Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. // Mondial 2014
  2. // Eliminatoires
  3. // Gr L
  4. // Espagne/France

Espagne-France, un choc qui leur en touche une sans faire bouger l'autre

Tantôt considérée comme un classique, l’affiche Espagne-France a perdu de sa superbe. La faute à une Espagne empêtrée dans la crise, une Roja dix kilomètres au-dessus du sol et des Bleus plongés dans un marasme footballistique.

Modififié
La rivalité franco-espagnole n’a souvent prospéré que dans un sens. Depuis des lustres – « C’est entre François Ier et Charles-Quint que la rivalité de la France et de l’Espagne a été la plus animée » , dixit L’Histoire de la rivalité de la France et de l’Espagne –, le voisin pyrénéen perçoit paradoxalement l’Hexagone tel un modèle, ou un rival. Des conquêtes territoriales napoléoniennes en passant par le système économique et social, la France a souvent dégagé aux yeux des Espagnols une certaine suffisance dédaigneuse. Autrement dit, le chemin à suivre pour des milliers de réfugiés politiques sous le Franquisme ou lors des Trente Glorieuses. Bref, des faits historiques, plus ou moins centenaires, qui opposent les deux facettes des Pyrénées. Instrumentalisé à souhait, le sport a été un vecteur de cette rivalité. Le football, sport roi dans le Royaume, a donc depuis 1922, date du premier classique France-Espagne, relayé cet antagonisme. Aujourd’hui, loin d’être inexistant, le choc est moindre.

Les Guignols, Yannick Noah…

Nonobstant, les sorties des Guignols et la « potion magique » de Yannick Noah restent dans toutes les têtes. Même si pour légion d’Espagnols, l’humour reste de l’humour, les piques des ouailles de PPDA ont trouvé un écho retentissant. Un petit micro-trottoir dans les rues madrilènes relate le sentiment général. « Les Guignols ne sont bien entendu pas représentatifs de la France et des Français, mais à force de les entendre rabaisser les performances de nos sportifs, nous en avons marre » , concède Jorge du haut de sa cinquantaine passée. Pour Manuel, plus tempéré, le refrain est similaire : « Yannick Noah était un grand champion qui a dû se battre pour arriver au top. Il sait très bien que le dopage n’y est pour rien. Sa sortie est donc hors de propos » . La rivalité footballistique est, elle, plus sportive. Et dès lors, moins polémique. La Roja est la fierté du peuple espagnol. Sa course vers les sommets coïncide avec l’arrivée de cette foutue crise économique. Alors que l’Espagne entre de plain-pied dans le marasme financier en 2008, la Seleccion remporte l’Euro. Les parallèles en 2010, puis 2012 ne dérogent pas à la règle. L’Espagne joue à qui perd gagne.

La bête noire n’est plus


Surtout, l’enchantement envers le football cocorico n’est plus. Historiquement, les Bleus sont la bête noire de l’Espagne. Le bilan, flatteur pour la Roja, est à voir en trompe-l’œil. En trente et un coups d’envoi, la France a connu quatorze revers pour onze succès. Pourtant, lors des confrontations en compétitions officielles, la 3F n’a jamais goûté aux larmes de la défaite face à son voisin sudiste. 1984, 2000, 2006, toutes ces dates restent dans les gorges espagnoles. La victoire 2-0 lors du quart de finale du dernier Euro est venue briser une malédiction sempiternelle. « Au niveau du football mondial, la France ne fait plus peur à personne. Et encore moins à l’Espagne désormais. Si vous allez dans la rue, les gens ne connaissent plus que Benzema ou Ribéry. Alors qu’avant, vous aviez Zidane, Henry, Thuram » , révèle Mario Lamban, de l’agence de presse espagnole EFE. Preuve du moindre intérêt, les grands quotidiens sportifs ibères ne font la Une de cette rencontre que depuis ce mardi. Marca ne délaisse d’ailleurs qu’un seul feuillet au seul duel équilibré de la partie : Arbeloa versus Ribéry… Dans un semi-anonymat surprenant, le public du Vicente Calderon n’en oubliera tout de même pas de siffler la Marseillaise. Et la rencontre d’être télévisée. Rivalité historique oblige.

Par Robin Delorme, à Madrid
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 15:04 Euro Millions : 130 millions d'€ + 1 millionnaire garanti
Hier à 16:30 La LFP doit verser 2000 euros à Luzenac 21 Hier à 15:20 Virtus Entella bientôt réintégré en Serie B ? 7 Hier à 14:50 Un groupe lance une chanson géniale pour Bielsa 19 Hier à 13:47 Un club de 3e division espagnole ne veut plus que Vinicius Jr joue 47