Advertisement
Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 10 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 8es
  3. // PSG-Real Madrid (1-2)

Et maintenant, on s'amuse comment ?

Envolée la Ligue des champions, ses soirées pas comme les autres, sa musique et son folklore. Paris fera un nouveau tour de manège à la rentrée prochaine, mais en attendant, il s'agit de trouver d'autres façons de s'amuser.

Modififié

On commence à parier sur celui qui va remplacer Emery cet été


Les professionels du Emery bashing vont pouvoir sabrer le champagne. Ce coup-là, l'Espagnol ne devrait pas s'en relever, et sa tête a 99% de chances de finir sur une pique l'été prochain. Forcément agacé qu'on le questionne sur son avenir lors de la conférence de presse d'après-match, Emery a dégainé un « Je ne pense pas à ça » bien sec avant de laisser un gros blanc de plusieurs secondes, qui a duré jusqu'à la question suivante. Une façon de montrer qu'il sait que ça lui pend au nez, mais qu'il ne passera pas les trois prochains mois dans le rôle de l'homme qui monte à l'échafaud sous l'œil gourmand de la foule. Le coach du PSG veut sauver la face, et c'est tout à son honneur. Sauf que des fans de foot, ça parle. Eh oui, la nature a horreur du vide, mais le football encore plus. Alors même si Emery est encore en place, dès demain, les comptoirs et les plateaux télé – deux endroits où il se dit à peu près les mêmes choses – vont déblatérer pour savoir qui prendra sa place. Le grand jeu du portrait-robot du candidat idéal, la valse des noms, les listes des « grands entraîneurs sur le marché » , tout ça risque fort de nous amuser jusqu'en juillet. Et c'est déjà pas mal.

À perdre sans mérite, on sombre sans gloire



On regarde le Real gagner une troisième C1 d'affilée


Une idée qui paraissait complètement saugrenue il y a encore un mois. Sauf qu'en fessant le PSG comme un sale gosse qu'on envoie au coin, le Real a rappelé une chose très simple au reste du Vieux Continent : la Ligue des champions, c'est sa chasse gardée. Zidane l'a dit après le match, il a accepté l'idée de tirer un trait sur la Liga cette saison pour pouvoir rester focus sur la C1 : « On a eu des moments difficiles en Liga, et aussi en coupe. Ça fait deux ans que je suis là, c'est difficile de maintenir ce niveau-là tout le temps. Quelques fois, il faut accepter d'avoir des moments plus difficiles, et il faut surtout continuer à travailler. On ne peut pas toujours tout gagner. » Traduction : tant que la coupe aux grandes oreilles reste à la maison, Zizou s'en bat les reins que Barcelone et Séville s'étripent pour une Coupe du Roi. Et puis les supporters parisiens ont tout intérêt à souhaiter la victoire finale de Madrid. Perdre contre le futur vainqueur, ça passe toujours mieux pour l'ego. Alors en route pour la Trecima, et tout le monde sera content.


On tente de résoudre les équations du coach


Après le match aller, Unai Emery avait une grande théorie : si le Real a gagné 3-1, c'est avant tout grâce à un arbitrage complaisant. Ça dégoulinait de mauvaise foi, mais on lui pardonnait. Mardi soir, il ne pouvait pas lapider une nouvelle fois l'homme au sifflet, alors il a préféré l'argument mathématique : « À Madrid, nous avions la possibilité. Le match était à 50/50, mais on n’a pas profité de nos bons moments. Là, ils ont contrôle 60% du match, et les 40% où c'est nous qui avons contrôlé, on n'a pas réussi à marquer. » Comme un politicien devant Léa Salamé, Emery a tenté d'embrouiller l'auditoire en balançant des pourcentages calculés en loucedé. Après ça, la grande machine à questions sans réponses peut démarrer. En mettant Diarra titulaire à la place de Motta, ça aurait changé quoi ? Et le cas Draxler ? Les mêmes questions qu'après le match aller, mais en changeant quelques noms. Les mêmes questions qu'après le 6-1 contre Barcelone aussi. Ha, et les mêmes qu'après l'éliminations contre City l'année d'avant, ou qu'après la défaite contre Chelsea en 2014, alors que Paris avait gagné 3-1 à l'aller. Pourquoi, peu importent les compos, peu importent les joueurs, quand on joue à Paris, on perd ses cojones en Ligue des champions ? Un problème que les meilleurs mathématiciens du monde ne pourraient sans doute pas résoudre.


On attend PSG-Metz samedi à 17h


Parce qu'on aime le vrai football. Parce que passer un samedi après-midi devant la télé, c'est vachement mieux que de gâcher son mardi soir. Parce qu'on aime la croix de Lorraine. Pour voir Kawashima face à Cavani. Parce que Nolan Roux, évidemment. Et un peu pour Emmanuel Rivière, aussi. Parce qu'on fait semblant de croire que le championnat a encore un intérêt, que Paris n'est pas encore champion, et que Metz n'est pas encore relégué. Après tout, c'est la période des Césars et des Oscars, alors on se sent tous un peu acteurs. Parce que notre petit doigt nous dit que ce week-end, on pourrait bien revoir Timothy Weah sur la pelouse. Au point où Paris en est, autant faire tourner. Et puis après leur clash sur Twitter, on a très envie de voir Mbappé et Assou Ekotto face à face. « On est en mars, mais il reste des objectifs importants. Le championnat et les coupes » , a osé Emery hier soir face aux caméras comme si ces échéances le faisaient palpiter. Personne n'y a cru, évidemment. Mais dans le fond, même s'il s'accroche à ce qui lui reste, Unai a raison, il ne faut jamais mépriser les affaires courantes. Après tout, tout quart-de-finaliste de Ligue des champions qu'il est, Zidane s'est également rappelé qu'il avait quelque chose de coché dans son agenda ce week-end : « Il faut se concentrer sur le match de samedi contre Eibar. » C'est beau, un bon élève.




Par Alexandre Doskov, au Parc des Princes Propos recueillis par AD
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Hier à 16:38 Les capitaines des équipes de Liga s'opposent à la délocalisation aux USA 57 Hier à 12:55 Avant Bielsa, Leeds pensait à Conte et Ranieri 25
Partenaires
Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible
lundi 20 août Une équipe amateur à Caen coachée par ses supporters 23 lundi 20 août Euro Millions : 107 Millions d'€ + 1 Millionnaire garanti 2 lundi 20 août Ronaldo, Salah et Modrić nommés pour le titre de joueur UEFA de l'année 61 lundi 20 août Le maillot sans sponsor de River Plate bat des records 66