1. //
  2. // Championship

Eriksson, le retour du renard

L'avantage avec Sven-Göran Eriksson, c'est qu'il n'est jamais là où on l'attend. Depuis vendredi, il est le nouvel entraineur de Leicester City. Plaisir.

0 0
Gordon Banks, Gary Lineker, David Nish, Emile Heskey ont tous été internationaux pour Sa Majesté. Ils l'ont surtout été en étant joueur à Leicester City. Costaud. Une ville au cœur de l'Angleterre plus célèbre pour ses anciennes fortifications romaines et ses universités que pour son équipe de football. Il faut dire que les Foxes (le surnom des joueurs) sont actuellement englués dans les bas-fonds de la seconde division anglaise (22ème et premier relégable). Conscients du danger, Aiyawatt Raksriaksorn (proprio thaïlandais) et Milan Mandaric (président) ont décidé de congédier Paulo Sousa en poste sur le banc depuis moins de dix matches. Clairement, l'ancien joueur de la Juventus n'y arrivait pas. Pour le remplacer, on a parlé d'un retour de Martin O'Neill (déjà en poste entre 1995 et 2000) mais c'est finalement Sven-Göran Eriksson qui a débarqué. SGE devient le quinzième coach du club depuis 2004 et croit dur comme fer à la montée en Premier League. C'te blague. « Je suis très heureux d'être ici. Le club veut monter en premier division et moi aussi. L'objectif est clair et commun » balançait l'ancien sélectionneur de la Côte d'Ivoire lors de sa première conférence de presse. Un brin démago, un tantinet barré, mais complètement erikssonien. A l'image de son pari insensé de manager Nott's County en quatrième division il y a peu. On ne va pas se mentir, le Suédois n'est plus le brillant technicien des années 90 quand il emmenait la Lazio au sommet de la Serie A. Has been ? On peut le dire. Mais l'ancien sélectionneur de l'Angleterre a suffisamment de bagout et de savoir-faire pour sauver Leicester de la relégation. De là à en faire un candidat à la montée, il ne faut pas s'enflammer.

Escroqué par son comptable

Pourtant le président Mandaric (le sulfureux qui officiait à Portsmouth) croit en son groupe. La Blue Army avait échoué en demi-finale d'accession en Premier League contre Cardiff l'année dernière. L'arrivée de Paulo Sousa devait bonifier le tout. Big mistake. Le Portugais s'est foiré et SGE a été appelé comme pompier de service. Un rôle qui ne lui convient pas si bien que ça pourtant. D'autant que le Suédois est en proie à de gros soucis financiers. En effet, son comptable londonien lui aurait escroqué sept milliards de Francs CFA. Grosso modo, tout le pognon généré par ses derniers contrats. Le Suédois devait signer un contrat en Arabie Saoudite avant d'être contacté par Leicester. Faut-il y voir une volonté de se rapprocher de son escroc de comptable ou une folle envie de répondre à l'offre de Leicester ?

Bizarrement, cette arrivée semble avoir été bien perçue en ville à en juger les propos de Paul Fletcher, spécialiste du club pour la BBC : « On peut facilement admettre que la situation actuelle est une aubaine à la fois pour le club et pour Eriksson qui peut se remettre en selle » . Bien que le coach n'ait jamais exercé en seconde division, il connaît les rouages du football anglais et sait comment fonctionne les Thaïlandais. En effet, lorsqu'il débarque à City en 2007, c'est Thaksin Shinawatra qui l'installe dans le cockpit de City.

Finalement, le grand blond a des atouts à faire valoir. Même l'effectif tient la route (le Japonais Abe, Matt Oakley ou le Gallois Andy King). C'est surtout l'aspect médiatique qu'il faudra gérer. Surtout, il veut laisser une empreinte en Angleterre. Preuve qu'il n'a pas totalement abandonné l'idée de partir du Vieux Continent sur une bonne note. Forcément, SVE n'a pas encore retrouvé tout son mordant. D'autant que le Swedish n'est pas le genre de mec très prolixe. Les médias italiens l'avaient surnommé le mur de caoutchouc lorsqu'il officiait en Italie, en raison de sa facilité à absorber les questions sans donner quoi que ce soit en retour. Ça promet.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
La vie, l'amour, le Mou
0 0