Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Bilan
  2. //
  3. // Le moment fort de la saison

Et Steven Gerrard glissa

Championnat impressionnant, où l'on peut se maintenir avec 34 points, la Premier League s'est surtout jouée sur une glissade du joueur qui souhaitait peut-être le plus remporter le trophée. La vie est injuste, le foot encore plus.

Modififié
Il existe des gens qui préfèrent les histoires du football au jeu en lui-même. Des gens, un peu curieux, que les supporters ont bien du mal à comprendre. Capables de supporter la France en finale du Mondial 2006, puis de passer dans le camp italien au moment où Zidane se fait expulser. Prier pour que l'Uruguay sorte aux pénos le Ghana dès que Luis Suárez arrête le ballon de la main sur sa ligne ou encore souhaiter en 98 que l'Angleterre s'arrête en huitièmes après que Beckham s'est fait gauler en train de mettre un coup à Simeone. Pourquoi ? Pour ne pas relativiser l'importance d'un moment, pour que le geste d'un homme soit lié à une immense conséquence, et pas rangé bêtement dans la catégorie « anecdotes » . Inutile de dire que ces gens-là, à la mi-temps du Liverpool-Chelsea du 27 avril, n'avaient qu'une envie : que Liverpool ne soit finalement pas champion d'Angleterre. Pour que la glissade de Steven Gerrard entre dans la légende du football, comme par exemple celle de John Terry, au moment de tirer son pénalty en finale de la Ligue des champions de 2008. C'est vrai que, cette histoire, on pourra encore la raconter dans 50 piges, avec une petite flamme dans les yeux comme pour dire : «  Je l'ai vu.  »

Pourquoi lui ?

Ce 27 avril donc, à trois journées de la fin, les Reds foncent vers le titre. Après deux défaites rageantes lors du Boxing Day face aux deux autres équipes de tête, City et Chelsea, Brendan Rodgers et ses hommes ont mis le bleu de chauffe. Le bilan en Premier League en 2014 parle pour eux : 14 victoires et deux nuls et une série de 11 succès de rang. Il reste la réception de Newcastle pour la dernière journée, un déplacement à Crystal Palace, déjà sauvé, et donc le retour à Anfield contre l'équipe de Mourinho. Techniquement encore en course pour le titre, le Portugais annonce avant la rencontre qu'il a la tête à la demi-finale de Ligue des champions et qu'il va faire tourner. Tout est relatif quand on voit le groupe de Chelsea, mais c'est donc une équipe bis qui se présente sur la route de Liverpool. L'Angleterre s'enflamme et y croit. Tout le monde est derrière eux. Parce qu'ils reviennent de loin, avec de jeunes Anglais, formés au club. Et puis parce que Steven Gerrard. L'homme de la finale de la Ligue des champions 2005 est sur le point de gagner le titre avec son équipe de cœur, pour sa seizième tentative. En 2009, son histoire de baston avec un DJ qui ne voulait pas passer du Phil Collins avait fait tache et vu United repasser devant. Mais là, comme pour vaincre le signe, il est allé s'imposer 3-0 à Old Trafford avec les copains. Repositionné sentinelle dans un milieu à trois, il a une seconde jeunesse à 33 ans, loin de son passage poussif avec Hodgson, puis Dalglish. Il ne peut plus rien lui arriver. Sauf qu'à la 44e minute contre les Blues, alors que Suárez devant n'a toujours pas trouvé la faille, Gerrard prend la place d'un de ses centraux pour mettre une bonne ouverture devant. Avant de recevoir le cuir, il réfléchit comme un quaterback. Et au moment où la balle arrive, il la laisse échapper. En voulant se rattraper, il glisse et voit le troisième attaquant dans la hiérarchie des Blues se transformer en Ronaldo pour aller crucifier Mignolet en force à toute vitesse. Fin.



Derrière, Liverpool perdra la rencontre et se fera remonter derrière trois buts à Crystal Palace, qui accrochera le nul. Dans le même temps, Everton, l'ennemi intime, se laissera gentiment piétiner à domicile contre City pour permettre à Manuel Pellegrini d'être enfin champion sur le sol européen. Gerrard devra encore attendre. Comme le lui ont rappelé les fans des Red Devils par le biais d'un message accroché à un avion qui est passé au-dessus de sa tête pour le dernier match, il en est toujours à zéro titre. Mais il est entré dans l'histoire et la légende de son sport pour certains...

Par Romain Canuti
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 15:57 Quand Bryan Mélisse plante ses pieds dans un adversaire 24
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Tsugi Podcast Football Recall