1. // Ligue Europa – PSG/Dortmund (0-0)

Erding bouffe la feuille

Encore handicapés par le manque de réalisme de son attaque, les Parisiens doivent se contenter d'un résultat nul qui ne les met pas franchement en confiance avant la venue de l'OM. Qualification en vue néanmoins.

Modififié
0 10
L'enjeu était triple pour le PSG, avec la réception du leader de Bundesliga : s'offrir la qualification à deux matchs de la fin des phases de poule, retrouver la confiance trois jours avant la venue de l'OM et relancer certains joueurs (Sessègnon et Bodmer notamment).

Au coup d'envoi côté parisien, deux changements dans le onze de départ par rapport au onze aligné à Dortmund, avec la titularisation de Ceara au poste de latéral droit et de Clément au côté de Bodmer à la récupération. Kombouaré avait donc choisi de laisser souffler deux de ses titulaires habituels, Jallet et Makélélé, en prévision du match de dimanche. Deux changements également chez les Allemands, avec le retour de suspension de Schmelzer en défense et surtout la présence de la star montante Mario Götze, 18 ans, à droite du quatuor offensif composé par ailleurs de Kagawa au centre, de Grosskreutz à gauche et de Barrios en pointe.

La fête à Nenê

Dans un stade paré aux couleurs jaune et noir des visiteurs, la partie part sur un rythme plaisant, dans la lignée de la prestation fournie par les deux équipes il y a quinze jours. Fidèle à son style habituel, Dortmund tente d'accaparer le ballon, avec beaucoup de mouvements et des montées rapides des latéraux pour offrir un choix multiple au porteur du ballon (un bon Kagawa dans ce rôle). Pas franchement impressionné, ni par le jeu des adversaires, ni par l'ambiance déroutante du Parc, Paris décide également de s'engager avec enthousiasme dans la rencontre. Nenê surtout, particulièrement inspiré et volontaire, donne l'impression d'aimanter tous les ballons qui passent dans son rayon d'action avec son pied gauche. Sa frappe contrée à cinq minutes de la pause aurait pu clore une première période au plus que parfait. L'appréciation est différente au moment de juger la prestation d'un Erding encore en manque de confiance, qui rate deux fois l'immanquable, d'abord sur un bon centre de Ceara (18e), puis suite à un décalage de Luyindula (31e). Côté allemand, peu d'actions marquantes à retenir finalement, si ce n'est une tête de Hummels et un arrêt difficile en deux temps d'Edel dans les dix dernières minutes.

Edel assure le nul

Avec l'entrée en jeu de Blaszczykowki à la reprise, Jurgen Klöpp décide de jouer résolument l'attaque. Autant par philosophie que par obligation comptable, Dortmund se devant de gagner pour espérer rester dans la course à la qualification. Les Parisiens profitent des premières minutes de flottement de leurs adversaires pour s'offrir une nouvelle belle occasion, mais Erding, encore, se rate face au gardien Weidenfeller (51e). C'est son troisième raté de la soirée, ce n'est pas son dernier, puisque peu après l'heure de jeu, il manque un nouveau duel dans la surface, avant de sortir, un quart d'heure plus tard, dégoûté. En faisant sortir l'international turc après Nenê pour les entrées de Jallet et Chantome, Kombouaré décide d'ailleurs d'assurer un résultat nul qui permettrait à Paris de rester dans une situation favorable dans son groupe. Mais plus que le Kanak, c'est bien Edel dans les cages qui s'emploie à préserver le score inviolé, notamment sur une frappe de Kagawa (72e). Dortmund, qui se voit délibérément offrir le contrôle du jeu, n'en profite pas. A la 90e minute, Lewandowski et à nouveau Kagawa vont se heurter au portier parisien pour la dernière grosse occasion du match, qui se termine donc sur un score nul et vierge.

Bilan : une première période intense dominée par le PSG, une deuxième plus compliquée à devoir gérer le nul, à reculer et donc à s'exposer. Restent tout de même des motifs de satisfaction marquants, avec un bon retour de Ceara sur son aile, la vigilance de Camara en défense au côté d'un Sakho en progrès, le bon travail de Clément et Bodmer au milieu, la combativité de Luyindula et bien sûr les performances de premier plan de Nenê d'abord, puis d'Edel. Par contre, Kombouaré n'a toujours pas réglé ses problèmes offensifs, puisqu'après Hoarau, c'est cette fois Erding qui se manque totalement. Quelqu'un a gardé le 06 de Kezman ?

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

J'ai du mal à comprendre l'enthousiasme suscité par le PSG. On a quand même bien vu que dès que Dortmund a décidé de jouer sérieusement et de mettre un peu plus d'intensité, les parisiens n'ont plus jamais touché le ballon. On a vu des gestes et des mouvements collectifs du côté allemand que le PSG serait incapable de reproduire. Certes, la sortie de Nenê leur a enlevé 80% de l'animation, et Erding a deux occasions importantes, mais Paris s'en sort miraculeusement avec le match nul, comme à l'aller, et grâce à son gardien.
Oui enfin quand tu joues contre Jeremy Clément, Céara, luyindula, camara Sessegnon, que tu ne marques pas et que tu concèdes des occas', ça fait peur sur le niveau du championnat allemand, incapable de battre le 7ème de ligue 1. Y'a de quoi s'enthousiasmer ?
Ca n'a pas de sens cette comparaison des championnats sur la base d'un match de coupe d'Europe.
Ce soir, Lille a failli perdre contre le Levski Sofia. Faut-il nécessairement en conclure quelque chose sur les championnats bulgare et français ? On sait tous très bien que non. Et Lyon qui prend 4 buts en 50 minutes contre le Benfica, après les avoir dominé au match aller.
Erding, deux occasions ? La réception de w9 doit déconner chez moi, j'ai vu quatre occasions énormes qu'il vendange.
"dès que Dortmund a décidé de jouer sérieusement.."

En gros en première période ils s'amusaient...

Troll?
Ils ne s'amusaient pas non, mais ils ne mettaient pas la même intensité. Et malgré ça ils ne souffraient pas trop non plus.

C'est tendu de commenter sur le PSG visiblement.
en même temps si tu dis nimp faut pas t'étonner..

Ce que t'appelle intensité c'est peut être le remplacement du latéral droit par un attaquant chez les Fluos, ce qui forcément crée une pression supplémentaire mais encore faudrait il que tu l'eusse remarquer.
Tu parles de l'entrée de Kuba ? Oui absolument, ce qui amène plus d'intensité, exactement ce que je disais quoi, merci.
Pour conclure cette charmante conversation, je dirais que je suis étonné de la satisfaction générale parisienne après les deux matches contre Dortmund.
Je préfère la lucidité de Rudy Garcia hier soir par exemple, même si Kambouaré a sous entendu qu'il n'était pas trop mécontent de s'en sortir aussi bien vu la deuxième mi temps.
Entre Dortmund et Sofia, c'est pas le même niveau, y compris la composition des groupes, Garcia a raison d'être mécontent et Komb d'être satisfait malgré le nul, j'ai l'impression que t'aime bien chipoter toi... surtout quand c'est Panam.

Faudra que tu nous explique ce que veut dire "décidé de jouer sérieusement" quand même, genre avant les mecs du Borussia tapaient une belote et d'un coup à la 65ème ils ont mis de l'intensité histoire d'essayer de marquer un pion..
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 10