En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 25 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Barrages
  3. // Tirage au sort
  4. // Bilan

Entre copains

Monaco a hérité de Valence en barrage de la Ligue des Champions. Sur le papier, c'est l'équipe qui ressemble le plus à l'AS Monaco. En interne aussi. Pourtant, pas certain que les Espagnols soient ravis de se coltiner Leonardo Jardim et sa bande. Surtout avec un match retour en Principauté.

Modififié
La dernière fois que Valence a croisé la route de l'AS Monaco en Coupe d'Europe, Mario Kempes et Jean Petit jouaient encore au football et les protèges-tibias étaient optionnels. C'était en 1980 et les Espagnols avaient sorti Monaco en 16e de finale de la Coupe des Vainqueurs de Coupe (3-3 à Louis-II, 2-0 à Mestalla). 35 ans plus tard, l'histoire sera peut-être différente. Manchester United était le gros « CV » possible mais Valence est l'équipe qui joue actuellement le mieux au ballon dans les adversaires possibles de l'AS Monaco en barrage de la Ligue des champions (Sporting, Donetsk et Bayer Leverkusen étaient les autres tirages possibles). Sur le papier, cette double confrontation est excitante à souhait. L'an dernier, déjà, les deux clubs s'étaient rentrés dans le lard lors de l'Emirates Cup (2-2) avec du jeu, des jeunes et deux nouveaux coaches sur le banc. Deux Portugais. Leonardo Jardim pour l'ASM, Nuno Santo pour Valence.

Hasard ou pas, Jorge Mendes n'est pas très loin des deux clubs. Sur le Rocher, et c'est un secret de polichinelle, l'agent le plus influent d'Europe a ses entrées depuis bien longtemps. Son premier transfert hors du Portugal quand Jorge n'était encore personne ? Costinha à Monaco en 1997. CQFD. Depuis deux ans, Mendes a fait parler ses téléphones portables pour faire venir certains de ses protégés sous le ciel azuréen (James, Falcao, Moutinho, Carvalho, Cavaleiro, Silva) sans parler de ses liens avec Luis Campos, le conseiller du Vice-Président monégasque et véritable mine d'or du recrutement monégasque. A Valence, Mendes n'est jamais très loin non plus pour parfaire son bronzage presque naturel. On le dit proche de Peter Lim, le propriétaire du club et, de facto, directeur sportif officieux d'une institution où il a réussi à faire signer Nuno Santo, André Gomes, Danilo, Joao Cancelo ou encore Enzo Perez en moins d'un an. Autant dire que le Portugais sera comme un enfant en tribunes lors de cette double confrontation. A regarder papa et maman se chamailler pour une place en C1. Cela dit, sur le pré, on va quand même en avoir pour notre argent. C'est un vrai beau match de football, entre deux équipes rodées tactiquement, bourrées de jeunes cracks et agréables à voir jouer.

Football Manager à ciel ouvert


Les amoureux de Football Manager vont d'ailleurs se palucher en direct sur les plus belles pépites du jeu : Bakkali, Cancelo, Alcacer, Otamendi, Silva, Martial, Kurzawa, Piatti, De Paul... À vrai dire, difficile de savoir qui est vraiment favori. Valence pourrait prétendre à ce titre mais le match aller du barrage sera le premier match officiel des Espagnols cette saison quand Monaco en aura déjà joué trois. Autant dire que physiquement, les Monégasques partiront avec un avantage certain sur des Espagnols en pleine phase de reprise. Attention aux premières accélérations de Cavaleiro, El Shaarawy ou Martial... Le hasard a également gâté Monaco avec un match retour au Louis-II. Il suffira de bien négocier le match aller dans la touffeur de Mestalla pour valider le billet lors du retour en Principauté. « Suffira » . Bon, c'est tout sauf un cadeau Mestalla en plein mois d'août. Grosse ambiance, stade coloré, à l'ancienne, historique avec une belle histoire européenne derrière lui. Les Mendieta, Claudio Lopez, Aimar, Angloma ont emmené Valence deux fois de suite en finale de Ligue des champions au début des années 2000. Ce n'est pas rien. Il faudra réussir à affronter tout ça pour la jeune garde monégasque. Et garder la tête froide.


A l'inverse, Monaco pourra compenser avec la stabilité de son effectif. Avec la double confrontation face à Berne lors du tour précédent, Monaco a dû rassembler son escouade très tôt (Monaco a repris le 29 juin). Dès lors, le groupe monégasque sera au complet et compétitif depuis six semaines quand Valence se demande encore si Otamendi sera de la partie en septembre. Finalement, c'est sur l'état de forme que se jouera la qualification, plus que sur l'expérience des grands rendez-vous. En mai dernier, au soir de la victoire contre Lorient assurant la troisième place à Monaco, les dirigeants asémistes avouaient que les chances de se qualifier en Ligue des champions étaient de 50/50. Trois mois plus tard, difficile de ne pas aller dans ce sens face à Valence. Messieurs, faites-nous plaisir.


Par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



jeudi 18 janvier 292€ à gagner avec Nice & Schalke 04 il y a 1 heure Coentrão casse le banc des remplaçants 2
Hier à 21:56 L2 : Les résultats de la 22e journée 3 Hier à 16:15 Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 3
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
jeudi 18 janvier Le Vicenza Calcio officiellement en faillite 9 jeudi 18 janvier Ronaldinho : « Je vous remercie, de tout mon cœur et de toute mon âme » 27 PODCAST - Football Recall Épisode 2: Neymar, Kebab et Arabie Saoudite 12 jeudi 18 janvier Deux joueurs de Boca Juniors accusés d'agression 17