1. //
  2. // Nomination de Di Matteo à Schalke 04

Et si Di Matteo gagnait la Ligue des champions avec Schalke ?

Nommé hier à la tête du club de Gelsenkirchen en remplacement de Jens Keller, l'Italien né en Suisse et à tête d'Asiatique récupère les rênes d'une équipe au maillot bleu et blanc talentueuse sur le papier, mais en difficulté. Une situation qui n'est pas sans rappeler celle de Chelsea en 2012.

Modififié
22 19
Le 4 mars 2012, André Villas-Boas, autrefois annoncé comme le New One, finit par se faire virer de Chelsea après s'être mis plus ou moins tout le vestiaire à dos. Perdre contre Naples 3-1 en huitième de finale aller de Ligue des champions était déjà néfaste, alors une défaite contre West Bromwich Albion en Premier League ne pouvait que sonner le glas de son éphémère règne « révolutionnaire » . Pour lui succéder, les dirigeants des Blues ne font pas dans le ronflant et choisissent l'adjoint d'AVB, un certain Roberto Di Matteo. L'homme a des arguments : six années au club en tant que joueur à la fin des années 1990, apprécié des supporters, facilement dégageable.

Parce que bon, l'homme n'a pour l'instant entraîné que deux clubs, Milton Keynes Dons et WBA (ironie quand tu nous tiens), et s'est fait licencier à chaque fois au bout de plus ou moins une saison. Un pedigree parfait pour finir cette saison en roue libre, perdue pour perdue, et de repartir à l'été avec un top coach. Sauf que contre toute attente, Di Matteo réussit là où tous les autres, Mourinho, Grant, Scolari, Hiddink, Ancelotti, ont failli. Ivanović élimine Naples lors d'une folle prolongation, Benfica est tranquillement avalé. Barcelone rate la remuntada malgré l'expulsion de Terry et un pénalty pour Messi (raté), à cause d'un bijou de Ramires et d'un coup de poignard de Torres (qui ne sera plus jamais aussi beau). En finale, Drogba égalise sur corner, puis concède un pénalty, mais Čech le sauve, tout comme ceux d'Olić et Schweinsteiger lors de la séance. Et Didier devient un héros.

Viser bas pour ne pas être déçu


Chelsea décroche enfin la tant attendue Ligue des champions, au moment où on s'y attendait le moins. Avec en prime une FA Cup pour l'histoire, et une pénible septième place en championnat. La formule de Di Matteo était simple : reculer la ligne de défense qu'AVB avait bêtement voulu remonter, mettre les briscards sur le terrain et les laisser se débrouiller. Finalement, la magie arrête d'opérer la saison suivante, et Benítez récupère la régence en attendant le retour de José. Depuis, Di Matteo attendait son moment. Il a fini par arriver. Malgré sa victoire lors du Revierderby, Jens Keller a pris la porte. Sur la corde raide depuis son intronisation en provenance des U17 en décembre 2012, l'Allemand ne devait son maintien qu'à des résultats à peu près satisfaisants. Avec seulement deux victoires en dix matchs cette saison, sa situation était devenue trop intenable. Entre donc Di Matteo, le troisième Italien à officier en Bundesliga, après Giovanni Trapattoni au Bayern et Nevio Scala au Borussia Dortmund. Schalke veut donc faire comme ses rivaux. Horst Heldt, le directeur sportif, est en tout cas persuadé de faire le bon choix : «  Avec ce changement de coach, nous voulons donner une nouvelle impulsion. Nous sommes absolument convaincus que Roberto Di Matteo peut stabiliser l'équipe afin d'atteindre nos objectifs en Bundesliga et en Ligue des champions. »

L'odyssée des (Königs)blauen


Des objectifs finalement assez simples : décrocher un ticket pour la LDC et sortir de la phase de poules. En Buli, cela semble faisable. Le BVB est un point derrière, Leverkusen quatre devant et Mönchengladbach cinq. Pour ce qui est de la compétition reine, les Knappen facturent pour l'instant deux nuls en deux matchs, contre Chelsea et Maribor, et occupent la deuxième place du groupe, à égalité avec les Slovènes. L'histoire commencera donc le 25 novembre, date du retour face aux Blues. Longtemps mené, Schalke égalisera finalement dans la douleur sur corner. Puis ira chercher sa qualification en Slovénie. En huitièmes se dressera le Zénith, le nouveau club d'AVB. Abattu par un coup franc de Fuchs à la 92e du retour, alors que le score combiné était de 2-2. Le Portugais n'en réchappera pas. Viendra ensuite Porto, battu à l'aller et au retour, avec un très bon Max Meyer. La demi-finale contre le Real Madrid sera marquée du sceau de Klaas-Jan Huntelar, désireux de montrer à Pérez qu'il n'avait rien compris. Buteur à l'aller, transparent au retour, pas vraiment aidé par l'exclusion d'Höwedes qui força l'équipe à se recroqueviller, le Hollandais se contentera de crucifier Keylor Navas d'une sublime volée à l'heure de jeu, avant que Jefferson Farfán ne scelle la victoire des siens en toute fin de match.

Et que dire de cette finale 100% allemande face au Bayern, si ce n'est que Draxler sera remplaçant, que Boateng se battra avec Busquets (recruté au mercato hivernal), qu'Alaba, devenu numéro 10, ouvrira le score, que Felipe Santana égalisera en étant hors-jeu, avant de provoquer un pénalty que manquera CR7. Pizzaro et Schweinsteiger rateront leurs pénaltys, Neuer réussira le sien, mais Fährmann sera plus fort. Finalement, le héros de cette soirée s'appellera Raùl, revenu du Qatar dans son club de cœur en janvier. Dans la foulée, Pérez tente de recruter Huntelaar puis Di Matteo, en vain. Guardiola est viré malgré son titre en Bundesliga avec 100 points sur 102 possibles, et Di Matteo prolongé pour cinq ans, en dépit d'une huitième place en championnat. Avant de se faire virer en octobre, et remplacer par Benítez. La routourne.

Par Charles Alf Lafon
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Je comprend pas pourquoi y a pas eu de grand club dans la dech qui on voulut le recruter après qu'il soit viré de Chelsea quand on voit tout ceux qui voulait donner une deuxième chance à Villas Boas après sa boucherie que Roberto a réparé à merveille

Je souhaite le meilleur a se coach sans doute sous estimé même si ça peut prendre du temps avec Schalke
Rakamlerouge Niveau : National
Le dernier paragraphe, du grand sofoot!
Note : 4


Le retour du Bonze, prêt à terrasser à nouveau les munichois.
mixmaster Niveau : DHR
Message posté par Se7en
Je comprend pas pourquoi y a pas eu de grand club dans la dech qui on voulut le recruter après qu'il soit viré de Chelsea quand on voit tout ceux qui voulait donner une deuxième chance à Villas Boas après sa boucherie que Roberto a réparé à merveille

Je souhaite le meilleur a se coach sans doute sous estimé même si ça peut prendre du temps avec Schalke


Sous estimé, je sais pas. Pour moi, Di Matteo a juste bien fait son boulot d'intérimaire. Il a remis les briscards (qui avaient lâché Villas Boas) et refait le Chelsea défensif que l'on a toujours connu. On a vu la saison suivante qu'il n'a pas apporté grand chose de plus au jeu de l'équipe.
el peruano loco Niveau : Ligue 2
Message posté par Rakamlerouge
Le dernier paragraphe, du grand sofoot!


Si encore c'était vraisemblable. CR7, Busi lollilol quoi --' !

Alors comme ça on s'envoie une Krombacher de bon matin Herr Lafon ?!
La routourne à tournée
En PL, le reglement impose aux clubs de payer les coachs limoges jusqu'a expiration de leurs contrats ou jusqu'a ce qu'ils trouvent un club.
Par consequent, RDM ne s'est pas presse de retrouver un banc (il faut avouer qu'on ne l'a que tres peu sollicite egalement, de memoire seul Forrest avait vraiment pousse pour l'avoir), etant assis sur un gros contrat.
Ne riez pas, j'ai fait un tour avec ma DeLorean et c'est, malheureusement, exactement ce qui va se passer.... :(
Note : 1
Di Matteo n'a rien fait à Chelsea, il est arrivé au bon endroit au bon moment. L'équipe était en roue libre, tenue par les cadors du groupe. Ca s'appelle un concours de circonstance.
Message posté par AriGold
En PL, le reglement impose aux clubs de payer les coachs limoges jusqu'a expiration de leurs contrats ou jusqu'a ce qu'ils trouvent un club.
Par consequent, RDM ne s'est pas presse de retrouver un banc (il faut avouer qu'on ne l'a que tres peu sollicite egalement, de memoire seul Forrest avait vraiment pousse pour l'avoir), etant assis sur un gros contrat.


Je ne sais pas si c'est le règlement ou plutôt leurs contrats parce que Zeman pour encaisser son année de contrat après son limogeage par la Roma a refusé d'entrainer Foggia et Spaletti est encore en ce moment payé par le Zenith.
Message posté par toof11
Di Matteo n'a rien fait à Chelsea, il est arrivé au bon endroit au bon moment. L'équipe était en roue libre, tenue par les cadors du groupe. Ca s'appelle un concours de circonstance.


"lol"
Message posté par Trap


Je ne sais pas si c'est le règlement ou plutôt leurs contrats parce que Zeman pour encaisser son année de contrat après son limogeage par la Roma a refusé d'entrainer Foggia et Spaletti est encore en ce moment payé par le Zenith.


En Italie c'est effectivement souvent le cas, et je sais de quoi je parle...
Vous avez oublié le fond de jeu du chelsea 2012? C'était de l'anti-football, c'est assez étonnant de confier un poste aussi important(3e club d'allemagne) à des types qui ont rien prouvés comme ça(cf : Jens Keller à l'époque)
La Crampe Niveau : DHR
Message posté par el peruano loco


Si encore c'était vraisemblable. CR7, Busi lollilol quoi --' !

Alors comme ça on s'envoie une Krombacher de bon matin Herr Lafon ?!



Une Veltins pour Schalke ! Bière dégueulasse au passage.

Je suis d'accord avec mix, la victoire de Chelsea en CL est des plus inattendues et des plus improbables. Un concours de circonstances des plus dégueulasses pour le Rekordmeister : 87' 18 corners à 0, le Bayern en concède 1 seul et se prend un but de l'épave ivoirienne alors que Chelsea n'avait fait que défendre dans cette finale. Après, le Bayern est abattu, finale dahoam dans le cul. Robben râte le péno, c'est anecdotique puisqu'il était écrit que Terry, Lampard et Drogba devaient gagner une Ligue des Champions. Di Matteo n'était qu'un pion et n'a rien à voir avec cette victoire, le destin des joueurs cités oui.
Ouai puis bon rappelez vous du niveau de son équipe en championnat, puis la saison suivante malgré le recrutement titanesque. Non franchement, je pense que le mec est à sa place sans club.
Message posté par mixmaster


Sous estimé, je sais pas. Pour moi, Di Matteo a juste bien fait son boulot d'intérimaire. Il a remis les briscards (qui avaient lâché Villas Boas) et refait le Chelsea défensif que l'on a toujours connu. On a vu la saison suivante qu'il n'a pas apporté grand chose de plus au jeu de l'équipe.


sous-estimé, oui, je pense. Une belle saison à mk dons où il finit barragiste, des bases de jeu intéressantes à WBA où il souffre de la faiblesse d'un effectif médiocre, un bel intérim à Chelsea où il sort ce qu'il fallait sortir d'un effectif en quête d'un dernier gros coup. Rien de tout ça n'était évident, si ça a l'air facile c'est qu'il a bien fait son travail.

le Chelsea défensif qu'on a toujours connu ? Ce qu'il faut pas entendre... jamais aimé ce club, mais ils ont eu des périodes de vrai champagne, y compris pré-Abramovitch. Zola, Poyet et consorts c'était pas franchement des maîtres du garage de bus. Même ces dix dernières années, peut-on qualifier un club où le relayeur (Lampard) joue comme un meneur de jeu d'équipe défensive ? C'est tellement dommage de réduire ce club à son compte en banque, à son parcours de 2012 (effectivement défensif, mais c'est aussi du football) et à Mourinho...
mixmaster Niveau : DHR
Message posté par ouam


sous-estimé, oui, je pense. Une belle saison à mk dons où il finit barragiste, des bases de jeu intéressantes à WBA où il souffre de la faiblesse d'un effectif médiocre, un bel intérim à Chelsea où il sort ce qu'il fallait sortir d'un effectif en quête d'un dernier gros coup. Rien de tout ça n'était évident, si ça a l'air facile c'est qu'il a bien fait son travail.

le Chelsea défensif qu'on a toujours connu ? Ce qu'il faut pas entendre... jamais aimé ce club, mais ils ont eu des périodes de vrai champagne, y compris pré-Abramovitch. Zola, Poyet et consorts c'était pas franchement des maîtres du garage de bus. Même ces dix dernières années, peut-on qualifier un club où le relayeur (Lampard) joue comme un meneur de jeu d'équipe défensive ? C'est tellement dommage de réduire ce club à son compte en banque, à son parcours de 2012 (effectivement défensif, mais c'est aussi du football) et à Mourinho...


OK pardon, je parlais du Chelsea époque Abramovitch et j'ai plutôt l'impression que c'est toi qui le réduit à la période Ancelotti, qui était peut-être à peine plus offensive, mais sinon, Mourinho, Avram Grant, Scolari, même Hiddink, que des apôtres du beau jeu c'est sûr. D'ailleurs, c'est sûrement grâce à leur football champagne qu'ils ont gagné le surnom de Boring Chelsea. Et quand Lampard, ton relayeur-meneur de jeu, joue avec 2 milieux physiques quasi uniquement voués aux tâches de récupération comme Makélélé et Essien, je pense effectivement qu'il y a plus offensif comme système.
Je me suis tappe sa conf de présentation en entier et je suis un poil inquiet.
Je sais pas si son caractère et son style vont passer a schalke.
Genre la 4 ème question ; vous allez vraiment coacher schalke le malocherklub en costard ? Sa famille qui ne vient pas, les blessés, le temps d adaptation et tout .. On verra bien.
Cool quand même que cela se soit fait alors au on était a deux doigts de l avoir y'a un an et demi ...
On aurait préféré le kampfschwein mais bon marc doit d abord remporter l euro après m avoir fait perdre 40 boules sur la cdm - bah quoi cote de 24 ça se tente !
on se calme, on se calme...

ceci dit le Chelsea de Mourinho I n'était pas particulièrement défensif. Et Essien uniquement récupérateur, t'as pas dû le voir beaucoup jouer... un 6, un 8, un 10, deux ailiers, une pointe : système classique et peu aventureux, peut-être, mais pas franchement défensif non plus.

le surnom Boring Chelsea est une forme de revanche un peu triste de la part d'Arsenal, voulant à la fois effacer les années Boring Arsenal pré-Wenger et prétendre qu'ils préféraient "bien jouer" (faire du handball autour de la surface adverse, donc) plutôt que de gagner des titres... les deux visions se défendent, mais tu plonges dans leur plan sans le moindre recul.

au contraire d'Arsenal, Chelsea est un club dont le propriétaire ne supporte pas de ne rien remporter durant une saison, et qui prends les décisions en fonction de ça : chacun des coaches que tu cites savait qu'à moins d'être plus efficaces que séduisants, ils allaient sauter. Ceci dit il reste un peu paresseux de réduire ces coaches là à un état d'esprit défensif.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
22 19