Et s'ils quittaient le Portugal ?

Comme bien souvent ces dernières années, toute l’Europe va tenter de dépouiller le Portugal de ses joueurs, bons, ou pas. De toute façon, c’est toujours pareil, ils viennent presque tous de Benfica, de Porto ou du Sporting et seront vendus très cher au final.

6 8
Hulk : On ne présente plus la bête. Meilleur buteur, passeur et joueur du championnat portugais l’année dernière et élu troisième meilleur Brésilien évoluant en Europe en 2011, l’attaquant du FC Porto fait partie des caprices du Qatar-SG pour cet hiver. Mais même les pétrodollars pourraient ne pas suffire face à l’intransigeance de Pinto da Costa, à moins d’aligner une belle masse de tunes : « Je ne vendrai personne cet hiver... Mais il est possible que des joueurs partent si quelqu’un me donne la somme qu’il faut » a déclaré ce week-end le président de Porto dans les médias portugais. Ladite somme est de 100 millions d’euros. Deux Pastore et demi environ. Sinon avant, il jouait en D2 Japonaise...

Gaitan : Di Mar...Qui ? Un an à peine après son départ pour le Real Madrid de Mourinho, Angel Di Maria n’est plus qu’un joli souvenir pour les supporters de Benfica, et un bon paquet d’oseille pour les dirigeants du club. Car un Argentin en cache souvent un autre, surtout au Portugal, et Nico Gaitan enchaîne les performances de haute volée depuis son arrivée. Rapide, agile, technique et intelligent, il fait plus que jouer les bouche-trous de son prédécesseur. D’ailleurs, Sir Alex Ferguson s’est renseigné à plusieurs reprises sur le lutin de Benfica. Et pour cause, depuis la découverte de Cristiano Ronaldo en 2003, à chaque fois qu’un joueur casse les reins des défenseurs mancuniens, le manager écossais veut le recruter, au cas où. Problème, la clause de Gaitan est fixée à 45 millions d’euros...

Van Wolfswinkel : En arrivant à la présidence du Sporting le printemps dernier, Luis Godinho Lopes voulait changer la tronche de son club qui était au bord du précipice depuis deux ou trois ans. Et de ce côté-là, l’arrivée du Hollandais cet été en provenance d’Utrecht l’a comblé. Avec un nom imprononçable qui a de la gueule, une tête de puceau et un sens du but propre aux Bataves, Ricky Van Wolfswinkel est le symbole du nouveau Sporting. Jeune - RVW a 22 ans - ambitieux et sacrément talentueux, c’est le genre de mec qui n’a pas besoin de s’adapter à un climat ou une équipe pour bien jouer et planter des pions. En témoignent les 13 buts qu’il a inscrits depuis son arrivée à Lisbonne. Là encore, Ferguson a tilté sur le môme, tout comme Dalglish d’ailleurs, mais Domingos ne veut pas le lâcher. Pour obtenir une perle au pays de la clause libératoire, il faut payer cher...

Cristian Rodriguez : L’Uruguayen n’aura fait illusion que pendant deux saisons après son passage mitigé au PSG. La première à Benfica, et la deuxième, un an plus tard lorsqu’il trahit les aigles pour rejoindre Porto. La saison dernière, il a passé sa vie à l’infirmerie devant la télé à regarder ses potes laminer toutes les équipes qu’ils croisaient. Depuis, il est sur la liste des transferts. Cristian Rodriguez aurait même pu se débarrasser de ce statut d’indésirable s’il ne s’était pas frité avec Vitor Pereira il y a un mois, car loin d’être merveilleux, il a affiché de bonnes prestations lors de la fin 2011 en inscrivant quelques buts importants en championnat et en Coupe de la Ligue. Tant mieux pour le président de Porto, il aura de quoi justifier les 12 ou 15 millions nécessaires pour l’achat de l'Uruguayen.

Schaars : Il a un nom bizarre, il est complet, polyvalent, très régulier et pourtant mésestimé, oui, Schaars est hollandais. Arrivé en même temps que son ami et compatriote Ricky au Sporting, il est devenu en un claquement de doigts le maître à jouer de l’équipe de Domingos Paciência. Doué mais pas excessivement spectaculaire, l’international néerlandais n’en fait jamais dix tonnes avant de lâcher son ballon, bref, pas le genre à faire rêver les mioches ni les minettes. C’est sans doute pour ça que l’OM est sur les rangs pour l’attirer en France...

Guarin : Des trois mousquetaires colombiens de l’année dernière, il n’en reste qu’un dans le onze de départ de Vitor Pereira cette saison. Falcao s’est barré à l’Atletico Madrid parce qu’il en avait marre de gagner des titres, et Guarin est parti... sur le banc. Enfin, sous Villas-Boas il y était déjà, mais moins. Des blessures à répétition et une énorme bourde en Supercoupe d’Europe face au Barça (défaite 2-0) l’ont presque définitivement écarté des pelouses de la Liga Sagres depuis septembre. Pourtant, le mec n’est pas une quiche. Physiquement costaud (1m84 pour 79kg), plutôt habile techniquement et surtout doté d’une patate de forain, il aurait déjà séduit l’AS Roma. En tout cas, c’est pas l’ASSE qui va le relancer, sauf si on débusque un puits de pétrole aux abords de Geoffroy-Guichard...

Ruben Amorim : Pas dégueulasse comme joueur mais pas non plus franchement exceptionnel, Ruben Amorim fait partie de cette génération pourrie gâtée de gars qui ont toujours eu ce qu’ils voulaient et qui n’aiment pas être contrariés. Non content de jouer très peu cette saison, le latéral droit de Benfica veut partir pour avoir du temps de jeu. Et visiblement, son vœu a de très grandes chances d’être exaucé, encore plus depuis qu’il a envoyé paitre un membre du staff de Jorge Jesus il y a quelques jours. Un écart de conduite qui lui a valu d’être mis à pied. Heureusement pour le Portugais de 26 ans, certains clubs espagnols et italiens sont à ses pieds.

Capdevilla : Il est la preuve vivante qu’on peut être champion d’Europe et du monde avec l’Espagne et se faire chiper une place d’arrière gauche qui lui était prédestinée par un Brésilien éclipsé par Béria à Lille l’année dernière, à savoir Emerson. Capdevilla cherchait à rebondir à Benfica, il le fera sans aucun doute ailleurs qu’à Lisbonne. Jorge Jesus ne l’a aligné qu’une seule fois en Liga Sagres depuis le mois d’Août; c’est à se demander pourquoi l’ex-joueur de Villarreal a posé ses pieds dans la capitale portugaise l’été dernier. Un flop qui pourrait se transformer en bonne affaire à Benfica si un club daigne l’acheter puisque Capdevilla est arrivé gratuitement chez les « aguias » . Et ça devrait se faire. Un retour en Espagne ou une fin de carrière au Qatar sont les pistes privilégiées par le latéral gauche espagnol. De toute façon si ça ne se fait pas cet hiver, ça se fera en été.

Lima (Braga) : Depuis l’année dernière, quand Braga gagne, il est rare de ne pas voir le nom du Brésilien Lima sur le tableau d’affichage, surtout quand les Minhotos l’emportent de justesse. Si les « Minhotos » ont battu le FC Séville lors des barrages de la C1, battu Arsenal, Liverpool et disputé une finale de C3 l’an dernier, c’est en grande partie grâce à lui. Cette saison, il est troisième au classement des buteurs avec sept réalisations en 13 journées. Bordeaux se serait penché sur son cas, mais c’est surtout... la sélection portugaise qui aimerait bien le voir porter son maillot.

Berger (Académica de Coimbra) : Markus Berger, c’est le mouton noir de la liste, le mec le moins bling-bling, le moins bon et sans doute le seul de ces dix-là à vraiment se barrer cet hiver. Car on ne va pas se leurrer, le mercato de janvier, c’est un peu comme Wall Street : beaucoup de spéculation pour « nada » . Après avoir été en pourparlers avec Sochaux et Dijon, le défenseur autrichien va très probablement se casser en Ukraine, à l’Odessa Chornomorets. Quitte à aller dans un club pourri, autant le faire à fond...

Par William Pereira
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Mais ça vous embête pas à SoFoot, qui avez quand même une réputation de gens plutôt sérieux et nettement moins cons que la moyenne que leurs confrères, de parler de "Qatar-SG" comme un vulgaire pilier de bar PMU ?
Pourquoi ça serait plus embêtant que d'employer "clasico" comme l'a lancé un quotidien sportif pour parler de quelque chose qui n'en est pas un? Pis, la dérision, le côté décalé, ça fait partie de SoFoot, non?

Encore, si le contexte ne s'y prêtait pas...
Ashura, t'as pas l'habitude toi, ça se voit que t'es pas là depuis longtemps, tu comprendras l'humour un jour !
filoubifrance Niveau : CFA2
au contraire, l'expression convient très bien au contexte actuel. Out le staff français (parisien historique), out joueurs français, out stade mythique, etc. Bienvenue au Qatar et ses pantins (Leo) !! CQFD
Cher Pastore, je te remercie de te soucier de mon humour et de sa compatibilité avec celui de SoFoot, mais étant lecteur du magazine depuis ses débuts ça va, je m'inquiète pas trop.

C'est même précisément ce qui m'embête: j'adore le style SoFoot, et les (enfin le site n'a pas la qualité du mag, certes, mais ça reste du SoFoot) voir utiliser les mêmes vannes que Roger du café de la paix ou que l'anti-PSG de base, bah ça m'attriste un petit peu.
filoubifrance Niveau : CFA2
c'est marrant quand même, tu parles d'anti-parisien, etc. Cela fait 8 ans que je n'éprouvais aucun sentiment négatif envers ce club, son dernier entraîneur m'inspirant même de la sympathie, mais avec l'arrivée des Qataris, c'est juste pas possible.. La seule envie c'est que le club se casse la g.uele. Je sais que c'est dûr de dire ça, mais je crois pas être le seul à penser ainsi. C'est un sentiment qu'on peut souvent retrouver à l'encontre des clubs rachetés et où les flux d'argent dépasse les limites de décence.
Sentiment que je peux comprendre, ayant eu les mêmes à l'égard de Chelsea à l'époque, avant de progressivement mettre de l'eau dans mon vin... maintenant que ça écoeure je le conçois, mais chez certains ça prend des proportions assez sidérantes, je compte même plus le nom d'énormités que j'ai pu lire depuis cet été. C'est encore plus risible quand ça émane de gens (et on en trouve un paquet sur les forums des clubs rivaux) qui gueulent tout en glorifiant des clubs comme Chelsea, Manchester City, Barcelone...
KillerCroc Niveau : CFA
il est évident que l'arrivée d'investisseurs bourrés de thunes peut géner les supporters de clubs avec une forte histoire, mais étant moi meme supporter du PSG, je trouves que c'est une chance incroyable! pourquoi cracher dessus!
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Les chiffres de 2011
6 8