Ce jour là - Enrique Sivori

Par Marcelo Assaf, avec Thomas Goubin

Enrique Sivori : «Maradona avant Maradona»

Ballon d'Or 1961, Omar Sivori s'est éteint il y a exactement huit ans et deux jours, le 17 février 2005. Retour sur la carrière fulgurante de l'attaquant argentino-italien, idole de River et de la Juventus.

Note
7 votes
7 votes pour une note moyenne de 5/5
Cliquez sur une étoile pour donner la note

Enrique Sivori avec le maillot de la Juventus
Enrique Sivori avec le maillot de la Juventus
Un exil tragique pour River Plate et l'Argentine. En mai 1957, Enrique Omar Sivori, attaquant des Millonarios et de l'Albiceleste s'engage avec la Juventus Turin. Ses coéquipiers, Antonio Angelillo et Humberto “Bocha” Maschio, gagnent également l'Italie. L'Inter recrute le premier, Bologne le second. Orphelins de ses insaisissables attaquants, River ne gagnera plus un titre pendant 18 ans. Dominatrice en Amérique du Sud, la sélection argentine se fera, elle, humilier lors de la Coupe du Monde 1958, pour son grand retour, vingt-quatre ans après sa dernière apparition. L'Albiceleste s'était tirée une balle dans le pied en excluant les joueurs émigrés de ses rangs. Finalement, Sivori participera bien à la Coupe du Monde, mais en 1962, et sous les couleurs italiennes.

Pendant que River et l'Argentine souffrent, Omar Sivori va conquérir l'Europe. En 1961, une fois naturalisé italien, il est élu Ballon d'or. En compagnie du Gallois John Charles et de Giampiero Boniperti, l'Argentin va former un trio historique. 282 buts inscrits en trois saisons, et trois scudetti, assortis de deux Coupes d'Italie pour la Vieille Dame, à nouveau en fleurs. Buteur, dribbleur et provocateur, Sivori a rendu fous les défenseurs de Serie A. Son fort tempérament lui a aussi valu nombre d'accrochages avec des adversaires. Avec des coéquipiers aussi, qu'il ne ménageait pas quand il n'était pas servi comme il se devait, malgré son petit mètre soixante-trois surmonté d'une tête disproportionnée.

« C'est l'un des cinq meilleurs joueurs que j'aie vus dans ma vie »



Sivori, ce sont les autres qui en parlent le mieux. « C'est un génie, a dit de lui Alfredo Di Stefano, son seul défaut est que son goût pour l'exploit individuel l'égare parfois. » Autre membre de la fameuse Maquina, Alfredo Perdenera ne faisait pas dans l'euphémisme au moment de donner son verdict sur les qualités d'"El Cabezon" : « C'est l'un des cinq meilleurs joueurs que j'aie vus dans ma vie. » En 1959, Sivori va retrouver à Turin Renato Cesarini, son ex-entraîneur chez les Millonarios. Cesarini, qui avait conseillé le prodige à la Juventus, est aux anges. «Moi, je demande juste une équipe avec dix inconnus, puis j'aligne Sivori et on est prêts pour être champions. » Sivori a fait profiter de ses plus belles années aux supporters bianconeri. Il n'a que 21 ans quand il débarque à Turin, et 28 quand il quitte la Vieille Dame, la faute à une relation conflictuelle avec l'entraîneur paraguayen Heriberto Herrera.

Après 171 buts en 257 matches, le "grand gaucher", l'un de ses nombreux surnoms, rejoint Naples, fringant promu, en 1965. D'une certaine manière, son temps en Campanie va préfigurer l'ère maradonienne. De par les résultats obtenus par le club parthénopéen et sa relation avec les tifosi. Sivori forme avec l'Italo-Brésilien Altafini un duo intenable, sorte de Maradona-Careca avant l'heure. Pour son retour au sein de l'élite, Naples accroche une troisième place. Une quatrième l'année suivante et un rang de vice-champion en 1968. Mais alors que son corps commence à donner des premiers signes d'essoufflement, le caractère de Sivori ne s'apaise pas avec l'âge, bien au contraire.

33 cartons rouges dans sa carrière


En 1968, il écope de six matches de suspension pour avoir réagi sans mesure au traitement spécial réservé à ses ex coéquipiers de la Juventus. Au total, Sivori a accumulé 33 cartons rouges lors de ses années italiennes. « Sivori était Maradona avant Maradona » considèrent rétrospectivement les supporters napolitains. Il mit fin à sa carrière en 1969, à 34 ans, un genou vacillant ne lui permettant plus de multiplier les arabesques. Légende argentino-italienne, Sivori s'est éteint le 17 février 2005, défait par un cancer du pancréas. Une tribune du stade Monumental, construite grâce à l'argent rapporté par son transfert à la Juventus, porte son nom.

Suivre Thomas Goubin sur Twitter Par Marcelo Assaf, avec Thomas Goubin


 





Votre compte sur SOFOOT.com

6 réactions ;
Poster un commentaire

  • Message posté par samotraki le 19/02/2013 à 10:45
      Note : 6  /

    Il est sûrement le premier dribbleur fou, avec Garrincha, narquois et provocateur. Malgré un jeu qui excitait les plus vils instincts de ses chiens de garde il jouait sans protèges tibias (visible sur la photo). On lui attribue souvent la paternité du petit pont, geste dont il se délectait. La légende voudrait qu'il ait dribblé 14 joueurs chiliens dans une même action de jeu dont plusieurs à maintes reprises. Il était connu pour passer un joueur, revenir sur lui et le repasser en petit pont. L'humiliation suprême qui scie les jambes. Aujourd'hui certains le lourait pour ses qualités de combattant, mais la majorité insisteraient sur la gratuité de ces gestes et son manque de fair-play.

    Avercene di giocatori cosi, R.I.P. angelo dalla faccia sporca.

  • Message posté par Kiton le 19/02/2013 à 11:39
      

    Merci pour cet article intéressant sur un phénomène des 60's !

  • Message posté par robby baggio le 19/02/2013 à 11:45
      

    Je suis un jeune juventino et cette article me plait beaucoup, j'en apprend pas mal.

    Certain critique Sofoot pour quelques articles mitigés mais combien de site ou magazine nous parle des phénomènes du passé ? des joueurs que ma génération entend rarement parlé ? Trop vite oublié !

  • Message posté par M.Matteo le 19/02/2013 à 16:50
      

    Je ne connaissais pas du tout ce footballeur. Un article plus long encore ne m'aurait pas dérangé. A vrai dire, beaucoup plus d'articles que l'on pourrait qualifier "d'historique", sur l'histoire des acteurs du football, ça serait vraiment génial.

  • Message posté par ptilu le 19/02/2013 à 17:51
      Note : 1 

    merci en effet de proposer ce genre d'articles, bizaremment plus c'est intéressant moins ya de coms!

  • Message posté par decano74 le 19/02/2013 à 18:43
      Note : - 1 

    Di Stefano ne faisait pas partie de la maquina de River Plate, celle ci était composé der Lousteau Moreno Labruna Pedernera et Munoz je crois


6 réactions :
Poster un commentaire