En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 2 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Leverkusen-Bayern (0-0)

Et pour une fois, le Bayern resta muet

Dans le match de la dernière chance pour relancer le suspense de la Bundesliga, le Bayer a tenu la dragée haute au Bayern Munich et prend un point. Un match vierge au tableau d'affichage mais riche en enseignements.

Modififié

Bayer Leverkusen 0-0 Bayern Munich



Face au Bayern, lutter pour la possession est une cause perdue. Roger Schmidt le sait. Le stratège du Bayer Leverkusen a donc concocté d'autres combats pour mettre à mal le leader de la Bundesliga : la lutte territoriale et l'engagement physique, avec pour leitmotiv un pressing intense à chaque prise de balle du Bayern. Jamais un joueur de Pep Guardiola ne doit avoir plus d'un mètre devant lui. Il ne s'agit pas de donner des coups pour le plaisir d'en donner, mais bien d'être agressif avec rigueur et rugosité pour enrayer la machine adverse. C'est là véritablement la faiblesse de Munich : peu habituée à ce type de comportement, perturbée dans son rythme habituel, l'équipe en perd une partie de son football et passe à deux doigts de perdre ce match. Au combat du tableau noir, Roger Schmidt gagne aux points. Au classement, il les partage.

Pressing et nettoyage


Dans un match très tendu dans les duels, avec un engagement intense, le Bayer mise donc tout sur la vitesse de ses pions offensifs et un harcèlement des lignes munichoises de tous les instants. Le début de match du Werkself est exactement celui qu'il fallait. Le Bayern est mis à mal. Il ne peut ronronner son football. Néanmoins, la pression exercée est souvent à contretemps, dépassée par l'exécution des joueurs du FCB. Résultat, l'image qui domine en ce début de match est celle de joueurs du Bayern à terre et d'un arbitre qui essaye de calmer les ardeurs des acteurs. Cela ne fait guère sourciller les Rouge et Noir, qui continuent de coller au plus près les Bavarois. Seul moment de détente, Toprak est léger face à Lewandowski, alors que le ballon semble destiné à sortir en 6m. Le Polonais remise au dernier moment et sème un court instant la panique dans les esprits du Bayer. Sans résultat franc.


Le match s'avère très sympa à regarder par le combat offert, mais difficile à raconter comme un match habituel. Ici, il n'y a pas de frappes, ni de passes lumineuses, encore moins d'arrêts spectaculaires. Il y a seulement des joueurs du Bayern à terre, encore et encore. Au micro de beIN Sports, Jean-Charles Sabatier s'extasie à juste titre devant les nombreux « tampons » distribués. Et même sans Kießling sur le dos, Alonso vrille de la cheville et chute. Le début tonitruant en matière d'intensité laisse des marques sur les corps et dans les esprits. Vidal notamment grimace de douleur. À la pause, seul le score reste indemne.

Pressing et repassage


Pour le deuxième acte, le Bayer est prêt à passer à d'autres velléités et à la deuxième partie du plan de jeu de Roger Schmidt. Maintenant, il est temps de tirer au but. Donc Chicharito allume à distance, sans trouver le cadre. Dans la continuité, le Werkself tient le ballon et fait tourner la défense bavaroise en bourrique. Il faut un contre défensif de dernière minute pour empêcher Çalhanoğlu de conclure. La rencontre est prête à démarrer et à offrir du spectacle, sous l'impulsion des pharmaciens. L'image devient saisissante : ce Bayern-là recule et subit. À plusieurs reprises, Badstuber est surpris par le pressing furieusement mené par Leverkusen et doit s'en remettre au pied de Neuer. Le Bayer récupère ses ballons sur la ligne médiane régulièrement… et Munich joue soudainement le contre.


Ce n'est pas loin de faire mouche, à l'heure de jeu, par deux fois. Mais Müller, entré en jeu, n'est alors pas encore assez chauffé. Ces occasions réveillent tout de même le Bayern, qui retrouve de l'allant avec les coups de rein de Douglas Costa, sans procurer pour autant de frissons à ses supporters. La faute en grande partie à un Ömer Toprak de retour aux promesses engagées du temps de Fribourg. Et même avec l'expulsion de Xabi Alonso et les espaces ouverts des deux côtés, les frappes échappent au cadre. On en reste ainsi à un score vierge, signe d'un match peu spectaculaire, mais intelligent et instructif. Les prochains sur la liste du Bayern savent désormais quoi faire.

  • Résultats et classement de Bundesliga

    Par Côme Tessier
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    il y a 4 heures La Fondation Lionel Messi pas très utile selon les Football Leaks 25
    Partenaires
    Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
    Hier à 23:28 Le low-kick fou de Tony Chapron 164