Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 8 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 8es
  3. // Chelsea-FC Barcelone

Et Lionel devint Messie…

Bien sûr, avant ce 22 février 2006 lors de ce Chelsea-Barça de Ligue des champions, on avait déjà entrevu le talent inouï du petit Argentin surdoué nommé Lionel Messi. On l’attendait donc au plus haut niveau pour juger sur pièces... Et face aux Blues, on a vu ! A star was born.

Modififié

Ronaldinho en mentor


Lionel Messi n’a pas encore 19 ans quand il pénètre sur la pelouse pelée de Stamford Bridge. Cheveux longs, frange effrontée. Ado impatient. Poulain pur-sang. Maillot jupette (hors du short). Le Barça joue en jaune flashy. Chelsea joue bluesy. Messi porte le numéro 30. Pourquoi ? C’est tout simplement la somme du 20 de son pote Deco + le 10 de son pote Ronaldinho = 30 ! Ronnie et Deco (Brazileiro naturalisé portugais) ont pris sous leur aile le petit prodige argentin. Chaque matin, ils l’emmènent en voiture à l’entraînement parce que le rookie n’a pas le permis. Ronaldinho fascine Léo par sa classe, sa décontraction et son sens de la fête. On raconte que Ronnie, qui appelle Messi son « petit frère » , l’a un peu dévergondé en le sortant en bamboches...


Autre dépucelage symbolique, c’est Ronnie qui avait offert un an plus tôt à Lionel son premier but en Liga le 1er mai 2005. C’était contre Albacete. Il avait 17 ans et 310 jours, un record de précocité pour Barcelona... Messi a toujours kiffé les Brésiliens. Quand Neymar a débarqué au Barça en 2013, il lui avait réservé un accueil chaleureux et lui avait prodigué moult encouragements... Back to London ! Il fait froid et, sur le banc de Chelsea, Joé Mourinho est sanglé dans un imper très seyant. S’il redoute Lionel Messi, qu’il avait identifié très tôt comme un joueur prometteur, il se rassure en se fiant à la qualification de ses Blues sur ce même Barça acquise la saison passée toujours en huitièmes de Champions (1-2 au Nou Camp, puis 4-2 au Bridge). Le match est équilibré, engagé et alerte. Au 4-3-3 pointe basse avec Makelele du Mou, Frank Rijkaard a répliqué à l’identique dans un 4-3-3 avec une ligne d’attaque, de droite à gauche : Messi, Eto’o et Ronaldinho. Un 4-3-3 qui peut muer selon le positionnement de Ronnie en 10, en meneur axial rayonnant ce soir-là.

Del Horno dans la légende malgré lui...


On sent à chaque prise de balle de Messi, à chacune de ses accélérations qu’il peut désorganiser la défense londonienne. Côté gauche à Chelsea, le défenseur espagnol, Asier del Horno, comprend que la soirée va être rude... À l’époque, les « pieds inversés » sur les côtés se généralisent. Frank Rijkaard positionne Messi à tribord : c’est là qu’il le juge plus à même de faire tanguer les navires adverses par sa vitesse et ses dribbles, et parce qu’il peut entrer dans l’axe en frappant de son intérieur gauche. Et c’est ce qu’il fait dans la première demi-heure, lorsqu'il fait reculer les Blues sur un raid recentré axial tout en dribbles. Heureusement pour eux, son tir trop mou ne trompe pas Čech. La pression du Barça s’accentue avec un pressing haut doublé d’une grosse densité dans les seize mètres adverses.


Arrive la 36e minute... Messi cingle côté droit vers le poteau de corner avec Robben sur le dos : en un demi-tour fulgurant, il escamote le Hollandais d’un petit pont, mais est salement percuté par Del Horno. Séché, à terre, il ne voit pas toute l’escouade blaugrana s’en prendre à l’Espagnol. Les Blues rappliquent à leur tour et on est à deux doigts de la bagarre générale. Après avoir calmé les esprits, l’arbitre norvégien, Terje Hauge, sort le rouge pour Del Horno. Ce pauvre Asier ne le sait pas encore, mais il vient lui aussi d’entrer dans la légende ! Désormais, on se souviendra de l’explosion du phénomène Messi lors de cette manche aller, mais aussi de sa première victime sur la longue liste des défenseurs qu’il a baladés, ridiculisés... La mi-temps survient sur un 0-0, mais, à la reprise à onze contre dix, la pression barcelonaise ne fait pas plier Chelsea. Mieux ! Ce sont les Blues qui marquent en premier à la 59e : un coup franc centré par Lampard aboutit à un csc d'un Motta chevelu et poussé à la faute par John Terry. Incroyable...

Vidéo

Mourinho mauvais perdant...


Le Barça repart de plus belle dans un match magnifique et débridé où Rijkaard, pas hollandais pour rien, a décidé de faire entrer Larsson à la place de Motta (65e) : Barcelone joue à quatre attaquants ! Pourtant, c’est bien Drogba qui manque la balle du 2-0 d’une demi-volée au-dessus de la barre. Sur un coup franc de Ronaldinho côté gauche, le pauvre Terry marque de la tête contre Čech (71e). Et Lionel Messi ? Il se fait remarquer d’une frappe enveloppée à droite de la boîte sur la barre encore vibrante. Lionel tire la langue dans un sourire d’ado qui sait que l’avenir lui appartient déjà... Il ignore la pression. Son mentor Ronaldinho est impérial et règne en maître dans les trente mètres. C’est lui qui sert Léo, parti côté droit et contré au dernier moment alors qu’on croit qu’il va marquer. Ce n’est pas fini : frappe de Ronnie contrée qui monte en chandelle dans la surface de Chelsea. Terry bouscule grossièrement Messi qui s’apprêtait à jouer le ballon : pas péno, indique l’arbitre ! Ce n’est que partie remise.



À la 80e, sur un centre venu de la gauche signé Márquez, tête de Eto’o : 2-1 ! Plus rien ne sera marqué. À la fin du match, Messi tombe dans les bras de Ronnie, hilare. Le Barça a pris une belle option pour les quarts. Dans la conf d’après-match, Mourinho fait du Mourinho : « Est-ce qu’on pourrait suspendre Messi pour son sens de la comédie ? Barcelone est une ville de grande culture, un coin où on s’y connaît bien en matière de théâtre. » L’hommage du maestro en coup de pied de l’âne ajoutera au prestige naissant de Lionel Messi. Mais l’épilogue de cette soirée de gala trouvera un dénouement plus triste le 7 mars, lors de la manche retour au Camp Nou (1-1). Lionel sortira sur blessure au genou droit à la 22e. Jamais complètement remis, il ne rejouera plus de la saison, ratant la victoire en finale de ses potes face à Arsenal (2-1). Pas grave... Le temps joue pour celui qui alignera bientôt cinq Ballons d’or.



Par Chérif Ghemmour
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Hier à 16:36 Harry Redknapp grand vainqueur d'une télé-réalité britannique 6 Hier à 13:40 Gourcuff out jusqu'en 2019 51
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE
Hier à 13:26 L'organisateur de la CAN sera connu le 9 janvier 15