Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Euro 2012
  2. // Quarts de finale
  3. // France/Espagne

Espagne : la grande dépression

Le match contre la Croatie est terminé depuis deux jours, mais les Espagnols angoissent encore. Heureusement qu’en quarts, ils affronteront la France. Debrief.

Modififié
« J’ai vu toutes les équipes qui se sont qualifiées s’embrasser à la fin du match. Nous, non. Nous sommes rentrés au vestiaire comme si de rien n’était. Nous sommes passés du stade de pauvres à riches trop rapidement et nous sommes maintenant incapables de nous réjouir de ce que l’on obtient.  » Vicente del Bosque n’est pas un type qu’on retrouvera dans un vernissage, sur les marches de Cannes ou dans une soirée accroché à Jean Roch. Del Bosque aime les gens, le foot et gagner des matchs. Quand l’Espagne se libère après 90 minutes de souffrance contre des Croates bien accrochés à leur surface, le bon Del Bosque aimerait bien que les enfants gâtés arrachent un sourire et sachent dire merci à leurs collègues. Une poignée de main, un sourire, un check : il y a beaucoup de façons d’être heureux. Elle n’est pas regardante, la Moustache. Mais en sortant du terrain, les Espagnols n’ont pas démontré la moindre joie. En vrai, les champions ont eu très chaud. Quand Navas marque à la 88e et que le match se termine, ce n’est pas l’envie de rigoler qui domine. Plutôt celle de s’isoler et d’aller vomir. L’Espagne est qualifiée, mais a toujours mal au cœur.

Les Espagnols sont mauvais en gestion. Del Bosque le sait. Avant le match, le coach n’avait qu’un seul objectif : « Nous avons essayé de leur enlever l’idée du match nul de la tête, c’était beaucoup trop dangereux. » Certes, le refoulé peut prendre la porte et sortir de la tête un instant, mais il reviendra toujours par la fenêtre. À trop hésiter entre le nul (qui les qualifiait) et la victoire, entre gérer et attaquer, les Espagnols n’ont fait ni l’un ni l’autre. « Nous n’avons pas réussi à trouver des solutions vers l’avant. Il nous a manqué de la clarté sur les premiers contrôles. Nous avons donc perdu en vitesse et en intensité  » , reprend le boss. Aragonés, le mentor de cette équipe, n’a pas aimé non plus la première mi-temps et balance dans Marca : « Nous n’avons créé aucune occasion en première mi-temps parce que nous n’avons pas trouvé la vitesse de balle nécessaire ni les espaces sur les côtés. » Entre un Jordi Alba sans espace à gauche et un Arbeloa pas vraiment rassuré à l’heure de monter en première ligne, Silva, Xavi, Iniesta et Torres ont joué entre eux. Les huiles espagnoles n’ont donc fait que s’engluer dans l’axe. L’Espagne sans vitesse, c’est la France.

L’homme vs la Machine

Mais quand les autres doutes et que le destin s’acharne, quand plus rien ne va et que seul un miracle peut sortir les croyants de leurs angoisses, il y a toujours un saint sur lequel se reposer. San Iker a sauvé l’impossible contre Rakitić à la 58e minute. À bout portant, il détourne une tête qui sentait bon le fiasco. Pourtant, quand, dans El Pais, le saint raconte son miracle, on dirait une notice d’aspirateur : «  C’est une action rapide, un bon arrêt, mais il faut dire que j’étais bien placé. (Pour réaliser cet arrêt, ndlr) Il faut des réflexes, sauter et un bon placement. Mais surtout il faut en être convaincu.  » Casillas n’est pas celui qui saute le plus haut, il n’est pas non plus le plus spectaculaire ou le plus explosif. Mais Iker est le meilleur parce qu’il ne se trompe jamais et arrêtent les ballons qu’il faut arrêter. Être Iker Casillas pendant un match décisif, c’est devenir un être froid, rationnel et calculateur. Il n’y a pas de chance ni de hasard dans ses interventions, seulement une hallucinante capacité à être meilleur sous la pression. Xavi, qui en connaît un rayon question matchs importants, le sait. D’ailleurs, le surnom qu’il lui a donné depuis les juniors c’est « Maqui » . De maquina, la machine.


Contre la Croatie, l’Espagne a connu ses premières chaleurs. En conférence de presse, mardi, Iniesta n’a pas fêté son 2e MVP en deux matchs. Il préfère dire les choses et détendre tout le monde : «  Ce n’est pas facile de jouer quand un nul te suffit, que tu es presque qualifié, mais qu’en même temps, un but encaissé peut t’éliminer. J’espère qu’avec le recul, on se dira que ce match a été le plus difficile de notre Euro. » Les Espagnols ont frôlé le psychodrame, mais seront bien là en quarts. Ils retrouveront l’adversaire idéal pour se refaire une santé mentale. Ici, on s’attendait à l’Angleterre, mais ce sera la France, leur ennemi héréditaire à eux. La dernière fois que la Roja a perdu une éliminatoire, c’était contre la bande à Maké et Zidane. Iniesta n’avait pas de poils et Iker avait un peu plus de cheveux. Mais en six ans, ces courbes se sont croisées. Andrés est un grand maintenant. Il sait que ça ne sert à rien d’avoir peur : « Restez tranquilles et ayez confiance en nous  » , demande-t-il. C’est vrai ça. Il n’est jamais trop tard pour se faire un câlin.

Par Thibaud Leplat, à Madrid
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Podcast Football Recall Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi