Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 8es
  3. // PSG-Real (1-2)

Ensemble, ils ne l'ont pas du tout fait

Privé de Neymar et condamné à l'exploit, le PSG a été sorti sans se battre de la Ligue des champions mardi soir par un Real clinique venu au Parc filer une leçon d'expérience (1-2). Terriblement logique.

Modififié

PSG 1-2 Real Madrid

Buts : Cavani (71e) pour le PSG // Ronaldo (51e) et Casemiro (80e) pour le Real.

Ensemble, ils devaient le faire. Unai Emery avait convoqué l'âme de son équipe, la revanche des blessés. Mieux : il paraît que la France du foot était là, derrière un PSG en quête d'exploit. Puis, on a vu. On a vu le PSG s'effondrer, passer à côté de son huitième de finale retour, le Real dérouler dans un Parc bondé où la corbeille dorée n'aura jamais pu se réchauffer. Croiser une référence a un mérite : il est possible de mesurer le chemin qui nous sépare des étoiles. Voilà ce que ça fait. Et c'est brutal, forcément, mais désespérément logique.

Les notes du PSG

Pied de montagne et expérience


Un match pour dimensionner une saison. Une histoire qui se joue dans les têtes, avec le cœur et pas mal d’autres choses. Simple : au pied de la montagne, Paris n’avait pas le choix, il fallait se dépouiller, et voir. Voir, cette fois, ça a été avec les anciens – Thiago Motta, Thiago Silva – et aussi avec un Parc brûlant, incandescent. En face, Madrid avait tout à perdre, mais surtout tout à gérer. Ainsi, Zinédine Zidane, qui vivait sa première soirée sur un banc en France, n’a pas pris de risques, laissant Modrić et Kroos sur le banc au coup d’envoi, histoire de tenir chaud à Gareth Bale, déjà mis de côté à l’aller. Et, alors ? Alors, on a vu le PSG s’avancer timidement, se montrer incapable de poser le compas sur la table et de régler son niveau technique, à l’exception d’un Verratti une nouvelle fois au niveau lors d’un repas de premier plan, Motta aidant.

Autre chose, surtout : le Real a fait d’entrée gicler son expérience, Ramos rayonnant en ministre d’une défense où Marcelo, de retour de blessure, a moins pesé que le 14 février dernier, mais juste assez pour lancer Karim Benzema en contre avant la pause. Instant frisson : l’international français s’est avancé devant Alphonse Areola, déjà décisif devant Ramos au quart d’heure de jeu, et a échoué (38e). Là, on s’est rendu compte que Kylian Mbappé était encore un joueur de dix-neuf ans, que Dí Maria empilait toujours les déchets, et que Cavani restait un parfait indicateur pour mesurer le courage et le désespoir qui peut animer un groupe.

Marche funèbre


Une scène, au retour des vestiaires : Marquinhos a convoqué ses potes, accompagné de Thiago Silva également au rendez-vous dans les duels, histoire de voir comment faire joujou avec un script déjà écrit. Résultat ? Une timide frappe de Motta pour ouvrir la seconde période et un couteau planté à 2,60m de hauteur : un vertige et une descente de col sur le cul. Probablement celui de Dani Alves, martyrisé par Asensio. Suite simple : l’international espagnol ouvre pour Lucas Vázquez, autre pari zidanesque du soir, et Cristiano Ronaldo décolle au second poteau pour smasher Areola (0-1, 51e). Brutal, logique. Que faire ? Vaste problématique : Emery décide alors de lancer Pastore à la place de Motta à l'heure de jeu, là où Cavani croque dans le vide face à Navas. C'est tout ? Non, Paris creuse : short remonté sur la cuisse, Verratti remet la cheville de Casemiro en place et va chercher, dans la foulée, son deuxième jaune de la soirée avec la langue.

Reste l'honneur, et cinq minutes plus tard, Cavani remet le PSG sur un genou en deux bandes après une tête de Pastore contrée par Casemiro (1-1, 71e). Tentative vaine : Zidane sort les cartes Kroos et Bale de son costume, le Real rigole dans le milieu parisien, regarde Pastore revenir en trottinant à dix minutes de la fin et Rabiot balance un centre madrilène dans les pattes d'un Casemiro aidé par un contre (1-2, 80e). C'est le début de la marche funèbre, Vázquez cogne une nouvelle fois le poteau d'Areola, et Paris souille sa sortie. Jeu, set et match : pour la première fois de la saison, le Parc est tombé, et une nouvelle fois tout un projet avec.


PSG (4-3-3) Areola ; Dani Alves, Marquinhos, T. Silva, Berchiche ; Verratti, Motta (Pastore, 59e), Rabiot ; Di María (Draxler, 76e), Cavani, Mbappé (Diarra, 85e). Entraîneur : Unai Emery.

Real Madrid (4-4-2) : Navas ; Carvajal, Varane, Ramos, Marcelo ; L. Vázquez, Kovačić (Kroos, 72e), Casemiro, Asensio (Isco, 83e) ; Benzema (Bale, 76e), C. Ronaldo. Entraîneur : Zinédine Zidane.


  • Résultats et classement de la Ligue des champions



    Par Maxime Brigand
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié




    Dans cet article


    Hier à 15:23 Rocco Siffredi prend la défense de Ronaldo 155 Hier à 12:37 Wenger est prêt à retrouver du boulot « à partir du 1er janvier 2019 » 36
    Partenaires
    Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Olive & Tom Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE
    À lire ensuite
    Les notes du Real