Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 1 Résultats Classements Options
  1. // Coupe du Monde 2014
  2. // Barrage retour
  3. // France/Ukraine

Et si l’Italie perdait son meilleur ennemi ?

En France, évidemment, on ne peut qu’être dépité face à la prestation de l’équipe de France, et déconfit de se dire que les Bleus ne seront peut-être pas au Mondial. De l’autre côté des Alpes, c’est avec un sentiment partagé et paradoxal que l’on a accueilli ce résultat français en Ukraine.

Modififié
France/Italie. Italie/France. Prenez-le dans le sens que vous voulez, cela demeure un classique. Un derby des Alpes, un derby d’Europe. Un match qui a toujours valu cher. Car, qu’on le veuille ou non, ces deux nations sont intimement liées par une vérité commune : elles sont les deux seules nations européennes dans l’histoire à s’être affrontées aussi bien en finale de l’Euro (2000) qu’en finale de Coupe du monde (2006). Forcément, cela crée des liens. Mais Italie/France, c’est avant tout une rivalité. Une rivalité historique, qui passe à travers des duels mythiques, à travers une barre transversale de Di Biagio, une reprise de volée de Trezeguet, ou un coup de boule de Zidane. Alors, forcément, lorsque les Italiens ont assisté à ce fol échec français en terre ukrainienne, le sentiment a été mitigé. D’un côté, une émotion narquoise, moqueuse, qui pourrait se traduire par un : «  Bien fait pour vous, vous qui voulez toujours jouer aux donneurs de leçons. » De l’autre, l’impression que votre meilleur ennemi ne va pas être de la partie. Et ça, forcément, cela fait quelque chose. Boca Juniors sans River Plate, c’est triste. Le Celtic sans les Rangers, c’est triste. On est bien content lorsque l’ennemi juré connaît les pires malheurs (une relégation, par exemple), mais ensuite, on se rend compte que, sans lui, bah on se fait chier. Alors, non, l’Italie ne s’emmerdera pas lors du Mondial brésilien. Mais une éventuelle absence de la France enlèverait un petit quelque chose, c’est indéniable.

Possibilité dramatique

En général, lorsque la Nazionale joue, la presse italienne, le lendemain, lui consacre toutes ses Unes. Qu’il s’agisse d’un match officiel ou d’un amical. Et surtout si cet amical se dispute face à un rival de prestige comme l’Allemagne. Mais dimanche matin, après la défaite des Bleus en Ukraine, le Corriere dello Sport affiche en Une la mine désespérée de Franck Ribéry, avec le gros titre : « Deux baffes pour la France » . Preuve ultime que le sort de leurs voisins français intéresse les Italiens. La Repubblica, de son côté, parle désormais d’une « possibilité dramatique que la France ne se qualifie pas pour le Brésil » , ajoutant que le match retour sera « l’un des matchs les plus importants de toute l’histoire de l’équipe de France » . De fait, ne pas voir les Bleus au Brésil serait quelque chose d’assez bizarre pour les Italiens. À chaque compétition, tout le pays s’unit derrière la Squadra Azzurra. Mais juste après l’Italie, les résultats les plus importants sont toujours ceux de la France. C’est comme ça.

Lors du dernier Mondial, en 2010, l’Italie, championne en titre, est éliminée au premier tour. Mais, quelque part, cette élimination, aussi dure à accepter soit-elle, est rendue moins amère par l’élimination tout aussi prématurée de la France. Car, le pire, c’est évidemment que la France fasse mieux que l’Italie. Ce qui n’est pas arrivé en compétition officielle depuis l’Euro 2004. Alors, voir la France se faire éliminer avant même que le Mondial ne débute ferait bien rire les Italiens. Mais il ôterait un charme à la compétition. Parce que, rivalité historique oblige, il n’y a rien de mieux que de voir les Bleus se faire sortir au premier tour, pendant que la Nazionale continue sa route vers les huitièmes.

Seulement un représentant italien


En Italie, ce match catastrophique de la France en Ukraine a également réveillé de la fierté. De la fierté ? Oui. Car, derrière toute France qui gagne, il y a une grosse part d’Italie. En 1984, l’équipe de France qui remporte l’Euro est, avant tout, la France de Platini, star de la Juventus. Mais rien à voir, évidemment, avec 98. L’équipe de France championne du monde est, en grande partie, composée de joueurs qui évoluent en Serie A. Deschamps et Zidane à la Juve, Thuram à Parme, Djorkaeff à l’Inter, Desailly au Milan AC, Candela à la Roma, sans oublier Karembeu, Dugarry ou Vieira qui avaient également évolué en Serie A quelques années auparavant. À tel point que, lorsque la France est sacrée championne du monde (après avoir éliminé l’Italie en quarts), la presse italienne assure que la France n’aurait jamais gagné sans la culture italienne.

Or, aujourd’hui, quasiment aucun joueur faisant partie de l’équipe de France de Didier Deschamps ne joue en Italie. Il y a Pogba (Juventus) et… et c’est tout. Douze joueurs qui évoluent en Angleterre, sept en Ligue 1, deux en Espagne, un en Allemagne et un en Italie, donc. De quoi provoquer les railleries des journaux italiens, qui ne peuvent pas s’empêcher de faire le lien entre ce chiffre et le partiel échec français. Un lien qui serait évidemment rompu si les Bleus venaient à réaliser un exploit demain soir. Car, au final, c’est peut-être ce que les Italiens espèrent vraiment. Voir la France se faire sortir par l’Ukraine, ce serait « drôle » . Mais, au fond, l’Italie aimerait pouvoir dire à la France : « On se voit au Brésil. » Car il n’y a rien de mieux que de pouvoir en découdre sur le ring, comme en 1998, 2000, 2006 ou 2008, pour réaffirmer sa suprématie. Entre bons ennemis.

Par Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Podcast Football Recall Épisode 47 : Mbappé va rouler sur les Croates, des enfants racontent le Mondial et la revanche belge
il y a 58 minutes Rooney inspire DC United
Partenaires
Olive & Tom Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible
Podcast Football Recall Épisode 46 : Français ou Belges, le match des râleurs, les adieux des Bleus et la battle Angleterre-Belgique vendredi 13 juillet Le Mondial 2022 aura bien lieu en hiver 73 vendredi 13 juillet Infantino : « La meilleure Coupe du monde de tous les temps » 104