1. //
  2. // 38ème journée

Et le champion est...

Pour la première fois depuis un petit bout de temps, le champion d'Italie ne sera connu qu'à l'issue de la dernière journée. Si l'on connaît également les noms des trois clubs qui joueront en Serie B la saison prochaine, la bataille pour la quatrième place n'a pas encore livré son verdict. Présentation.

Modififié
0 1
D'abord, hier. Dans les deux matchs avancés par crainte de débordements en cas de sacre de l'ennemi héréditaire, le Milan, assuré de terminer troisième, a humilié la Juventus 3-0 à San Siro (dont un doublé de Ronnie). Il était temps que les choses se terminent pour une Vieille Dame qui a décidément pris de sacrés rides lors du présent exercice et qui se classe à la septième place. Et à Rome, la Lazio, qui a mis un terme à une saison lamentable par une jolie victoire 3-1 contre l'Udinese, grimpe provisoirement à la 12ème place. Amen...

Ensuite, les matchs qui comptent pour du beurre cet après-midi. Catane, qui a pour une fois assuré son maintien avant la dernière journée, reçoit le Genoa, qui ne pourra pas dépasser la huitième place. Le surprenant Parme, très beau neuvième, tentera de rester dans la première partie du tableau en s'imposant face à Livourne, d'ores et déjà relégué. Une victoire permettrait peut-être aux Toscans de ne pas finir à la dernière place. Match sans grand intérêt dans les Pouilles entre Bari (11ème) et une Fiorentina (10ème) totalement passée à côté de sa saison. Ah, si : il pourrait bien s'agir du dernier match de Sébastien Frey sous les couleurs de la Viola, après cinq ans de bons et loyaux services. Le Bayern Münich serait très fortement intéressé. Enfin, Cagliari reçoit un Bologna assuré de rester en Serie A la saison prochaine, et c'est une bonne nouvelle.

Des beaux matchs, certes, mais sans enjeux réels. Au contraire de la Samp qui, à la maison, aura fort à faire contre le Napoli pour défendre sa quatrième place. Comme d'hab, Pazzini et le génial Antonio Cassano, ressuscité pour la énième fois il y a peu, auront pour mission d'envoyer le ballon au fond des filets. En face, le Napoli, assuré de terminer dans le pire des cas à la sixième place, se prépare à l'Europa League. Une victoire enverrait directement les hommes de Delneri en Champions'. Dans le cas contraire, il faudrait compter sur une contre-performance –peu probable– du Palermo sur le terrain de l'Atalanta, qui jouera l'exercice 2010-2011 en Serie B. Les Siciliens, cinquièmes avec deux points de retard sur les cyclistes, n'ont jamais été aussi près de réaliser le rêve de leur président un peu fou : voir l'Europe, la vraie.

Enfin, et ce n'est pas rien, cette 38ème journée désignera le champion d'Italie.
A priori, la mission ne semble pas impossible pour l'Inter, qui peut se contenter d'un match nul contre Sienne, modeste 19ème, pour être sacré, si la Roma ne l'emporte pas. Gagner serait tout de même la meilleure idée puisqu'en cas d'égalité entre les deux équipes, ce serait la vieille louve qui remporterait le scudetto (ce sont les confrontations directes qui départagent et non la différence de buts). Tout le staff lombard effectuera le déplacement en Toscane, même les joueurs blessés. Sur le terrain, du classique : un 4-2-3-1 des familles. C'est du déjà vu, mais puisque ça marche, roulez jeunesse. Seule incertitude au tableau, la présence ou non de Lucio, qui pourrait laisser sa place à Materazzi. Balotelli devrait commencer la partie côté gauche.

Et puis il y a la Roma, qui doit gagner à Vérone contre le Chievo pour espérer quelque chose. Espérer que Sienne se surpasse, que les hommes de Mourinho lèvent le pied et se réservent pour leur finale de Champions', même si tout ça n'est guère le genre de la maison interiste. C'est dommage, surtout après être passé devant l'Inter avant de perdre bêtement contre la Samp' à la maison. Pas de regrets à avoir cependant, vu le début de saison catastrophique de la vieille louve et l'assurance de retrouver la Ligue des Champions la saison prochaine. En attendant, Claudio Ranieri a envoyé un petit missile skud dans la tête à José. Un dernier, pour la route : « Il parle tout le temps de moi, il doit bien m'aimer, ou alors il me craint. Ce qu'il pense ou qu'il dit ne m'intéresse pas, ça m'ennuie même » . Réponse de José : « Qu'est-ce que l'ennui pour Ranieri ? J'ai étudié et tout ce que je sais est dans "La Nausée" de Jean-Paul Sartre, philosophe, Prix Nobel (prix décliné par l'intellectuel français en 1964, ndlr), mais aussi grand fan de football » . Ça ne mange pas de pain, et c'est aussi ça qui fait du championnat italien le plus beau d'Europe.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Hé ! Si l'Inter fait match nul, que Roma gagne, ce qui fait égalité de points, 80. C'est la Roma qui est championne, car c'est la confrontation direct (1-1;2-1) qui fait office de départageur, pas la diff de buts.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 1