Et si l'Hexagone épousait le losange ?

Lors de la dernière journée de Ligue 1, quatre des dix premiers clubs français ont joué en 4-3-1-2, c'est-à-dire avec un milieu en losange. Monaco, Lille, Nantes, Lyon et Nice. Mais si le milieu en diamant s'est bâti une réputation de destructeur de jeu, ses caractéristiques se marient finement avec les équipes en (re)construction.

Modififié
0 32
Si le football est géométrie, le spectateur a toujours préféré la liberté des courbes à la rigidité des schémas. Le losange, lui, est rigide par définition. « Quatre côtés de même longueur » , dit-elle. C'est le diamant, solide, impénétrable. Mais un diamant qui ne vise pas la séduction, une sorte de bijou de pardon, pour repartir sur de bonnes bases. Ainsi, le lendemain de la nomination de Clarence Seedorf à la tête de l'AC Milan, la Gazzetta dello Sport annonce sans surprise que « le système devrait être un 4-3-1-2 sans contamination » . Simple et efficace, logique, presque. Pour une équipe sans repères, en construction ou en reconstruction, le milieu en losange est une assurance, et ce, pour trois raisons.

Protéger la défense, densifier le milieu

En premier lieu, il s'agit de protéger la défense. Dans le cas d'un losange resserré, comme par exemple celui de Ranieri contre Toulouse, la triplette de milieux centraux (Toulalan-Obbadi-Kondogbia) offre une couverture optimisée de sa moitié de terrain sur les phases de non-possession. Le bloc est bas et dense, tel un bouclier. De deux, le 4-3-1-2 permet de densifier le milieu de terrain, et de multiplier les solutions courtes à la construction. Si le 4-2-3-1 ressemble à un avion, il est difficile d'aller d'une aile à l'autre. Dans le 4-3-1-2, les distances entre les milieux sont raccourcies, et des relations naissent. Le lien Gourcuff-Grenier en est le dernier exemple. De trois, le 4-4-2 est connu, qu'il soit losange, carré (4-2-2-2) ou à plat. Offensivement, le 4-3-1-2 est facile à digérer tant que les rôles naturels sont distribués : James Rodríguez en 10, Toulalan en 6, deux relayeurs, etc.

En revanche, défensivement, le travail nécessaire dépend de l'attitude de l'équipe, qu'elle tente de contrôler la possession ou non. Si l'initiative est laissée à l'adversaire, le pressing est abandonné, et alors le bloc se place naturellement. En revanche, contrôler le jeu en 4-3-1-2 est risqué, les ailes étant abandonnées à la perte de balle. En décembre, Éric Carrière expliquait aux Cahiers du Football que «  Le losange ne permet pas d'être au contact des adversaires directs au pressing. Tu es toujours à contretemps, tu dois naviguer d'un joueur à l'autre. » . Comme toujours, il s'agit de trouver la meilleure recette en fonction des joueurs à disposition. René Girard justifiait ainsi l'adoption du 4-4-2 en septembre : « Ce schéma met mieux en avant nos qualités.  »

Le préférée des numéros 10

L'équilibre, donc. Mais aussi l'aisance offerte aux numéros 10, plus précisément ceux qui aiment jouer en transition. Ce n'est pas un hasard si le 4-3-1-2 est devenu le système de base du football argentin, d'ailleurs repris dernièrement par Sabella (Palacio, Agüero – Messi – Di María, Biglia, Gago). Introduit par Juan Carlos Lorenzo pour le Mondial 1966, il a été une source inépuisable de meneurs de jeu. Comme le raconte le cinéaste Santiago Amigorena : « Quand on est argentin, on ne veut que le 10 » . En clair, cette configuration offre au 10 un fauteuil avec trois milieux de terrain protecteurs, des munitions avec deux pointes et des options alternatives sur les montées des latéraux. Seulement, il ne lui offre pas le mouvement, qu'il doit créer lui-même. Avec James Rodríguez ou un Yoann Gourcuff en forme, l'animation offensive n'en souffre pas tellement. Mais ce n'est pas le cas du LOSC de Girard, qui a aligné Rodelin à cette position le weekend dernier. Tout dépend alors de la qualité des mouvements des deux pointes.

Un schéma pour survivre, seulement ?

« Le système a changé mais on ne nous demande pas de moins jouer au foot. 4-4-2 ne veut pas dire que l'on attaque qu'à deux » . Si Franck Béria a dû justifier le choix de son coach, c'est bien parce que l'abandon du 4-3-3 de Garcia, le « modèle lillois » , a été un petit choc pour le football français. Un système pour construire, solidifier, poser les bases, donc. Mais après ? L'histoire nous dit que le losange sait rouler, mais vole avec difficulté. S'il est difficile de dominer le jeu sans maîtriser les ailes, le manque d'art sur les côtés peut toutefois être compensé par la projection des latéraux, et l'habileté d'un meneur de jeu reculé. À l'Euro 2012, l'Italie de Prandelli alterna le 3-5-2 et le 4-3-1-2, avec Pirlo entouré de Motta et De Rossi (ou Marchisio). Les courbes de Pirlo pour lancer les latéraux italiens permettaient d'occuper toute la largeur, et de dominer le jeu. Au LOSC également, le tempo est donné plus bas, dans les pieds de Mavuba : le 4-3-1-2 ne dépend pas forcément de la performance du numéro 10.

Un autre exemple intéressant est celui de l'Inter de Mancini et de Mourinho. Conquérante en Italie avec le « rombo » , l'Inter ne passait pas le cap des huitièmes de finale de C1 jusqu'à la deuxième saison de Mourinho, qui coïncida avec le développement du 4-2-3-1. Mais pas seulement. À l'été 2009, Wesley Sneijder et Thiago Motta arrivent à Milan et changent le visage de l'équipe bien au-delà du système utilisé. En 2009/10, Mourinho continua d'ailleurs à utiliser le losange avec succès. Avec des joueurs créatifs aux postes-clés – Maicon, Motta et Sneijder –, le losange n'empêche pas le mouvement. Comme le confirme René Girard : « Le plus important ne réside pas dans la mise en place, mais dans les ingrédients qu'on y met » . Des ingrédients que le Paris Germain compte dans son effectif, à commencer par Javier Pastore, qui rêve silencieusement de la mise en place d'un tel système au Camp des Loges, depuis l'installation de l'intraitable milieu à trois. Et si l'explosion de l'Argentin dépendait finalement de la qualité des latéraux parisiens ?

Par Markus Kaufmann À visiter :

Le site Faute Tactique

Le blog Faute Tactique sur SoFoot.com
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Avant de lire l'article, et après avoir lu l'intro, quand on parle de losange on peut directement dire 4-1-2-1-2. Sans quoi, c'est un triangle, le milieu de terrain. C'est pas pour faire un cours de géométrie, mais bon, tant qu'à mettre les pieds dans le plats, autant le faire bien.
Garde aura mis longtemps à comprendre qu'il n'a plus les joueurs pour le "4-3-3 Lyonnais", s'il avait fait ça la saison dernière avec Gomis et Lisandro en pointe (Lisandro à gauche, ça me faisait mal au coeur),on se serait peut être pas tapé tous ces "Lyon, la fin d'une ère", mais plutôt des "Le Printemps Lyonnais"
C'est donc ça, c'est un quadrilatère, non un losange
A Lyon, on est plus performant défensivement depuis la mise en place de ce système. ça a commencé par nous rassurer et puis, petit à petit, la confiance revenant, on est devenu à l'aise offensivement aussi avec des milieux et des latéraux qui se projètent encore plus. Au final, y a énormément de mouvement et de solution pour le porteur du ballon. Et on est bien plus efficace offensivement. Faut dire que, mise à part Danic, on a aucun ailier dans l'effectif.

Si on compare avec Lille, la différence entre une équipe offensive et une équipe défensive, cela tiens dans les joueurs qui compose le milieu. Celui de Lyon est beaucoup plus créatif et talentueux, là où celui de Lille est plus rigoureux et travailleur.

Je suis d'accord avec la conclusion de l'auteur. Un losange à Paris avec Pastore en 10, ça aurait une sacré gueule! Mais bon, ils ont déjà une sacré gueule sans. Et si il prenne un ailier gauche sympatoche, ça devrait le faire aussi.
Ça marche quand même vraiment par mode les dispositifs tactiques. C'est à se demander si certains entraîneurs bossent vraiment ou se contentent de copier ce qu'ils ont vu à la télé.
Ça marche quand même vraiment par mode les dispositifs tactiques. C'est à se demander si certains entraîneurs bossent vraiment ou se contentent de copier ce qu'ils ont vu à la télé.
Super système. Celui de Prandeli contre l'Angleterre et l'Allemagne. Je prends son exemple.
Il faut avoir des latéraux qui montent, de manière à occuper les couloirs (Balzaretti et Abate).

Après ça te donne la possibilité de concentrer trois mecs au milieu pour faire le boulot au niveau de la construction et de la récupération (Pirlo Marchisio De Rossi).

En 10, il te faut un justement un numéro 10 à l'ancienne, car le gars doit être capable de se projeter vers l'avant (Montolivo).

Enfin, on a deux "fantaisistes" (Balotelli & Cassano/Di Natale), des gars qui savent prendre la profondeur et décrocher. Car sur les couloirs, n'avoir que des lateraux, c'est un peu juste, c'est bien si parfois les attaquants débordent eux aussi.
LapinCrétin Niveau : CFA
Message posté par Steth0
Ça marche quand même vraiment par mode les dispositifs tactiques. C'est à se demander si certains entraîneurs bossent vraiment ou se contentent de copier ce qu'ils ont vu à la télé.


Je pense que beaucoup d'entraineur mettent en place leur système par rapport à l'adversaire. C'est compliqué d'imposer son jeu à part si tu es vraiment au dessus comme le Barça avec son 4-3-3.

Par exemple, quand tout le monde était en 4-4-2 Wenger disait que c'était le meilleur choix car le plus naturel pour les joueurs. Une fois que les adversaires sont passés en 4-3-3/4-5-1 en LDC il a du s'adapter pour pas être en "sous effectif" au milieu.
Très intéressant cet article porté sur la tactique, si on pouvait en avoir plus souvent des comme ça !
sympa de dire 4 des dix premiers et d en citer 5 la phrase d apres
Message posté par LapinCrétin


Je pense que beaucoup d'entraineur mettent en place leur système par rapport à l'adversaire. C'est compliqué d'imposer son jeu à part si tu es vraiment au dessus comme le Barça avec son 4-3-3.

Par exemple, quand tout le monde était en 4-4-2 Wenger disait que c'était le meilleur choix car le plus naturel pour les joueurs. Une fois que les adversaires sont passés en 4-3-3/4-5-1 en LDC il a du s'adapter pour pas être en "sous effectif" au milieu.





Je pense qu'il est plus important d'affirmer ton propre système par rapport aux joueurs que tu as.
Mettre en place un système par rapport à un autre système, pour moi c'est risqué.
Parce que si tu es surpris en cours de match par un changement de système, tu te dois de réfléchir très rapidement pour refaire un nouveau système et la question est, as tu les joueurs qui conviennent à ce nouveau système ?

Les entraineurs en Série A étaient très forts dans les années 90 à ce petit jeu mais il faut dire que la tactique en Italie c'est très important.
Super article !
par contre j'ai toujours un problème avec ce système. J'en parlais d'ailleurs sur un des post chai plus quand.
En phase offensive on est OK mais en phase défensive ? je m'explique.
Une équipe en 4-3-1-2 contre le barca par exemple. On se retrouve avec une équipe qui étire au maximum son adversaire :
> Les ailiers écartent souvent pour rentrer dans les espaces entre les défenseurs après.
>les latéraux sont limites des ailiers très fort avec toujours le latéral opposé qui se mange la ligne blanche en attendant la transversale (de xavi par exemple).
Vous me direz que les récupérateurs vont jouer le rôle d'essui-glace pendant que le Regista couvre la défense? OK
Mais le barca a un milieu très technique du coup l"essui-glace" leurs laisse potentiellement des espaces (iniesta dans ce cas la).
On se retrouve donc avec une équipe qui a sa ligne de milieu qui passe son temps à aller de gauche à droite... ce que le barca apprécie particulièrement.

Voila, si quelqu'un peut éclairer un peu mes doutes sur le sujet :)

PS : je sais que le milan avait joué contre le barca en ligue des champions avec cette configuration justement mais je me rappelle plus du match.
LosduesThiago Niveau : Loisir
rene ce heros !
Putain Karabatic calme toi ! La prochaine fois c'est le rouge ! Pas besoin de ça bordel sfdhposkjdqgfsdghsd.....
La France serait en train de se débarrasser du sacro saint 4-2-3-1?
J'espère, ça fait plaisir de voir jouer des équipes à deux pointes avec un vrai numéro 10. Par contre je suis pas vraiment d'accord avec l'aspect défensif de ce système de jeu. Comme précisé plus haut il y a pas 3 milieux défensif, généralement c'est un ratisseur/relanceur, et deux n°8 afin d'assurer la liaison entre les phases défensives et offensives.

Par contre, il est important d'avoir de bons latéraux pour ce système, afin de combler les vides sur les côtés tout en pouvant assurer la couverture défensive ( avec un des relayeurs qui peut couvrir aussi ). Par contre, ça a intérêt à jouer collectivement sinon c'est mort.

Un milieu en losange T.Motta/Matuidi/Verratti avec Pastore en 10 et une paire Ibra Cavani devant, ça serait intéressant à voir. Ca pourrait éliminer le maillon faible récurrent Lavezzi/Menez/Lucas.

Mais bon après, comme chaque système, ça dépend surtout des intentions de jeu et des joueurs que tu mets sur le terrain. Le système c'est pas si important, l'animation que tu en fais par contre...
mon dieu mes connaissances tactiques sont ebranlées...

en fait d'apres ce que j'ai pu lire un 442 diamant est different d'un 442 losange et cette article semble melangé les genre. tenant en haute estime faute tactique ainsi que de-managers qui sont pour moi ce qui ce fait de mieux en article tactique francophone, j'ai un horrible doute pour pas dire une incomprehension de l'article.

pour moi le losange est different du diamant par la position des 2 milieu centraux qui dans un cas sont centraux a tout faire (il y a une terminologie espagnol signifiant a peu pret " porteur d'eau" pour les definir il me semble avoir lu) et dans l'autre excentré sur les ailes.

par contre concernant la conclusion, bien sur pastore pourrait briller dans ce systeme d'autant plus avec une paire cavani-ibra et maxwell qui est un vrai bon joueur. vdw peut preter a discussion, il est peut etre plus a l'aise depuis qu'il a cavani devant lui, mais sur la demi saison vdw est plutot solide.
le probleme est toujours le meme, certain coach sont enfermé dans des carcans tactiques, le 433 a la barcelonaise concernant blanc.
gôneforlife Niveau : District
Si vous pouviez poster plus souvent des articles sur la tactique se serait cool.
Sinon je suis d'accord avec l'ensemble des commentaires. Il y a une confusion entre le 442 losange et le 442 diamant. Pour exemple les systèmes de Monaco et de l'OL sont différents. La paire Grenier-Fofana n'a pas les mêmes prérogatives que Obbadi-Kondogbia.
gars tout zoo Niveau : District
Message posté par Kigur
mon dieu mes connaissances tactiques sont ebranlées...

en fait d'apres ce que j'ai pu lire un 442 diamant est different d'un 442 losange et cette article semble melangé les genre. tenant en haute estime faute tactique ainsi que de-managers qui sont pour moi ce qui ce fait de mieux en article tactique francophone, j'ai un horrible doute pour pas dire une incomprehension de l'article.

pour moi le losange est different du diamant par la position des 2 milieu centraux qui dans un cas sont centraux a tout faire (il y a une terminologie espagnol signifiant a peu pret " porteur d'eau" pour les definir il me semble avoir lu) et dans l'autre excentré sur les ailes.

par contre concernant la conclusion, bien sur pastore pourrait briller dans ce systeme d'autant plus avec une paire cavani-ibra et maxwell qui est un vrai bon joueur. vdw peut preter a discussion, il est peut etre plus a l'aise depuis qu'il a cavani devant lui, mais sur la demi saison vdw est plutot solide.
le probleme est toujours le meme, certain coach sont enfermé dans des carcans tactiques, le 433 a la barcelonaise concernant blanc.


En Italie, ces 2 milieux à tout faire dont tu parles, on les appelle "incurseur" (sic) et/ou "interdiseur" (re-sic) ce qui m'a toujours fait rigoler... incursore pour un milieu qui a tendance à gratter le ballon et qui fait la première relance (ex de rossi jeune, tiago époque lyon, ou thiago motta aujourd'hui); l'interditore pour un milieu def qui est là pour stopper (interdire) l'action adverse (gattuso est un exemple assez explicite).
Tu as aussi raison quant à la différence entre les deux losange et diamant, en italie le losange étant très répandu encore aujourd'hui malgré la nouvelle hype du 3-5-2.
Mais pour enfoncer une porte ouverte (re-re-sic) tout dépend des joueurs dont tu as à disposition...
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 32