Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 16e finale aller
  3. // Liverpool/Beşiktaş

Et si Gerrard n'avait pas glissé…

Ce jeudi soir, Demba Ba est de retour à Anfield. Là où il y a presque dix mois, l'attaquant du Beşiktaş avait profité d'une glissade de Steven Gerrard lors d'un Liverpool-Chelsea (0-2) pour aller crucifier Simon Mignolet et enlever aux Reds un titre qui leur tendait les bras. L'occasion de se demander ce qui se serait passé si « Stevie G » était resté debout et avait remporté le seul trophée qui manque à son palmarès en club.

Modififié
  • Il aurait gagné un autre titre derrière

    Allongé au milieu de terrain et déjà bourré à la 8.6, Daniel Agger se fait tatouer le visage de ses coéquipiers sur les pecs, pendant que Mamadou Sakho et Aly Cissokho font démarrer une chenille. Une petite demi-heure après la victoire contre Newcastle (2-1), synonyme de premier sacre du club depuis 1990, la fête bat son plein sur la pelouse d'Anfield. Le moment choisi par Steven Gerrard pour prendre le micro et annoncer qu'il vient de disputer son dernier match avec le club de son cœur. La gorge serrée, les yeux remplis de larmes, « Stevie G » met un terme à une aventure débutée en 1998 avec l'équipe fanion. Une sortie par la grande porte, bien mieux qu'une triste interview diffusée sur le site du club. Et après un petit break, il rechausse les crampons et relève le challenge indien avec les Kerala Blasters. Là encore, il remporte le titre, et cette fois, c'est Cédric Hengbart qui termine bourré sur la pelouse.

  • L'Uruguay aurait été champion du monde

    Toujours pas redescendu de son nuage, Luis Suárez arrive au Brésil les dents plus longues que jamais. Grand artisan du titre de champion de Liverpool, avec 31 buts en Premier League, « El Pistolero » poursuit sur sa folle lancée lors de la Coupe du monde. Après un doublé contre l'Angleterre, il humilie Giorgio Chiellini à coups de crochets courts lors du dernier match de poule. Le défenseur italien finit par asséner un coup de poing dans les dents de son adversaire qui, fair-play, acceptera ses excuses. Malgré deux chicots en moins, Suárez monte encore en puissance et claque un triplé face à la Colombie en 8e (3-2). Lors du quart face au Brésil, il simule grossièrement sur un tacle de Thiago Silva dans la surface et transforme lui-même le péno décisif, dans la prolongation (1-0), plongeant ainsi le capitaine de la Seleção dans une sévère dépression. Une victoire arrachée avec les cojones, comme celle face à l'Allemagne en demie (2-1), au terme d'un match houleux (trois cartons rouges, sept jaunes). Et lors de la finale, Suárez éclipse Messi et s'en va soulever, avec son capitaine Diego Godín, la troisième Coupe du monde de l'histoire de l'Uruguay.

  • Brendan Rodgers sortirait avec Fanny Neguesha

    La progression de la carrière de Brendan Rodgers se mesure aux courbes des femmes qu'il fréquente. Après avoir quitté la mère de ses enfants pour une plus jeune, plus fine et plus blonde, l'entraîneur de Liverpool, auréolé de son titre de champion, change encore de braquet. Plus hype que jamais, il attire la convoitise d'une certaine Fanny Neguesha, venue visiter le Nord de l'Angleterre pour une possible installation de Mario chez les Reds. Le démon de midi s'empare de Rodgers, qui succombe aux avances de l'ancienne sucrerie de Mario Balotelli. Le Nord-Irlandais et la jeune Belge coulent des jours heureux, se font voir à Londres, Rome, Ibiza et font partager leur amour sur les réseaux sociaux. La limite du succès pour « Brendou » , pas forcément à son aise lorsque sa belle le prend en photo torse nu devant le miroir de la salle de bain et inonde son Instagram de ce genre de clichés.


  • Balotelli jouerait au PSG

    Nous sommes fin août. Et Mino Raiola a la rage. Plus que jamais. L'influent agent essaie depuis le début de l'été de trouver un nouveau point de chute à Mario Balotelli. L'affaire est proche de se conclure avec Liverpool, mais au dernier moment, Brendan Rodgers met son veto à la venue de l'Italien. Officiellement car avec Alexis Sánchez, qui a repoussé les avances d'Arsenal pour s'engager quatre ans avec les Reds, « un club historique et habitué à gagner des titres » explique-t-il lors de sa présentation, les champions d'Angleterre n'ont pas besoin d'une recrue offensive supplémentaire. Officieusement car « Balo » pourrait nuire à l'unité du vestiaire. Sans parler de l'idylle Rodgers/Neguesha... Un retournement de situation qui fait sortir Raiola de ses gonds, et qui lâche dans une interview à la Gazzetta dello Sport : « Rodgers est un connard, une couille molle » . Il retrouvera le sourire une semaine plus tard, au moment de l'officialisation du transfert de Balotelli au PSG, pour 16 millions d'euros. « Avec Ibra et Mario, Paris possède deux des sept merveilles du monde » , ira-t-il jusqu'à expliquer. Des « merveilles » qui s'embrouilleront pourtant dans les vestiaires du Roudourou, un soir de défaite (1-0), obligeant Laurent Blanc à les écarter pendant deux matchs.

  • Phil Collins triompherait aux Grammy Awards

    À 64 ans, ce bon vieux Phil a toujours la cote. Après un concert d'anthologie organisé à la hâte à Anfield quelques jours après le titre, et un duo irréel avec Steven Gerrard sur I can't dance, l'ancien leader de Genesis redevient à la mode. Si bien que malgré ses problèmes de santé, il décide de relancer sa carrière. Son nouvel album, intitulé Heroe, en hommage au capitaine des Reds, est un carton. Costard rouge et crête sur la tête, main dans la main avec Madonna, il fait sensation à son arrivée au Staples Center de Los Angeles pour la cérémonie des Grammy Awards. Il fait même la nique à Sam Smith et Pharrell Williams, et repart avec trois trophées dans la besace. Classe.



    Par Axel Bougis
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié



    il y a 1 heure Le nouveau coup d'éclat de René Higuita 1
    Partenaires
    Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
    À lire ensuite
    Bâle trappe l'expérience