber l’invincibilité de la Juventus. Une invincibilité qui dure depuis 286 jours, plus belle série en cours en Europe. Pourtant, pendant plus d’une heure, Milan a bien cru que la belle série allait se terminer. Parce que les Milanais ont dominé en long en large et en travers la première heure de jeu. Parce qu’ils ont ouvert le score. Parce que, sans une monumentale bévue du juge de ligne, ils auraient dû mener 2-0 à la pause. Parce que la bataille tactique avait été remportée par Allegri, face à un Antonio Conte qui ne trouvait pas la solution. Et puis, lorsque Milan semblait patron, la Juve n’a pas accepté. Elle n’a pas voulu laisser à San Siro son invincibilité, et n’a pas voulu que le Milan AC s’envole au classement. Non, pas question. Alors, les Turinois ont puisé dans leurs ressources, et sont allés chercher une égalisation incroyable à quelques minutes du terme, par Matri (qui s'était vu refusé quelques minutes plus tôt un premier but pour un hors-jeu inexistant), qui était rentré en jeu en cours de match. 1-1. Le classement dit que la Juventus est toujours le dauphin du Milan AC. Mais le résultat dit que c’est la Vieille Dame qui sourit, parce qu’elle aurait pu perdre, et qu’il était impératif de ne pas s’incliner. De fait, avec un match en retard à disputer le 7 mars prochain, à Bologne, les bianconeri auront l’occasion de repasser en tête du classement. Et les Milanais le savent. La première place ne leur appartient désormais qu’à moitié.

Bonucci se loupe, Nocerino sanctionne

San Siro est un véritable spectacle. La Scala du football honore son titre. Le tifo est sublime, les chants donnent la chair de poule, et les quelques « Milan Milan vaffanculo » rappellent que les tifosi de la Juve ont bien fait le déplacement. Côté Milan, pas de surprises. Tous ceux qui devaient être là sont là, avec notamment un duo Pato-Robinho en attaque, censé faire oublier le suspendu Ibrahimovic. Antonio Conte répond avec un duo Quagliarella-Borriello, laissant Matri et Vucinic sur le banc. Et les premiers instants semblent lui donner raison. Après seulement 40 secondes, Quagliarella, bien servi par Pirlo, tente déjà sa chance. A côté. La début de match est turinois. Pirlo, applaudi par le stade à chaque fois qu’il touche le ballon, dispute un maximum de ballons, mais Borriello n’est pas très réactif. Après dix minutes à faire le dos rond, Milan sort enfin sa tête. Et la première occasion est la bonne. Bonne, comme Bonucci. Le défenseur de la Juve foire totalement sa relance dans l’axe, Robinho intercepte et sert Nocerino qui frappe : son tir est détourné par le poisseux Bonucci, et trompe Buffon. 1-0. San Siro explose. A ce moment là, le stade milanais n’a rien à envier au San Paolo.

Le but rossonero met un gros coup sur la tête des bianconeri, qui voient revenir d’incessantes vagues rouges et noires. Les passes sont imprécises, le jeu manque de fluidité, et Milan sait profiter de la faiblesse de son adversaire. 24ème minute. Fait de match. Philippe Mexès reprend un ballon de la tête. Buffon repousse sur sa ligne, Muntari déboule, Buffon encore, Muntari encore, Buffon pour la troisième fois. Un miracle. Un triple arrêt qui pourrait rentrer dans l’histoire. Pas le temps de voir le ralenti qu’Estigarribia est proche d’égaliser avec une frappe qu’Abbiati détourne en corner. Ca y est, le ralenti tombe : le ballon frappé par Muntari avait dépassé la ligne d’au moins 40 centimètres. Le juge de ligne va passer une sale semaine. Pas dépités par une telle erreur d’arbitrage, les Milanais attaquent encore. Peu avant la pause, Van Bommel s’essaie à la frappe lointaine et frôle le montant de Buffon. Il est imité quelques minutes plus tard par Vidal, qui signe quasiment la plus grosse occasion turinoise. Mi-temps, sur se score de 1-0. Virtuellement, 2-0.

Pepe-Matri, duo gagnant

Conte comprend que son équipe ne tourne pas et décide de faire des changements. Pepe remplace Estigarribia au retour des vestiaires. Puis Vucinic entre à la place d’un nullissime Borriello qui, entre temps, s’est tout de même pris un gnon dans le ventre de la part de Mexès. Sympa, entre anciens potes de la Roma. Mais la physionomie du match ne change pas. Les Milanais maitrisent totalement leur sujet, et l’entrée en jeu d’El Shaarawy, à la place d’un fantomatique Pato, donne encore plus de piment à l’attaque du champion d’Italie. A l’heure de jeu, quasiment pour la première fois depuis le début du match, les joueurs d’Antonio Conte tentent de s’installer dans le camp milanais. Mais les attaques sont stériles. Trop stériles pour inquiéter le patron de l’arrière-garde, Thiago Silva, vite remis d’un ballon reçu dans les couillettes. Mais le moment de mieux des Turinois finit par se concrétiser. Au terme d’un beau mouvement, Chiellini centre parfaitement pour Quagliarella, qui déboule et trouve Abbiati, réactif sur sa ligne. C’est, jusqu'ici, la plus belle occasion du match pour la Juve. Et la dernière pour Quagliarella, qui cède sa place dans la foulée à Matri, meilleur buteur du club.

L’occasion donne du courage à la Juve, qui se dit qu’il n’y a qu’un but d’écart. Allegri comprend le moment de doutes des siens, et fait rentrer le taulier, Ambrosini, pour redonner de la sérénité à son milieu de terrain. Mais les Milanais sont clairement en train de baisser de pied, et la Juve, à l’inverse, tente de presser sur l’accélérateur. La formation d’Allegri enclenche le mode « au courage » . Mais le juge de ligne, lui, ne désenclenche pas le mode « aveugle » . A la 79ème minute, Matri hérite d’un ballon dans la surface et fusille Abbiati. 1-1 ? Non. L’arbitre annule pour hors-jeu. Le ralenti est formel : la position de Matri était régulière. Rectification : le juge de ligne va passer un sale mois. N’empêche que la Juve appuie encore, Milan fait des fautes : Mexès et Muntari prennent deux cartons jaunes en 60 secondes. Et finalement, à sept minutes du terme, le champion craque. Matri reprend de volée un centre de Pepe et laisse Abbiati à terre. Les deux nouveaux entrants frappent. Conte exulte, et il y a de quoi. Son équipe revient de nulle part. Milan tente de réagir, mais il est trop tard et les jambes ne suivent plus. La fin de match est électrique : Vidal est exclu pour un tacle violent sur Van Bommel. Le monde à l’envers. Au coup de sifflet final, tout le monde s’embrouille, preuve que les décisions arbitrales vont laisser des traces. Mais au final, la Juve s’en fout. Elle repart de San Siro avec un nul, 1-1. Ou plutôt, une victoire, 1-1.

Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Je suis haineux. Putain* que c'est frustrant.
Excellent match de Chiellini !
Bon, si un but a été annulé injustement d'un côté et de l'autre, ça s'équilibre, non?

Ça ne devrait pas tant faire jaser que ça! (Jaser au lieu de jazzer. Jazzer c'est très joli, ça doit sans doute dire quelque chose mais quoi?)

Sinon, content pour la Juve. Mais elle a toujours un point de moins au classement et le match en retard à Bologne est loin d'être gagné d'avance!
@Mario: pourquoi comparer le football à de simples équations mathématiques?

Parce qu'à deux zéro pour Milan, le match était plié...
Pas sût que la Juve revienne après le deuxième but de Milan. Il était vraiment à la masse ce juge de ligne.
OK, Optic, mais la Juve aurait tout aussi bien pu remporter le match 2-1.
DragonSpartan Niveau : Loisir
Franchement, arrêtés les gars... Sa sent le fan pro-juve à plein nez qui veut justifier la performance en dessous de tout de l'arbitre. J'ai regardé le match et j'étais juste choqué des prestation arbitrable.
Déjà, à 2-0 le match était totalement bouleversé, mais surtout, l'arbitre n'a pas cessé de privilégier les turinois. Ne pas le reconnaitre relève de la footixerie.
Bon, au moins, le championnat reste ouvert ! Et ça, c'est cool !
@DragonSpartan: ça sent le fan pro-milan à plein nez. L'erreur sur le but de Muntari est très grave. Néanmoins, l'arbitre a dû le savoir, et dans la deuxième mi-temps il n'a surtout pas privilégié la Juve, au contraire. Un but valable a également été annulé et Mexes devait se prendre un rouge, et un tas de petites fautes non sifflées.
L'arbitre a été mauvais, mais il l'a été des deux côtés.
waynerooney Niveau : CFA
Fermez vos tronches et plaignez vous à Platini pour la vidéo. Envoyez lui une lettre, un mail ou un pigeon voyageur jsais pas mais fermez là.
Sushi-Rossonero Niveau : District
Lol Wayne Rooney is mad, he is injured
Sur que la physionomie du match aurait changé à 2-0. Mais il ne faut pas oublier les précédents : lors de Napoli - Juve, c'était 2-0 ... pour terminer à sur 3-3 ...

"Nul de champion" pour la Juve, avec la chance qui va avec.

Pitié, qu'il vire Bonucci ...
nadjib fc barcelone Niveau : DHR
deux zéro pour Milan, le match était plié...
Scotch_OMsoccer Niveau : Loisir
éternelle putain* oui!

c'est beau les calcio gagnés par la Juve, vraiment...

on tape sur Milan et la Berlu mais cette salope* turinoise, ca fait des années qu'elle bénéficie de ce type de décisions

on devrait les refoutre en d2 ces enculés*

je suis dég
Scotch OMSoccer: Quelle grande sportivité! Un épisode en faveur de la Juve et paf envoyez-les en D2!
L'arbitre s'est rendu compte de son erreur et, pour ne pas risquer sa carrière, en deuxième mi-temps, il a continuellement sifflé contre la Juve. Il a annulé un but également valable (bon, tu me diras que c'est que justice, on est d'accord), mais il a également fermé les yeux sur une droite de Mexes à Borriello et un massacre de Muntari envers Lichtsteiner, sauf erreur. Donc si toutes les décisions devaient être juste, le Milan aurait certes mené 2-0, mais ils aurait joué à 9. A 11 contre 11, à Naples, alors qu'elle perdait 2-0, la Juve était sur le point de gagner le match (fini 3-3).
Donc dire que le match était fini à 2-0… spécialement contre la Juve, c'est d'une absurdité!
Scotch_OMsoccer Niveau : Loisir
LOL!

on vient me parler sportivité et rééquilibrage arbitral alors qu'il s'agit de la Juve.

La JUVE quoi!
L'équipe qui magouille depuis des années en serie A et qu'on envoie en D2 pour tricherie avérée
Tricherie avérée? Mec, nous sommes en Italie, le pays du conflit d'intérêts. Je te défie de me trouver de quoi envoyer la Juve en D2 (mais avec des preuves réelles).
L'ex président de l'Inter par exemple allait voir un arbitre (Bertini) avant un match pour tenté de l'influencer. ça c'est de l'avéré.
http://www.youtube.com/watch?v=X5x6JYWiNj4. L'écoute téléphonique entre le responsable des arbitres et l'arbitre en question, qui se plaint de la visite de Facchetti.

Maintenant, je te défie de me trouver une telle preuve pour d'éventuels actes de Moggi. Merci.

PS: je te rappelle que dans le procès pénal, la Juve a été reconnue externe aux faits et donc, n'aurait pas bénéficié d' éventuels agissements de Moggi (agissements qui restent encore à prouver, mais si t'as des preuves, fais moi savoir…).
Je te rappelle également que la moyenne des points de la Juve de Moggi avec les arbitres supposés complices, est plus basse que celle du Milan.
http://www.youtube.com/watch?v=B8q8PFGNfwk

Une autre écoute téléphonique qui, cette fois, a pour acteur Carraro, président de la Fédération, et Bergamo, responsable des arbitres. Carraro demande à Bergamo, en vue du match Inter-Juve, de ne surtout pas favoriser la Juve et, dans le doute, de siffler contre la Juve. Voilà, en attendant, une preuve valable qui prouve une quelconque culpabilité de Moggi…

C'est comme si le Président Thiriez, à la veille d'un OM-PSG, demandait au responsable des arbitres de dire à l'arbitre de favoriser le PSG. C'est ça, l'Italie.
Scotch_OMsoccer Niveau : Loisir
t'excite pas, on est pas au tribunal de la Haye, non plus

je kiffe juste la défense que tu fais de la Juve, genre les mecs n'ont rien à voir avec tout ça, c'est pas leur faute : ben voyons!!!

Moggie et Cie ils sont pas venus dans ce club de teupu pour rien, et aux dernières nvelles c'est bien pour la Juve qu'ils faisaient leurs magouilles nan?

"Agissements qui restent à prouver?"
Putain* mais mec tu me demandes des preuves alors que tu te bases toi même sur de l'intuition et du lieu commun en affirmant que l'Italie est le pays du conflit d'intérêts...

tu sais très bien comment ca se passe, j'aurai d'ailleurs aucun pb à admettre moi même que ca a magouillé sec à Milan aussi à une époque

mais le Juve, c'est une seconde nature chez cette équipe donneuses...
On est pas au tribunal de la Haye, j'utilise simplement des faits avérés pour justifier mes arguments.

L'idée que l'Italie soit le pays des conflits d'intérêts est un lieu commun? En tout cas, ça l'est moins que ton association Juve-Tricheurs qui, jusqu'à preuve du contraire, n'a aucun fondement.
Il y a des décisions arbitrales qui sont favorables, d'autres le sont pas. C'est comme ça. Et si l'Italie fait un procès à la Juve ça passe, vu que, étant donné qu'elle a dominé le Calcio pendant plusieurs décennies, elle est devenue l'équipe la plus détestée. Il y a qui qui reste pour défendre la Juve, à part ses supporters et de rares personnes honnêtes?
Si Moggi avait délibérément truqué des matches, je veux bien le croire, mais il me faut des preuves. Or, ces preuves étaient toutes des suppositions basées sur des interprétations perverses d'écoutes téléphoniques.
On lui imputait le fait qu'il aurait décidé "qui arbitre qui". Il y a une écoute téléphonique qui va dans le sens là. Mais si on regarde vraiment qui a arbitré qui, on s'aperçoit que c'est loin de s'accorder avec ce que prétendait Moggi.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Auxerre freine Sainté
16 23