Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Coupe d'Allemagne
  2. // Finale
  3. // Borussia Dortmund/Bayern Munich

Et si le Borussia Dortmund était le vrai gagnant de cette saison ?

Le Bayern Munich est sur la voie du doublé. Pourtant, les Bavarois ne sont pas sereins au moment d'affronter le Borussia Dortmund à Berlin, en finale de DFB-Pokal, au contraire du BVB, qui pourrait réaliser une deuxième saison blanche de suite mais qui n'en a rien à faire. Depuis que la bande de Klopp compte autant de joueurs majeurs sur le terrain qu'à l'infirmerie, elle joue chaque match comme si c'était le dernier. Et ça lui réussit plutôt pas mal. Alors, qui aura passé une meilleure saison que l'autre, au final ?

Modififié
Les chiffres ne mentent pas. Des corrections en veux-tu en voilà (coucou Dortmund !), une série de 53 matchs sans défaite (record du HSV battu), un titre de Bundesliga obtenu à la 27e journée (record du Bayern de Heynckes battu) et une saison terminée avec 19 points d'avance sur le Borussia Dortmund : cette année, le Bayern Munich a tout cassé en Allemagne. Bravo aux Bavarois, bravo à Pep Guardiola, qui a bien su gérer son difficile héritage. Seulement voilà, depuis ce titre gagné le 25 mars dernier, la machine bavaroise s'est mise à tousser. Un nul à la maison contre Hoffenheim suivi d'une défaite à Augsburg, ce n'est rien, dira-t-on. D'autant plus que l'entraîneur catalan avait fait tourner son effectif pour se concentrer sur la Ligue des champions. Oui mais voilà, là est le problème : au moment d'aborder la compétition-reine, tout est allé à vau-l'eau : contre Manchester United, le Bayern a galéré, avant de se faire lourdement sanctionner par le Real Madrid, qui a calmé le club qui avait longtemps affiché l'ambition de devenir le premier club européen à défendre sa Ligue des champions.

Le déclic face au Real

Le Real, justement. Cette équipe qui a permis au Borussia Dortmund de laver son honneur en quarts de finale de C1, et qui lui a surtout permis de retrouver confiance en soi. Tout au long de la saison, l'escouade de Jürgen Klopp a été minée par les blessures. Lors d'une conférence de presse, l'entraîneur du BVB avait d'ailleurs utilisé la métaphore de l'électro-ménager pour décrire la situation de son club : « Quand la machine à laver se pète, généralement, c'est le séchoir qui pète le lendemain. Et le téléviseur aussi.  » Bref, le BVB a ri jaune et broyé du noir une bonne partie de la saison, mais les fondations ont tenu, preuve en est ce 8 avril et cette victoire 2-0 face au Real. Une victoire qui au final ne lui a pas permis de continuer son aventure européenne, mais qui lui a permis de faire une fin de saison de haute volée, avec notamment une victoire 3-0 sur les terres bavaroises quatre jours après cette fameuse élimination en Ligue des champions. Depuis, la joie et la bonne humeur règnent dans la Ruhr.

Oublié, le taf de Pep


En bref, fin mars-début avril, les courbes des deux clubs se sont inversées. Depuis, qu'est-ce qu'on a ? On a un Borussia Dortmund qui ne perd plus, un Marco Reus qui enchaîne les buts et les passes décisives (et qui, en compagnie de Mats Hummels, a affirmé vouloir rester au moins un an de plus), des joueurs comme Miloš Jojić – et, dans une moindre mesure, Oliver Kirch – qui réussissent là où personne n'y croyait, et un Robert Lewandowski qui se donne à fond pour son employeur avant de déménager dans le Sud de l'Allemagne. Et en Bavière ? Et bien, il y a un entraîneur qui s'est pris une salve monumentale de critiques, qui est raillé pour sa déconvenue face au Real, comme si tout le monde, d'un coup, avait oublié tout ce qu'il avait fait durant cette saison. Et c'est bien dommage, voire regrettable. Un entraîneur qui est un gros adepte du turnover, ce qui ne semble pas vraiment réjouir ses joueurs - sauf Philipp Lahm, qui visiblement va finir à l'ONU -, et qui a (pour l'instant) fait de Mario Götze un joueur parmi tant d'autres. Et à l'approche de la finale, la Säbener Strasse tremble : il y a les blessures de Bastian Schweinsteiger et de Franck Ribéry (qui pourrait être sur le banc), et surtout la non-convocation de Mario Mandžukić pour le match à Berlin. De quoi faire grincer quelques dents, comme celle du Rib' : « Si nous perdons cette finale, cela n'aura pas été une bonne saison. » Il y a un début d'incendie à Munich, et Matthias Sammer, pourtant pas le dernier à être sur le dos de Guardiola, tente de jouer les pompiers : « Ce n'est pas le moment de parler de ce genre de choses. […] [Si nous gagnons, on pourra dire que nous serons passés] d'une bonne à une très bonne saison. » Ce que Sammer oublie, c'est que le mieux, justement, n'est autre que l'ennemi du bien.

Par Ali Farhat, en Allemagne
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom
jeudi 19 juillet Quand Bryan Mélisse plante ses pieds dans un adversaire 25