En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 11 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Amiens-Lille

Et soudain, la barrière céda...

Samedi soir à Amiens, la barrière du parcage visiteurs du stade de la Licorne a lâché sous le poids des supporters après un but du LOSC. Au moins 29 personnes sont blessées, dont quatre dans un état grave. L'état du stade pose question.

Modififié
Il est 20h15 ce samedi soir au stade de la Licorne, lorsque sur un centre de Nicolas Pépé, Fodé Ballo-Touré ouvre le score en faveur du LOSC face à Amiens. En quelques secondes, la joie des supporters lillois laisse place à la confusion, puis à l’inquiétude. Une barrière qui soutenait une partie du parcage visiteurs a cédé. Des dizaines de personnes se retrouvent entassées au sol, certains ont la tête en bas, les pieds en l’air. Le match est immédiatement interrompu et quarante-cinq minutes plus tard, la décision est prise : la rencontre sera rejouée ultérieurement ou non comme le décidera la commission des compétitions de la LFP. Selon un dernier bilan à 23 heures, 29 personnes ont été blessées, quatre sont dans un état grave.

Hôpital de fortune et cellule de crise

Alors, que s’est-il passé exactement pour en arriver à ce drame ? Quand Fodé Ballo-Touré fait trembler les filets, c’est la liesse chez les supporters lillois. Un mois qu’ils attendaient un but de leur équipe. D’après le LOSC, plus de 500 d’entre eux avaient fait le déplacement dans le parcage amiénois. Aux premiers rangs, les fans se rapprochent de la barrière pour communier leur joie avec les joueurs. C’est alors que la barrière cède sous le poids de la foule. Pour ces supporters, c’est la chute : environ deux mètres séparaient le premier rang de la tribune du niveau de la pelouse. Les secours arrivent, un hôpital de fortune se met en place dans les coursives et les évacuations commencent une vingtaine de minutes après la chute de la barrière. Parallèlement, une cellule de crise est ouverte avec la directrice départementale de la sécurité publique, Nathalie Skiba, le préfet de police, Philippe de Mester, les deux coachs et les deux présidents d’Amiens SC et du LOSC. « D’un commun accord, la décision est prise de ne pas reprendre la rencontre pour des raisons de sécurité » , annonce le délégué de la LFP, Noël Mannino, à 21h, sur l’antenne de beIN Sports.


« 200 ultras très énervés »

Alors que le bilan s’intensifie au fil des minutes (de 10/15 à 20, 26, puis 29 blessés dont 5 dans un état grave selon la préfecture), le président du club amiénois, Bernard Joannin, prend la parole en salle de presse. « Le foot doit être une fête et les services de police nous avaient prévenus que 200 ultras très énervés étaient dans le parcage réservé aux Lillois, balance le président. Ils se sont lancés de façon désordonnée – plus de 500 personnes – sur cette barrière qui était en parfait état, la commission jugera. Mais imaginez 500 personnes qui voulaient pénétrer sur le terrain. » Des accusations indignes qui ressassent un sale arrière-goût de déjà-vu...


Les faits sont clairs : aucun Lillois n’a sauté sur la pelouse, les supporters se sont rapprochés du bas de la tribune comme il est de coutume dans la plupart des virages des stades français au moment de célébrer un but, a fortiori lorsque les joueurs sont à quelques mètres. Bernard Joannin a pu en être témoin il y a encore quinze jours lorsque les supporters marseillais avaient rempli le parcage du stade de la Licorne.

Un stade mal entretenu

Se posent alors la question de la fragilité de la barrière et de la vétusté ou non des infrastructures. Y a-t-il un lien entre les travaux de rénovation entamés après l’accession du club en Ligue 1 et ce qui s'est passé ce samedi soir ? « Il n’y a aucun rapport entre les travaux de rénovation et l’incident » , balaye Philippe de Mester. Le préfet a raison : les travaux de rénovation n’ont pas encore débuté au sein de la tribune Sud en question. Et c’est peut-être justement le problème quand on voit l’état des barrières au bas de la tribune. Manifestement, le stade inauguré en 1999 a été mal entretenu. À commencer par la toiture : « Certains supports en acier sont tellement rongés que vous pouvez passer la main à travers » , pointait Alain Gest, président d’Amiens Métropole, dans les colonnes de L’Équipe le 3 août dernier. Il détaillait alors le chantier des quatre tribunes : « Des plaques de verre pour la partie basse, et de plastique transparent, comme à Nice et au Havre, pour la partie supérieure. Et on remet de l'antirouille, qui sera, cette fois-ci, j'espère, plus efficace qu'à l'origine. » Ce samedi soir, le même Alain Gest a affirmé que « la rouille concerne exclusivement la toiture » . Reste qu'au vu des images, on peut douter du « parfait état » de la barrière. « On souhaite que la LFP identifie les responsabilités » a, pour sa part, déclaré le directeur général du LOSC, Marc Ingla. Il reste à espérer que toutes les victimes s'en sortiront indemnes.

Par Florian Lefèvre
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 2 heures OFFRE SANS DÉPÔT : 10€ gratuits jusqu'à mercredi pour parier chez Winamax !!! Hier à 19:11 Pronostic PSG OM : 10€ offerts sans dépôt et 1260€ à gagner
il y a 8 heures Génésio : « On est capables de faire des grandes choses » 23
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 12:38 Euro Millions spécial : 174 Millions d'€ + 25 Millionnaires garantis ! Hier à 12:17 Un joueur équatorien se défend avec le poteau de corner 15 Hier à 10:05 Football Recall, ép. 7: PSG - OM, Guardiola, la forme des joueurs