1. //
  2. // Boxing Day

Et si le Boxing Day existait en France ?

Pourquoi jouer le 26 décembre ne serait réservé qu'aux clubs anglais et écossais ? Et si la Ligue 1 s'y était aussi mise au début des années 2000 ?

1k 5
Le Boxing Day, ce n'est pas seulement une programmation footballistique super sympa en Premier League le lendemain de Noël. À la base, c'est une tradition dans tous les pays du Commonwealth qui date du XIXe siècle. Bon. Mais si jamais le Boxing Day était, depuis la nuit des temps, une tradition de cette bonne vieille Division 1, comment tout cela se serait-il passé ?

2000 : L'Asie achète les droits télé


  • Au moment de renégocier les droits télé, au début des années 2000, les clubs profitent pleinement de la concurrence entre Canal + et TPS pour taper le pactole. Mais avec une fenêtre à Noël et la possibilité de voir des matchs à une période où il n'y a rien d'autre à se mettre sous la dent, Gérard Bourgoin (oui, car à l'époque c'est encore lui le président de la Ligue) missionne son pote Gérard Depardieu pour vendre la Ligue 1 à travers le monde. Bingo ! L'Asie et l'Amérique du Nord achètent les droits en se disant que, pourquoi pas, le vrai football, il est là, dans le pays de Zidane, Barthez ou Henry qui viennent d'enchaîner victoires en Coupe du monde et à l'Euro. De l'argent rentre dans les caisses, la Ligue 1 est regardée comme un championnat qui pèse. Mais ça n'empêche pas les dirigeants français de faire n'importe quoi dans le recrutement (Severino Lucas à Rennes, Pablo Calandria à Marseille, Vampeta à Paris...)

    2003 : Interdiction de dérapages en tribunes


  • Pour qu'il y ait du spectacle et pour ne pas que les clubs soient empêtrés dans de longs déplacements, les rencontres programmés concernent les équipes les plus proches géographiquement. Chouette, des Saint-Étienne – Lyon le 26 décembre ? Pas du tout. À la première banderole qui dérape, les politiques s'emparent de l'affaire. La France est choquée, ne parle que de ça pendant quelques jours. Pas moyen de faire comprendre que ce n'est que du foot et de l'humour. L'affaire prend de l'ampleur, des mineurs stéphanois sont invités au journal de PPDA, assurant qu'ils se sentent bafoués. Le ministre prend des mesures, et les consignes sont passées pour les années suivantes. Plus de dérapages ou c'est la dissolution de groupes de supporters immédiate. On ne touche pas à la fête de Noël, à ce moment familiale. Une seule exception, Bastia-Ajaccio, lorsque les deux équipes sont en Ligue 1. Et pour montrer qu'ils ne font rien comme tout le monde, les deux clubs forcent même le trait, avec des bombes agricoles, des fumigènes et même des scooters jetés du haut des tribunes. Bon, forcément, vu la taille des stades, ça a moins de gueule qu'à San Siro.

    2006 : Le fiasco en Coupe du monde


  • Mais le problème du « jour des boîtes » , c'est qu'il nuit à l'équipe de France. Notamment à la Coupe du monde 2006, où la formation de Raymond Domenech sort sans gloire en quarts de finale contre le Brésil. Si Zidane, Makelele ou encore Vieira sortent un match extraordinaire, l'équipe coule en prenant deux buts dans les dix dernières minutes. La faute à un côté gauche composé par Florent Malouda et Éric Abidal complètement carbos. Les deux joueurs de Lyon, qui ont enchaîné sans s'arrêter campagne de Ligue des champions, championnat et donc compétition internationale explosent en vol. Le bon côté des choses, c'est que le sélectionneur à sourcils n'est pas prolongé dans la foulée.

    2007 : L'exode commence


  • Les contrats TV ayant été signés sur plusieurs années, les mercatos des dirigeants français ne sont pas tous des fiascos. Petit à petit, les agents du monde entier se passent le mot : tu n'es rien si t'as pas placé ton poulain en Ligue 1. Les joueurs comprennent également petit à petit comment orienter habilement leur carrière avec de belles déclarations comme : « Je suis bien en Liga, mais mon but, c'est de pouvoir un jour goûter à la magie de la Ligue 1. Un championnat avec une histoire, des stades pleins et des traditions qui respirent le football. Quand j'étais petit, combien de fois j'ai entendu parler des galettes saucisses de Rennes juste avant un match ? » Ceux qui flairent le mieux le bon coup, ce sont évidemment les Italiens, fraîchement auréolés de leur titre de champion du monde après avoir battu le Brésil en finale, qui refourguent du jeune supposé prometteur à tout va aux clubs de Ligue 1. Mention spéciale à Montpellier, qui achète tout ce qui fait deux bons matchs en Serie A pour 10 millions d'euros. En revanche, plus trop de places pour les joueurs français. Échaudés par l'exemple Yann M'Vila, jeune pépite du centre de formation rennais, qui a fait le mur le soir de Noël pour mieux aller en boîte sur Paris avant de se faire griller, les joueurs français migrent tous vers la Liga, où l'on joue tard, ou alors vers la Bundesliga, qui ne comptent que 18 clubs.

    2009 : Le Classique à l'honneur


  • À force d'être diffusés un peu partout dans le monde, les clubs français gagnent cependant en notoriété. Encore plus fou : les oppositions entre Marseille et Paris deviennent l'occasion pour certaines familles en Amérique du Sud ou en Australie de se déchirer pour le plaisir. Ironie du calendrier, le Classique de la saison 2009/10 se joue justement le 26 décembre. Devant leur téléviseur, des millions de Chinois vibrent et hurlent devant le doublé de Guillaume Hoarau, en rêvant qu'un jour, l'attaquant vienne jouer dans le championnat chinois. L'opposition classique du club de la capitale et du pouvoir contre les rebelles de province sera cependant éclipsée comme tout le reste dès que Cristiano Ronaldo et Messi seront opposés en Liga. Mais en attendant, cela a permis aux deux clubs de vendre beaucoup de maillots à travers le globe. Et à Fabrice Fiorèse de devenir un exemple de traîtrise mondialement connu.

    2012 : L'arrivée des entrepreneurs étrangers


  • Dès 2012, les clubs ne sont plus gérés par des entrepreneurs franchouillards. De riches entrepreneurs malaisiens, chinois, qataris ou encore américains s'emparent un à un des clubs de Ligue 1. Plus de places pour Loulou Nicollin ou Jean-Michel Aulas. De quoi se dire finalement que ce n'est pas plus mal de laisser ce fameux Boxing Day aux Anglais.



    Par Romain Canuti
  • Dans cet article

    frednorthlondon Niveau : DHR
    Merci Romain Canuti pour cet article très drôle. La Ligain est tellement pathétique que l'on ne sait plus quoi inventer pour la rendre attractive. Mais c'est vrai pourquoi ne pas imaginer le fan club du TFC de Chengdu? les ultras niçois du Wisconsin? aaaah lala. Bon sinon demain au programme c'est Leicester Liverpool et Arsenal Southampton. On va voir des buts, des cartons rouges, des actions de fou, des mauvais gardiens et on va s'amuser entre 2 pintes!
    C'est déjà assez chiant durant toute la saison,donc non merci.
    roberto-larcos Niveau : Ligue 2
    Putain si ça fait pas envie un Bordeaux Rennes entre la poire et le fromage...
    Pied à du mal à suivre Gk sur la photo...
    Youri Zidane Niveau : DHR
    Tellement pathétique la liguain qu'il ont décidé de mètre un ballon jaune fluo pour la rendre plus funky

    Le Kiosque SO PRESS

    Partenaires
    Logo FOOT.fr Olive & Tom
    1k 5