1. // Ce jour là
  2. // 19 novembre 2005

Et Ronaldinho souleva Santiago-Bernabéu…

Un toucher de balle au-delà du commun des mortels, des buts venus d'ailleurs et un sourire unique. De ce 19 novembre 2005 illuminé, le Santiago-Bernabéu ne garde en mémoire qu'une étoile : Ronaldinho. Lors du Clásico qui oppose le Real Madrid au FC Barcelone ce jour-là, le Brésilien est au sommet de son art. Marche sur l'eau et la tête de ses adversaires. Récit d'une soirée inoubliable où il a inscrit à jamais son nom dans l'histoire du Més que un club.

Modififié
0 25
« J'ai déjà beaucoup reçu, et j'ai aussi beaucoup donné, et le plus important, ce qui reste à la fin, ce que les gens n'oublieront pas, ce ne sont pas les récompenses, mais ce qui est imprimé dans leurs souvenirs, mes gestes et mes actions qu'ils garderont en mémoire. Un Ballon d'or, c'est touchant, c'est valorisant, mais ce n'est rien en comparaison de la trace laissée dans la tête des gens. » Quand il s'agit de poser des mots sur une carrière, Ronaldinho reste sans doute le plus à même de le faire. Une carrière empreinte de fulgurances, d'exploits, de passes aveugles, de regrets aussi, et de magie. Surtout de magie. Car s'il y a bien un joueur qui respire le football, l'érige comme un art plutôt qu'un sport, c'est bel et bien Ronaldo de Assis Moreira. Un sourire sans pareil, de l'or dans les pieds, un don « de Dieu » , selon ses propres dires.

Un privilège de l'au-delà salué à l'unanimité un soir de 19 novembre 2005. Ce jour-là, le FC Barcelone se déplace au Santiago-Bernabéu du Real Madrid. Pour ce 151e Clásico en Liga, le 199e de l'histoire, les Blaugrana débarquent en favoris. Lors de cette 12e journée, ils comptent un point d'avance sur Madrid, qui paraît mal inspiré et laisse une impression mitigée jusque-là. En outre, deux visions bipolaires s'affrontent. Les Galactiques de Vanderlei Luxemburgo ont dépensé plus de 80 millions d'euros au mercato estival, tandis que le Barça de Frank Rijkaard n'a recruté que deux joueurs libres. Le collectif catalan face aux individualités merengues, la confiance face à l'orgueil. Pour ce déplacement, le coach néerlandais reconduit le XI habituel, à une exception près. Ludovic Giuly laisse sa place à la nouvelle promesse de la Masia, un certain Lionel Messi. Ronaldinho garde son côté gauche et Eto'o évolue toujours devant. Le Real, lui, peut compter sur les retours de blessure de Ronaldo et Zidane. À noter, notamment, la titularisation improbable du chevelu Pablo Gabriel García dans l'entrejeu de la Casa Blanca.

Le calme avant la tempête

En mars 2003, Ronnie s'était distingué par une prouesse au Vélodrome avec la tunique du PSG pour s'annoncer au grand monde. Cette fois, il va réciter sa plus belle partition afin d'offrir un chef-d'œuvre intemporel. Premières secondes de jeu, première illumination. Sur son premier ballon, Ronnie enrhume d'un tour de rein Michel Salgado. Comme pour montrer à l'écrin madrilène qu'il est dans un grand soir. Entre accélérations, touchers de balle majestueux et passes bien senties, l'enfant choyé de Porto Alegre fait honneur à son statut d' « entertainer » . « Dans mon jeu, il y a 90 % d'improvisation  » , rappelait-il. Mise en perspective à la dixième minute de jeu où il délivre une ouverture lumineuse pour Eto'o dans le dos de la défense merengue. Un premier coup de semonce avant l'inévitable.

Si le Brésilien régale et câline le cuir, le danger émane principalement du côté droit. L'insouciant et jeune Messi se montre le plus remuant, provoquant de nombreuses fautes de la part d'Helguera et Sergio Ramos. Des élans offensifs récompensés à la 15e minute. Percutant aux abords de la surface, l'Argentin élimine d'un crochet Helguera avant que « Fils » Eto'o ne récupère la balle et ajuste Casillas d'un astucieux pointu (0-1). Ouverture du score et début du calvaire pour San Iker. Madrid, pourtant conquérant à la maison, ne s'en remet qu'aux longues transmissions de Beckham et la percussion de Robinho sur l'aile droite pour pallier le manque de liant patent. Suivi de très près par ses adversaires en première mi-temps, Ronnie n'a pu se distinguer la majeure partie du temps que par des sucreries techniques, sans se montrer réellement efficace. Mais l'artiste attend sagement son heure avant d'écrire l'histoire.

Mouchoirs blancs et applaudissements

Le champion en titre d'Espagne entame la seconde période sur des bases similaires. Un FC Barcelone élégant, peut-être le plus beau de toute son histoire, imprévisible, qui fonctionnait de combinaisons dans les petits espaces et clairement tourné vers l'attaque. Son génie brésilien, électron libre sur son flanc gauche, aborde lui aussi le retour des vestiaires sur le même ton. Sur la pointe des pieds. Alors que le Real Madrid refait peu à peu surface à l'heure de jeu, Ronaldinho décide de sortir le grand jeu. Et une fulgurance éclatante comme lui seul en possède sous la botte. Récupérant le ballon au milieu de terrain, le Barcelonais accélère, caresse le cuir de l'extérieur du pied, fixe d'un crochet opportun Sergio Ramos, prend pour un plot son compère Helguera et conforte un peu plus l'avance de ses coéquipiers (0-2). Sans laisser le temps à Casillas d'esquisser le moindre geste. Une merveille d'habileté et de justesse technique. Et dire que le chapitre n'a pas encore réservé sa plus belle partie…

Youtube
Incandescente, survoltée au début de la rencontre, l'ambiance du Santiago-Bernabéu redescend progressivement. L'international de la Seleção va se charger d'éteindre définitivement l'enceinte espagnole et de la plonger dans un silence assourdissant. Face au pressing inexistant en face, les poulains de Rijkaard portent l'estocade dix-sept minutes plus tard. Lancé sur son aile gauche, l'ancien Parisien victimise de nouveau Ramos, comme il ne l'a sans doute jamais été depuis. Passements de jambes, cassage de reins et le Blaugrana n'a plus qu'à transformer tranquillement (0-3). En moins de vingt minutes, le diamant brésilien a enterré les dernières illusions du peuple madridista. Et, événement qui ne s'était plus produit depuis Maradona, fait soulever Bernabéu. En guise d'inclination, certains supporters de Madrid se lèvent et applaudissent ce qui restera une prestation hors du commun dans leur jardin. D'autres agitent des mouchoirs blancs comme un cessez-le-feu face à la débâcle. Une soirée, où le « maestro » Zidane n'a pas existé, qui sonnera aussi le glas de l'ère des Galactiques. Irrésistible cette saison-là, le Barça s'envolera à terme vers un second sacre national d'affilée et remportera la Ligue des champions, la deuxième de son histoire. Le tout porté, sublimé, transcendé par son joyau qui, grâce à cette soirée, s'est adjugé son Ballon d'or quelques jours après, le 28 novembre. Un 19 novembre marqué donc de son empreinte, où son sourire si singulier a même fait succomber les inconditionnels de la capitale espagnole. Là, encore, les mots pour décrire un tel chef-d'œuvre appartiennent à Ronnie : « J'ai toujours joué pour m'amuser. Je n'ai toujours fait que ça : m'amuser. C'est ce qu'il faut, non ?  »

Par Romain Duchâteau
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

"l’ancien Parisien victimise de nouveau Ramos, comme il ne l’a sans doute jamais été depuis"

Thierry Henry l'a plutôt assez maltraité lors du 2-6 au Bernabeau. C'était même très sale.
Coeur avec les mains, les pieds, les dents, méga coeur même avec le coeur !
Ronaldinho avait trouvé l'équilibre entre humilier l'adversaire tout en forçant le respect. Messi par comparaison ne se fera jamais applaudir par le Bernabéu parce qu'il symbolise aux yeux des Madrilènes une période extrêmement humiliante de domination totale et absolue des Catalans à Madrid.

Plus qu'un moment d'exception à la Roni un soir de novembre 2005, Messi a dompté le Bernabéu en y marquant à souhait, et à été le leader d'un Barça qui gagnait quasi systématiquement au Camp Nou pendant 4 ans, un exploit jamais réalisé par d'autres.
Message posté par Kurdt
Ronaldinho avait trouvé l'équilibre entre humilier l'adversaire tout en forçant le respect. Messi par comparaison ne se fera jamais applaudir par le Bernabéu parce qu'il symbolise aux yeux des Madrilènes une période extrêmement humiliante de domination totale et absolue des Catalans à Madrid.

Plus qu'un moment d'exception à la Roni un soir de novembre 2005, Messi a dompté le Bernabéu en y marquant à souhait, et à été le leader d'un Barça qui gagnait quasi systématiquement au Camp Nou pendant 4 ans, un exploit jamais réalisé par d'autres.



C'est la fulgurance de son esthétisme qui a fait le respect qui lui est du, à des lieux du Barça d'après. Le génie pur, pas le façonnement comme Messi qui a besoin du collectif pour marquer. Ronnie le faisait seul.
Message posté par TheDuke8



C'est la fulgurance de son esthétisme qui a fait le respect qui lui est du, à des lieux du Barça d'après. Le génie pur, pas le façonnement comme Messi qui a besoin du collectif pour marquer. Ronnie le faisait seul.


Non, pour sortir une telle bêtise, c'est toi le génie.

Tiens, rappel: http://www.youtube.com/watch?v=LT9H0-hm9u4
Mehmet Scholl Niveau : CFA
Le voila le plus beau Barça à mes yeux, celui de Rijkaard ! J'le préfère même à celui de Cruyff car franchement, Ronnie et fils ont élevé l’imprévisibilité ( ça se dit ça ? ) a un rang encore jamais vu, malgré le fait que Romario Stoichkov c’était quand même pas mal

Plus exotique, plus fou, plus imprévisible, complètement joga bonito, beaucoup moins cyborg, beaucoup moins froid, beaucoup moins toro-de-10-mns-non-stop-ou tu-t'endors, que celui de Pep
Message posté par Mehmet Scholl
Le voila le plus beau Barça à mes yeux, celui de Rijkaard ! J'le préfère même à celui de Cruyff car franchement, Ronnie et fils ont élevé l’imprévisibilité ( ça se dit ça ? ) a un rang encore jamais vu, malgré le fait que Romario Stoichkov c’était quand même pas mal

Plus exotique, plus fou, plus imprévisible, complètement joga bonito, beaucoup moins cyborg, beaucoup moins froid, beaucoup moins toro-de-10-mns-non-stop-ou tu-t'endors, que celui de Pep


Et surtout, beaucoup moins fort!
Message posté par Elessar


Non, pour sortir une telle bêtise, c'est toi le génie.

Tiens, rappel: http://www.youtube.com/watch?v=LT9H0-hm9u4


POURQUOI ?! POURQUOI RAPPELER CE DOULOUREUX MOMENT ?
PUTAIN FUCK.
"En mars 2003, Ronnie s’était distingué par une prouesse au Vélodrome avec la tunique du PSG pour s’annoncer au grand monde".

je crois plutôt que le grand monde comme vous dite, qui ne suit pas forcément les rencontres de L1, l'avait découvert 1 an plus tôt à cette occasion:

http://www.youtube.com/watch?v=EHnrQ8busxw
Coach Kévinovitch Niveau : Ligue 1
Pffff, Ronaldinho est surement le meilleur joueur des années 2000. Le seul (de ce siècle) qui ait réussi à arriver au sommet dans le football professionnel avec un jeu de cour de récré, tout fou,sans se formater pour convenir aux exigences du professionnalisme.
pierrot92 Niveau : CFA2
Messi et C.Ronaldo sont d'immenses joueurs mais ils ne seront jamais aussi agréable à regarder que Ronaldinho ou maradona, voir même Zidane qui inventaient des gestes, des contrôles, des passes improbables et imprévisibles...Messi et Ronaldo font plein de choses très bien et très très vite, mais n'inventent pas grand chose.
Message posté par pierrot92
Messi et C.Ronaldo sont d'immenses joueurs mais ils ne seront jamais aussi agréable à regarder que Ronaldinho ou maradona, voir même Zidane .

Mais ça mon ami, tu vois, c'est que ton avis. Tu dis ça alors que derrière t'as des millions de personnes qui pensent le contraire, dont moi.

Pourtant je suis supporter du Barça, et je prend bien plus de plaisir avec Messi qu'avec quiconque avant lui.
Message posté par Coach Kévinovitch
Pffff, Ronaldinho est surement le meilleur joueur des années 2000. Le seul (de ce siècle) qui ait réussi à arriver au sommet dans le football professionnel avec un jeu de cour de récré, tout fou,sans se formater pour convenir aux exigences du professionnalisme.


Wai, un peu comme Messi et Ronaldo quoi. Et au final, Ronaldinho c'est une fin de carrière à 27/28 ans, il aurait ptet du se formater au final.
Mister Nobody Niveau : District
Message posté par Elessar


Wai, un peu comme Messi et Ronaldo quoi. Et au final, Ronaldinho c'est une fin de carrière à 27/28 ans, il aurait ptet du se formater au final.



Boarf, tu sais, fin de carrière à 27/28 ans comme tu dis (même si il me semble qu'in la pas encore pris sa retraite si ?) mais au niveau du palmares il a réussit à le remplir bien comme il faut durant cette apparemment courte carrière. En club, le mec à gagné les championnats nationaux (sauf la ligue 1), les coupes nationales, la champions league, la copa libertadores, etc etc.
En selection, le mec à gagné la coupe du monde et la copa america.
Au niveau individuel il a rafler le ballon d'or et une chiée de récompenses.
Au final, carrière courte, mais en jouant réellement, en profitant de sa vie et de ses avantages (gonzesse, sorties, boissons etc), et en faisant lever les foules. Le tout en gagnant tout ce qui peut être gagné.
Donc carrière courte certes, mais remplie au max. Très bon rapport fun/titre.
"mieux vaut une heure de gloire bien remplie qu'une éternité anonyme" :)
Message posté par Mister Nobody



Boarf, tu sais, fin de carrière à 27/28 ans comme tu dis (même si il me semble qu'in la pas encore pris sa retraite si ?) mais au niveau du palmares il a réussit à le remplir bien comme il faut durant cette apparemment courte carrière. En club, le mec à gagné les championnats nationaux (sauf la ligue 1), les coupes nationales, la champions league, la copa libertadores, etc etc.
En selection, le mec à gagné la coupe du monde et la copa america.
Au niveau individuel il a rafler le ballon d'or et une chiée de récompenses.
Au final, carrière courte, mais en jouant réellement, en profitant de sa vie et de ses avantages (gonzesse, sorties, boissons etc), et en faisant lever les foules. Le tout en gagnant tout ce qui peut être gagné.
Donc carrière courte certes, mais remplie au max. Très bon rapport fun/titre.
"mieux vaut une heure de gloire bien remplie qu'une éternité anonyme" :)


J'ai pas dit le contraire, mais fin de carrière jeune et pour cause de manque de professionnalisme. Contrairement à Messi et CR7 qui, eux, sont les vrais monstres des années 2000 en partie grâce à leur "formatage".
Lorenzaccio Niveau : DHR
Message posté par Elessar


Et surtout, beaucoup moins fort!


Beaucoup moins fort je ne suis pas sur, je dirais plutôt moins durable.

Le Barça de 2004 à 2006 ce n'était pas que du football champagne c'était aussi un rouleau compresseur qui a tout écrasé sur son passage.

Le problème est qu'une fois arrivé au sommet, le Barça de Rijkaard s'est effondré quand celui de Pep a su se maintenir au top pendant des années.
LeJusticier Niveau : Ligue 2
Note : 3
Love Ronnie <3
Définitivement le plus beau Barça !
Fils et Puyol à l'apogée
Marquez et sa relance de fou
Xavi et Deco à la Baguette
Larson en supersub
Même cette chèvre d'Oleguer avait l'air sexy dans cette équipe...
Message posté par pierrot92
Messi et C.Ronaldo sont d'immenses joueurs mais ils ne seront jamais aussi agréable à regarder que Ronaldinho ou maradona, voir même Zidane qui inventaient des gestes, des contrôles, des passes improbables et imprévisibles...Messi et Ronaldo font plein de choses très bien et très très vite, mais n'inventent pas grand chose.


Je suis prêt à parier tes couilles que tu n'as jamais vu Maradona jouer.
Message posté par Lorenzaccio


Beaucoup moins fort je ne suis pas sur, je dirais plutôt moins durable.

Le Barça de 2004 à 2006 ce n'était pas que du football champagne c'était aussi un rouleau compresseur qui a tout écrasé sur son passage.

Le problème est qu'une fois arrivé au sommet, le Barça de Rijkaard s'est effondré quand celui de Pep a su se maintenir au top pendant des années.

Non mais tu ne peux pas débattre la dessus!

Le Barça de Rijkaard était peut-être plus imprévisible (et encore... celui de 08/09 c'était quelque chose, la maîtrise en plus). Mais s'il y a bien une chose qu'on ne puisse pas débattre, c'est le niveau du Barça de Pep, plus particulièrement celui de 2010/11.
Les spécialistes du Barça s'accordent tous à le dire (pour l'avis des sofootiens on repassera...), y'a pas plus fort que ce Barça là et sur tous les plans...
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 25