En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 25 Résultats Classements Options

Et Ibra réinventa le PSG

137 matchs, 110 buts, voilà Zlatan Ibrahimović meilleur buteur de l'histoire du PSG, effaçant les 109 buts de Pauleta du sommet. Voir Ibra devenir le buteur numéro 1 du club n'est pas une surprise. Cependant, il ne faut pas minimiser l'énorme impact qu'a eu le joueur pour le PSG. Il y aura toujours un avant et un après Ibra.

79 buts en Ligue 1 (96 matchs), 15 en Ligue des champions (25), 9 en Coupe de France (10), 5 en Coupe de la Ligue (6) et 2 lors du Trophée des champions (3). Ce lundi 5 octobre 2015, Zlatan Ibrahimović peut regarder ses statistiques dans les yeux. Au-dessus de lui, il n'y a plus personne dans l'histoire du PSG. Pedro Miguel Pauleta vient d'être relégué à la deuxième place. L'histoire a bien fait les choses, puisque le Suédois s'est emparé du record au Parc des Princes lors d'une victoire contre l'OM. Marseille, sa victime préférée puisqu'en 8 matchs contre les Olympiens, le numéro 10 parisien compte 7 victoires, 1 nul et surtout 8 buts. Pour un mec qui n'est venu que pour le pognon, il a un sacré sens du détail. Par exemple, Pauleta, lui, s'était emparé du record de Dominique Rocheteau un soir de défaite au Parc des Princes contre Toulouse. Un soir de crise hivernale. Le hasard, sans doute. Mais rien n'est jamais vraiment dû au hasard dans le football. On a beau avoir aimé Pauleta, admiré ses buts contre l'OM, son accent délicieux, sa régularité, il n'en reste pas moins qu'un très bon joueur de Ligue 1, pas plus. Sinon, pourquoi diable aurait-il passé cinq saisons au sein du PSG le moins performant de l'histoire ?

Et pourquoi aucun gros club n'a jamais pensé à l'engager quand il enfilait les buts à Bordeaux et Paris ? La différence est sans doute là. Ibra est le meilleur buteur de l'histoire du PSG, mais il en est aussi son plus grand joueur au moment de la période sportive la plus faste de l'institution. Être au bon endroit au bon moment. En bon attaquant, le Suédois a respecté le timing. Il était le levier indispensable du club et lui avait besoin d'un nouveau défi à sa mesure. Chacun s'est bien trouvé. Mais au-delà de tout, il reste un buteur hors pair au parcours remarquable. Ajax, Juventus, Barcelone, Inter, Milan, le CV du géant est un cœur à lui tout seul. À l'inverse de Pauleta, Ronaldinho ou encore George Weah, quand Ibrahimović signe au PSG, c'est déjà une star mondiale. Un joueur reconnu. Son passage dans la capitale a renforcé ce postulat. Ce qui n'est pas rien.

Il aurait plu à Francis Borelli…


Certes, le PSG ne gagnera sans doute jamais la Ligue des champions tant que le Suédois sera là, mais sa venue était nécessaire pour médiatiser le projet QSI. Nécessaire et indispensable. Qui d'autre que Zlatan Ibrahimović pouvait allier gouaille, talent et buts pour crédibiliser un projet qui s'appuyait jusqu'ici sur Nene et Hoarau ? Son arrivée a ouvert la voie à Thiago Silva, David Luiz, Edinson Cavani ou Ángel Di María. C'était une caution indispensable. Et pour que la star s'installe durablement, il fallait deux choses : de l'argent et un trône sur lequel l'asseoir. C'est le cas. Zlatan a trouvé à Paris un endroit à sa (dé)mesure. Le Z est un citoyen du monde, un mec né de deux parents de nationalités et de religions différentes. Une grande gueule qui n'aime personne, ou fait semblant, avec un melon incroyable. Sur un terrain, Zlatan Ibrahimović gueule, marche, râle, fait parfois n'importe quoi, irrite, mais termine souvent ses matchs avec un but au compteur. Sur certains aspects, on pourrait avoir envie de l'affubler du terme de « petit con » . C'est qu'au fond, le joueur n'a jamais autant ressemblé à la ville dans laquelle il évolue. Ibra est un Parisien dans l'âme. Aucune star n'avait autant collé et respecté l'ADN du PSG que lui. À la fois bling-bling et arrogant. Pour un club fondé par des publicistes et des stars du show-biz, dont le maillot a été dessiné par un couturier, Ibrahimović est l'avatar parfait de l'essence même du PSG.


Le regretté Francis Borelli, qui avait recruté l'Autrichien Niederbacher car « il le trouvait beau dans le maillot parisien » , Ibrahimović aurait été l'attaquant parfait. Ce grand type au port altier, tatoué et élastique. Un mec que l'on adore détester. Ou l'inverse. Brillant, mais jamais quand ça compte vraiment. Ibra aura ramené le PSG à sa place en Europe. Sur le devant de la scène. Traitement de star, présentation devant la tour Eiffel, vacances prolongées, chasse ouverte toute l'année, place de parking à la carte, Ibra a eu tous les honneurs de la capitale. Les honneurs de son rang. En échange, il a donné du rêve. De l'espoir. De la folie. Des buts. Un chef-d'œuvre contre Bastia ou à Anderlecht. Des déclarations folles - « Je ne connais pas la Ligue 1, mais elle me connaît » ; « Avant, il n'y avait rien » ; « Pays de merde » . Une campagne de publicité personnelle pour une action caritative en plein match, des Xbox aux copains, des maillots qui se vendent comme des petits pains suédois, un nouveau verbe au Petit Robert. Bref, l'homme a été partout. Tout le monde, aujourd'hui, connaît Zlatan Ibrahimović. Et sans la caisse de résonance qu'a su lui donner le projet qatari, Ibra n'aurait jamais eu le statut qui est le sien à un âge où les footballeurs commencent à penser reconversion plutôt que Ligue des champions. Ibrahimović n'a jamais été aussi fort qu'au PSG. Le PSG n'a jamais été aussi fort que sous Ibrahimović. Sauf qu'à l'inverse du PSG, Zlatan Ibrahimović n'est pas immortel. Viendra donc un jour où le record du Suédois tombera. En attendant, le roi, c'est lui. Et il n'est pas encore mort.

Par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


jeudi 18 janvier 292€ à gagner avec Nice & Schalke 04 il y a 34 minutes Coentrão casse le banc des remplaçants Hier à 21:56 L2 : Les résultats de la 22e journée 2
Hier à 16:15 Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 3
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
jeudi 18 janvier Le Vicenza Calcio officiellement en faillite 9 jeudi 18 janvier Ronaldinho : « Je vous remercie, de tout mon cœur et de toute mon âme » 27 PODCAST - Football Recall Épisode 2: Neymar, Kebab et Arabie Saoudite 12 jeudi 18 janvier Deux joueurs de Boca Juniors accusés d'agression 17