Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Amical
  2. // Pologne/Mexique (1-1)

Ennuyeux comme un Polonais

Aussi généreuse que laborieuse, la Pologne n'a pu faire mieux qu'un nul face au Mexique (1-1). L'Euro des coéquipiers d'Obraniak s'annonce compliqué.

La Pologne fera t-elle mieux que l'Autriche ? A l'Euro 2008, les descendants d'Anton Polster, plus faible des deux organisateurs, n'avaient pu faire fructifier leur statut de pays hôte, faute de talents. Bilan : dernier de son groupe en compagnie de la ... Pologne, avec un petit point. Avec ses trois employés du Borussia Dortmund, récent champion d'Allemagne, et Ludovic Obraniak, lui aussi sacré nationalement, le combo polonais paraît toutefois mieux armé que l'autrichien, mais affiche un style tout aussi empreint de médiocrité. A domicile, devant un public fervent, les Polonais se plantent d'entrée de jeu dans leur propre camp, à attendre les Mexicains comme s'il s'agissait du Brésil ou de l'Allemagne. Pour ce qui est de l'animation offensive, elle semble se limiter à un seul mot d'ordre : arriver le plus rapidement possible devant le but adverse. D'où un déchet conséquent, et une circulation de balle atrophiée. Malgré ces limites, cette équipe affiche toutefois des vertus. La première d'entre elle : ne pas se faire d'illusion et penser que leur statut d'organisateur va transformer le footballeur polonais en brésilien d'Europe.

Pressing studieux, lignes bien ordonnées, la Pologne ne rechigne pas à se montrer laborieuse. Avec un peu de réussite, le plan des blanc et rouge peut même donner des résultats encourageants. Ainsi, à la 27e minute, sur sa deuxième approche, la Pologne ouvre le score. Adrian Mierzejewski démarre comme dragster sur son côté droit, et finit par adresser un parfait centre à ras terre pour Pawel Brozek, qui plonge dans le dos de trois éléments mexicains pour ajuster à bout portant Alfredo Talavera, préféré à Guillermo Ochoa. Bien ordonnée, la défense polonaise peine toutefois dans les un contre un face à la vitesse de Pablo Barrera et d'Andres Guardado, les hommes de couloir d'El Tri. Sur un corner joué à deux, le joueur de La Corogne prend ainsi de vitesse son garde du corps, pour trouver El Chicharo dans la surface : contrôle poitrine, frappe instantanée, et l'attaquant mancunien fête sa première titularisation de la saison avec un nouveau but (35e).

En deuxième période, la Pologne fait monter la ligne de pressing, mais ses opportunités sont tout aussi minces que lors du premier acte. Côté mexicain, Chicharito laisse sa place à Aldo de Nigris, puis Giovani Dos Santos vient prendre le relais d'un Zinha hors du coup. Et Ludovic Obraniak dans tout ça ? Bien contrôlé par Efrain Juarez sur son côté gauche, le franco-polonais disjoncte à la 70e et se fait expulser. Suite à un contact entre le Lillois et Hector Moreno, les deux joueurs s'asticotent, un duel que décide d'écourter Obraniak d'un coup de pied dans les tibias de son adversaire. Du Jérôme Leroy jeune dans le texte.

En infériorité numérique, la Pologne passera près d'une défaite à domicile du plus mauvais genre à neuf mois de son Euro, mais maintiendra la domination mexicaine dans des proportions raisonnables. Le constat reste implacable : il y a du boulot pour plus d'un plombier polonais afin que les coéquipiers de Jakub Blaszczykowski fassent honneur à leur statut de pays hôte.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


Partenaires
Podcast Football Recall Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Podcast Football Recall Épisode 48: Mbappé, merci ; Lloris, oups ; Deschamps, président : émission exceptionnelle de Football Recall il y a 10 heures La danse de la deuxième étoile !! (via Facebook SO FOOT) il y a 19 heures La drôle de liste d'invités de la finale 35 Hier à 20:20 Modrić meilleur joueur du tournoi, Mbappé meilleur jeune 68 Podcast Football Recall Épisode 47 : Mbappé va rouler sur les Croates, des enfants racontent le Mondial et la revanche belge Hier à 09:07 Rooney inspire DC United 3