Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. // Euro 2012
  2. // France/Luxembourg

Et le 3-4-3, bordel ?

Bon, les Bleus ont sévèrement battu le Luxembourg, comme prévu. Mieux ! Ils se sont directement qualifiés pour l'Euro en Polonukraine et sont passés à la 19ème place au classement FIFA. Parce que ce Groupe D est nul.

Modififié

Naaaaan, on déconne ! Faut jamais vendre la peau de l'ours en chopant les mouches avec du vinaigre (proverbe syldave). Il faut redouter et craindre une équipe qui a fait 0-0 contre les Biélorusses. Mais, bon, le Luxembourg... 130ème nation mondiale, soit tout en bas de la zone FMI footballistique. Certes, pays de cocagne avec des vaches Holstein qui tricotent tranquillement des mots-croisés en attendant l'ouverture des banques. Mais avec une population qui correspond à quatre concerts de U2 au Stade de France, y'a de la marge, non ? Faut-il donc vraiment jouer avec quatre défenseurs pour « surveiller » Joachim ? « Joa » qui ?... Joachim ! C'est l'avant centre du Lux, 24 ans, il joue à Differdange, il est amateur et il est très heureux. Oui, oui ! On sait : « Mais, monsieur ! Il n'y a plus de petites équipes ! Et puis ce Joachim, hein ! Y peut nous marquer un but de la tête sur coup de pied arrêté, savez-vous ? Ou créer un exploit personnalisé : rappelez-vous Mc Fadden ! » ... Hmmmm... Déjà, si les Lux obtiennent un corner, c'est vraiment navrant pour les Bleus. Et puis merde, y'a Hoarau pour ramasser les ballons en l'air. Nos collègues et confrères qui grimpent aux peupliers pour espionner les entraînements des Bleus sont formels dans l'incertitude : peut-être un 4-4-2, ou bien un 4-2-3-1 ou alors un 4-3-3. Donc, de toute façon, quatre défenseurs (vous les connaissez). C'est flou au milieu : Diaby revient. Avec Mvila et Alou Diarra, plus Gourcuff ou Nasri, ça fait du monde. Mêmes interrogations devant (voir plus loin). Moralité : secouez le shaker et faîtes votre compo vous-même. Même pour le capitanat, on ne sait pas. Alou Diarra ? Malouda ? Mandanda ? Kouchner ?Donc, on s'attend à un 4-4-2, 4-2-3-1 ou 4-3-3. OK, et pourquoi pas essayer en 3-4-3, avec trois défenseurs ? Avantage : milieu densifié, bien étendu sur toute la largeur pour étirer l'ennemi, ça comprime le bloc adverse, ça le prive de ballons et le pousse à la faute. Devant, trois lascars qui s'arrangent, dont deux sur les côtés parce que le jeu dans les couloirs, c'est nécessaire pour éviter l'encombrement de l'axe axial (4-1-4-1 rembourré, hein !). Derrière, trois mecs. Et puis voilà... OK, le 3-4-3 est un système un peu casse-gueule. La Dream Team de Cruyff le pratiquait à une époque, et des fois en fin de match, pour faire la différence, des coachs le mettent aussi en place. Toute la difficulté du 3-4-3, entre autre, c'est de compenser « l'infériorité défensive » (trois défenseurs) par une solidarité et une vigilance sans failles. Le Barça qui jouait ainsi prenait beaucoup de buts, notamment en contre, quand Koeman n'était pas redescendu... Un risque assumé par Cruyff, avec un bloc blaugrana assez haut et une grosse densité barcelonaise bien installée dans les 30 derniers mètres adverses. Le Barça marquait donc toujours « un but de plus que l'adversaire » et gagnait. Mais, surtout, le 3-4-3 induit une stratégie défensive qui repose surtout par une possession de balle maximum (l'adversaire est privé de la chique et court après) et aussi une circulation quasi parfaite, avec remises et redoublements. Le tout, exécuté rapidement sur un tempo constant... Il faudrait au moins ça pour perturber une équipe luxembourgeoise repliée en 4-1-4-1.Vous l'avez compris : les Bleus n'en sont pas encore là. Même si le Luxembourg n'est pas un foudre de guerre, l'équipe de France n'a pas l'assise défensive assez solide et manque encore de fluidité pour déséquilibrer un adversaire sur des combinaisons en triangle parfaitement maîtrisées. C'est tout le sens de la déclaration de Lolo Blanc à qui on demandait s'il fallait lancer des jeunes, faire encore des essais : « Là, ce qui m'intéresse, c'est de gagner. Ça ne m'intéresse pas de faire des cadeaux à droite, à gauche. On n'est pas là pour ça » . Donc, a fortiori, on comprend que Blanc n'a pas non plus envie de jouer les kakous en tentant un 3-4-3. Pour lui, il faut avant tout faire jouer un max Mexès et Rami pour parfaire l'entente : la défense axiale, c'est toujours son chantier principal. Et puis avec les latéraux, tout n'est pas réglé non plus. Sagna tient la corde, mais Réveillère se place (et Debuchy ? Et Fanni ?). A droite Clichy ne convainc pas à 100%. Donc, Lol croit que, bon...Sinon, devant, c'est pas clair : deux attaquants, ou une seule pointe ? Hoarau et Rémy ensemble ? Hoarau tout seul ? Benz à droite (si, si : il a été essayé à droite !) ? Toujours le flou devant... Soyons mesquins. Daubons encore sur notre absence de culture des attaquants en général, et de l'avant-centre en particulier. Dans les grosses sélections, la question ne se pose pas. Avec une pointe ou deux pointes ou dans un système un peu bâtard qui mixe les deux, l'Allemagne, les Pays-Bas et l'Espagne restent fidèles à leurs fondamentaux. Surtout quant au choix des joueurs. Résultat : Klose (toujours associé à Podolski) a planté deux fois contre la Turquie (3-0), Huntelaar, seul en pointe, a mis le but vainqueur contre la Modavie (1-0) et Llorente (associé à Villa devant) a inscrit deux buts du front contre la Lituanie (3-1). Comme on le voit, ces équipes ne se prennent pas la tête à échafauder des schémas ténébreux en tenant vachement compte de l'adversaire, qu'il soit faible, balaise ou chétif, ou qu'il joue hyper regroupé comme le Luxembourg. On garde les fon-da-men-taux ! Et si ça ne marche pas trois fois, on réessaye une quatrième fois (n'est-ce pas Klose, toujours conforté à son poste et qui finit donc toujours par marquer, pour le plus grand bonheur de la Teutonnie libre).


Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE
Podcast Football Recall Épisode 32 : La France gagne 11-0, le miracle suisse et notre interview de Thomas Meunier Podcast Football Recall Épisode 31: La France fait le boulot, le naufrage argentin et les votes WTF suisses
À lire ensuite
Match à risques